Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Sauver la forêt pour nous sauver du climat

Commencez

La déforestation est responsable de près de 15 % des émissions mondiales de CO₂. Chaque année, 10 millions d’hectares de forêts tropicales disparaissent – si nous n’y mettons pas un terme d’ici à 2030, il sera impossible de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C. Les solutions fondées sur la nature, notamment la conservation et la restauration des forêts, peuvent fournir un tiers des mesures d’atténuation nécessaires pour atteindre cet objectif climatique. Selon un nouveau rapport du Forum économique mondial, les entreprises doivent investir dans des approches paysagères plus immédiates et à grande échelle pour protéger les forêts et rester sur la trajectoire des 1,5°C.

Il n’y a pas de lutte contre le changement climatique sans forêts. Il est vital de les préserver face aux crises actuelles du climat et de la biodiversité, car elles sont l’une des principales raisons pour lesquelles notre planète entretient la vie. La déforestation met en danger notre climat, notre nature et nos moyens de subsistance. Près de 1,6 milliard de personnes dépendent des forêts pour leur alimentation, leur eau, leur bois et leur emploi. La déforestation étant responsable de près de 15 % des émissions mondiales de CO2, la conservation des forêts est le moyen le plus rentable de réduire les émissions de carbone. Cela doit se faire maintenant et à grande échelle.

Aussi le financement des solutions fondées sur la nature doit tripler, passant de 133 milliards de dollars par an aujourd’hui à 400 milliards de dollars d’ici à 2030, pour atteindre les objectifs en matière de changement climatique et de biodiversité, la part du financement privé pouvant augmenter de 18 milliards de dollars par an seulement, selon les Nations unies.
Une approche qui incite les gouvernements et les communautés forestières à éviter la déforestation dans des paysages entiers – connue sous le nom de « REDD+ juridictionnel » – offre aux entreprises la possibilité de contribuer de manière significative à la préservation des forêts du monde tout en débarrassant leurs propres chaînes d’approvisionnement de la déforestation. 

La norme « RRG » est de plus en plus sollicitée pour apporter sa contribution aux initiatives et instruments émergents d’atténuation du changement climatique, et en particulier 1) le programme d’architecture pour les transactions REDD+ (ART) et sa norme d’excellence environnementale REDD+ (TREES); 2) la Coalition Lowering Emissions by Accelerating Forest finance (LEAF); et 3) les initiatives émergentes du marché volontaire du carbone et des solutions fondées sur la nature.

Le rôle des forêts dans le cycle global du carbone est fondamental

Si la déforestation tropicale n’est pas stoppée, il n’y aura pas de solution à la crise climatique.

Alors que la déforestation est responsable de près de 15 % des émissions mondiales de CO₂, la conservation des forêts existantes offre jusqu’à neuf fois plus de réduction de carbone à faible coût que la plantation de nouveaux arbres. Si nous ne mettons pas un terme à la déforestation d’ici 2030 au plus tard, il ne sera pas possible de limiter le réchauffement climatique à une trajectoire de 1,5°C.
C’est l’alerte du Forum économique mondial dans leur nouveau rapport intitulé « Forests for Climate : Scaling up Forest Conservation to Reach Net Zero », publié aujourd’hui, où des arguments sont avancés en faveur d’investissements du secteur privé dans des approches paysagères complètes pour protéger les forêts.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

« La déforestation est à elle seule responsable de près de 15 % des émissions mondiales de CO₂. À l’inverse, les solutions fondées sur la nature peuvent fournir un tiers de l’atténuation nécessaire pour limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C », déclare Nicole Schwab, codirectrice, Solutions fondées sur la nature, Forum économique mondial.

Inverser la déforestation mondiale

Inverser la déforestation mondiale est un défi complexe, mais il repose sur quatre conditions simples : l’échelle, le financement, l’intégrité et l’inclusion.

Le rapport analyse une approche connue sous le nom de « REDD+ juridictionnel » qui canalise les paiements basés sur les résultats vers les gouvernements et les communautés forestières qui évitent la déforestation dans des paysages entiers. Cette approche s’appuie sur une initiative existante des Nations unies (« Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts » ou « REDD »), mais elle passe d’une base de projet à des programmes à l’échelle nationale ou infranationale. Nous avons besoin de quatre choses : un financement soutenu et durable, une mise en œuvre à grande échelle, des cadres de gouvernance à haute intégrité, et une appropriation et une participation actives des communautés qui vivent et travaillent dans les forêts.

L’inclusion est un élément essentiel de cette nouvelle approche. Par exemple, près de la moitié des forêts intactes de l’Amazonie se trouvent dans des territoires indigènes – et les taux de déforestation dans ces zones sont trois à quatre fois moins élevés que sur des terres équivalentes non détenues par des indigènes. L’inclusion à la fois des communautés locales et des gouvernements ou juridictions des États renforce l’intégrité des programmes et permet d’éviter certains des risques associés aux tentatives antérieures d’inverser la déforestation.
Il faut noter que trois travailleurs sur cinq vivent dans des pays où les revenus du travail ne se sont pas encore remis de la pandémie, tandis que la crise du coût de la vie se développe rapidement. La transition écologique et les progrès technologiques devraient créer de nouvelles perturbations de l’emploi dans les années à venir, tant dans les économies développées que dans les économies en développement.

Si le « REDD+ juridictionnel » répond aux questions d’échelle, d’intégrité et d’inclusion, la pièce manquante essentielle est le financement. Les investissements actuels dans les solutions fondées sur la nature s’élèvent à 133 milliards de dollars par an, dont 18 milliards seulement proviennent du secteur privé, selon les estimations publiées en 2021 par le Programme des Nations unies pour l’environnement. Les solutions fondées sur la nature, qui comprennent la conservation et la restauration des forêts, peuvent fournir un tiers de l’atténuation nécessaire pour maintenir la planète sur une trajectoire de 1,5°C, mais le financement de ces solutions doit tripler pour atteindre 400 milliards de dollars d’ici 2030.

Le secteur privé a un rôle clé à jouer dans la préservation des forêts

Le secteur privé a un rôle essentiel à jouer dans la préservation des forêts de la planète tout en débarrassant leurs propres chaînes d’approvisionnement de la déforestation.

Les entreprises peuvent donc accéder aux programmes « REDD+ juridictionnels » par le biais d’initiatives volontaires sur le marché du carbone, telles que la coalition LEAF, qui utilise la nouvelle norme rigoureuse « ART TREES » pour le suivi, le rapport et la vérification.

En 2021, la coalition LEAF a mobilisé un milliard de dollars de financement, donnant le coup d’envoi au plus grand effort public-privé jamais entrepris pour protéger les forêts tropicales dans des pays tels que le Costa Rica, l’Équateur, le Ghana, le Népal et le Viêt Nam. Pour préserver l’intégrité de ses crédits carbone, la coalition LEAF exige des entreprises participantes qu’elles utilisent les crédits achetés en plus, et non en remplacement, de réductions importantes de leurs propres émissions et de celles de leurs fournisseurs.

« La priorité urgente est la protection des forêts tropicales, avant même la plantation de nouveaux arbres (qui est également importante), car le monde perd des forêts tropicales au rythme de 10 millions d’hectares par an, soit l’équivalent d’un Central Park toutes les 15 minutes. Nous avons besoin de milliards de dollars d’investissement dans le financement climatique pour protéger les forêts du monde. Nous travaillons sur des initiatives telles que la coalition LEAF et le Green Gigaton Challenge, car nous pensons que l’action à l’échelle des juridictions est le moyen d’y parvenir », déclare Eron Bloomgarden, fondateur et directeur général d’Emergent, un intermédiaire à but non lucratif agissant entre les pays de la forêt tropicale et le secteur privé.

Nos forêts – ainsi que d’autres écosystèmes naturels – sont le fondement de la vie sur terre. Nous devons trouver un moyen simple et partagé de les valoriser et de les garder et de les conserver en tant que forêts debout, vivantes, et biodiversifiées.
Selon le rapport, la bonne nouvelle, est que nous avons de plus en plus une compréhension croissante de ce qui doit se passer dans l’action politique, l’investissement des entreprises et l’engagement communautaire. Nous pouvons également apprendre de ce qui se passe déjà dans les régions pionnières afin de nous aider à maintenir la vitalité des communautés qui y vivent.
Comme pour de nombreux défis de systèmes complexes comme celui-ci existe donc un ensemble étonnamment clair et simple de conditions requises pour préserver nos forêts – et, ce faisant, contribuer à rétablir l’équilibre de notre climat.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Pour aller plus loin

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
sargasses
Article précédent

Un mystère aux proportions océaniques : des algues sargasses forment désormais un pont végétal entre l’Amérique et l’Afrique

Bolsonaro-Lula au Brésil : la survie de l’Amazonie en jeu
Prochain article

Bolsonaro-Lula au Brésil : la survie de l’Amazonie en jeu

Derniers articles de Biodiversité

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez18
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email