Que penser du Traité pour protéger la haute mer adopté à l’ONU ?

Que penser du Traité pour protéger la haute mer adopté à l’ONU ?

Start

Comment protéger des aires marines à mille lieues des côtes ? Où verront-elles le jour et quand ? Le nouveau traité sur la haute mer permettra de créer ces sanctuaires jugés vitaux pour les océans, mais beaucoup de questions restent en suspens. Le texte — jugé « historique » — adopté ce lundi 19 juin par les États membres de l’ONU prévoit la création d’aires marines protégées dans les eaux internationales, au sein de zones à caractère unique, particulièrement fragiles ou importantes pour des espèces en danger. Un accord capital pour contrecarrer les menaces qui pèsent sur l’océan et sa bonne santé, vitale aussi pour l’humanité.

« L’océan est la force vitale de notre planète. » Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres a salué une « réussite historique », après l’adoption, ce lundi 19 juin, du premier traité international pour protéger la haute mer par les Etats membres de l’ONU.

« Des océans en bonne santé, depuis les eaux côtières jusqu’à la haute mer et aux fonds marins, sont essentiels pour la santé, le bien-être et la survie humaines », a commenté un groupe de scientifiques dans la revue The Lancet, notant que la haute mer représente plus de 60% de la surface des océans mais aussi 95% de leur volume.

Alors que les écosystèmes marins sont menacés par le changement climatique, les pollutions et la surpêche, la science a prouvé l’importance de protéger tout entier cet océan foisonnant d’une biodiversité souvent microscopique, qui fournit la moitié de l’oxygène que nous respirons et limite le réchauffement en absorbant une partie importante du CO2 émis par les activités humaines.

La haute mer commence où s’arrêtent les zones économiques exclusives (ZEE) des Etats, à maximum 200 milles nautiques (370 km) des côtes et n’est donc sous la juridiction d’aucun Etat. Même si elle représente près de la moitié de la planète, elle a longtemps été ignorée dans le combat environnemental, au profit des zones côtières et de quelques espèces emblématiques. Outil phare du nouveau traité: la création d’aires marines protégées dans ces eaux internationales.

La biodiversité est une priorité, « mais ce n’est pas le seul critère important », indique à l’AFP Minna Epps, de l’Union internationale pour la Conservation de la nature (UICN), évoquant aussi les « fonctions écologiques », comme certains lieux propices à la prolifération du plancton. Par exemple le « dôme thermal » au large du Costa Rica où chaque année, la remontée d’eau des profondeurs riche en nutriments provoque une explosion d’algues, premier maillon d’une chaîne alimentaire qui donne naissance à un habitat très accueillant notamment pour les baleines bleues. « Il ne faut pas protéger seulement un type d’écosystèmes », renchérit Liz Karan, de l’ONG Pew Charitable Trusts, évoquant l’importance d’un « réseau » de sanctuaires pour protéger notamment les espèces migratrices.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Un réseau idéalement connecté aux aires marines des zones côtières.

Sur ces critères, scientifiques et ONG ont déjà identifié une dizaine d’aires marines potentielles. Cela inclut, en plus du « dôme thermal », la chaîne sous-marine de l’Empereur qui prolonge l’archipel d’Hawaï dans le Pacifique, « la cité perdue » de l’Atlantique avec ses dizaines de cheminées hydrothermales, ou la mer des Sargasses. Sans oublier les dorsales de Nazca et de Salas y Gomez, au large du Chili, qui pourraient être un des premiers sanctuaires à voir le jour.

A quand les premières aires protégées ?

Pas avant plusieurs années. « Quatre ans serait très optimiste. Malheureusement, cinq ou six ans est plus réaliste », parie Glen Wright, chercheur à l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), tandis que Minna Epps estime qu’on n’en verra pas avant 2027. Une fois adopté, le traité devra être signé puis ratifié par 60 pays pour entrer en vigueur et permettre la réunion de la Conférence des parties. Celle-ci sera habilitée à créer un sanctuaire sur proposition d’un ou plusieurs Etats, alors que ce sont surtout les ONG qui aujourd’hui portent ces propositions. Seul le Chili a évoqué un projet formel à Nazca et Salas y Gomez.

Même s’il faudra plusieurs années avant d’avoir la naissance d’une aire, le traité est jugé crucial pour atteindre l’objectif fixé par l’ensemble des gouvernements de protéger 30% des terres et des océans de la planète d’ici 2030. Sans le traité, « nous ne parviendrons pas à atteindre l’objectif de 30×30. C’est aussi simple que cela », estime Jessica Battle de WWF. Mais vu le calendrier serré, « la contribution » du traité à cet objectif « pourrait être limitée », tempère Glen Wright.

Quelle protection et comment l’appliquer ?

Sur terre comme en mer, les degrés de protection des réserves de toutes sortes varient. En haute mer, « j’ai du mal à imaginer de grandes étendues protégées de façon stricte », indique M. Wright, estimant plus « viable » de créer des petites zones avec des restrictions maximales (comme l’interdiction totale des activités) et d’autres avec des mesures pourquoi pas seulement à certains moments de l’année, lors de la reproduction ou la migration de certaines espèces.

Difficile d’imaginer une police internationale patrouillant des étendues immenses au milieu de l’océan… Alors les experts évoquent le recours aux technologies pour la mise en œuvre des aires protégées, notamment les satellites.

« La beauté de la haute mer, c’est qu’il faut beaucoup d’énergie pour s’y rendre » et les bateaux sont équipés de transmetteurs les identifiant, ce qui permet de « suive leurs mouvements », commente Jessica Battle. Et de repérer ainsi une activité non autorisée, comme le fait déjà le site « Global fishing watch » pour la pêche.

Reste à savoir comment financer cette surveillance et comment forcer un contrevenant à respecter les règles, pour que ces sanctuaires ne soient pas des coquilles vides. Le traité souligne que les Etats sont responsables des activités en haute mer des bateaux battant leur pavillon. Encore faut-il que l’Etat en question soit signataire du traité.

Le texte prévoit aussi un mécanisme de « conformité », qui reste largement à définir. « S’il y a des preuves qu’un Etat a fourni un pavillon à un bateau qui ne respecte pas une aire marine protégée, cela pourra être soulevé à la COP. Les Etats n’aiment pas ça, être critiqués au niveau international », espère Mme Battle.

Avec l’adoption du traité, « la course pour la ratification commence et l’objectif de protéger au moins 30% des océans d’ici 2030 reste à notre portée », a commenté Chris Thorne, chargé de campagne à Greenpeace. Le texte sera ouvert aux signatures le 20 septembre, au moment où des dizaines de chefs d’Etat et de gouvernement seront à New York pour l’Assemblée générale de l’ONU. Les ONG estiment que le seuil de 60 ratifications pour entrer en vigueur ne devrait pas être trop difficile à atteindre, le traité étant d’ores et déjà soutenu par l’UE et une cinquantaine de pays, dont le Japon, le Chili, l’Inde ou le Mexique. La Russie, elle, a pris ses « distances » avec le traité, qualifiant certains éléments du texte de « totalement inacceptables ».

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

With AFP

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Previous article

18 nouveaux géoparcs mondiaux sélectionnés par l'UNESCO

Next article

Protection des allées d'arbres : comment faire respecter la loi

Latest articles from Biodiversity

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Register and read three articles for free. Subscribe to our newsletter to keep up to date with the latest news.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print