Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Échec de la réduction des pesticides : 1% des financements publics

Commencez

Parmi les principaux pays utilisateurs de pesticides en Europe, la France ambitionne d’en réduire l’usage de 50% à horizon 2025. Pourtant, le recours à ces produits a augmenté de 25% en dix ans. Pourquoi un tel échec ? C’est le constat d’un rapport inédit du think tank de la Fondation Nicolas Hulot mettant en évidence le déficit d’accompagnement des agriculteurs et agricultrices par les financements publics et privés.

Pour comprendre les raisons d’un échec qui ne dit pas son nom, le think tank de la Fondation Nicolas Hulot s’est intéressé aux financements publics et privés perçus par les acteurs agricoles et alimentaires au cours des dix dernières années : Quels sont-ils ? Où vont-ils ? Concourent-ils vraiment à accompagner les agriculteurs vers la réduction drastique des pesticides ? Un travail mené durant une année entière avec le Bureau d’Analyses Sociétaire pour une Information Citoyenne (Basic). Conclusion ? Elle est sans appel : depuis 2008, la France a donné au monde agricole de grands objectifs à atteindre sans lui en donner les moyens.

23,2 milliards d’euros de fonds publics = 1% avéré sur la réduction des pesticides

Il s’agit là du premier panorama des financements publics versés aux acteurs de l’alimentation. Il en ressort un chiffre inédit à ce jour : ils perçoivent 23,2 milliards d’euros par an, qui comprend les financements publics dont la PAC, mais aussi les dispositifs d’allègements fiscaux dont bénéficient des acteurs économiques.

Le rapport montre que sur ces financements conséquents, seuls 11% ont pour intention de répondre à l’objectif de réduction des pesticides. Mais la réalité est bien pire. En réalité, seul 1% y contribue de manière avérée ! Un comble en termes d’efficacité de l’usage de l’argent public alors même que la nécessité de réduire l’utilisation des pesticides est dans toutes les bouches, et que les résultats des politiques menées depuis dix ans sont catastrophiques : + 25% d’usage des pesticides entre 2009 et 2018.

La conclusion est claire : les pouvoirs publics donnent au monde agricole des objectifs de réduction de l’usage des pesticides, aussi nécessaires qu’ambitieux, sans lui donner les moyens de les atteindre. Cela est d’autant plus inacceptable que les marchés agricoles et alimentaires ne rémunèrent pas suffisamment la production agricole.

La société française est traversée de multiples tensions et le monde agricole n’y échappe pas. Ces derniers mois encore, le terme d’agribashing s’est offert une place de choix à la table des discussions. De quoi est-il le nom ? Disons-le sans ambages, il est un moyen confortable pour certains leaders de l’agriculture française – ministres en tête – de se faire les porte-drapeaux d’une profession inquiète, sans avoir à répondre des politiques publiques menées. Mais cette instrumentalisation politique ne justifie pas d’ignorer le problème sous-jacent, celui d’une confiance en partie perdue entre la société, les pouvoirs publics et les agriculteurs et agricultrices. Ces derniers et dernières font valoir à juste titre leur rôle vital. La capacité des agriculteurs à répondre présent lors du premier confinement lié à la Covid-19 est venue le rappeler à chacun. La société et la science, quant à elles, posent néanmoins des questions au monde agricole. A ces milliers de femmes et d’hommes qui, après la Seconde Guerre mondiale, ont remporté, en Europe, la bataille contre la faim, est dorénavant posée la question de leur rôle dans la bataille contre la “Fin du monde”.

Cette perte de confiance couplée à la montée des difficultés économiques prend de multiples visages. L’un d’eux, tragique, se traduit par le manque de vocations. D’ici 2026, 45 % des agriculteurs vont cesser leur activité et la moitié d’entre eux pourrait ne pas trouver de repreneurs. Ces remplacements qui viennent à manquer ouvrent déjà la porte à l’accaparement des terres, à toujours moins de travail par hectare ou aux rachats étrangers non voulus. Les sujets de la discorde sont connus : d’un côté l’usage des pesticides et la simplification des pratiques et des paysages agricoles forment un cocktail explosif pour la biodiversité et font peser sur la santé humaine des risques qu’une partie majeure et croissante de la population ne souhaite plus prendre. De l’autre, la compétition internationale, la pression des transformateurs et distributeurs, et le poids des modèles économiques rendent complexe la mise en place d’une transition écologique de l’agriculture, souvent perçue comme économiquement et alimentairement non viable.

L’objet de cette étude se situe donc à la frontière des attentes et des questionnements. Il consiste à publier, pour la première fois, un panorama des financements publics et privés de l’agriculture et de l’alimentation française et de leurs impacts sur l’usage des pesticides. Le constat est glaçant et suggère une simple question : qui peut encore être surpris de notre incapacité collective à atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés à travers les différents plans Ecophyto depuis 2008 ? A mille lieues des discours sur l’incitation et l’accompagnement à un changement de modèle, notre étude lève le voile sur une tuyauterie financière qui ne permet pas à l’agriculture française de remporter la bataille du vivant. Si elle ne fait pas tout, la reconception des financements publics et privés représente une condition indispensable à la mise en place d’une nouvelle feuille de route partagée entre la société française et les agriculteurs et agricultrices et de l’affirmation d’une coresponsabilité pour atteindre les objectifs nationaux que nous nous sommes fixés en matière de réduction massive de l’usage des pesticides, jusqu’à pouvoir à terme, s’en passer. »

(Edito du rapport)

Nicolas Hulot, Président d’honneur et Alain Granjean, Président

Des financements privés tout aussi conséquents qui confortent le système en place

Évalués à 19,5 milliards d’euros par an, les financements issus des acteurs privés – banques, coopératives agricoles… – pèsent à peu près autant que les financements publics. Ils se trouvent essentiellement sous forme de prêts qui sont davantage mobilisés par les exploitations agricoles les plus utilisatrices de pesticides (60% d’emprunts de plus que les exploitations les moins intensives en pesticides).

Concernant les autres acteurs de la chaîne alimentaire étudiés, 85% des emprunts bancaires par les industries agroalimentaires sont majoritairement contractés par les grandes entreprises et entreprises de taille intermédiaire (de plus de 250 salariés). Or la majorité du chiffre d’affaires de ces entreprises est associée à des produits issus de matières agricoles “conventionnelles”, utilisatrices de pesticides. Ainsi malgré un contexte d’incitation à la réduction de l’usage des pesticides, les financeurs privés restent passifs et alimentent in fine le statu quo.

La double analyse public/privé met également en évidence que le poids de l’échec est trop souvent mis sur les épaules des agriculteurs, alors que la responsabilité est bien du côté des pouvoirs publics et de l’ensemble des acteurs agricoles et alimentaires.

Un échec qui alimente une dangereuse dualisation de l’agriculture

57 % des exploitations pourraient changer de modèles si elles étaient vraiment accompagnéesLe rapport démontre également que le groupe des agriculteurs les plus utilisateurs de pesticides (9% des exploitations agricoles et 7% de la surface agricole utile) a augmenté sa consommation de 55% en dix ans. Cette évolution s’explique essentiellement par la croissance de cet ensemble d’exploitations agricoles (en termes de nombre d’exploitations comme de surface agricole). Autrement dit, les plus gourmands en pesticides, toujours plus nombreux et plus grands, tirent les chiffres de consommation vers le haut. En corollaire, les exploitations les moins utilisatrices de pesticides ont réduit leur consommation de 1% en dix ans ; elles occupent 31% de la surface agricole mais voient leur nombre diminuer.

Entre les deux, il apparaît que 57% des exploitations se situent dans la moyenne des consommations et se trouvent à la croisée des chemins. Pour elles, les prochaines années seront déterminantes car elles semblent se trouver sur une ligne de crête. Ainsi, les exploitations faiblement à moyennement utilisatrices représentent 91% des exploitations agricoles. Ce sont bien elles, en priorité, que les pouvoirs publics doivent accompagner pour faire pencher la balance du bon côté : leur donner un cap et des perspectives, sécuriser leur transformation, assurer la rémunération des systèmes agricoles vertueux et booster les installations et transmissions en agroécologie. Ce dernier point est clef : dans 10 ans, la moitié des agriculteurs seront partis à la retraite. Le renouvellement des générations est donc clé pour atteindre les objectifs écologiques. La France doit se donner pour objectif 10 % d’installations en agroécologie dans dix ans.

Accompagnement, renouvellement des générations et responsabilisation et… 10 ans pour réconcilier agriculture, biodiversité et économie

La PAC peut énormément. Ainsi, son application nationale – via le plan stratégique national actuellement en formalisation – devra pousser tous les curseurs suivants :

  • 5 fois plus de moyens pour rémunérer les systèmes de production en agriculture biologique et accompagner la conversion.
  • 40% du premier pilier dédiés à des paiements aux agriculteurs pour les services environnementaux qu’ils fournissent
  • Ne préserver que quelques “Mesures Agroenvironnementales et Climatiques systèmes” et renforcer très fortement leurs ambitions et leur financement.
  • Transformer la dotation jeunes agriculteurs en une dotation avec une aide largement bonifiée pour les installations en agroécologie sans critères d’âge.
  • Soutenir les démarches d’accompagnement de collectifs engagés dans l’agroécologie et l’alimentation durable.
  • 63 millions d’euros de financements annuels pour la mise en place de 1.254 Projets Alimentaires Territoriaux Ecologiques et Solidaires en France.

La PAC est essentielle mais elle ne peut pas tout : il existe également des marges de manœuvre nationales conséquentes pour accompagner et responsabiliser l’ensemble des acteurs agricoles et alimentaires. Les financements nationaux comptent pour 53% à 60% de la part des montants qui bénéficient au système agricole et alimentaire. Ils jouent donc un rôle central dans la dynamique de réduction des pesticides.

La mise en place d’une fiscalité bonus-malus bien pensée, basée sur le principe pollueur-payeur peut être un outil efficace pour à la fois responsabiliser l’ensemble des acteurs du secteur alimentaire -utilisateurs de pesticides mais également distributeurs et transformateurs, grande distribution et producteurs de pesticides… – (malus) et accompagner les agriculteurs dans la transition (bonus).
En effet, sans un engagement plein et entier de l’ensemble du secteur comme de leurs financeurs privés, les objectifs seront loin d’être atteints et les agriculteurs resteront les seuls à faire les efforts nécessaires.

La cohérence des politiques publiques et l’engagement des acteurs privés ne serviraient pas seulement la cause de la biodiversité. Ce serait le fondement d’un nouveau contrat entre l’agriculture et la société, mettant fin à la dissonance historique entre les objectifs assignés à l’agriculture et les moyens qu’on donne aux acteurs pour y répondre.

Lire le rapport complet

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

"Portraits de paysan.nes" : valoriser une autre politique agricole et alimentaire

Que sera l'agriculture demain ?
Prochain article

Que sera l'agriculture demain ?

Derniers articles de Sécurité alimentaire et agrostratégies

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez34
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print