Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Nos déchets de la pandémie tuent la faune sauvage à une échelle dévastatrice
/

Nos déchets de la pandémie tuent la faune sauvage à une échelle dévastatrice

Commencez

Au début de la pandémie, il est vite devenu évident que quelque chose n’allait pas : les premiers signes d’une menace potentiellement mortelle ont émergé dans le sillage du Covid-19. Il s’agissait en fait d’un problème ancien, mais qui a pris une nouvelle ampleur lorsque les humains se sont efforcés de se protéger contre le coronavirus. La production de masques à usage unique et d’autres équipements de protection individuelle (EPI) jetables, comme les gants médicaux, a explosé, tout comme leur présence dans l’environnement. Cette présence prend au piège la faune sauvage et finit par l’anéantir, indiquent des scientifiques dans une nouvelle étude qui documente les effets mortels de la « décharge Covid-19 » sur les animaux dans leur habitat naturel.

« La décharge Covid-19, se compose principalement de gants à usage unique (généralement en latex) et de masques faciaux à usage unique, constitués de ficelles de caoutchouc et surtout de tissu en polypropylène », explique une équipe de chercheurs des Pays-Bas dans un nouvel article publié dans la revue Animal Biology.

3 millions de masques par minute

« Les masques comme les gants présentent un risque d’enchevêtrement, de piégeage et d’ingestion, qui font partie des principaux impacts environnementaux de la pollution plastique. » Ce n’est pas un petit problème. Selon une estimation, un nombre stupéfiant de 3 millions de masques faciaux sont utilisés chaque minute pendant la pandémie de Covid-19, dont la plupart sont jetables, et ne sont ni conçus ni recommandés pour un usage répété.

Depuis des mois, les scientifiques mettent en garde contre les ramifications de cette montagne de déchets qui se retrouvent dans l’environnement, la décrivant comme une catastrophe qui pourrait durer des générations. Il ne s’agit pas seulement de déchets sur la terre ferme, mais aussi dans les océans, et dans des proportions ahurissantes : selon certains, plus de 1,5 milliard de masques de protection auraient été rejetés dans l’océan l’année dernière.

Aujourd’hui, nous avons une idée plus précise des conséquences de cette pollution plastique lorsqu’elle entre en contact avec les animaux, et ce n’est pas joli. Dans l’étude, suscitée par la découverte d’une perche piégée dans le doigt d’un gant en latex, une équipe dirigée par les biologistes Auke-Florian Hiemstra du Naturalis Biodiversity Center et Liselotte Rambonnet de l’université de Leiden a parcouru l’internet et les médias sociaux, recueillant des observations d’interactions entre des animaux et des déchets EPI depuis le début de la pandémie.

Une perche (Perca fluviatilis) piégée dans un gant EPI (GW9899-1E), trouvé lors d’un nettoyage Plastic Spotter dans les canaux de Leiden, aux Pays-Bas. Photographie d’Auke-Florian Hiemstra.

Ils ont découvert des oiseaux utilisant les déchets Covid-19 pour leurs nids, un merle d’Amérique (Turdus migratorius) mort empêtré dans un masque facial, une mouette avec un masque enroulé autour de sa patte pendant des semaines, et d’autres oiseaux incapables de retirer les masques de leurs serres ou de leurs becs. Chauves-souris, hérissons, poisson-globe et crabes – toutes sortes d’animaux ont été retrouvés empêtrés dans des masques et des gants, certains vivants et handicapés, d’autres morts, probablement à cause de l’EPI dont ils ne pouvaient pas se débarrasser.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Nid de foulque macroule (Fulica atra) partiellement construit avec un masque facial (GW9792-3) et un gant (GW9792-4). Nid situé au Beestenmarkt, Leiden, Pays-Bas, collecté le 6 septembre 2020. Photographie d’Auke-Florian Hiemstra.

Parfois, les animaux mangent involontairement le plastique, comme ce manchot de Magellan (Spheniscus magellanicus) retrouvé mort sur une plage du Brésil, avec un masque ingéré découvert plus tard dans son ventre. Des animaux domestiques comme les chiens et les chats ont fait la même erreur, et parfois même des personnes, ont constaté les chercheurs : « Un enfant de six ans a ingéré des parties d’un masque facial, accidentellement incorporé dans un nugget de poulet de McDonald’s », écrit l’équipe.

Sensibiliser le public

Pour continuer à collecter des données et sensibiliser le public à ce problème, les chercheurs ont créé un site web (covidlitter.com) où les gens peuvent partager leurs propres observations de ce sinistre phénomène – dans l’espoir qu’en comprenant mieux l’étendue de cette pollution omniprésente, nous pourrons contribuer à trouver des moyens efficaces de la contrer.

« La pandémie n’est pas encore terminée, et la quantité d’EPI utilisés ne peut qu’augmenter, et continuera à menacer la faune bien au-delà du moment où l’accès au vaccin sera généralisé », expliquent les auteurs. « En plus de cela, les articles déjà jetés se dégraderont en micro- et nanoplastiques et resteront dans l’environnement pendant des centaines d’années. »

Bien sûr, le véritable problème ici va au-delà des EPI jetables de l’ère Covid, car ce n’est qu’un autre exemple du problème encore plus important de la pollution plastique en général, découlant de la façon dont les gens utilisent et jettent les articles à usage unique. Néanmoins, dans la mesure où nous pouvons contrôler ce problème dans le contexte des EPI ici et maintenant, les chercheurs invitent le public à découper les gants jetables et à couper les sangles des masques avant de les jeter, car cela pourrait aider à empêcher les animaux sauvages de se faire piéger plus tard. « Les gens souffrent gravement de la pandémie de coronavirus, mais la nature en a assez de notre plastique », concluent les chercheurs.

Bien sûr, le véritable problème ici va au-delà des EPI jetables de l’ère Covid, car ce n’est qu’un autre exemple du problème encore plus important de la pollution plastique en général, découlant de la façon dont les gens utilisent et jettent les articles à usage unique. Néanmoins, dans la mesure où nous pouvons contrôler ce problème dans le contexte des EPI ici et maintenant, les chercheurs invitent le public à découper les gants jetables et à couper les sangles des masques avant de les jeter, car cela pourrait aider à empêcher les animaux sauvages de se faire piéger plus tard. « Les gens souffrent gravement de la pandémie de coronavirus, mais la nature en a assez de notre plastique », concluent les chercheurs.

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Cessons cette guerre insensée et suicidaire contre la nature
Article précédent

Cessons cette guerre insensée et suicidaire contre la nature

Ces scientifiques comptent utiliser des bactéries pour éliminer les microplastiques polluants
Prochain article

Ces scientifiques comptent utiliser des bactéries pour éliminer les microplastiques polluants

Derniers articles de Biodiversité

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez675
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email