Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Des vagues mortelles de chaleur balaient la planète

Des vagues mortelles de chaleur balaient la planète

Commencez

Des milliards de personnes viennent de ressentir l’intensité mortelle des vagues de chaleur alimentées par le climat. Sur les cinq continents, une chaleur torride a permis d’établir 1 400 records la semaine dernière et de montrer que le réchauffement climatique provoqué par l’homme a banalisé les températures catastrophiques.

Des dizaines de corps ont été découverts à Delhi au cours d’une période de deux jours cette semaine où même le coucher du soleil n’a pas apporté de soulagement à la chaleur et à l’humidité étouffantes. En Grèce, des touristes sont morts ou ont été portés disparus alors que le mercure grimpait en flèche. Des centaines de pèlerins ont péri avant d’avoir pu atteindre le site le plus sacré de l’Islam, terrassés par des températures atteignant 50 degrés. Au Japon, une vague de chaleur dépassant les 40 ° a fait 6 morts. Des alertes à la canicule ont été lancées à plus de 160 millions de personnes aux Etats-Unis, frappés hier encore, mardi, par une vague de chaleur extrême qui a entraîné des records de températures et fait plusieurs morts dans l’Ouest américain.

L’impensable est devenu monnaie courante

Selon les scientifiques, la chaleur torride qui s’est abattue sur les cinq continents ces derniers jours prouve une fois de plus que le réchauffement climatique dû à l’activité humaine a tellement élevé le seuil des températures normales que des catastrophes autrefois impensables sont devenues monnaie courante.

Ces souffrances sont survenues en dépit des prévisions selon lesquelles la vague de chaleur mondiale qui dure depuis un an pourrait bientôt commencer à s’estomper. Au contraire, au cours des sept derniers jours seulement, des milliards de personnes ont ressenti une chaleur dont l’intensité, alimentée par le changement climatique, a battu plus de 1 000 records de température à travers le monde. Des centaines de personnes sont tombées aux États-Unis, où des dizaines de millions d’habitants du Midwest et de la côte Est ont souffert de la chaleur au cours de l’une des pires vagues de chaleur de début de saison jamais observées.

« Il devrait être évident qu’un changement climatique dangereux est déjà en cours », a déclaré Michael Wehner, climatologue au Lawrence Berkeley National Laboratory. « Aujourd’hui même, des gens vont mourir à cause du réchauffement climatique ».

Le fait qu’une grande partie de la chaleur de ces derniers jours soit survenue après la dissipation du phénomène climatique El Niño — qui fait généralement grimper les températures mondiales — montre à quel point la pollution par les gaz à effet de serre a poussé la planète vers de nouveaux territoires effrayants, affirment les chercheurs. Les scientifiques s’attendaient à ce que cet été soit un peu plus frais que 2023, qui a été le plus chaud dans l’hémisphère nord depuis au moins 2 000 ans. Mais alors que l’été 2024 est entamé, des signes inquiétants indiquent que des conditions encore plus caniculaires pourraient encore se profiler à l’horizon.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Selon Zeke Hausfather, climatologue interrogé par le Washington Post, le mois de juin est déjà presque sûr d’établir un 13e record mensuel consécutif de température moyenne mondiale. Au mois de juillet, a-t-il ajouté, la planète pourrait approcher ou dépasser les moyennes mondiales les plus élevées jamais mesurées.

Selon les scientifiques, il n’est pas encore certain que la tendance inébranlable aux records de chaleur s’atténue bientôt, avec la transition attendue d’El Niño à son homologue plus froid, La Niña. Les scientifiques continuent également d’analyser les différents phénomènes météorologiques extrêmes afin de déterminer dans quelle mesure le changement climatique les a influencés, si tant est qu’il les ait influencés.

Les concentrations de gaz à effet de serre n’ont jamais été aussi élevées depuis 3 millions d’années

Ce qui est évident, c’est la façon dont l’homme a provoqué la hausse des températures de référence. « Les concentrations de gaz à effet de serre n’ont jamais été aussi élevées depuis 3 millions d’années. Le dioxyde de carbone piège la chaleur, si bien que la température de la planète augmente », explique Michael McPhaden, scientifique principal à la National Oceanic and Atmospheric Administration. « C’est de la physique toute simple.

Même si toutes les températures observées dans le monde cette semaine n’étaient pas sans précédent, elles témoignent néanmoins de l’évolution du climat, qui fait que les fortes chaleurs risquent d’arriver plus tôt et de durer plus longtemps. Pour environ 80 % de la population mondiale, soit 6,5 milliards de personnes, la chaleur des dernières semaines était deux fois plus susceptible de se produire depuis que l’homme a commencé à brûler des combustibles fossiles et à rejeter des gaz à effet de serre dans l’atmosphère, selon les données fournies par l’organisation à but non lucratif Climate Central.

Près de la moitié de ce nombre a connu ce que Climate Central considère comme une « chaleur exceptionnelle », c’est-à-dire des conditions qui auraient été rares, voire impossibles, dans un monde sans changement climatique. « Ce qui ressort vraiment, c’est le nombre de vagues de chaleur qui se produisent en même temps », a déclaré Andrew Pershing, directeur de la science climatique de l’organisation.

Tout au long de la semaine, des conditions « exceptionnelles » ont été observées dans une grande partie de l’Afrique, du Moyen-Orient, de l’Europe du Sud et de l’Asie du Sud-Est. L’explosion de la demande en climatisation a paralysé les réseaux électriques en Albanie et au Koweït. Selon la National Oceanic and Atmospheric Administration, la semaine dernière, plus de 1 400 records de température élevée ont été battus dans le monde.

Depuis le début de l’ère industrielle, les activités humaines – principalement la combustion de combustibles fossiles – ont réchauffé la planète d’environ 1,2 degré Celsius. Au cours des 12 derniers mois, la température de la Terre a été encore plus élevée, avec une moyenne d’environ 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels.

Pour évaluer dans quelle mesure le réchauffement augmente la probabilité d’un épisode de chaleur donné, Climate Central utilise plusieurs modèles climatiques mondiaux pour calculer la fréquence à laquelle cette température aurait été atteinte dans le climat préindustriel et la fréquence à laquelle elle l’est aujourd’hui. Cette technique, qui a fait l’objet d’un examen par les pairs et d’une publication dans une revue universitaire, souligne la manière dont le réchauffement a augmenté les risques de températures à la limite du tolérable.

Prévisions sombres

La chaleur du début de l’été pourrait laisser présager d’autres records mondiaux. Selon les climatologues, il faut s’attendre à une chaleur mondiale après qu’un phénomène El Niño d’une ampleur historique s’est développé cet hiver et s’est dissipé au début du mois. La même chose s’est produite en 2016, qui avait été l’année la plus chaude observée depuis au moins les années 1850 – jusqu’à ce qu’une vague de chaleur mondiale commence à battre ces records vieux de huit ans il y a un an.

Mais cette fois-ci, huit années supplémentaires d’émissions de gaz à effet de serre réchauffant la planète signifient que l’augmentation, par ailleurs naturelle, de la chaleur mondiale pousse la planète encore plus loin dans un territoire inexploré. Et ce, même si le dernier El Niño n’était « pas dans la même catégorie » que le modèle surpuissant de 2015-2016.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

El Niño, durant lequel les eaux anormalement chaudes du Pacifique remontent à la surface et transfèrent de grandes quantités de chaleur dans l’atmosphère, a laissé des traces partout dans le monde, notamment de la chaleur dans le sud et l’est de l’Asie et de fortes précipitations en Afrique de l’Est. Ces empreintes ont été particulièrement prononcées non pas parce que ce phénomène El Niño était excessivement fort, mais parce qu’il s’est développé dans un monde où les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter.

Bien qu’El Niño soit terminé, l’écho de son influence sur le réchauffement semble de plus en plus susceptible de pousser les températures annuelles moyennes de 2024 au-dessus du record établi en 2023.

En juillet dernier, les scientifiques ont enregistré les températures mondiales moyennes les plus élevées jamais observées – les plus élevées, selon eux, depuis plus de 100 000 ans. Il est possible que la planète dépasse ce seuil en juillet 2024 prochain, affirment les climatologues, et il est presque certain qu’elle s’en approchera.

Avec rapport du Washington Post Climate

S’abonner
Notifier de

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Le plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
patricia.fetnan@gmail.com
8 jours

«  Moi, je l’ai fait le feu, alors je le connais ! « , « Ça bascule et ça bouscule ! C’est ma planète ? » et «  Rouge comme le feu, le sang, le volcan . Rouge comme le feu ! » Cris du cœur d’un chœur d’enfants de 3 ans, sur les bancs de l’Ecole, à l’écoute de G. Bachelard ,. Et leur maîtresse : «  Ils voulurent connaître les secrets , les mystères alors ils auscultèrent le ventre de la Terre. » , «  Crache la lave, crache la flamme ! » À l’image, «  les apprenti.e.s » et «  les enfants de Gaïa… Lire la suite »

Avons-nous atteint le pic des émissions de CO2 ?
Article précédent

Avons-nous atteint le pic des émissions de CO2 ?

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de $1.99 par semaine seulement.
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print