Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Les soucis d’argent ont un impact sur la santé beaucoup plus grave qu’on ne le pensait

Les soucis d’argent ont un impact sur la santé beaucoup plus grave qu’on ne le pensait

Commencez

Plaie d’argent n’est pas mortelle dit l’adage populaire. Ce n’est pas tout à fait vrai si l’on en croit une étude nationale représentative menée au Royaume-Uni qui a montré que le stress lié à l’argent est associé à des changements à long terme dans des marqueurs de santé clés, notamment ceux associés au système immunitaire, au système nerveux et au système hormonal.

Les scientifiques de l’University College London (UCL) et du Kings College au Royaume-Uni affirment que leur analyse est la première à explorer la manière dont différents types de stress chronique sont liés à des marqueurs de santé dans des cohortes plus âgées. L’étude a porté sur près de 5 000 adultes âgés de plus de 50 ans.

Parmi les six facteurs de stress communs examinés dans cette cohorte – notamment les contraintes financières, la prestation de soins, l’invalidité, le deuil, la maladie et le divorce – les contraintes financières ont été associées aux profils de santé les plus risqués à long terme. Ces profils de risque ont été établis à l’aide de quatre biomarqueurs sanguins : le cortisol, qui est une hormone produite en réponse au stress, la protéine C-réactive (CRP) et le fibrinogène, qui sont des acteurs immunitaires réagissant à l’inflammation, et le facteur de croissance de l’insuline-1 (IGF-1), qui est lié au vieillissement et à la longévité.

Les participants à l’étude qui ont déclaré être généralement stressés étaient 61 % plus susceptibles d’appartenir à la catégorie à haut risque qu’aux catégories à risque modéré ou faible lors d’un suivi de quatre ans. En revanche, les personnes stressées uniquement pour des raisons financières étaient près de 60 % plus susceptibles de présenter un profil à haut risque quatre ans plus tard. Pour chaque stress supplémentaire, comme un divorce, cette probabilité augmentait de 19 %. Ces associations sont restées significatives indépendamment des facteurs génétiques, socio-économiques, de l’âge, du sexe ou du mode de vie.

« Nous avons constaté que le stress financier était le plus préjudiciable à la santé biologique, bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires pour l’établir avec certitude« , déclare l’épidémiologiste Odessa Hamilton de l’UCL. « Cela peut s’expliquer par le fait que cette forme de stress peut envahir de nombreux aspects de notre vie, entraînant des conflits familiaux, l’exclusion sociale, voire la faim ou le sans-abrisme. »

Les résultats ne signifient pas nécessairement que le stress est directement à l’origine de problèmes de santé à long terme, mais ils suggèrent que le stress a un impact significatif sur le corps vieillissant, et que certaines formes de stress peuvent avoir des effets physiques plus importants que d’autres.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

On sait que le stress aigu déclenche une cascade de changements hormonaux dans l’organisme, qui augmentent la respiration, la pression artérielle et le rythme cardiaque. Le système immunitaire réagit également en produisant davantage de molécules pro-inflammatoires. C’est pourquoi rester dans un état de stress élevé peut conduire à une activation immunitaire chronique, qui pourrait exacerber les maladies physiques et mentales. « Lorsque les systèmes immunitaire et neuroendocrinien fonctionnent bien ensemble, l’homéostasie est maintenue et la santé est préservée« , explique Hamilton. « Mais le stress chronique peut perturber cet échange biologique et entraîner des maladies. »

Dans l’étude actuelle, le stress financier, le deuil et les maladies de longue durée ont entraîné les changements les plus importants à long terme dans les biomarqueurs immunitaires et neuroendocriniens. Cela indique que le stress chronique a un effet physique permanent. Néanmoins, les chercheurs de l’UCL concluent que « la réponse immunitaire et neuroendocrinienne synergique au stress représente une cible importante pour l’intervention clinique. Intervenir sur ces processus pourrait modifier l’évolution de la maladie ».

L’étude a été publiée dans Brain, Behavior and Immunity.

0 Commentaires
Retour d'information sur Inline
Voir tous les commentaires
Article précédent

L'antibiorésistance ou comment les bactéries deviennent résistantes

Prochain article

Confinement, vaccin : finalement quelle a été l'efficacité des mesures contre le Covid ?

Derniers articles de Santé -Médecine

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez4
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email