Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Climat : que vous soyez « rassuriste » ou « catastrophiste », le mieux est de vous préparer au pire
/

Climat : que vous soyez « rassuriste » ou « catastrophiste », le mieux est de vous préparer au pire

Commencez

À mesure que l’effondrement annuel de notre climat, autrefois stable, devient plus évident, le déni est de moins en moins pertinent et de nouvelles lignes de bataille se dessinent. Des tensions inédites s’exacerbent entre les rassuristes climatiques, qui cherchent à minimiser l’ampleur de l’effondrement du climat, et d’autres, que l’on appelle avec mépris les  » catastrophistes « , qui s’inquiètent sincèrement de la possibilité d’une catastrophe, voire d’une menace existentielle pour la civilisation et l’humanité elle-même. Comme toujours, la vérité est entre les deux et s’il est peu probable que les menaces les plus extrêmes se concrétisent, s’en tenir au principe de précaution relève dans tous les cas du simple bon sens. C’est ce que nous enseigne Bill McGuire, professeur émérite de géophysique et de risques climatiques à l’Université de Californie (UCL) dans une tribune publiée ce 22 août par The Guardian.

Notre monde est en passe de subir un cataclysme climatique. Mais est-ce bien le cas ? Il n’y a pas si longtemps, les lignes de bataille concernant le réchauffement de la planète étaient claires : soit vous croyiez que cela se produisait et résultait des volumes colossaux de carbone rejetés par les activités humaines, soit vous n’y croyiez pas. Cependant, à mesure que l’effondrement annuel de notre climat autrefois stable devient plus évident, le déni s’avère de moins en moins pertinent et de nouvelles lignes de bataille se dessinent.

Nouvelles lignes de bataille

Si la chaleur torride, la sécheresse et les incendies de forêt généralisés ont maintenu le changement climatique dans l’esprit du public, ils ont également exacerbé les tensions entre les partisans de l’apaisement climatique, qui cherchent à minimiser l’ampleur de l’effondrement du climat, et d’autres, que l’on appelle avec mépris les  » doomers  » (ou  » catastrophistes « ), qui s’inquiètent sincèrement de la possibilité d’une catastrophe, voire d’une menace existentielle pour la civilisation et l’humanité elle-même.

Ce conflit croissant et de plus en plus âpre a des ramifications potentiellement graves pour nous tous. Les partisans de l’apaisement climatique sont considérés comme presque aussi mauvais que les négationnistes par certains, qui estiment que l’acceptation de leur message, selon lequel les choses ne sont pas aussi mauvaises qu’elles le paraissent, fera en sorte que nous ne serons pas du tout préparés si la dégradation du climat s’aggrave. D’un autre côté, il y a beaucoup de gens, y compris d’éminents climatologues, qui considèrent ceux qui présentent des scénarios plus extrêmes comme des prophètes de malheur inutiles, en décalage avec la réalité et qui ne cherchent qu’à nous faire peur.

Catastrophisme climatique

Le catastrophisme dans le domaine du climat n’est pas nouveau, et si l’on observe les conditions météorologiques extrêmes qui ont sévi dans une grande partie du monde cet été, il est facile de comprendre pourquoi beaucoup d’entre nous ont de bonnes raisons de craindre l’avenir. Mais les sentiments de peur ne sont pas seulement de vagues intuitions de quelque chose de désagréable qui nous guette. Certains membres de la communauté scientifique du climat ont également été taxés de catastrophistes, même par leurs propres collègues, mais il n’en demeure pas moins que leurs prévisions d’un avenir sombre, marqué par le changement climatique, sont publiées dans les plus grandes revues universitaires.

Dans un article publié en 2013, l’éminent climatologue James Hansen et ses coauteurs ont indiqué que la combustion de tous les combustibles fossiles entraînerait un réchauffement excessif et des conditions climatiques extrêmes auxquelles nous ne pourrions pas nous adapter, rendant la majeure partie de la planète inhabitable. Une autre étude publiée en 2018, a averti que nous pourrions franchir un point de basculement où aucune action future ne pourrait empêcher une marche vers une « Terre serre », culminant finalement avec la température mondiale de loin la plus élevée depuis plus d’un million d’années.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Une conclusion moins extrême, mais tout de même inquiétante, a été tirée dans un document de 2020 qui montre que le monde est sur une trajectoire correspondant au pire scénario du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Ce scénario suppose l’absence d’atténuation des émissions et nous voit poursuivre allègrement nos activités comme si de rien n’était, entraînant une hausse catastrophique de la température de 5 °C ou plus d’ici la fin du siècle. Les actions sur les émissions sont encore beaucoup trop lentes, mais il est déjà clair que nous ne sommes pas collectivement assez stupides pour ne rien faire. Néanmoins, disent les auteurs, compte tenu de notre faible compréhension de l’impact des boucles de rétroaction qui renforcent le réchauffement, il serait judicieux de nous préparer à une telle éventualité.

Les tensions entre les tenants du rassurisme et ceux du catastrophisme ont été particulièrement tendues récemment par la publication largement médiatisée d’un article dont les auteurs ont pensé l’impensable en notre nom. Ils concluent que les scénarios sinistres de « fin du jeu climatique » – y compris l’effondrement de la société et l’extinction de l’humanité – ont été jusqu’à présent « dangereusement inexplorés », et demandent au GIEC de rédiger un rapport spécial sur les scénarios allant du mauvais au pire.

Quelle voie choisir ?

De tels appels sont un anathème pour de nombreux défenseurs du climat, qui estiment que le simple fait d’exprimer de telles préoccupations entrave l’action sur les émissions en suscitant la peur et en donnant le sentiment qu’il est déjà trop tard pour maîtriser le réchauffement planétaire. D’autres rassuristes ont tout simplement une vision optimiste – certains diraient naïve – et débordent de confiance dans le fait que l’humanité surmontera ce problème, comme tous les autres. Aucune de ces perspectives n’est utile et, en fait, l’une ou l’autre pourrait bien aggraver la situation.

Adopter une approche qui satisferait à la fois les rassuristes et les catastrophistes est problématique et peut-être irréaliste. La vérité est que les scénarios les plus extrêmes de dégradation du climat ont très peu de chances de se réaliser, et même les scientifiques qui les ont signalés en conviennent. Néanmoins, ils sont possibles et, en tant que tels, nous avons le devoir de les aborder, ne serait-ce que parce que l’adhésion au principe de précaution relève du simple bon sens.

Certes, il serait très agréable de penser que nous surestimons la menace d’un dérèglement climatique ; néanmoins, suivre une ligne d’apaisement serait courir à la catastrophe. Ceci est d’autant plus vrai qu’il semble y avoir une propension croissante à qualifier de pessimiste tout ce qui ne fait pas partie du consensus actuel. Mais le consensus ne signifie pas que l’on a raison. En fait, des recherches ont révélé que les climatologues en tant que communauté professionnelle, tout comme les rapports du GIEC, sous-estiment la vitesse et l’intensité de la dégradation du climat.

La réalité est que notre compréhension des points de basculement potentiels et des effets de rétroaction reste trop limitée pour que nous puissions être sûrs de la gravité de la dégradation du climat. En outre, minimiser l’impact potentiel du dérèglement climatique est plus susceptible d’entraîner une réticence accrue à l’égard de la réduction des émissions que toute exagération potentielle de la fin de partie probable.

Une voie médiane ne serait à l’avantage de personne – ainsi, comme pour la plupart des situations où le risque est difficile à quantifier, il n’y a qu’une seule voie raisonnable à suivre : espérer le meilleur, tout en se préparant au pire.

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
La crise du plancton préfigure la faim du monde
Article précédent

La crise du plancton préfigure la faim du monde

Échec en haute mer
Prochain article

Échec en haute mer

Derniers articles de Analyses

Désoublier

Désoublier

Les crises qui s’accumulent nous poussent à l’oubli. Simplement pour ne pas

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez18
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email