Déjà inscrit ou abonné ?
Je me connecte

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Pour lutter contre les dérèglements climatiques ces femmes indiennes réinventent une culture ancestrale
/

Pour lutter contre les dérèglements climatiques ces femmes indiennes réinventent une culture ancestrale

Les dérèglements liés à la crise climatique —sécheresse, hausse des températures — ont une conséquence dramatique pour une grande partie de l’humanité : l’effondrement des ressources alimentaires. L’agriculture doit se réinventer mais ce n’est pas chose facile dans les régions où les modes de production industriels ont marqué des générations entières d’agriculteurs. En Inde, des femmes ont décidé de résister pour survivre. Elles se sont organisées pour réinventer une agriculture adaptée au climat actuel, oubliée depuis des lustres : celle du millet. Leur combat porte ses fruits et leur ouvre l’espoir de mieux nourrir leur famille et de préserver leur avenir. Histoire d’un combat de femmes du district semi-aride de Vizianagaram, dans l’État d’Andhra Pradesh, au sud de l’Inde.

« Beaucoup de gens ici étaient déconnectés de leurs champs. Ils travaillaient dans les villes voisines comme main-d’œuvre journalière et dépendaient du système de distribution publique pour le riz blanc, subventionné mais peu nutritif » explique K. Saraswathi, secrétaire exécutif de SABALA, une association à but non lucratif qui vise à renforcer la sécurité alimentaire des communautés par la culture du millet ; Elle poursuit en décrivant la scène qu’elle a rencontrée lorsque son organisation a commencé à travailler dans le district : « Quelques agriculteurs qui cultivaient du riz avaient perdu toute leur récolte à cause de l’absence de pluie. Les gens ressentaient cruellement le manque de sécurité alimentaire et de moyens de subsistance ».

Des récits similaires sont encore courants aujourd’hui dans d’autres régions du pays, où les agriculteurs ont soit complètement arrêté de cultiver, soit se sont concentrés sur des cultures de rente comme le coton, la canne à sucre et le tabac, ce qui les a laissés avec peu de ressources alimentaires ou de sécurité financière. La culture du riz et du blé a été fortement encouragée pendant la révolution verte des années 1960, lorsque les agriculteurs ont reçu des incitations à utiliser des semences hybrides et des engrais et pesticides chimiques. En conséquence, la production et la consommation de millet en Inde ont chuté de manière spectaculaire. Mais avec près de 60 % de la superficie agricole du pays consacrée à l’agriculture pluviale (non irriguée), les producteurs de riz et de blé sont trop dépendants de conditions météorologiques qui deviennent moins propices à l’agriculture avec le changement climatique.

Le district de Vizianagaram est l’un des nombreux endroits en Inde qui connaissent la renaissance de la culture du millet. Lorsque SABALA a approché pour la première fois les villageois du district au sujet de la culture du millet en 2006, les femmes se sont manifestées parce qu’elles et leurs enfants souffraient d’anémie, de retard de croissance et d’autres troubles causés par le manque de nutrition correcte. Aujourd’hui, SABALA travaille avec près de 2 000 agricultrices du district qui cultivent le mil, principalement pour leur propre consommation.

Janaki Bobbili, 29 ans, mariée et mère de deux enfants, est l’une d’entre elles. Elle appartient à la communauté marginalisée des « classes arriérées » du village de Veerabhadrapuram, dans le district de Vizianagaram. Dans le passé, elle se sentait désavantagée non seulement en raison de son sexe, mais aussi parce qu’elle appartenait aux niveaux les plus bas de la caste et de la classe.

Mais ce sentiment a lentement commencé à changer après que Bobbili eut participé à une réunion organisée par SABALA il y a environ cinq ans, où elle a été initiée à la valeur nutritive du millet. Peu après, Bobbili a commencé à cultiver le millet pour la subsistance de sa famille sur un terrain d’un hectare appartenant à son beau-père. Grâce à la culture du millet, elle est devenue leader d’une coopérative locale de mil et confie : « J’ai enfin une reconnaissance dans la société ».

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

La richesse des mils

Le mil est une famille de céréales rustiques et riches en nutriments de la famille des graminées qui sont cultivées et consommées dans le sous-continent indien depuis l’Antiquité. Les variétés courantes sont la perle, la sétaire, la digitale, la basse-cour, le kodo et le petit millet. Face au changement climatique, le millet est de plus en plus apprécié pour ses faibles besoins en eau pendant la culture et sa tolérance aux augmentations de température, ainsi que pour la capacité des céréales non transformées à bien se conserver pendant 20 à 30 ans. En Inde, où plus de 70 % des femmes travaillant en milieu rural sont des agricultrices et seront parmi les premières à subir les effets des changements climatiques, la culture du millet les aide à assurer leur nutrition, leur santé et un avenir plus résistant pour elles-mêmes et leur famille.

Un champ de millet à queue de renard dans le village de Cheedivalasa, district de Vizianagaram, Inde. Photo : SABALA

Aujourd’hui, comme dans un passé lointain, le millet est cultivé selon des pratiques agricoles durables telles que la polyculture, avec de la bouse de vache ou de buffle comme engrais et des pesticides naturels, les « insect-chasers », fabriqués à partir de neem et d’autres plantes médicinales locales. Ces techniques agricoles traditionnelles permettent à un agriculteur de cultiver 15 à 20 plantes sur une parcelle d’un demi-hectare. Avec le soutien de SABALA, les femmes du district de Vizianagaram ont commencé à cultiver différentes sortes de millet, entrecoupées de légumes, de légumineuses, de légumineuses à graines et d’oléagineux.

« L’investissement nécessaire pour commencer à cultiver le millet est faible, mais il offre toutes les garanties possibles. Outre la sécurité alimentaire, nutritionnelle et sanitaire, ils assurent également la sécurité financière, fourragère, semencière, pédologique, environnementale et culturelle », explique M. Saraswathi. « Telle est la beauté du mil. »

Investir dans la communauté

Fortes de leur succès dans la culture du millet, près de 300 agricultrices affiliées à SABALA se sont réunies en 2017, ont versé 1 000 roupies indiennes (environ 15 euros) chacune et ont créé une coopérative appelée Arogya. Arogya est un mot sanskrit qui signifie « bien-être global ». L’organisation compte aujourd’hui près de 1 000 agricultrices du district de Vizianagaram parmi ses membres, dont Bobbili, qui dirige le sous-comité de production du groupe.

Arogya achète les surplus de mil aux agricultrices du district, les transforme à l’aide de machines efficaces et vend le grain transformé dans le magasin de la coopérative. Le magasin est situé au centre du district et répond aux besoins de la communauté locale. Rentable dès sa première année d’activité, Arogya réinvestit ses bénéfices dans la formation de ses membres à la fabrication de produits à base de mil à valeur ajoutée, tels que des snacks frits et des produits de boulangerie prêts à consommer, ainsi que des mélanges prêts à l’emploi pour les repas chauds, qu’elle vend également dans son magasin. Pour assurer la cohérence de ses activités, Arogya obtient des contrats d’approvisionnement à long terme auprès des écoles et des foyers du district.

Pendant la pandémie actuelle, la coopérative a soutenu activement les efforts de secours locaux. « Nous avons vendu une tonne de nos biscuits nutritifs à base de millet à une association à but non lucratif à un prix symbolique », explique Bobbili. L’association locale a ensuite distribué gratuitement les biscuits au millet à des enfants pauvres, afin d’améliorer leur nutrition et de renforcer leur immunité.

Récupérer le pouvoir

« Avoir leur propre travail et la liberté de prendre des décisions sont des opportunités rarement offertes à ces femmes », souligne Shiney Varghese, analyste politique senior à l’Institut pour l’agriculture et la politique commerciale de Minneapolis, qui a visité plusieurs projets de culture du millet en Inde. « La culture du millet est un moyen pour elles de faire pousser les cultures vivrières de leur choix pour elles-mêmes et leurs familles. Elle améliore leurs moyens de subsistance, leur donne confiance en elles et leur vaut le respect de leur famille et de leur communauté ».

Arogya représente désormais une source de revenus à la fois pour les agriculteurs qui vendent leurs surplus de millet à l’organisation et pour ceux qui participent à la fabrication des produits à valeur ajoutée. Grâce à ce revenu supplémentaire, certaines femmes ont pu acheter une vache ou un buffle, qui leur fournit à la fois du lait et du fumier.

« Auparavant, les espaces communs comme les temples et les bureaux publics n’étaient accessibles qu’aux hommes. Aujourd’hui, les femmes se manifestent et sont visibles partout. Elles élèvent la voix et se battent pour leurs droits », constate Saraswathi de SABALA. « Dans la plupart de nos foyers paysans, le mari consulte désormais sa femme sur les questions importantes ».

 

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Medapureddy Ramulamma, 61 ans, dans son champ de millet perlé du village de Cheedivalasa, district de Vizianagaram. Photo : SABALA.

Sandhya Rani Garu, chercheuse à la station de recherche agricole de Vizianagaram, se fait l’écho des commentaires de Saraswathi. Elle explique : « Lorsque j’ai commencé à travailler dans le district en 2014, les femmes étaient si timides qu’elles ne voulaient même pas sortir de chez elles. Aujourd’hui, elles parcourent environ 100 kilomètres depuis leurs villages pour participer à nos programmes de formation et à nos festivals agricoles. Elles sont financièrement indépendantes et capables de soutenir l’éducation de leurs enfants ».

Les défis à venir

La relance de la culture du millet dans le district de Vizianagaram a connu au début des difficultés. Il y avait un manque de disponibilité de semences dans les premières années, résolu en temps voulu par le développement d’une banque de semences communautaire. De même, la difficulté de la transformation des céréales a été résolue lorsqu’Arogya s’est procuré des machines spécialisées pour cette tâche.

Mais d’autres obstacles subsistent. Alors que les cultures de millet n’attirent pas les insectes, grâce à l’enrobage multicouche du grain, les oiseaux sont connus pour détruire les champs de millet. Et contrairement aux cultures commerciales de riz et de blé, aucune assurance n’est disponible à ce jour pour couvrir les dommages causés aux cultures de millet. En outre, les banques n’ont que récemment commencé à accorder des prêts aux producteurs de millet. « Nous avons besoin de plus de soutien de la part des autorités à chaque étape », demande M. Saraswathi. « Les liens entre la production, la transformation et la consommation doivent être renforcés ».

Les producteurs de millet de toute l’Inde sont confrontés à des défis similaires. Les organisations de coordination comme le Millet Network of India (MINI) soutiennent les groupes de base, en les aidant à relever ces défis et à relancer la culture du millet dans leurs régions respectives. Le MINI travaille désormais avec 15 partenaires dans huit États indiens. Plusieurs organisations à but non lucratif dirigées par des femmes, telles que le Collectif des femmes dans l’État du Tamil Nadu au sud de l’Inde et NEN Nagaland dans le nord-est du pays, permettent aux agricultrices d’atteindre la sécurité alimentaire et la résilience climatique grâce à la culture du millet. Une autre plateforme, All India Millet Sisters, compte plus de 10 000 agricultrices membres dans tout le pays.

La pression populaire pour l’inclusion du millet dans la loi nationale sur la sécurité alimentaire de 2013 a conduit à l’ajouter au catalogue des céréales, avec le riz et le blé. Selon la loi, ces céréales doivent être fournies aux deux tiers des ménages indiens à des taux fortement subventionnés via le système de distribution public. Malgré l’inclusion du millet au niveau national, son inclusion dans les programmes de distribution publique au niveau des États a varié à travers le pays. Des groupes comme le MINI et l’AIMS continuent à faire pression pour que les millets fassent partie de tous les programmes alimentaires publics au niveau des États et des districts.

Certaines autorités étatiques, comme celles du Karnataka et d’Odisha, sont à l’origine de programmes de distribution de mil dans leurs États respectifs. L’accent renouvelé sur la production et la consommation de millet vise à aider les petits agriculteurs indiens et leurs communautés à devenir résistants au climat tout en améliorant la biodiversité agricole.

M.Varghese, qui a fait partie du groupe d’experts de haut niveau du Comité des Nations unies sur la sécurité alimentaire de 2017 à 2019, promet : « L’intensification des efforts agroécologiques par des approches de résilience au climat comme la culture du millet contribuera grandement à la sécurité alimentaire et hydrique locale tout en mettant fin à la faim et à la malnutrition».     

Anne Pinto-Rodrigues est une journaliste spécialisée dans les questions sociales et environnementales. Sa spécialité géographique est l’Inde, où elle est née et a grandi. Anne a été publiée dans The Guardian, The Telegraph, Ensia, CS Monitor et plusieurs autres publications internationales. Son article a été publié dans Yes!

Image d’en-tête : Des agricultrices dans un champ de millet brun au village de Marlapalli, dans le district de Vizianagaram, en Inde. Photo : SABALA

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

"Portraits de paysan.nes" : valoriser une autre politique agricole et alimentaire

Le glyphosate créerait des biomarqueurs dans l’organisme qui se transmettent de génération en génération
Prochain article

Le glyphosate créerait des biomarqueurs dans l’organisme qui se transmettent de génération en génération

Derniers articles de Sécurité alimentaire et agrostratégies

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
167 Partages
Partagez167
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print