Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

A la rencontre d’un défenseur de l’environnement qui sauve des espèces au bord de l’extinction

Commencez

Gerardo Garcia transporte 3 000 escargots sur un trajet de plus de 4 800 kilomètres jusqu’aux Bermudes. Ce conservateur au zoo de Chester met tout en œuvre pour que les espèces en danger, presque disparues, soient protégées. Filmé aux Bermudes, cet épisode de Call to Earth présente des espèces moins connues du grand public mais tout aussi importantes pour l’écosystème : les escargots terrestres des Bermudes, le scinque des Bermudes et le cahow.

Le mois dernier, une caisse en bois contenant 1 000 escargots adultes et 2 000 juvéniles a entrepris un voyage de 3 000 miles depuis un zoo du nord de l’Angleterre jusqu’aux Bermudes. Les escargots ont été soigneusement emballés dans la caisse, avec des tissus humides qui ont aidé à maintenir la température pendant les sept heures de vol, et des haricots verts pour le repas de bord. La boîte a voyagé avec le fret normal, avec seulement quelques étiquettes pour distinguer son précieux et inhabituel contenu : « Animaux vivants », « Jusqu’au bout » et « 3 000 escargots de terre des Bermudes ». Rien n’indiquait que ces animaux, une fois relâchés, pouvaient représenter l’avenir d’une espèce entière.

Comme son nom l’indique, l’escargot des Bermudes est originaire de l’archipel situé dans l’océan Atlantique Nord, mais un certain nombre de menaces au cours des cinq dernières décennies ont considérablement réduit les populations de l’espèce, qui est désormais classée dans la catégorie des espèces en danger critique d’extinction. En 2017, 60 des individus restants ont été envoyés à Gerardo Garcia, responsable des ectothermes (espèces à sang froid) au zoo de Chester, dans le but de sauver l’espèce de l’extinction.

Dans une émission spéciale, Call to Earth de CNN met en lumière ce défenseur de l’environnement qui est devenu l’un des meilleurs protecteurs et éleveurs de tout ce qui est minuscule, visqueux et rampant. Avec son équipe du zoo de Chester, Gerardo Garcia est devenu la dernière ligne de défense de certaines des créatures les plus vulnérables de la planète.

Selon l’UICN, plus de 42 000 espèces sont aujourd’hui considérées comme menacées d’extinction. Mais il n’y a pas que les espèces vénérées et emblématiques qui sont en danger : Gerardo Garcia a consacré sa carrière à la protection de certains membres du règne animal plus petits et moins acclamés. Dans Call to Earth : The Edge of Extinction, Garcia montre comment son travail aux Bermudes a permis de sauver plusieurs espèces inhabituelles et délaissées.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Gerardo Garcia

En tant que rédacteur en chef invité de Call to Earth, Gerardo Garcia a sélectionné un certain nombre d’histoires de conservation à mettre en lumière, y compris l’objet d’une grande partie de son travail sur le terrain depuis 2013 – les escargots terrestres des Bermudes, grands et petits. « Lorsque nous avons lancé le programme sur les escargots des Bermudes au zoo, nous étions au bord de l’extinction de l’espèce », explique-t-il. « Aujourd’hui, nous pouvons dire qu’il s’agit d’un processus de rétablissement – nous allons dans la bonne direction. » De son vrai nom Poecilozonites circumfirmatus, ce petit escargot terrestre endémique des Bermudes, dont il ne restait tout juste que 60 individus en 2017 à travers le monde est menacé d’extinction. Ce tout petit escargot a décliné en raison de la multiplication de prédateurs, en particulier les vers plats et l’Euglandina rosea, un escargot terrestre carnivore, introduit à la fin des années 1950 aux Bermudes.

« La perte et l’altération de l’habitat, en grande partie dues à l’activité humaines, notamment le développement des constructions, ont aussi contribué au déclin de l’espèce », indique le UK overseas territories conservation forum, une ONG britannique qui agit pour la conservation coordonnée de la biodiversité dans les territoires britanniques d’outre-mer.

En réaction, en 2010, un plan de conservation est alors mis en place par Gerardo Garcia, en collaboration avec la Zoological society of London (ZSL). Avec pour objectif  de faire grossir la colonie et assurer la survie de l’espèce en captivité. Pour arriver à leurs fins, le scientifique et son équipe ont « étudié le régime alimentaire et les modes de reproduction de cette espèce énigmatique », précise CNN. Une population qui s’est ensuite multipliée « avec succès », renchérit le ministère de l’Environnement et des ressources naturels des Bermudes.

CNN accompagne Gerardo Garcia alors qu’il transporte 3 000 escargots sur un trajet de plus de 4 800 kilomètres jusqu’aux Bermudes. Cette opération fait suite à trois lâchers précédents, entre 2020 et 2022, dont les résultats sont toujours en cours de suivi. Seul l’avenir nous dira si la réintroduction sera couronnée de succès, et le conservateur soupçonne qu’elle se fera à la vitesse d’un escargot. Le cycle de reproduction de l’espèce est long, et leur taille les rend difficiles à recenser, car ils sont trop petits pour porter un traceur électronique.

Le conservateur explique pourquoi l’environnement d’un zoo peut être bénéfique pour des espèces menacées comme les escargots des Bermudes. Il explique que l’étude de la biologie, du comportement et des habitudes de reproduction permet de « construire un portefeuille complet, une grande boîte à outils de conservation qui aide nos partenaires à développer le meilleur habitat au monde pour les relâcher. »

En tant que responsable des ectothermes (espèces à sang froid) au zoo de Chester, Gerardo Garcia travaille avec des reptiles, des amphibiens et des invertébrés menacés.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Il explique à CNN : « Beaucoup de gens se demandent pourquoi se préoccuper des escargots. Et la question est de savoir pourquoi nous nous préoccupons de toutes les autres espèces présentes sur la planète. Chaque espèce, animale ou végétale, a un rôle à jouer. Il se peut que nous ne le sachions pas, que nous ne le comprenions pas, que nous le sous-estimions, mais chacun joue un rôle écologique très important. Cela fait partie de l’écosystème. Si vous enlevez cette pièce du système, celui-ci ne fonctionnera pas correctement ».

Scinque des Bermudes

Mark Outerbridge, écologiste spécialiste de la faune sauvage au ministère de l’environnement et des ressources naturelles, travaille avec le défenseur de l’environnement à la protection de l’un des lézards les plus rares et les plus insaisissables au monde, le scinque des Bermudes. Il explique comment ils mesurent leur succès : « Je ne pense pas que l’on puisse prendre sa retraite et se dire qu’on n’a plus à se préoccuper de ces animaux. Je pense qu’ils seront toujours fragiles. C’est juste un degré de fragilité. Et je pense que tant que vous savez que vous avez contribué à empêcher leur progression vers l’extinction, ne les rendant que menacés. C’est déjà bien. »

Cahow

Le programme montre également comment les défenseurs de l’environnement des Bermudes s’efforcent de protéger le cahow, une espèce d’oiseaux marins nocturnes. La population de cahow a été anéantie après l’installation de l’homme au début des années 1600 et l’espèce a été présumée éteinte pendant 300 ans. L’ornithologue bermudien David Wingate faisait partie de l’équipe qui a redécouvert l’espèce en 1951. Depuis, il s’efforce d’augmenter lentement le nombre de couples reproducteurs, déclarant à CNN : « Je ne connais aucune autre espèce qui soit passée d’une telle rareté à une augmentation aussi rapide. Nous n’avons aucune excuse pour ne pas utiliser tous ces outils de conservation, car il s’agit d’une question de vie ou de mort, non pas pour nous, mais pour la planète. »

Gerardo Garcia espère que le travail qu’il accomplit au zoo de Chester et dans l’ensemble des Bermudes contribuera à mobiliser le public et à envoyer un message fort d’optimisme : « Nous pouvons récupérer une espèce qui était vraiment au bord de l’extinction et nous pouvons l’inverser. »

Cet article est publié dans le cadre de l’initiative Call to Earth de CNN International dont UP’ est partenaire média. Cette initiative est destinée à rendre compte des défis environnementaux auxquels notre planète est confrontée, ainsi que des solutions. 

Call to Earth est une initiative majeure lancée par CNN en partenariat avec Rolex et son programme Perpetual Planet en 2019, qui met en lumière les personnes engagées dans la sauvegarde de notre planète pour les générations futures. Au cours des deux dernières années, cette programmation primée a raconté des histoires d’acteurs du changement, de visionnaires et de projets révolutionnaires qui font la différence dans le monde qui les entoure. En 2023, Rolex dévoilera cinq lauréats du Prix Rolex à l’esprit d’entreprise. 

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Retour d'information sur Inline
Voir tous les commentaires
Article précédent

Création de l’Observatoire des forêts françaises

Comment les arbres meurent à grande échelle dans le monde
Prochain article

Comment les arbres meurent à grande échelle dans le monde

Derniers articles de Biodiversité

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez8
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email