Reliefs : N°17 - Ice floes

Reliefs : N°17, Banquises – Collectif – Reliefs éditions, 26 mai 2023 – 184 pages

Le nouveau numéro de la revue Reliefs est sorti le 26 mai en librairie. Toujours d’actualité avec son dossier central consacré aux Banquises. Des articles au long cours, des entretiens et portraits, des cartes et infographies ainsi que des extraits littéraires explorent les banquises du monde entier sous des angles à la fois historiques, scientifiques, artistiques, écologiques, poétiques et politiques.

Le dossier s’ouvre avec une tribune de Jean Jouzel dans laquelle le célèbre paléoclimatologue français revient sur les menaces engendrées par la fonte de la banquise. Le géophysicien Jérôme Weiss décrit ensuite la formation et les mouvements de la banquise ainsi que l’influence de leur fonte sur le climat.

Puis Christophe Barbraud, directeur de recherche au CNRS, nous renseigne sur les espèces qui vivent sur et sous les banquises et les menaces que fait peser sur elles le réchauffement climatique.

Enfin, l’écrivain et explorateur Emmanuel Hussenet nous emmène à la découverte des récits entre mythe et réalité entourant les banquises, embarquant dans son sillage Mary Shelley, Jules Verne ou Edgar Poe.

À ces éclairages succède un entretien avec Emanuelle Périé-Bardout, dans lequel la plongeuse et cofondatrice des expéditions Under the Pole nous décrit sa vie à bord du voilier The Sky et ses plongées sous la glace. Le dossier se prolonge avec trois extraits littéraires (À travers le Groenland de Fridtjof Nansen, Premier hivernage en Antarctique d’Adrien de Gerlache de Gomery et Le Grand Silence blanc de Louis-Frédéric Rouquette) et se clôt par des infographies sur les espèces en danger, l’évolution récente de la fonte de glace de mer en Arctique, la banquise côtière et la banquise de mer, la mer de Dewell et enfin des suggestions de livres, de films et de musiques.

C’est par mon implication dans l’étude des variations passées de notre climat à partir de l’analyse des carottages réalisés en Antarctique et au Groenland que je me suis intéressé aux régions polaires. Depuis les années 1970, je suis familier de ces archives glaciaires et des informations qu’elles nous fournissent sur le fonctionnement du système climatique ; les forages profonds réalisés en Antarctique de l’Est ont mis en évidence une relation étroite entre climat et effet de serre dans le passé, et ceux menés au Groenland ont permis de documenter l’existence de variations climatiques rapides et importantes à l’échelle de quelques décennies, voire de quelques années. Je suis beaucoup moins familier de la glace de mer qui s’étend – avec des superficies et des épaisseurs variant au rythme des saisons et de l’évolution de notre climat – dans les régions de l’Arctique au nord et dans l’océan Austral au sud. Et j’ai beaucoup apprécié ce dossier construit à partir de regards différents sur la banquise et d’extraits de textes qui lui sont consacrés.
Le diagnostic de Jérôme Weiss sur le déclin de la glace de mer, à mesure que s’installe le réchauffement climatique lié à nos activités, est sans appel. Amorcé dès les années 1970 dans le bassin arctique où son étendue minimale et son épaisseur moyenne ont été au moins divisées par deux, ce déclin est beaucoup plus récent dans l’océan Austral. La couverture de glace de mer y a d’ailleurs légèrement augmenté jusqu’au milieu des années 2010. Cette observation a été abondamment utilisée par les climato-sceptiques pour nier la réalité du réchauffement climatique à une période où il était déjà bien documenté à l’échelle planétaire, particulièrement dans l’océan, où il se traduit par une accélération de l’élévation du niveau de la mer. Désormais, l’argument ne tient plus puisque cette couverture a commencé à diminuer, avec un record minimum d’étendue en décembre 2022. Cette diminution devrait se poursuivre au cours des prochaines décennies, et en Arctique, les modèles prévoient des étés avec un océan quasiment libre de glace dès 2050.
Cette quasi-disparition de la banquise l’été est à juste titre présentée comme une menace avec de nombreux impacts sur le climat, mais aussi sur un écosystème unique que Christophe Barbraud nous montre en sursis. La liste d’espèces menacées à la fin du dossier en témoigne sans ambiguïté. Certes la disparition de la banquise offre la possibilité de nouvelles routes maritimes pendant quelques mois de l’année, mais cet avantage est bien mince par rapport aux risques associés à l’exploitation annoncée de gaz, de pétrole ou d’autres ressources. Cette disparition aura aussi des conséquences sur les populations autochtones et sur la vision – très bien traduite dans les textes de ce dossier – des régions polaires comme terres d’aventure.
Tout cela plaide en faveur de mesures pour que la banquise ne disparaisse pas complètement pendant l’été arctique. Les projections présentées dans le 6e rapport du GIEC, adopté en mars dernier, nous laissent un peu d’espoir. Depuis la période pré-industrielle, notre planète s’est réchauffée d’un peu plus d’un degré Celsius en moyenne. Si ce réchauffement était limité à 1,5 °C, en tout cas bien en deçà de 2 °C, l’étendue minimale des glaces dans le bassin arctique pourrait se stabiliser et la banquise ne pas complètement disparaître en été. Ceci requiert que la neutralité carbone soit atteinte dès 2050. Certes, de nombreux pays ont affiché cet objectif, c’est le cas de notre pays qui l’a inscrit dans la loi. Mais il y a un fossé entre les objectifs affichés et la réalité. Nous sommes sur une trajectoire qui nous emmène vers un réchauffement proche de 3 °C dans la seconde partie de notre siècle. Limiter le réchauffement à 1,5 °C est donc un immense défi pour notre humanité et la nature qui l’entoure. La préservation de la banquise nous fournit une raison supplémentaire pour le relever.
Jean Jouzel

Recouvrant et découvrant alternativement la Terre au fil des éons, laborieusement explorées par les Occidentaux à partir de la fin du XVIe siècle, les glaces de mer ne nous révèlent précisément leur formation et leurs mouvements, actionnés par les vents et les courants marins circumpo-laires, que depuis une cinquantaine d’années. Nous avons découvert du même coup qu’elles influencent considérablement le climat, qu’elles s’amincissent dangereusement et que nous sommes largement responsables de leur rapide disparition. "
Jérôme Weiss, géophysicien et directeur de recherche au CNRS

Sur et sous les différents types de banquises vivent et se reproduisent des milliers d’organismes interdépendants – des micro-algues aux ours blancs, des cabillauds polaires aux manchots empereurs –, qui d’un pôle à l’autre ont évolué parallèlement pour résister à des conditions extrêmes. Le réchauffement rapide et la rétraction brutale de leurs espaces soumettent ces espèces pagophiles et sympagiques à des pressions adaptatives auxquelles beaucoup ne pourront pas résister. "
Christophe Barbraud, directeur de recherche au CNRS

" Pour l’explorateur et écrivain, fondateur des Robinsons des glaces, l’exploration de la banquise entrelace depuis la Renaissance fiction et réalité, tentatives polaires et expéditions rêvées. Avec Mary Shelley, puis Edgar Poe et Jules Verne, inspirés par les aventuriers de leur temps, le XIXe siècle, romantique et savant, réalise une fusion des glaces concrètes et des glaces romanesques que les temps modernes n’ont pas entièrement démythifiée. "
Emmanuel Hussenet, écrivain

Plonger sous les glaces de mer, c’est entrer dans un autre monde, un espace gigantesque et bruyant, d’une transparence surnaturelle et d’un froid inhumain, où pourtant grouille la vie et scintillent les couleurs. Pour l’explorer et l’étudier toujours plus profondément, Emmanuelle Périé-Bardout et son mari Ghislain multiplient les expéditions Under The Pole à bord du WHY. Avec une urgence : sensibiliser. "
Emmanuelle Périé-Bardout, co-fondatrice des expéditions Under the Pole

Hors dossier

Un entretien avec l’éthologue Ludovic Dickel nous présente cet étonnant animal qu’est le poulpe. Un aparté avec la journaliste Catherine Le Gall, journaliste et autrice de L’Imposture océanique, pose un regard critique sur « l’économie bleue », censée conjuguer préservation raisonnée et exploitation économique des océans.

Dans la rubrique « Altitude/Longitude », l’historien Johann Chapoutot invite à célébrer les arbres et à se mettre à leur diapason, tandis que l’historien de l’alimentation Éric Birlouez retrace l’histoire de « l’or blanc », le sel.

L’historienne des sciences Valérie Chansigaud peint ensuite le portrait de l’entomologiste Jean-Henri Fabre, dont les Souvenirs entomologiques mêlent science et poésie dans l’observation minutieuse des insectes.

Le premier portfolio est consacré au photographe japonais Yoshinori Mizutani, qui capte dans la nature des « yusurika », chironomes plumeux formant de petites boules de lumière qui parsèment ses images. Le second portfolio, « Changing the Earth », est dédié au photographe américain Emmet Gowins.

Reliefs propose enfin un extrait illustré de Histoire d’une montagne, livre phare du géographe anarchiste Élisée Reclus.

De nombreuses autres rubriques rythment les pages de Reliefs : un « atlas » sur le renard polaire, trois cartes anciennes : un « panorama des principales collines et éminences d’Angleterre et du Pays de Galles » (I. M. Butt et William Darton), une planche tirée d’un atlas d’astronomie présentant des nébuleuses dans leur large acception (Alexander Keith Johnston et Robert Grant) et un diagramme de météorologie exposant le phénomène mythologique du maelstrom (James Reynolds et James Emslie) ; des planches de minéralogie tirées de British Mineralogy de James Sowerby, un agenda culturel, de courtes biographies de héros et d’héroïnes d’hier et d’aujourd’hui, un aperçu de la collection minéralogique de l’Académie des sciences de Californie, un extrait de la correspondance d’Alexandra David-Neel, un poème de Marie Dauguet, les trésors photographiques de Richard et Cherry Kearton, considérés comme les premiers photographes animaliers, et enfin une playlist pour accompagner harmonieusement la lecture.

Reliefs éditions : Dédiée à la nature, à l’aventure et à l’exploration, la revue semestrielle Reliefs invite des chercheurs, géographes, philosophes, biologistes, artistes ou historiens à nous raconter les mondes d’hier et de demain. Face à la crise écologique, chaque numéro propose une réflexion pluridisciplinaire sur nos relations à la Terre et aux autres vivants.

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Previous article

Plastic Odyssey - Sailing the oceans to save the Earth

Next article

Antarctic Atlas

Latest articles from Environnement-Climat

Antarctic Atlas

Atlas de l'Antarctique, by Peter Fretwell - Editions Armand Colin, October 18

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Register and read three articles for free. Subscribe to our newsletter to keep up to date with the latest news.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email