Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Le « Polarstern » revient de l’Arctique avec un message alarmant sur la fonte de la banquise

Commencez

Après un an de recherches au pôle Nord, la plus grande expédition scientifique jamais entreprise dans cette région est rentrée à son port en Allemagne ce lundi 12 octobre avec un constat sans appel : » la banquise arctique se meurt », selon le chef de l’expédition. 

Après un périple de plus d’un an dans le centre de l’Arctique, le navire de recherche brise-glace « Polarstern » est rentré à son port d’attache de Bremerhaven, en Allemagne, ce lundi 12 octobre. C’est la fin d’une expédition exceptionnelle : jamais auparavant un brise-glace n’avait été à proximité du pôle Nord en hiver, et les chercheurs internationaux ont pu collecter des données climatiques dans la région la plus durement touchée par le changement climatique, qui s’avèrent alarmantes pour la planète. Selon le chef de l’expédition, le professeur Markus Rex, « Nous avons regardé comment la banquise se meurt ».

Une expédition hors norme

Après l’expédition Tara en 2007 de plus de 500 jours de dérive dans les glaces, c’est au tour du « Polarstern » de quitter le port norvégien de Tromsø le 20 septembre 2019 pour le centre de l’Arctique, directement dans l’épicentre du changement climatique. Là, le brise-glace s’est laissé geler dans la glace et une dérive d’un an a commencé dans la glace au-dessus de la calotte polaire, complètement à la merci des forces de la nature – sa route et sa vitesse ont déterminé la dérive de la glace seule, entraînée par le vent et le courant.

Au total, 442 participants au voyage scientifique, membres de l’équipage du « Polarstern », jeunes chercheurs, enseignants et journalistes, de 37 nationalités différentes, étaient présents pendant les cinq sections de l’expédition. Sept navires, plusieurs avions et plus de 80 instituts de 20 pays différents ont travaillé ensemble dans un consortium de recherche afin que ce projet unique puisse réussir et que les données les plus précieuses possibles puissent être obtenues.

Leur objectif commun : les interactions complexes dans le système climatique entre l’atmosphère, la glace, l’océan et ses écosystèmes pour mieux les représenter dans les modèles climatiques. En un mot, récolter des informations précieuses afin de décrypter « les processus complexes » en jeu au pôle Nord qui conduisent à un réchauffement climatique plus accéléré encore dans cette région que dans le reste du monde pour étudier les différentes conséquences du réchauffement climatique sur l’Arctique et les répercussions qui en découlent sous nos latitudes.

Ils reviennent aujourd’hui, remplis d’impressions de l’Arctique en mutation, avec un trésor unique de données, dont l’évaluation et l’analyse occuperont toute une génération de chercheurs en climatologie.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Alors que pratiquement toutes les expéditions dans le monde ont été annulées pendant la pandémie de Covid-19, l’expédition MOSAiC (Multidisciplinary Drifting Observatory for the Study of Arctic Climate– « Observatoire pluridisciplinaire itinérant pour l’étude du climat arctique ») a pu continuer avec succès grâce au large soutien de la communauté scientifique internationale et aux efforts considérables des différentes équipes.
Malgré tous les défis, MOSAiC a atteint avec succès son objectif : rechercher l’épicentre du changement climatique au cours de l’année avec plus de précision que jamais auparavant – et ainsi faire progresser la connaissance du système climatique terrestre et de ses changements. Au total, l’expédition a coûté environ 150 millions d’euros, dont l’Allemagne a pris en charge environ les deux tiers.

« De la glace pleine de trous »

Durant l’été, les scientifiques ont pu constater la progression du recul de la banquise dans cette région, considérée par les scientifiques comme « l’épicentre du réchauffement climatique« , selon le chef de la mission, Markus Rex.
Lors d’une conférence de presse à Bremerhaven, le climatologue et physicien a déclaré : « Nous avons vu de grandes surfaces d’eau liquide presque jusqu’au pôle, entourées de glace criblée de trous en raison de la fonte massive. La banquise de l’Arctique fond à une vitesse alarmante. »

« L’expédition marque une étape historique dans la recherche au pôle Nord », a-t-il également souligné.

Selon ce climatologue et physicien, le périple dans le Grand Nord a surtout permis de constater l’ampleur du réchauffement climatique en Arctique et le risque qui plane sur la banquise, menacée de « disparaître » en été. Markus Rex a alerté : « Ce monde est menacé. Si le changement climatique se poursuit comme cela, alors dans quelques décennies, nous aurons un Arctique libéré des glaces durant l’été. Nous devons tout faire pour préserver […] la banquise dans l’Arctique pour les générations futures et nous devons tenter de saisir la petite chance que nous avons encore de le faire », a-t-il ajouté, décrivant une région « fascinante et d’une exceptionnelle beauté ».

Propos confirmés par le capitaine du navire, de la compagnie maritime Laeisz, Thomas Wunderlich : « Sur le chemin du nord, j’ai été particulièrement impressionné par le nombre de plans d’eau ouverts et donc de glace facile à traverser que nous avons rencontrés autour du pôle Nord. Nous ne sommes pas restés coincés une seule fois et avons pu emprunter une route au nord du Groenland qui était toujours évitée, car cette région est connue pour sa glace de mer massive difficile à traverser. Malgré les grands défis des approvisionnements en mer, tous les échanges se sont remarquablement bien déroulés. J’ai un grand respect pour les performances nautiques des capitaines qui ont maîtrisé cela en plein hiver, pendant la nuit polaire à des températures inférieures à moins 30 degrés, alors que même les grues du brise-glace d’approvisionnement russe ne fonctionnaient que dans une mesure limitée. »

Un diagnostic confirmé par les observations satellitaires aux États-Unis, qui ont révélé que la banquise d’été avait fondu pour atteindre une superficie qui est la deuxième plus petite jamais enregistrée, après celle de l’année record négative de 2012. Cet été, la couverture de glace de mer de l’océan Arctique est devenue la deuxième plus petite zone depuis le début des mesures par satellite en 1979. À la mi-septembre, la surface de glace restante n’était que de 3,8 millions de kilomètres carrés. La superficie actuelle de glace de mer est d’environ 0,5 million de kilomètres carrés au-dessus du record négatif établi en 2012.
À cette époque, selon l’Université de Brême, la couverture de glace s’était rétrécie à 3,27 millions de kilomètres carrés. Les raisons de la forte perte de glace cet été sont complexes : d’une part, une glace de mer principalement mince s’est formée dans les mers marginales russes l’hiver dernier, qui a ensuite fondu rapidement au printemps. En revanche, l’Arctique a enregistré cette année des températures de l’air et de l’eau particulièrement élevées. En conséquence, les vagues de chaleur ont affecté la glace par le haut et par le bas et l’ont fait fondre sur une grande surface.  

Sur le chemin du nord, la glace de mer est étonnamment faible, et « Polarstern » peut la fendre facilement. (Photo : Steffen Graupner)

Le pôle nord se réchauffe aussi en hiver

Markus Rex continue ses déclarations : « Nous avons vu la glace de l’Arctique mourir. En été, il était complètement fondu et érodé par la chaleur elle-même au pôle Nord. Si nous ne luttons pas immédiatement et massivement contre le réchauffement climatique, la glace arctique aura bientôt disparu en été, avec des conséquences imprévisibles pour la météo et le climat ici aussi.
En hiver, le centre de l’Arctique est toujours un paysage fascinant et profondément gelé, mais la glace est deux fois moins épaisse qu’il y a 40 ans et nos températures en hiver étaient presque continuellement de dix degrés plus élevés qu’elles ne l’étaient à l’époque de l’expédition de Fridtjof Nansen, explorateur polaire norvégien, qui a osé la première dérive des glaces dans l’océan Arctique il y a 125 ans. »

« La banquise arctique joue non seulement un rôle important dans le système climatique mondial, mais c’est aussi un écosystème unique et la base de la vie de nombreuses sociétés autochtones. Et c’est un lieu d’une beauté fascinante et unique. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour le préserver pour les générations futures. »

Une récolte de plus de 150 térabits de données

Pendant 389 jours, la mission, appelée MOSAIC, a étudié l’atmosphère, l’océan, la banquise et l’écosystème afin de recueillir des données qui permettront d’évaluer l’impact du changement climatique sur la région et le monde.

« Pour construire des modèles climatiques, nous avons besoin d’observations in situ », explique à l’AFP Radiance Calmer, chercheuse en sciences atmosphériques de l’université américaine du Colorado qui était sur le « Polarstern » de juin à septembre. À l’aide d’un drone, « nous mesurons la température, l’humidité, la pression et le vent », ce qui « nous donne une image de la couche atmosphérique très utile pour établir un modèle climatique », explique la scientifique, qui qualifie de « magique » le moment où elle a marché sur la banquise.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

« Il est important de prendre le temps d’observer, et pas seulement de se concentrer sur son travail », dit-elle.

Depuis le départ de l’expédition de Tromsø en Norvège le 20 septembre 2019, les scientifiques ont passé de longs mois dans l’obscurité absolue, avec des températures descendant jusqu’à -39,5°C, et ont reçu la visite d’une vingtaine d’ours polaires.

Au printemps, la nouvelle pandémie de coronavirus a interrompu l’aventure, les équipes devant rester deux mois de plus au pôle Nord. Au total, plusieurs centaines d’experts et de scientifiques de 20 pays différents sont restés à bord du navire allemand, qui a été autorisé à glisser sur la glace en suivant la dérive dite polaire, le courant océanique qui circule d’est en ouest dans l’océan Arctique.

Les chercheurs ont également étudié la vie sous la glace et prélevé des échantillons d’eau pour analyser le plancton végétal et les bactéries afin de mieux comprendre le fonctionnement de l’écosystème dans des conditions extrêmes.

L’analyse complète des données devrait prendre un ou deux ans. L’objectif est de développer des modèles de prévision climatique pour déterminer à quoi ressembleront les vagues de chaleur, les fortes pluies ou les tempêtes dans 20, 50 ou 100 ans.

Aujourd’hui, l’expédition s’achève avec succès et pour le Prof. Dr. Antje Boetius, directeur de l’Institut Alfred Wegener, Helmholtz Center for Polar and Marine Research, « nous avons une image beaucoup plus claire de l’interaction de la glace, de l’océan et de l’atmosphère dans l’Arctique que jamais auparavant. L’engagement sans précédent de tant de partisans du monde entier a rendu possible cette percée scientifique dans la recherche dans l’Arctique. Elle a rapporté à la maison d’innombrables échantillons et données de la dérive d’un an. Cet ensemble de données unique est un cadeau à toute l’humanité. Il est maintenant important que nous utilisions les nouvelles connaissances pour prendre les bonnes décisions – pour l’avenir de l’Arctique et donc aussi pour l’avenir de notre planète. »

Sources :  Alfred Wegener Institute (AWI) – AFP

Image d’en-tête : Photo © Alfred Wegener Institute – Mario Hoppmann  

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

Les Français ne font pas confiance au gouvernement pour affronter l’urgence climatique

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
24 Partages
Partagez24
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print