Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Terres agricoles Berry
/

Financiarisation de l’agriculture: un fonds chinois achète des terres agricoles en France

Commencez
L’acquisition par une société chinoise de 1.700 hectares de terres agricoles dans l’Indre, au cœur du bassin céréalier français, provoque l’inquiétude des agriculteurs du Berry et des autorités chargées de l’aménagement rural.
 
Un fonds de gestion chinois basé à Hong-Kong a acheté depuis un an trois exploitations céréalières, soit 1.700 hectares dans le département, a indiqué mercredi à l’AFP le président de la FDSEA de l’Indre, Hervé Coupeau, confirmant une information révélée par le Journal de l’environnement.
« Ils vont voir l’exploitant au bord de la faillite et lui demandent combien il a de dettes. Puis ils demandent que l’exploitation passe en Société agricole (SA) et rachètent 98% des parts« , raconte-t-il.
 
Le but de cette entreprise aujourd’hui « est d’acquérir des terres pour les exploiter » et non pour les mettre en fermage, assure à l’AFP Emmanuel Hyest, président de la Fédération nationale des Safer (Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural), organisme rattaché au ministère de l’Agriculture.
 
Selon le Figaro, le Fonds chinois, dénommé Hongyang, est spécialisé dans les équipements pour station-service d’après son site internet. 
Pour Emmanuel Hyest, c’est le signe d’une « financiarisation de l’agriculture », avec « un fonds qui investit là où il pense que ça va être le plus rentable« , un « phénomène important et nouveau » en France, mais qui fait l’objet de « grandes manœuvres au niveau mondial« , notamment en Afrique et en Asie du Sud-est.
 
Ces acquisitions présentent plusieurs inconvénients du point de vue de la profession.
D’une part, l’entreprise a payé l’hectare, estimé à 4.000 euros dans le département, « beaucoup plus cher que le prix du marché« , ce qui implique un « vrai risque de déstabilisation« , explique le président de la FNSafer, qui évoque un doublement par rapport à la valeur réelle.
D’autre part, cela leur permet de passer sous le radar de la FNSafer car celle-ci est notifiée de toutes les terres agricoles qui sont en vente afin de pouvoir exercer si nécessaire son droit de préemption quand le projet le nécessite, mais seulement quand elles sont détenues en direct.

Une  faille

Or une faille a été découverte il y trois ou quatre ans : elle rend possible la vente d’une partie des parts sociales détenues dans une société d’exploitation agricole comprenant des terres. « On est notifié, mais on ne peut intervenir que si 100% des parts sont vendues« , explique M. Hyest.
 
« Ni la commission des structures, ni la Safer ne disposent des moyens juridiques pour s’assurer que le projet d’acquisition répond bien aux objectifs des politiques publiques« , s’est émue la FNSafer, dans un communiqué.
Ce n’est pas la première fois que cette martingale est utilisée, « mais c’est la première fois que des acteurs étrangers, en l’occurrence des Chinois, l’utilisent et sur une surface très importante« .
 
L’objectif poursuivi par ce groupe est « aux antipodes » du mode d’agriculture promu par la France, estime la FNSafer. « Aucune installation n’est prévue, mais simplement la mise en place de salariés ; aucune implication sur les territoires n’est possible à cette échelle, aucun circuit court n’est envisagé puisque la production est destinée à l’exportation« , ajoute la FNSafer.
 
Après le départ des exploitants, ce sont des salariés qui se sont installés sur ces terres pour cultiver des céréales, et si la première récolte a été vendue à la coopérative, « dès qu’ils auront suffisamment de volume, ils pourront aller au port tout seuls » vendre les céréales à l’exportation, assure M. Coupeau de la FDSEA.
 
La société chinoise est maintenant « en pourparlers pour acquérir une quatrième exploitation », ajoute-t-il.
 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
revenu de base
Article précédent

Du revenu de base à un protocole monétaire commun ?

Coca Cola
Prochain article

Coca-Cola France finance la science… pour mieux vendre ses sodas

Derniers articles de ECONOMIE

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email