Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Covid-19 : L’Allemagne achète le traitement expérimental qui a guéri Trump à 2000 € la dose

Covid-19 : L’Allemagne achète le traitement expérimental qui a guéri Trump à 2000 € la dose

Commencez

Angela Merkel a décidé que son pays deviendrait le premier de l’Union européenne à utiliser le traitement expérimental à base d’anticorps administré à Donald Trump contre le Covid-19. C’est ce qu’annonce le ministre de la Santé Jens Spahn. « Le gouvernement a acheté 200 000 doses pour 400 millions d’euros », a-t-il déclaré au journal Bild am Sonntag, ce qui représente 2000 euros par dose.

Ce cocktail d’anticorps « monoclonaux » sera utilisé dans des hôpitaux universitaires la semaine prochaine, a précisé le ministre, soulignant que l’Allemagne était « le premier pays dans l’UE » à s’en servir dans la lutte contre la pandémie. Jens Spahn n’a pas cité le nom du fabricant qui fournirait ce médicament, mais a confirmé qu’il s’agissait du même traitement que celui administré début octobre à Donald Trump. Ce dernier, alors président des Etats-Unis, avait contracté le coronavirus et été brièvement hospitalisé.

Ces anticorps de synthèse « fonctionnent comme une vaccination passive », a expliqué le ministre allemand. « Administrer ces anticorps durant les phases initiales de l’infection peut aider des malades à haut risque à éviter une évolution plus grave ». Ils imitent ce que le système immunitaire fait après la contamination par le coronavirus en allant bloquer la pointe du virus qui lui permet de s’attacher aux cellules humaines et de les pénétrer. Le professeur Robert Sebbag, infectiologue à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, a déclaré sur RTL : « ce traitement pourrait régler définitivement le cas de ce virus ».

Bien que ce traitement n’ait pas encore reçu le feu vert des autorités européennes de régulation, les malades allemands recevront gratuitement cette thérapie, a précisé une porte-parole du ministère de la Santé.

Regeneron, Eli Lilly…

Donald Trump avait reçu le traitement développé par le laboratoire américain Regeneron, une combinaison de deux anticorps, connue sous le nom de REGN-COV2, avant même qu’il soit autorisé fin novembre par l’Agence américaine des médicaments (FDA). L’ex-président a vanté ce traitement en disant qu’il l’avait « guéri ».

« Les patients de notre essai clinique en ambulatoire ont connu des réductions significatives des niveaux de virus et ont nécessité moins de visites médicales (…) De plus, le virus continue de muter, avec la possibilité de développer une résistance à n’importe quel anticorps. Le cocktail Regeneron de deux anticorps, chacun ciblant un site différent sur le virus, réduit la possibilité que le virus devienne résistant », a indiqué George D. Yancopoulos, le président et directeur scientifique de Regeneron.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

La compagnie américaine Eli Lilly a développé un traitement similaire, autorisé dès le 9 novembre. Ce laboratoire a publié les résultats encourageants d’une étude de phase III de cet anticorps monoclonal, le Bamlanivimab (anciennement Ly-CoV555). Réalisée sur le sol américain, l’étude a inclus 965 personnes, résidents d’EHPAD et personnels soignants, réparties en deux groupes, un groupe placebo et un autre recevant un traitement de 4,2 grammes de Bamlanivimab.

Après huit semaines de suivi, le groupe traité a montré une réduction significative du risque de contracter une forme symptomatique de Covid-19, que ce soit pour les résidents d’EHPAD, une population plus à risque, ou pour les soignants. Lilly estime ainsi que le risque peut être diminué jusqu’à 80 % pour les résidents ayant reçu son traitement en préventif.

Concernant les effets secondaires, le laboratoire américain annonce par ailleurs que la survenue d’effets indésirables graves n’a pas été plus importante pour les patients traités, en comparaison avec ceux ayant reçu le placebo. « Ces données renforcent notre conviction que les anticorps monoclonaux peuvent jouer un rôle fondamental pour renverser le cours de cette pandémie », s’est félicité Daniel Skovronsky, directeur scientifique de Lilly. « Nous sommes impatients de travailler avec les autorités réglementaires pour étendre l’autorisation d’utilisation en urgence de manière à prévenir la diffusion du Covid-19 dans les EHPAD ». 

Coût prohibitif

Ces traitements par des anticorps monoclonaux, malgré la démonstration de leur potentielle efficacité, ont jusqu’à présent peiné à se généraliser en raison de leur coût et de leur disponibilité. A 2.000 € la dose, le prix de ces traitements pose la question de la soutenabilité de cette option pour les systèmes de santé. La question se pose avec encore plus d’acuité dans les pays moins riches que les États-Unis ou l’Allemagne, capables de s’offrir ce type de traitements. C’est la raison pour laquelle la fondation Bill & Melinda Gates, déjà impliquée sur l’accessibilité des vaccins, a signé plusieurs partenariats pour faciliter la production des anticorps monoclonaux. L’organisme a ainsi noué un accord avec Lilly pour que le laboratoire réserve une partie de sa production pour des pays à revenus faible et intermédiaire. 

Malgré la barrière des coûts, il n’en demeure pas moins que plusieurs laboratoires continuent de développer une approche à base d’anticorps monoclonaux contre le Covid-19, à l’instar d’AstraZeneca qui travaille sur une association de deux anticorps monoclonaux. En France, la biotech nantaise Xenothera, développe un traitement à base d’anticorps polyclonaux ; elle peine toutefois à trouver des financements auprès des acteurs publics et se retrouve désarmée face à la concurrence féroce des laboratoires étrangers. « Il y a une méconnaissance des politiques qui voient les centres de recherche académiques comme l’endroit où la réponse thérapeutique va naître. Ils font une impasse sur les biotechs qui sont pourtant le lieu de l’innovation agile et pas cher », regrette Odile Duvaux, présidente de Xenothera.

La commande de l’Allemagne intervient sur fond de critiques grandissantes dans l’Union européenne à propos de la lenteur des campagnes de vaccination. Les fabricants de vaccins Pfizer/BioNTech et AstraZeneca ont tous deux annoncé des livraisons moindres que prévu à court terme en Europe en raison de difficultés de production. L’institut Pasteur a par ailleurs annoncé l’arrêt des recherches sur son vaccin anti-Covid.

En France, l’usage des anticorps monoclonaux dans les hôpitaux pour traiter les malades du Covid est encore en cours d’évaluation.

Avec AFP

2 Commentaires
Les plus anciens
Les plus récents Le plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
bgeoffray06***
8 mois

Bonjour
je suis surpris que vous repreniez cette annonce, qui, pour le moment, n’est pas étayée par des publication scientifiques sérieuses (source Pr Lina virologue Lyon).On ne sait rien du travail qui a été fait et, plus grave il n’y a aucune évaluation chiffrée, essai randomisé contre placébo en double aveugle par ex. Personne ne comprend pourquoi les Allemands ont mis 300 millions d’€ sur la table pour une molécule non évaluée/
Faisons attention aux rumeurs et aux effets amplifiants de tam tam genre Raoult et ses antibiotiques magiques. La situation est suffisamment sérieuse…pour rester sérieux!
Bien à vous

Administrateur
UP' MAGAZINE
8 mois
Reply to  bgeoffray06***

Le traitement dont parle l’article a fait l’objet d’une publication scientifique dans le New England Journal of Medicine (cité dans l’article). C’est sur la foi de cette étude de phase 3 que le gouvernement allemand a pris sa décision.

Vaccins : Pasteur jette l’éponge
Article précédent

Vaccins : Pasteur jette l’éponge

Pourquoi les variants se multiplient à cette allure ? Hasard ou intelligence ?
Prochain article

Pourquoi les variants se multiplient à cette allure ? Hasard ou intelligence diabolique ?

Derniers articles de Santé -Médecine

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez299
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print