Les pêcheurs protègent une « super-autoroute » pour requins

Start

Aujourd’hui, plus d’un tiers des requins et des raies sont menacés d’extinction dans le monde. Dans le cadre de CNN Call to Earth, CNN s’est intéressée aux « autoroutes naturelles » et en particulier celle du récif méso-américain, où des pêcheurs protègent requins et raies Manta.

Pour les requins, les tortues et les raies des Caraïbes, le récif méso-américain, qui s’étend sur plus de 600 miles du Mexique au Honduras (900 kms), est une autoroute très fréquentée. Deuxième plus grande barrière de corail au monde, les espèces marines l’utilisent pour naviguer du nord au sud, et sa riche mosaïque de coraux, de prairies sous-marines et de forêts de mangroves leur fournit une nourriture et un habitat essentiels.

Photo MarAlliance

Mais comme les autoroutes sur terre, ce corridor marin peut être dangereux. La surpêche, le développement commercial et la pratique illégale du finning (pêche aux ailerons), mettent en danger des espèces telles que les requins-baleines, les requins de récif et les raies Manta. Ces créatures sont déjà dans un état fragile, plus d’un tiers des requins et des raies étant menacés d’extinction dans le monde. Les requins de récifs des Caraïbes sont classés parmi les espèces en déclin par l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature), victimes de la pêche et de la perte de leur habitat.

Nous constatons un déclin continu de nombreux requins et populations de requins dans la plupart des pays où une surveillance est en place« , explique Rachel Graham, fondatrice de MarAlliance, une organisation à but non lucratif axée sur la protection des requins et des raies à travers les Amériques. « Notre objectif est d’inverser ce déclin« , ajoute-t-elle.

En surveillant la vie marine menacée dans la région, MarAlliance est en mesure de recueillir des informations importantes sur les populations qui peuvent contribuer à la conservation et à l’action politique. Mais plutôt que d’agir en opposition avec la communauté locale des pêcheurs, l’ONG sollicite leur aide : « Ce sont eux qui sont en mer tous les jours« , dit Rachel Graham, « et ce sont eux qui vont décider du sort à long terme des requins et des poissons"

Des pêcheurs devenus défenseurs de l’environnement

MarAlliance emploie jusqu’à 60 pêcheurs dans toute sa zone d’action, la plupart du temps sur la base d’un projet, les formant à la collecte de données, au marquage et à la remise à l’eau des poissons. Non seulement cela fournit un revenu alternatif aux communautés de pêcheurs, les rendant moins dépendantes des ressources naturelles, mais cela leur apprend également les bénéfices d’un écosystème océanique sain et comment pêcher de manière durable.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Ivan Torres est l’un de ces pêcheurs. Avant de travailler pour MarAlliance, il explique qu’il avait l’habitude d’attraper des requins pour les vendre localement comme nourriture, mais désormais il a appris combien ils sont essentiels à la santé de l’ensemble de l’écosystème. En tant que prédateurs apex, ils contribuent à maintenir les autres populations en équilibre, et en maintenant cet équilibre, ils peuvent effectivement augmenter les prises quotidiennes des pêcheurs. « Je ne pêcherais plus jamais de requins… parce que je sais maintenant à quel point ils sont importants pour la mer« he says.

Si ce changement d’attitude continue à se répandre dans les communautés de pêcheurs le long du récif méso-américain, l’espoir revient pour les populations de requins et d’autres espèces puisque « La principale menace pour les requins est incontestablement la surpêche« , selon Rachel Graham, et en réformant le secteur, les populations peuvent rebondir.

En 2020, le Belize a interdit l’utilisation de filets maillants, de longs filets connus pour emmêler de grands animaux marins. Rachel Graham explique que l’impact de cette interdiction est déjà visible sur certaines zones telles que le récif de Lighthouse. En effet, entre 2019 et 2021, MarAlliance a enregistré une multiplication par 10 des populations de requins sur l’atoll. « Ce que nous voyons n’est rien moins que miraculeux. » commente-t-elle.

Afin d’avoir un impact durable, ce type de réglementation doit être reproduit tout au long de cette « super-autoroute naturelle » et les pays doivent trouver un équilibre avec les pêcheurs. Rachel Graham espère que par l’éducation et par l’apport d’une alternative économique pour les pêcheurs, MarAlliance pourra poursuivre ses actions et ainsi assurer un flux sécurisé pour la mégafaune du récif.

Nell Lewis, CNN

Cet article est publié dans le cadre de l’initiative Call to Earth de CNN International dont UP’ est partenaire média. Cette initiative est destinée à rendre compte des défis environnementaux auxquels notre planète est confrontée, ainsi que des solutions.

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Le sol n'est pas éternel
Previous article

Le sol n'est pas éternel

Mountain plants
Next article

Les plantes migrent aussi, poussées par l’accélération du dérèglement climatique

Latest articles from Biodiversity

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share103
Tweet
Share
WhatsApp
Email