La Nature ne doit plus être l’angle mort de l’économie
/

La Nature ne doit plus être l’angle mort de l’économie

Start

Le monde est mis en « danger extrême » par l’incapacité de l’économie à prendre en compte l’épuisement rapide du monde naturel. La prospérité que nous avons connue pendant ces dernières décennies a eu un « coût dévastateur » pour les écosystèmes qui fournissent à l’humanité nourriture, eau et air pur. De nouvelles façons d’appréhender la notion de progrès sont nécessaires pour éviter une rupture catastrophique. Il est urgent d’apporter des changements radicaux à la production, à la consommation, aux finances et à l’éducation au niveau mondial. Cette exhortation ne vient pas d’écologistes fans de décroissance ou de prosélytes du retour à la vie sauvage ou à la lampe à huile des Amish. Il s’agit du constat d’un panel d’experts internationaux, dont bon nombre d’économistes, mobilisés par le ministère des finances britanniques. Leur rapport, rédigé sous la houlette du professeur Sir Partha Dasgupta, économiste de l’université de Cambridge, devrait entrer dans le Panthéon des grands documents qui feront date.

report de 600 pages a été commandé par le Trésor britannique. C’est la première fois qu’un ministère des finances national autorise une évaluation complète de l’importance économique de la Nature. Il faut remonter à 2006 pour retrouver une study similaire, parrainée par le Trésor, et signée par Lord Nicholas Stern, professeur à la London School of Economics. Ce document a sans nul doute permis de transformer radicalement la compréhension économique de la crise climatique. On peut parier qu’il en sera de même pour le rapport du professeur Dasgupta : il pourrait agir comme un électrochoc, bouleversant la compréhension que les économistes ont eu jusqu’à présent du progrès et de la croissance. « La nature est notre maison. La bonne économie exige que nous la gérions mieux », affirme d’emblée Sir Dasgupta. « Une croissance et un développement économiques véritablement durables impliquent de reconnaître que notre prospérité à long terme repose sur le rééquilibrage de notre demande en biens et services de la nature avec sa capacité à les fournir. Cela signifie également qu’il faut tenir pleinement compte de l’impact de nos interactions avec la nature. Covid-19 nous a montré ce qui peut se produire lorsque nous ne le faisons pas ".

L’éminent naturaliste britannique, Sir David Attenborough écrit dans un avant-propos au rapport : « Si nous continuons à causer ces dommages, des écosystèmes entiers vont s’effondrer. Il s’agit là d’un risque réel. Le rapport place enfin la biodiversité au cœur [de l’économie]. Elle montre comment nous pouvons contribuer à sauver le monde naturel à ce qui pourrait être la dernière minute, et ce faisant, nous sauver nous-mêmes ".

Un coût dévastateur pour la Nature

Les conclusions du rapport sont sans appel : la soif de développement de l’humanité se fait « à un coût dévastateur pour la Nature ». Ce faisant, nous scions la branche sur laquelle nous sommes assis. Car, rappelle le rapport, nous faisons partie de la nature, nous n’en sommes pas séparés. Nous comptons sur la nature pour nous fournir de la nourriture, de l’eau et un abri ; pour réguler notre climat et nos maladies ; pour maintenir les cycles des nutriments et la production d’oxygène ; et pour nous offrir un épanouissement spirituel et des possibilités de loisirs et de récupération, qui peuvent améliorer notre santé et notre bien-être. Nous utilisons également la planète comme un puits pour nos déchets, tels que le dioxyde de carbone, les plastiques et d’autres formes de déchets, y compris la pollution.

La nature est donc un atout, tout comme le capital produit (routes, bâtiments et usines) et le capital humain (santé, connaissances et compétences) sont des atouts. Comme l’éducation et la santé, cependant, la nature est plus qu’un bien économique : beaucoup apprécient son existence même et reconnaissent également sa valeur intrinsèque.

Le rapport nomme le déséquilibre entre nos demandes et l’offre de la nature « l’inégalité d’impact ». Ces demandes sont affectées par la taille et la composition de nos demandes individuelles, la taille de la population humaine, et l’efficacité avec laquelle nous convertissons les services de la nature pour répondre à nos demandes et renvoyons nos déchets dans la nature. L’offre de la nature est affectée par le « stock » de ressources naturelles et sa capacité à se régénérer. C’est pourquoi les estimations de notre impact total sur la nature suggèrent que nous aurions besoin de 1,6 Terre pour maintenir le niveau de vie actuel du monde.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Nous n’avons pas réussi à gérer durablement notre portefeuille mondial d’actifs

Les auteurs du rapport sont pour la grande majorité d’entre eux des économistes. Ils vont donc raisonner en économistes pour nous parler de la Nature. Ils nous rappellent ainsi que nous sommes tous, d’une certaine façon, des gestionnaires d’actifs. Les particuliers, les entreprises, les gouvernements et les organisations internationales gèrent tous des actifs par le biais de nos décisions de dépenses et d’investissement.

Mais collectivement, nous n’avons pas réussi à gérer durablement notre portefeuille mondial d’actifs. « Les estimations, écrivent les rapporteurs, montrent qu’entre 1992 et 2014, le capital produit par personne a doublé, et le capital humain par personne a augmenté d’environ 13 % au niveau mondial ; mais le stock de capital naturel par personne a diminué de près de 40 %. "

Accumuler du capital produit et du capital humain au détriment du capital naturel, voilà ce que la croissance économique et le développement ont fini par signifier pour de nombreuses personnes. En d’autres termes, si l’humanité a connu une immense prospérité au cours des dernières décennies, la manière dont nous avons atteint cette prospérité signifie qu’elle a eu un coût dévastateur pour la nature.

Notre engagement non durable envers la nature met en danger la prospérité des générations actuelles et futures : la biodiversité, par exemple, décline plus rapidement qu’à tout autre moment de l’histoire de l’humanité. Les taux d’extinction actuels sont environ 100 à 1 000 fois plus élevés que le taux de référence, et ils augmentent. Ces déclins sapent la productivité, la résilience et l’adaptabilité de la nature, et alimentent à leur tour des risques et des incertitudes extrêmes pour nos économies et notre bien-être. Les effets dévastateurs du Covid-19 et d’autres maladies infectieuses émergentes — dont le changement d’affectation des terres et l’exploitation des espèces sont les principaux moteurs — pourraient ne représenter que la partie émergée de l’iceberg si nous continuons sur notre lancée actuelle estiment les rédacteurs du rapport.

De nombreux écosystèmes, des forêts tropicales aux récifs coralliens, ont déjà été dégradés au point de ne plus pouvoir être réparés, ou sont en danger imminent de devenir des « points de basculement ». Ces points de basculement pourraient avoir des conséquences catastrophiques.

Comment en sommes-nous arrivés à ce point extrême ?

Les rapporteurs estiment qu’au cœur du problème se trouve une défaillance institutionnelle généralisée et profondément enracinée.

La valeur de la nature pour la société — la valeur réelle des divers biens et services qu’elle fournit — ne se reflète pas dans les prix du marché, car une grande partie de celui-ci est ouvert à tous sans frais. Ces distorsions de prix nous ont amenés à investir relativement plus dans d’autres actifs, tels que le capital produit, et à sous-investir dans nos actifs naturels.

En outre, certains aspects de la nature sont mobiles, d’autres sont invisibles, comme dans les sols, et beaucoup sont silencieux. Ces caractéristiques signifient que les effets de nombre de nos actions sur nous-mêmes et sur les autres — y compris nos descendants — sont difficiles à retracer et ne sont pas pris en compte, ce qui donne lieu à des « externalités » généralisées et rend difficile le bon fonctionnement des marchés.

Mais il ne s’agit pas simplement d’une défaillance du marché mais aussi d’une défaillance institutionnelle plus large. Nombre de nos institutions se sont révélées inaptes à gérer les externalités. Presque partout, les gouvernements exacerbent le problème en payant les gens plus pour exploiter la nature que pour la protéger, et en donnant la priorité aux activités économiques non durables. Selon une estimation prudente, le coût total mondial des subventions qui portent atteinte à la nature — comme les énergies fossiles ou l’agriculture intensive— se situe entre 4000 et 6 000 milliards de dollars par an. Et nous ne disposons pas des outils institutionnels nécessaires pour protéger les biens publics mondiaux, tels que l’océan ou les forêts tropicales humides.

Nos économies sont ancrées dans la nature

Quelle solution ? La solution commence par la compréhension et l’acceptation d’une vérité simple : nos économies sont ancrées dans la nature, et non en dehors de celle-ci.

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

Si la plupart des modèles de croissance et de développement économiques reconnaissent que la nature n’est capable de produire qu’un flux fini de biens et de services, l’objectif des rapporteurs a été de montrer que le progrès technologique peut, en principe, surmonter cette « épuisabilité ». Il s’agit d’imaginer qu’en fin de compte, l’humanité est « externe » à la nature.

Le rapport développe l’économie de la biodiversité en partant du principe que nous – et nos économies – sommes « intégrés » dans la nature, et non pas extérieurs à celle-ci. L’approche du rapport est fermement fondée sur ce que nous savons de l’écologie sur le fonctionnement des écosystèmes et sur la façon dont ils sont affectés par l’activité économique, y compris l’extraction de ressources naturelles pour notre production et notre consommation, et les déchets que nous produisons par ces activités, qui finissent par endommager les écosystèmes et par saper leur capacité à fournir les services dont nous dépendons. Cette approche nous aide à comprendre que l’économie humaine est limitée et remodèle notre compréhension de ce qui constitue une croissance économique et un développement, véritablement durables : prendre pleinement en compte l’impact de nos interactions avec la nature et rééquilibrer notre demande avec la capacité d’approvisionnement de la nature.

Nous devons changer notre façon de penser, d’agir et de mesurer la performance.

L’humanité est confrontée à un choix urgent. Continuer sur notre voie actuelle — où nos demandes envers la nature dépassent de loin sa capacité d’approvisionnement — présente des risques et des incertitudes extrêmes pour nos économies. La croissance et le développement économiques durables nous obligent à emprunter une voie différente, où nos engagements envers la nature ne sont pas seulement durables, mais améliorent également notre richesse et notre bien-être collectifs et ceux de nos descendants.

Le choix d’une voie durable nécessitera, écrivent les rapporteurs, « un changement transformateur, étayé par des niveaux d’ambition, de coordination et de volonté politique similaires, voire supérieurs, à ceux du plan Marshall » de reconstruction économique au sortir de la seconde guerre mondiale.

Le changement requis devrait, proposent les auteurs du rapport, être axé sur trois grandes transitions :.

  1. Veiller à ce que nos exigences à l’égard de la nature ne dépassent pas son offre et à ce que nous augmentions l’offre de la nature par rapport à son niveau actuel.

La production alimentaire est ainsi par exemple, le principal moteur de la perte de biodiversité terrestre. À mesure que la population mondiale augmente, l’énorme problème de la production durable de nourriture en quantité suffisante ne fera que s’intensifier. Les innovations technologiques et les systèmes de production alimentaire durables peuvent diminuer la contribution du secteur au changement climatique, au changement d’affectation des terres et à la dégradation des océans ; réduire les intrants et les déchets nuisibles à l’environnement ; améliorer la résilience des systèmes de production, grâce à des méthodes telles que l’agriculture de précision, la lutte intégrée contre les parasites et les techniques de sélection moléculaire ; et sont susceptibles d’avoir un impact économique positif, notamment la création d’emplois.

La demande d’énergie est l’un des principaux facteurs du changement climatique et de la perte de biodiversité qui en résulte. La décarbonisation de nos systèmes énergétiques est un élément nécessaire pour équilibrer l’offre et la demande.

Ces mesures pourraient laisser entendre que notre génie technologique est en mesure de vaincre ces défis et de sauver la planète. Les auteurs du rapport calment immédiatement ce doux rêve. Si nous voulons éviter de dépasser les limites de ce que la nature peut fournir de manière durable, tout en répondant aux besoins de la population humaine, « nous ne pouvons pas compter uniquement sur la technologie » avertissent-ils. Les modes de consommation et de production devront être fondamentalement restructurés. Il est possible d’accélérer la rupture des liens entre les formes de consommation et de production dommageables et la nature, par une série de politiques qui modifient les prix et les normes de comportement, par exemple en appliquant des normes de réutilisation, de recyclage et de partage, et en alignant les objectifs environnementaux tout au long des chaînes d’approvisionnement mondiales.  

  1. Modifier nos mesures de la réussite économique pour nous guider sur une voie plus durable.

La Nature doit entrer dans le processus de décision économique et financière de la même manière que les bâtiments, les machines, les routes et les compétences. Pour ce faire, il faut en fin de compte changer nos mesures de la réussite économique. En tant que mesure de l’activité économique, le produit intérieur brut (PIB) est nécessaire pour l’analyse et la gestion macroéconomique à court terme. Toutefois, le PIB ne tient pas compte de la dépréciation des actifs, et notamment l’environnement naturel. En tant que mesure principale de notre performance économique, il nous encourage donc à poursuivre une croissance et un développement économiques non durables.

Les rapporteurs montrent alors que pour juger si le développement économique est durable, il faut une mesure globale de la richesse. En mesurant notre richesse en termes de tous les actifs, y compris les actifs naturels, la « richesse inclusive » fournit une mesure claire et cohérente qui correspond directement au bien-être des générations actuelles et futures. Cette approche tient compte des avantages liés à l’investissement dans les actifs naturels et met en lumière les compromis et les interactions entre les investissements dans différents actifs.

L’introduction du capital naturel dans les systèmes de comptabilité serait ainsi une étape essentielle pour faire de la richesse inclusive notre mesure du progrès.

  1. Transformer nos institutions et nos systèmes — en particulier nos systèmes financiers et éducatifs — pour permettre ces changements et les pérenniser pour les générations futures.

Les informations nécessaires à la gestion des écosystèmes sont distribuées de manière asymétrique : une grande partie est comprise et gérée de manière optimale par les communautés locales, mais d’importantes perspectives sont également présentes au sein des gouvernements nationaux, des organisations internationales et le long des chaînes d’approvisionnement mondiales. Les dispositions institutionnelles qui permettent un engagement durable avec les écosystèmes doivent être polycentriques. Cela revient à mettre en commun les connaissances et les perspectives entre et à travers différents niveaux – mondial, régional, national et local – et de différentes organisations, communautés et individus.

Les écosystèmes qui sont des biens publics mondiaux posent des problèmes dont les solutions transcendent les sièges nationaux de gouvernance. Le rapport souligne la nécessité de mettre en place des arrangements institutionnels supranationaux. Il y a deux grandes catégories de cas à prendre en considération. Pour les écosystèmes (les biomes, plus précisément) qui sont situés à l’intérieur des frontières nationales (par exemple, les forêts tropicales humides), il convient d’étudier un système de paiements aux nations pour la protection des écosystèmes dont nous dépendons tous. Pour les écosystèmes qui se trouvent en dehors des frontières nationales (par exemple, les océans au-delà des zones économiques exclusives), il faudrait imposer des redevances ou des loyers pour leur utilisation (par exemple, le trafic maritime et la pêche en mer) et interdire leur utilisation dans les zones écologiquement sensibles.

Pour permettre les changements dont nous avons besoin, il faudra aussi une action collective et soutenue pour transformer les systèmes qui sous-tendent nos engagements avec la nature, surtout nos systèmes financiers et éducatifs. Notre système financier mondial est essentiel pour soutenir un engagement plus durable avec la nature. Les flux financiers consacrés à l’amélioration de nos actifs naturels sont faibles et sont éclipsés par les subventions et autres flux financiers qui nuisent à ces actifs. Nous avons besoin d’un système financier qui canalise les investissements financiers – publics et privés – vers des activités économiques qui améliorent notre stock d’actifs naturels et encouragent des activités de consommation et de production durables. Les gouvernements, les banques centrales, les institutions financières internationales et les institutions financières privées ont tous un rôle à jouer à cet égard.

Toutefois, il ne suffira pas de compter sur les institutions pour freiner nos excès. La discipline nécessaire pour tirer parti de la nature de manière durable doit, en fin de compte, être assurée par nous, en tant qu’individus. Mais l’évolution de la société — en particulier l’urbanisation croissante — a fait que de nombreuses personnes se sont éloignées de la Nature. Les interventions visant à permettre aux gens de comprendre la nature et de se rapprocher d’elle amélioreraient non seulement notre santé et notre bien-être, mais contribueraient également à donner aux citoyens les moyens de faire des choix éclairés et d’exiger les changements nécessaires, par exemple en insistant pour que les financiers investissent notre argent de manière durable et que les entreprises divulguent les conditions environnementales tout au long de leurs chaînes d’approvisionnement. Il est donc essentiel d’intégrer le monde naturel dans la politique de l’éducation. L’élaboration et la conception de programmes d’éducation à l’environnement peuvent contribuer à obtenir un impact tangible, par exemple en se concentrant sur des questions locales et en collaborant avec des scientifiques et des organisations communautaires.

La question du progrès

La même ingéniosité qui nous a amenés à poser à la nature des exigences aussi importantes, aussi dommageables et sur une période aussi courte, peut être redéployée pour apporter des changements transformateurs, peut-être même en un temps tout aussi court. « Nous et nos descendants ne méritons rien de moins » concluent les auteurs du rapport. Mais, malgré les alertes de plus en plus visibles et spectaculaires liées à l’urgence climatique et à la perte de biodiversité,  l’effort qu’ils demandent semble encore aujourd’hui quasiment insurmontable tant les états d’esprits sont encore enkystés dans les modèles de progrès du siècle dernier.

Récemment le syndicat patronal français, le Medef a organisé une téléconférence sur le thème du progrès. Les mots d’Anne Lauvergeon, coprésidente de la commission Innovation du Medef en ouverture de cet événement sont éloquents sur la distance qui reste à franchir pour concrétiser une transition vers une croissance durable, conforme à celle que décrivent les rapporteurs britanniques. Elle écrit « Longtemps principe directeur de nos sociétés, le progrès a permis à l’homme de gagner en efficacité technique, de maitriser la matière et de développer ses sources d’énergie pour mieux s’affranchir des contraintes de la nature et façonner sa propre nature humaine, de gagner en autonomie, de s’émanciper et d’accéder à de nouvelles formes de liberté. » La représentante du Medef regrette, sur la foi d’un sondage réalisé pour son organisation par l’institut Odoxa, que « le progrès se rétrécie comme une peau de chagrin pour se confondre de plus en plus avec l’innovation et l’innovation avec les technologies dont certaines font peur ». Les Français comme les autres Européens interrogés préfèrent substituer au progrès la question de protection de l’environnement. Les populations seraient même « tentées de voir le rythme [du progrès] se ralentir et vont jusqu’à plébisciter la décroissance » s’offusque le Medef espérant « réacculturer » les populations au progrès, sans voir que les populations, conscientes de l’urgence des risques, veulent d’abord réacculturer le progrès à la nature.

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

2 Comments
The oldest
Most recent Most Votes
Inline Feedbacks
View all comments
Member
loisel.patrice***
6 months

Oui, indispensable et urgent d’intégrer ce paramètre essentiel qu’est la préservation de notre merveilleux et fragile écosystème pour une croissance vertueuse, écologique et + redistributrice !!!

Cdelginiesse@icloud.com
1 month

Il y a 40 ans on parlait de l’environnement pour désigner la nature qui nous entourait. Cet environnement était perçu comme extérieur à nous et nous pouvions l’exploiter à volonté. Ensuite, il y a 30 ans avec le Rapport Brundlandt (Notre avenir à tous) on parlait de développement durable. C’est à dire poursuivre la croissance économique en tempérant l’environnement et le social. Ce fut un lamentable échec. On commençait à parler du changement climatique mais personne ne soulevait le drame déjà en cours, l’extermination du Vivant. Vint alors les termes d’écocides, d’anthropocènes. Et puis récemment, c’est le terme la Nature… Read more "

The Cerro Chaltén in Patagonia (Argentina) Photo Matthieu Ricard
Previous article

To save the planet, you have to marvel

Next article

Jusqu’où pouvons-nous accepter l’extinction des espèces ?

Latest articles from Biodiversity

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share564
Tweet
Share
WhatsApp
Email
Print