Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

"Menace existentielle" : la vie sur la planète Terre est en danger avertissent les scientifiques

« Menace existentielle » : la vie sur la planète Terre est en danger avertissent les scientifiques

Commencez

Le changement climatique représente une « menace existentielle » pour la vie sur Terre, ont averti ce 24 octobre d’éminents scientifiques, dans une évaluation de l’avalanche de records de chaleur et d’extrêmes climatiques de cette année qui, selon eux, frappent plus férocement que prévu. Leur constat est sévère : « La vie sur la planète Terre est en état de siège ».

Alors que l’on s’attend à ce que 2023 soit l’année la plus chaude jamais enregistrée, des régions de toute la planète ont été brûlées par des vagues de chaleur meurtrières. D’autres ont été frappées par des inondations ou, dans certains cas, ont subi les deux extrêmes à la fois. « La vérité est que nous sommes choqués par la férocité des phénomènes météorologiques extrêmes en 2023. Nous sommes effrayés par le territoire inconnu dans lequel nous sommes entrés », a déclaré une coalition internationale d’auteurs dans un nouveau rapport publié dans la revue BioScience.

Selon eux, l’humanité n’a fait que des « progrès minimes » dans la réduction des émissions qui réchauffent la planète, les principaux gaz à effet de serre atteignant des niveaux record et les subventions accordées aux combustibles fossiles ayant grimpé en flèche l’année dernière.

Cette évaluation accablante intervient un mois à peine avant les négociations sur le climat de la COP28 des Nations unies, qui se tiendront dans les Émirats arabes unis, riches en pétrole. « Nous devons changer notre point de vue sur l’urgence climatique et passer d’un problème environnemental isolé à une menace systémique et existentielle », ont déclaré les auteurs de l’étude.

L’étude sur l’état du climat a examiné les données récentes relatives à 35 « signes vitaux » planétaires et a constaté que 20 d’entre eux avaient atteint des niveaux extrêmes records cette année.

Hors normes

L’augmentation de la température d’environ 1,2 degré Celsius par rapport aux niveaux préindustriels a entraîné toute une série de conséquences désastreuses et coûteuses. Cette année a également vu le début d’un phénomène climatique El Nino. Le service Copernicus sur le changement climatique de l’Union européenne a déclaré que les trois mois précédant septembre ont été la période la plus chaude jamais enregistrée, et probablement la plus chaude depuis environ 120 000 ans.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Selon le rapport, de nombreux records liés au climat ont été battus par des « marges énormes » en 2023, en particulier les températures des océans, qui ont absorbé la quasi-totalité de l’excès de chaleur causé par la pollution humaine par le carbone. Johan Rockstrom, directeur de l’Institut de Potsdam pour la recherche sur les incidences du climat et coauteur du rapport, a déclaré que les températures enregistrées à la surface des océans étaient « complètement hors normes » et que les scientifiques n’étaient pas encore en mesure d’en expliquer pleinement les raisons.

Les conséquences potentiellement graves comprennent des menaces pour la vie marine et les récifs coralliens, ainsi qu’une augmentation de l’intensité des grandes tempêtes tropicales, selon le rapport. Cette année, les habitants de la planète ont été confrontés à des vagues de chaleur et à des sécheresses, tandis que de graves inondations ont frappé les États-Unis, la Chine, l’Inde et d’autres pays.

Au Canada, des incendies de forêt records, en partie liés au changement climatique, ont libéré plus de dioxyde de carbone que le total des émissions de gaz à effet de serre du pays en 2021, selon le rapport.

Boucles de rétroaction

Avant 2023, les jours où les températures moyennes mondiales dépassaient de plus de 1,5 °C les niveaux préindustriels étaient rares, selon les auteurs du rapport. Cette année, 38 journées de ce type avaient déjà été enregistrées à la mi-septembre. L’auteur principal, William Ripple, professeur à l’université d’État de l’Oregon, a déclaré que nous entrons probablement dans une période où les températures annuelles atteindront ce niveau de 1.5°C ou plus, ce qui risque de mettre en danger les boucles de rétroaction du climat et les points de basculement. Il se dit particulièrement inquiet de voir les pays réduire leurs émissions globales. Si nous n’éliminons pas les combustibles fossiles, la planète pourrait se retrouver dans une dangereuse boucle de rétroaction qui ne ferait qu’aggraver le type d’événements qui se sont produits en 2023, a-t-il averti.

Car selon les scientifiques, les extrêmes climatiques mondiaux s’additionnent et les scientifiques lancent un nouvel avertissement urgent : les systèmes naturels et humains risquent de s’effondrer. Les chercheurs analysent ce qu’ils décrivent comme 35 signes vitaux planétaires utilisés pour suivre le changement climatique. Ils ont constaté que 20 de ces 35 signes se situent à de nouveaux extrêmes.

Les signes vitaux, qui comprennent des éléments tels que la fonte des calottes glaciaires, les émissions de gaz à effet de serre, la production de viande, la disparition du couvert végétal et les inondations qui coûtent des milliards de dollars, mettent en évidence l’interconnexion de la crise climatique. Par exemple, le rapport fait référence au taux de perte de glace au Groenland, qui contribue à son tour à l’élévation du niveau de la mer. Les émissions de méthane et de dioxyde de carbone ne cessent d’augmenter, tandis que les subventions accordées aux combustibles fossiles (un autre signe vital) n’ont jamais été aussi élevées. Les experts préviennent que le monde doit réduire les infrastructures liées aux combustibles fossiles pour empêcher la planète d’atteindre un réchauffement de 1,5 degré par rapport à l’ère préindustrielle.

« Si nous ne prenons pas de mesures pour résoudre le problème de fond, à savoir que l’humanité prend à la Terre plus qu’elle ne peut lui donner en toute sécurité, nous risquons d’assister à l’effondrement des systèmes naturels et socio-économiques et de vivre dans un monde caractérisé par une chaleur insupportable et des pénuries de nourriture et d’eau douce », a déclaré Christopher Wolf, l’un des auteurs de l’étude, dans un communiqué de presse.

« Une fois franchis, ces points de basculement pourraient modifier notre climat d’une manière difficile, voire impossible à inverser », a-t-il déclaré à l’AFP. Il pourrait s’agir de la fonte des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique occidental, du dégel de vastes zones de pergélisol et du dépérissement généralisé des récifs coralliens.

Pour certains points de basculement, « nous n’allons pas les éviter maintenant, il s’agit plutôt de ralentir les dégâts », a déclaré Tim Lenton, directeur du Global Systems Institute de l’université d’Exeter et coauteur de l’étude. Pour ce faire, il faut réduire les émissions et freiner l’augmentation de la température. Chaque fraction de degré compte, a déclaré M. Lenton à l’AFP : « Il y a encore beaucoup à jouer ». Le rapport indique que trois à six milliards de personnes pourraient être « confinées au-delà de la région vivable » d’ici la fin du siècle.

« De nombreux dirigeants mondiaux ont généralement continué à soutenir le statu quo, au lieu d’adopter des politiques visant à freiner le changement climatique et à préserver la vie sur Terre », a déclaré M. Ripple. « Nous espérons que les récents événements climatiques extrêmes contribueront à motiver les décideurs politiques lors de la prochaine conférence sur le climat COP28 à soutenir des réductions massives des émissions de combustibles fossiles et un financement accru de l’adaptation au climat, en particulier dans les régions les plus vulnérables du monde. »

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Le nouveau rapport souligne que ce sont nos systèmes financiers et énergétiques qui posent un problème, et pas seulement le nombre de personnes (8 milliards) sur la planète. Les individus et les nations riches émettent beaucoup plus que le reste de la population, en utilisant des jets privés et en vivant dans des maisons plus grandes et plus nombreuses qui consomment beaucoup d’eau en cas de sécheresse. « Nous devons donc transformer notre économie en un système qui permette de répondre aux besoins fondamentaux de tous au lieu de favoriser la consommation excessive des riches », écrivent les auteurs de l’étude. « La justice climatique et la justice sociale doivent faire partie du débat sur l’atténuation du changement climatique et l’adaptation au changement climatique », conclut M. Ripple.

Avec AFP

Image d’en-tête : Orlando Sierra/AFP

S’abonner
Notifier de

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Hors de contrôle, la fonte de la calotte glaciaire de l'Antarctique est "inévitable"
Article précédent

Hors de contrôle, la fonte de la calotte glaciaire de l'Antarctique est "inévitable"

La Terre tremble sous les effets du réchauffement climatique
Prochain article

La Terre tremble sous les effets du réchauffement climatique

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de $1.99 par semaine seulement.
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print