Poutine s’apprête-t-il à utiliser des armes biologiques et chimiques en Ukraine ?
/

Poutine s’apprête-t-il à utiliser des armes chimiques en Ukraine ?

Start

Certains observateurs pensent que l’armée russe « patine » en Ukraine. Elle y trouve une résistance sous-estimée et ses capacités militaires ne seraient pas au niveau de ce que le Kremlin prétendait. Il faut prendre garde de juger l’armée russe dans les premiers jours de ce conflit. En revanche, les spécialistes commencent à bien connaître la rhétorique russe et il faut s’en méfier. Ainsi quand ils disent que l’Ukraine dispose d’armes chimiques fournies par les États-Unis, il faut craindre qu’ils ne jettent un leurre pour justifier a priori l’utilisation de telles armes par leurs troupes. Ce ne serait pas la première fois, souvenons-nous de la Syrie.

Les responsables occidentaux estiment que l’avancée militaire de la Russie a été « très lente » ces derniers jours, en raison d’une résistance ukrainienne plus importante que prévue et d’une mauvaise planification et logistique de la part de Moscou. Mais ils reconnaissent que les forces russes progressent et tentent de « resserrer l’étau » autour de Kiev, la capitale. Selon le quotidien britannique The Guardian, Poutine serait néanmoins de plus en plus frustré par la résistance de l’Ukraine. L’Occident craint donc désormais qu’il ne se tourne vers des mesures de plus en plus extrêmes pour parachever l’invasion.

Guerre d’intox

La Grande-Bretagne et les Etats-Unis craignent ainsi que la Russie, pressée par le temps, ne soit en train de préparer l’utilisation d’une arme chimique en Ukraine. Cette inquiétude vient après que des responsables du Kremlin ont affirmé, sans preuves tangibles, que les Etats-Unis avaient soutenu un programme d’armes biologiques dans le pays.

Le secrétaire de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a déclaré mercredi 9 mars que la Russie avait fait « de fausses allégations sur de prétendus laboratoires d’armes biologiques américains et sur le développement d’armes chimiques en Ukraine », et a ajouté que ces allégations avaient été reprises à Pékin. « Maintenant que la Russie a fait ces fausses déclarations, et que la Chine semble avoir approuvé cette propagande, nous devrions tous être attentifs à ce que la Russie utilise éventuellement des armes chimiques ou biologiques en Ukraine, ou crée une opération sous faux drapeau en les utilisant », a-t-elle tweeté.

Plus tôt dans la journée de mercredi, la porte-parole du ministère russe des affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré que la Russie disposait de documents prouvant que les États-Unis avaient soutenu un programme d’armes biologiques en Ukraine, impliquant la peste, le choléra et l’anthrax. Washington et Kiev ont tous deux démenti ces allégations, que Mme Psaki a qualifiées de « grotesques ». Le même jour, l’agence de presse russe RIA Novosti a affirmé que 80 tonnes d’ammoniac avaient été livrées au village de Zolochiv, près de Kharkiv, deuxième ville d’Ukraine, par des « nationalistes ukrainiens ». Le rapport cite le général Igor Konashenkov, porte-parole du ministère russe de la défense, qui affirme que l’Ukraine « prépare une provocation en utilisant des substances toxiques … afin d’accuser ensuite la Russie d’utiliser des armes chimiques ».

« La Russie a l’habitude d’accuser l’Occident des violations mêmes qu’elle commet », a tweeté Mme Psaki. « Tout cela est un stratagème évident de la Russie pour tenter de justifier sa nouvelle attaque préméditée, non provoquée et injustifiée contre l’Ukraine. »

Mariupol, car son invasion initiale a été lente à progresser.

Crimes de guerre

Les responsables occidentaux ont lancé à plusieurs reprises des avertissements sur l’utilisation possible par la Russie d’armes particulièrement meurtrières au cours des deux dernières semaines, comme les bombes thermobariques qui causent de graves dommages aux corps humains en raison de l’intensité de leurs détonations.

Ces mises en garde très médiatisées de l’Occident sont autant destinées à avoir un effet dissuasif que fondées sur une évaluation de l’utilisation effective de ces armes. Mais la Russie a montré une volonté apparente de cibler les civils dans les villes ukrainiennes telles que Kharkiv et

Les attaques directes contre des civils ou des infrastructures civiles sont considérées comme des crimes de guerre. Le développement, la production, le stockage et l’utilisation d’armes chimiques sont interdits par un traité international signé par 193 pays. Les armes chimiques ont néanmoins été utilisées à au moins 17 reprises au cours de la guerre civile en Syrie, selon l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), qui a accusé le régime de Bachar el-Assad, soutenu par la Russie, d’être à l’origine de plusieurs attaques très médiatisées.

Un fonctionnaire occidental confie : « Je pense que nous avons de bonnes raisons de nous inquiéter d’une éventuelle utilisation d’armes non conventionnelles, en partie à cause de ce que nous avons vu se produire sur d’autres théâtres, par exemple en Syrie, et en partie parce que nous avons vu un peu de mise en scène pour cela dans les déclarations sous faux drapeau qui sortent ».

Il existe en effet des parallèles avec le travail de fond effectué par Moscou avant une attaque chimique à Douma en Syrie, lorsque la Russie a utilisé ses médias d’État pour diffuser des allégations selon lesquelles les rebelles syriens préparaient des armes chimiques avec l’aide de l’Occident.

Bob Seely, député conservateur britannique  et observateur de longue date de la Russie, a déclaré dans The Telegraph qu’une telle attaque en Ukraine serait désastreuse. Il a déclaré : « Vous ne pouvez pas vivre dans les métros de Kiev et de Kharkiv lorsque des armes chimiques sont utilisées, car le chlore et le sarin sont plus lourds que l’air. Ils s’infiltreront et couleront comme de l’eau dans les sous-sols et étoufferont ces personnes. Le seuil de risque de Poutine est plus élevé. Sa volonté d’endurer des pertes civiles et militaires dépasse presque notre entendement. »

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

1 Comment
Les plus anciens
Les plus récents Le plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
eleonore@eleonorevisart.be
10 months

Que fait l’OTAN aussi près des frontières russes? Et dans le Donbass vous savez comment sont maltraités les habitants par les autorités depuis 7 ans?

Tchernobyl ne répond plus
Previous article

Tchernobyl ne répond plus

Les employés de Tchernobyl otages atomiques de Poutine
Next article

Les employés de Tchernobyl otages atomiques de Poutine

Latest articles from Pollutions

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share8
Tweet
Share
WhatsApp
Email