Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

La vie marine est confrontée à une extinction comparable à celle des dinosaures

La vie marine est confrontée à une extinction comparable à celle des dinosaures

Commencez

Selon une nouvelle modélisation réalisée par des géoscientifiques américains, si nous ne continuons pas à nous attaquer à la catastrophe climatique, nous pourrions nous diriger vers une perte de vie dans nos océans qui rivaliserait avec certains des plus grands événements d’extinction de l’histoire de la Terre. Mais « il n’est pas trop tard pour mettre en œuvre les réductions des émissions de gaz à effet de serre nécessaires pour éviter une extinction majeure », expliquent dans leur article publié par Science Justin Penn et Curtis Deutsch, géoscientifiques à Princeton.

À l’aide d’une modélisation calibrée par rapport aux archives fossiles anciennes, ils prédisent les conséquences d’un changement climatique galopant sur les animaux marins et fournissent une explication plausible à un mystère océanique persistant dans le processus.

Les géoscientifiques ont découvert que nous reproduisons essentiellement un schéma similaire à celui observé lors de la « grande mort », il y a 252 millions d’années, lorsque des volcans crachant des gaz à effet de serre et des microbes crachant du méthane ont rapidement augmenté les températures de la Terre, faisant disparaître jusqu’à 90 % de toutes les espèces animales marines.

Comme nous continuons à envoyer dans l’atmosphère les gaz d’échappement des combustibles fossiles, l’excès de chaleur modifie la chimie de l’océan et réduit sa capacité à retenir l’oxygène. La nouvelle étude tient compte d’une relation bien étudiée entre l’oxygène, la température et les limites physiologiques de différentes espèces ; la conclusion suggère que notre trajectoire actuelle de réchauffement conduira à une extinction massive d’une ampleur que nous n’avons pas vue depuis la disparition des dinosaures non aviaires.

Et ce, sans même tenir compte des autres modifications de la chimie marine qui suivront – l’acidification des océans – et qui feront disparaître encore plus d’espèces.

Aujourd’hui, le réchauffement pousse déjà la vie marine vers des mers plus froides, faisant chuter les niveaux d’oxygène de l’océan à l’échelle mondiale, blanchissant les récifs, décimant les forêts de laminaires et, dans d’étranges blobs d’eau chaude, étouffant des masses d’animaux à mort. « Le changement climatique a pour effet de faire disparaître des espèces au bout du monde », expliquent les écologistes Malin L. Pinsky et Alexa Fredston, de l’université Rutgers, dans leur analyse de l’article pour Science Perspectives.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Si, à l’heure actuelle, le changement climatique occupe la cinquième place sur la liste des menaces les plus destructrices pour la vie océanique, après la surpêche, les transports, le développement et la pollution, d’ici la fin du siècle, il éclipsera toutes les menaces humaines directes réunies.

Les zones tropicales et les systèmes d’upwelling du Pacifique Nord, qui sont aujourd’hui super productifs, sont déjà proches des limites de la faible teneur en oxygène. Ces zones fournissent actuellement environ 20 % des protéines alimentaires de l’humanité. Mais ce sont les espèces polaires qui seront les plus touchées.

« Les espèces habitant initialement les tropiques peuvent tolérer des eaux chaudes à faible teneur en oxygène, ce qui les rend résilientes à l’expansion climatique de ces conditions, en particulier pour les espèces à forte capacité de colonisation », écrivent Penn et Deutsch. « En revanche, les espèces polaires occupent une niche climatique en voie de disparition et manquent de refuges d’habitat lorsque le climat se réchauffe. »

Dans le monde d’aujourd’hui, le nombre d’espèces animales différentes dans nos océans augmente des pôles vers les tropiques, cependant il y a longtemps eu un creux mystérieux près de l’équateur. Les données de ces modèles, ainsi que les archives paléontologiques, suggèrent que ce déclin de la biodiversité s’explique par le fait que de nombreuses espèces atteignent ici leur limite d’hypoxie en fonction de la température.

« L’ampleur de l’extinction que nous avons constatée dépend fortement de la quantité de dioxyde de carbone [CO2] que nous émettons à l’avenir », explique M. Penn. « Il reste suffisamment de temps pour modifier la trajectoire des émissions de CO2 et empêcher l’ampleur du réchauffement qui provoquerait cette extinction massive. » Ils ont ainsi calculé que si nous parvenons à limiter le réchauffement à 2 °C d’ici 2100, nous pouvons réduire les extinctions d’espèces de plus de 70 % par rapport au scénario le plus défavorable (8,2 °C). Même en limitant le réchauffement à 2,6 °C, l’impact du changement climatique sur nos océans resterait inférieur aux menaces plus directes. Mais ces scénarios nous obligent à opérer des changements massifs.

Il est clair que pour que le monde liquide qui enveloppe 70 % de notre planète continue de prospérer, nous devons nous attaquer aux menaces immédiates qu’il subit de notre part, de la pollution à la surpêche, ainsi qu’à la menace plus importante que nous représentons par le changement climatique causé par l’homme.

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
La Nature ne doit plus être l’angle mort de l’économie
Article précédent

La Nature ne doit plus être l’angle mort de l’économie

Prochain article

Rétablissement de l’aigle de Bonelli en Méditerranée occidentale

Derniers articles de Biodiversité

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez21
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email