Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Plantes montagnes
/

Les plantes migrent aussi, poussées par l’accélération du dérèglement climatique

Commencez
Poussées par l’augmentation des températures, de nombreuses espèces végétales fuient les zones trop chaudes pour migrer vers des altitudes ou latitudes plus élevées. Le phénomène s’accélère partout et notamment en Europe où une vaste étude internationale a observé la migration de colonies entières de plantes vers des sommets apparemment plus accueillants. De quoi bouleverser écosystèmes et paysages, à grande vitesse.
 
La biodiversité des sommets des montagnes est en train de s’enrichir de façon spectaculaire. Et ceci n’est pas une bonne nouvelle. C’est le résultat de migrations de plantes poussées par la « grande accélération » du changement climatique. Ce constat alarmant est le résultat d’une vaste étude menée par une cinquantaine de chercheurs européens et dont les résultats ont été publiés par la revue Nature. Les scientifiques ont, pour la première fois, mesuré sur le long terme –145 ans–– l’évolution de la flore de 302 massifs européens : Alpes, Pyrénées, Carpates, sommets d’Écosse, de Scandinavie, de Norvège, etc.
 
Pour 87% d’entre eux, les plantes ont profité de conditions météorologiques de plus en plus clémentes pour les coloniser. Une migration qui concerne même les espèces réputées pour se déplacer lentement. Le nombre d’espèces végétales ayant colonisé les sommets européens entre 2007 et 2016 serait ainsi cinq fois supérieur à celui observé entre 1957 et 1966.
Il ne fait aucun doute pour les scientifiques que cette accélération est causée par l’augmentation des températures. La hausse des températures atteint en effet 2°C ou 3°C dans certains massifs sur le siècle écoulé, avec une courbe ascendante plus prononcée au cours des dernières décennies.
 
Les chercheurs constatent également que d’autres facteurs globaux comme les retombées atmosphériques azotées liées aux polluants ou encore la fréquentation des sommets par l’homme n’expliquent pas, quant à eux, cette accélération.
 

Grande accélération

La « grande accélération », biologique, météorologique ou chimique, est un concept proposé par plusieurs scientifiques, dont le Néerlandais Paul Crutzen, Prix Nobel de chimie 1995, pour décrire la croissance exponentielle des altérations de la biosphère caractérisant l’anthropocène, l’époque géologique où l’homme est devenu la principale force agissant sur la Terre.
Le phénomène observé depuis les années 1950 par la communauté scientifique est « aujourd’hui perceptible dans les sites les plus reculés de la planète : les sommets de montagne », souligne le CNRS dans un communiqué.
 
Ces écosystèmes montagnards pourraient en outre être « fortement perturbés à l’avenir », note le CNRS.
Car, si dans un premier temps, la biodiversité croît, sans extinction observée dans l’immédiat, cela pourrait ne pas durer : les chercheurs mettent en garde contre la disparition de certaines plantes des sommets, incapables de rivaliser avec les espèces généralistes plus compétitives venues des niveaux inférieurs. « La richesse accrue des espèces devrait être un phénomène transitoire, cachant l’accumulation d’une dette d’extinction  à venir », prévient l’étude. Circonstance aggravante, les plantes nouvelles venues sur un écosystème sont généralement plus vigoureuses et s’imposent par leur taille et leur surface foliaire plus importante qui favorise la photosynthèse. Les populations indigènes n’y résisteront pas.
 
« Même si la biodiversité augmente, ce n’est pas forcément quelque chose qui peut perdurer », souligne à l’AFP un des auteurs, Jonathan Lenoir, chercheur au CNRS. Les plantes des sommets pourront éventuellement supporter des variations de températures, mais pas forcément la compétition, avec le risque de voir des espèces généralistes « supplanter des espèces emblématiques, et souvent endémiques, qu’on ne trouve que là », relève l’écologue.
 
La Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité (IPBES) a produit un bilan alarmant de l’état de la biodiversité dans le monde. En Europe, 42% des espèces d’animaux et de plantes terrestres ont vu leur population décliner ces dix dernières années.
 
Sources : CNRS, Nature, AFP
 

 

 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Des modélisateurs du climat reçoivent le prix Nobel de physique
Article précédent

Des modélisateurs du climat reçoivent le prix Nobel de physique

Nous faisons face à notre moment de vérité
Prochain article

Nous faisons face à notre moment de vérité

Derniers articles de Biodiversité

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez38
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print