Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Suivons les Indiens, ne confinons plus l’avenir !

Tribune libre

Commencez

Alors que le débat sur un nouveau confinement fait rage, nous percevons mieux aujourd’hui la dramatique incidence sur les plus jeunes de la privation de liberté qui pèse sur eux depuis un an. Leur génération est sacrifiée pour protéger leurs aînés alors qu’ils représentent l’avenir, donc les valeurs pour lesquelles les plus âgés dans toutes les sociétés de tous les temps étaient jusqu’ici prêts à tous les sacrifices, à commencer par celui de leur vie. Serons-nous les premiers à faire passer nos enfants après notre espérance de vie ? Que penser d’un tel choix au prix de la honte ?

Les jeunes ne risquent rien du Covid

Chaque année en France, environ 3500 décès sont à déplorer chez les moins de 15 ans, et 15000 décès entre 15 et 44 ans ; or, au 28 janvier 2021, seuls 3 décès pour lesquels le Covid-19 est mentionné parmi les causes de la mort ont été observés chez les moins de 15 ans (tous trois liés à une comorbidité majeure (1)), tandis que sur les 191 décès associés au Covid survenus entre 15 et 44 ans, au moins 128 étaient liés à une comorbidité majeure. Si la mort d’une personne jeune est toujours un drame, doit-on enfermer les 36 millions de Français âgés de moins de 45 ans pour prévenir tout facteur de décès possible ? En 2019, 549 jeunes de 18 à 24 ans sont morts par accidentalité routière, soit au moins 20 fois plus que par le Covid-19 en 2020. Notre société est-elle devenue semblable à cette mère de l’Arrache-Cœur (2) qui encageait ses enfants pour les protéger (3)

Les jeunes risquent tout du confinement

Les jeunes subissent les effets physiques délétères du confinement, même si la plupart ne se révèleront que plus tard — relativement au surpoids, au déficit d’activité musculo-squelettique, aux addictions inévitables, à la carence de stimulation immunitaire, etc. Beaucoup, ne pouvant trouver un travail ou un « job » d’étudiant, sont condamnés à la misère, avec son terrible impact sur la santé ; certains souffrent de la faim, toxique à court terme sur le cerveau. Quant aux effets psychiques, ils sont si graves — troubles anxio-dépressifs pout un tiers d’entre eux, doublement des crises suicidaires chez les adolescents…— que l’alarme retentit partout.

Au-delà de la santé, que dire de la suspension de tous les projets artistiques ou sportifs, essentiels à l’épanouissement créatif ? De l’assuétude aux écrans au détriment de la culture, à l’âge de l’expansion sur les mondes possibles ? De l’interdiction de facto des échanges entre pairs, pourtant cruciaux pour la maturation sociale ? De l’impossibilité des rencontres amoureuses, aussi vitales soient-elle ? De l’effondrement des valeurs de liberté au cœur de la confiance dans la démocratie ? Reconnaissons-le, l’ombre portée du confinement s’étend de façon sinistre sur ceux qui incarnent notre avenir.

L’immunisation des jeunes bénéficie à tous

Depuis un an, nos jeunes sont stigmatisés comme irresponsables et dangers potentiels pour leurs aînés. En réalité, nos jeunes ont accepté de façon remarquable ce confinement à leur détriment. Aujourd’hui, il est confirmé que l’on ne peut éradiquer une telle épidémie dans un pays démocratique ; or plus une population est immunisée, plus elle est protégée. L’immunisation naturelle des plus jeunes est donc le plus court chemin vers une protection durable des plus âgés, sans le long délai nécessaire à leur couverture vaccinale, avec les rebonds mortifères qu’un tel délai entraîne (4). Nous ne devons pas avoir peur de l’immunisation naturelle des plus jeunes : celle-ci est notre meilleure chance de sortir rapidement du cauchemar, tout en préservant notre capital immunitaire, décisif pour affronter les épidémies à venir (il n’y a pas que le Covid-19 (5)).

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Une confirmation éclatante et capitale du bénéfice de l’immunisation des plus jeunes est venue ces jours-ci de la plus grande démocratie du monde : l’Inde, grâce à sa population jeune, semble avoir atteint l’immunité collective (6), ceci sans hécatombe (155 000 morts attribués au Covid-19, soit 2 fois plus de décès qu’en France pour une population 20 fois plus grande).

L’immunité collective fait rêver l’Inde. Photo FranceinfoTV

En effet, après un confinement de mars à juin, ruineux pour l’économie indienne (et donc pour la santé des Indiens), les restrictions avaient été progressivement levées, — les mesures-barrière restant toutefois en vigueur —, ce qui a permis l’immunisation de la population : « le printemps revient en Inde et un soupçon de légèreté flotte dans l’air… » (7).

Craint-on l’irresponsabilité des jeunes Français ?

Doit-on les présumer incapables de ne pas risquer de contaminer une personne vulnérable ? Refusons cette image négative de notre jeunesse, osons lui donner notre confiance, confirmons-là dans la solidarité entre générations que tous ont toujours assumée. Laissons même nos jeunes se réunir comme il sied à leur âge, mettons plutôt l’accent sur le respect des mesures de prévention à l’efficacité prouvée pour protéger leurs aînés. Le désir le plus cher de ceux-ci n’est-il pas la joie des plus jeunes ? Pas une seule personne âgée ne souhaite prolonger sa vie au prix de l’enfermement de ceux dont le bonheur donne encore sens à son existence. Au lieu de condamner les jeunes à la misère assistée, pourquoi ne pas s’appuyer sur eux, une fois immunisés, pour soutenir les anciens qui meurent de solitude ? Parions sur leur générosité au lieu de les enfermer !

Le Président Macron a 43 ans ; pour l’avoir vécu dans son corps, il sait qu’à son âge on ne risque rien du Covid ; il a osé suivre son intuition, résister aux experts officiels, retarder un troisième confinement. Mais aujourd’hui il s’agit de faire face à l’Histoire ! Qu’il n’en doute pas, la majorité de la population le soutiendra s’il s’oppose au confinement des plus jeunes, consciente des tragédies dont cela serait porteur pour le futur. Ayons l’audace d’exempter désormais les moins de 45 ans de tout confinement, et même de tout couvre-feu, ayons l’audace de ressouder notre pays autour d’un idéal partagé de solidarité, ayons l’audace de faire confiance à notre avenir !

Arnaud Plagnol, Psychiatre, professeur de psychologie à l’Université Paris 8, docteur en sciences cognitives et en philosophie. Il a notamment coordonné l’ouvrage « Nouveaux modèles de soins » aux éditions Doin (2018) et contribué à introduire en France la clinique fondée sur les valeurs.

Photo d’en-tête © Philippe Enquin – Photographie de son dernier ouvrage « De mon balcon – Chroniques d’un confinement parisien« , 2020.

(1) Santé Publique France
(2) Boris Vian, 1953
(3) « Mais il y a risque de Covid long ! » L’invocation actuelle du Covid-long pour continuer à enfermer les plus jeunes rappelle le syndrome de Kawasaki brandi lors du retour des enfants à l’école après deux mois de confinement au printemps 2002. Le Covid long est là aussi une maladie bien réelle, liée probablement à des effets inflammatoires chroniques assez fréquents en cas de stress/confinement persistant (source complètement occultée de formes sévères). Rare chez les sujets jeunes, cette maladie est à reconnaître et soigner, mais sa prévention passe par un discours de vérité.
(4) La vaccination de toute la population dans les pays riches au détriment des personnes vulnérables dans les pays moins favorisés serait d’ailleurs un désastre moral d’ores et déjà dénoncé par l’OMS. La France s’honorerait à résister à cette foire d’empoigne pour s’arracher le vaccin à prix d’or, au profit d’un tempo raisonnable pour une vaccination efficace et sans danger des seules personnes vulnérables. Ne gravons pas une telle tâche morale au front de nos jeunes générations !
(5) En témoigne déjà la sélection par confinement de variants plus contagieux avec le risque bien réel de mutations échappant à l’immunité naturelle ou vaccinale : où nous développons des stratégies intelligentes de protection s’appuyant sur les ressources de la nature, où nous nous masquons jusqu’à notre involution finale.
(6) Libération, 1er février 2021
(7) Le Monde, 4 février 2021

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Le plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Frederic.bouquet.de***
8 mois

Bravo pour cette clarté! Bravo pour oser vous éloigner de la ligne de pensée ordonnée !
Voici une démonstration que la Raison et le bon sens ne sont pas encore à enterrer complètement! Ne nous laissons pas enterrer vivants par la vague de lâcheté collective actuelle. Pensons à nos enfants, et rappelons-nous qu’ils incarnent notre seul avenir. Quel avenir pour une société qui, faute de courage, sacrifie sa jeunesse sur l’autel de son manque de préparation à l’inéluctable et de son égoïsme frileux et si peu courageux ?

fvallaeys01***
8 mois

¡Bravo! Un discours de vérité. Il faut soutenir le refus de confiner du Président contre tous les discours des « experts » qui ne voient que leur petit bout de problème de lits disponibles. Par contre, il faut aussi exiger une sortie de la politique néolibérale de réduction des moyens hospitaliers et arriver à un système où l’on puisse doubler rapidement la quantité de lits de réanimation disponible en cas de nécessité. Bravo aussi pour dire que les ainés doivent être solidaires avec les jeunes, et pas l’inverse comme on entend trop souvent. Résistons au renversement de toutes les valeurs: l’existence vaut… Lire la suite »

Article précédent

Covid-19 et science officielle : un désastre evidence-based

Prochain article

Vaccination, longueur de temps et largeur d’espace

Derniers articles de Analyses

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez38
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print