Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

La Chine veut confisquer les smartphones des enfants

La Chine veut confisquer les smartphones des enfants

Commencez

Le régulateur chinois du cyberespace a déclaré ce 2 août que les mineurs devraient être limités à un maximum de deux heures par jour sur les smartphones, ce qui a fait chuter les actions des entreprises technologiques.

Des millions de Chinois ont été choqués au début de l’année lorsque la vidéo d’un garçon de 13 ans du Guangxi menaçant de couper son père avec un hachoir est devenue virale sur les médias sociaux. La raison de la colère du fils : son père lui avait retiré son téléphone parce qu’il passait trop de temps dessus. L’incident est devenu un exemple extrême des dangers de l’addiction à l’écran qui touche la jeunesse chinoise.

Aujourd’hui, c’est le gouvernement qui veut confisquer les téléphones des enfants.

L’Administration chinoise du cyberespace (CAC) a exprimé le souhait que les fournisseurs de smartphone introduisent des programmes comprenant des « modes mineur », interdisant aux utilisateurs de moins de 18 ans d’accéder à Internet sur des appareils mobiles entre 22 heures et 6 heures du matin. Les utilisateurs âgés de 16 à 18 ans auraient droit de passer jusqu’à deux heures par jour sur leur smartphone, les enfants âgés de 8 à 16 ans, une heure, et les enfants de moins de 8 ans à seulement huit minutes.

La proposition de règlement fait l’objet d’une période de consultation qui durera jusqu’au 2 septembre, mais elle a déjà fait chuter les marchés technologiques du pays. Les actions des entreprises technologiques chinoises à Hong Kong ont chuté mercredi, Alibaba perdant plus de 3 % et Bilibili près de 7 %, et continuant à baisser légèrement le lendemain. Tencent a chuté de plus de 3 % et Weibo de plus de 5 %.

« Il y a toutes sortes d’entreprises qui fournissent des services aux enfants en ligne », explique à TIME Minglu Chen, maître de conférences en gouvernance chinoise à l’université de Sydney, « leur intérêt serait donc massivement affecté si cette politique devait être adoptée ».

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Pourtant, cette décision n’était pas vraiment inattendue. Le gouvernement du président Xi Jinping a déclaré à plusieurs reprises que les jeunes étaient essentiels au développement de la Chine, et les autorités ont déjà introduit des mesures pour réguler l’addiction des jeunes à la technologie.

L’addiction aux smartphones, en particulier, a été exacerbée par la pandémie de COVID-19. Une étude réalisée en 2022 par des chercheurs de l’université canadienne McGill a révélé que la Chine, ainsi que la Malaisie et l’Arabie saoudite, se classaient en tête des 24 pays où l’utilisation des smartphones est problématique. Le journal d’État chinois Global Times a reconnu le problème en citant une enquête qui a montré que 21,3 % des enfants laissés pour compte (enfants de moins de 16 ans dont les deux parents quittent leur ville pour travailler) étaient devenus gravement dépendants des smartphones.

Les conséquences peuvent être graves. L’addiction aux téléphones a été associée non seulement à l’improductivité et à un comportement antisocial, mais aussi à des niveaux de stress plus élevés, à une mauvaise qualité du sommeil et à des troubles de l’humeur. L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) soutient l’interdiction des smartphones dans les écoles en raison de leur lien avec les mauvais résultats scolaires et l’augmentation de l’incidence des brimades.

« Il s’agit d’enfants qui, dans quelques années, constitueront la force de travail de la Chine », explique M. Chen. « Il y a donc toujours eu de fortes inquiétudes quant à la manière dont les enfants sont élevés pour servir les intérêts de l’État à l’avenir.

La politique proposée

Selon la proposition de la Cyberspace Administration of China (CAC), les appareils mobiles intelligents et les applications devraient disposer d’un mode mineur qui pourrait être facilement activé ou désactivé par les utilisateurs adultes. Les parents sont « encouragés » à activer le mode mineur sur les appareils de leurs enfants, et la sortie du mode mineur nécessiterait l’approbation d’un parent.

En mode mineur, les appareils et les applications devront limiter l’utilisation quotidienne à 40 minutes pour les moins de 8 ans, à une heure pour les moins de 16 ans et à deux heures pour les moins de 18 ans. Une fois le temps écoulé, l’appareil doit fermer les applications qui n’ont pas été exemptées par les parents. Certaines fonctionnalités, notamment celles liées aux services d’urgence et aux programmes éducatifs, ne seront soumises à aucune limite de temps.

L’efficacité d’une telle interdiction reste à démontrer, car les restrictions pourraient être contournées par des utilisateurs avertis – une préoccupation également présente dans d’autres pays qui envisagent d’adopter des règles similaires. Des applications comme TikTok ont tenté de réglementer le temps passé par les mineurs sur la plateforme, mais pour beaucoup de ses jeunes utilisateurs, ces contrôles sont faciles à contourner.

Malgré les exigences spécifiques imposées aux fabricants d’appareils et d’applications, la proposition de la Chine n’est pas claire sur la manière dont la politique sera appliquée, hormis les inspections du gouvernement. Les sanctions pour les contrevenants n’ont pas été précisées, ce qui a suscité l’inquiétude des entreprises technologiques qui craignent d’être tenues pour responsables de la mise en œuvre des nouvelles règles.

La Chine dispose toutefois d’un registre de toutes les personnes qui utilisent l’internet, y compris celles qui jouent régulièrement à des jeux vidéo, ce qui lui permet de surveiller et de réglementer l’utilisation de l’internet. Elle a mis en place un système strict d’enregistrement des noms réels sur l’internet, qu’elle n’a cessé de renforcer au fil des ans. Malgré cela, de nombreux enfants cherchant à jouer à des jeux vidéo au-delà des limites déjà imposées ont trouvé des solutions de contournement, allant des fausses cartes d’identité aux salles d’arcade pour smartphones.

Alfred Wu, professeur associé qui étudie la gouvernance chinoise à la Lee Kuan Yew School of Public Policy de Singapour, a déclaré qu’en raison des difficultés de mise en œuvre, la proposition semble être davantage un « signal » adressé aux entreprises technologiques et aux enfants qu’une règle stricte : « C’est un peu comme si le gouvernement intervenait dans un domaine sur lequel il n’a en réalité aucun contrôle ».

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Source : Time

S’abonner
Notifier de

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Le plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
jm.mocaer@ecomail.bzh
10 mois

La Chine est coutumière des restrictions de liberté dans divers domaines. Mais restreindre ou interdire l’usage du smartphone – je rigole car cet appareil n’est en rien « intelligent » et il sert à tout sauf généralement de téléphone – est-il une véritable atteinte aux libertés ? La réponse à ma question est sans contestation apportée par l’attitude des parents de la Silicon Valley dans ce domaine : ils interdisent ou restreignent l’accès à leurs propres enfants de ce qui a fait leur fortune… car ils connaissent les dangers que représente leur technologie. Pas fous, c’est bon pour les enfants des autres,… Lire la suite »

Article précédent

Les réseaux sociaux, pour le meilleur et pour le pire

Forte activité climatosceptique en France : la main de Moscou ?
Prochain article

Forte activité climatosceptique en France

Derniers articles de Société de l'information

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de $1.99 par semaine seulement.
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print