Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Charbon : un amer retour en arrière
/

Charbon : un amer retour en arrière

Commencez

Craignant d’être privée de gaz russe cet hiver, l’Europe revient, à contrecœur, au charbon. Combustible fossile le plus sale, car champion des émissions de gaz à effet de serre, le charbon était relégué au ban des ressources énergétiques. Avec la guerre en Ukraine et le spectre des pénuries cet hiver, plusieurs pays européens, dont l’Allemagne, rouvrent leurs centrales, et relancent la production.         

L’Allemagne, l’Italie, l’Autriche et les Pays-Bas ont tous indiqué que des centrales au charbon pourraient être utilisées pour compenser une réduction des approvisionnements en gaz russe. Le ministre allemand de l’économie, Robert Habeck, a prévenu que la situation sera « vraiment tendue en hiver » si des mesures de précaution ne sont pas prises pour éviter une pénurie d’approvisionnement.

« Des décennies d’échec des politiques énergétiques et d’infrastructure ont conduit à un point où nos gouvernements (ré)envisagent le charbon, un combustible qui est responsable de millions de morts », a déclaré Mahi Sideridou, d’Europe Beyond Coal. Cette situation a alimenté les craintes que la crise énergétique ne pousse l’Europe à retarder sa transition vers l’abandon des combustibles fossiles, bien que les décideurs politiques insistent sur le fait que la combustion du charbon est un palliatif nécessaire pour éviter une pénurie d’approvisionnement en hiver.

Le charbon est le combustible fossile le plus intensif en carbone en termes d’émissions et donc la cible la plus importante à remplacer dans le cadre du passage à des sources d’énergie alternatives. Toutefois, l’Allemagne, l’Italie, l’Autriche et les Pays-Bas ont tous indiqué que des centrales au charbon pourraient être utilisées pour compenser une réduction de l’approvisionnement en gaz russe.

Le ministre allemand de l’économie, Robert Habeck, a qualifié d' »amère » la décision du gouvernement de limiter l’utilisation du gaz naturel et de brûler davantage de charbon, mais a déclaré que le pays devait tout faire pour stocker autant de gaz que possible avant l’hiver. « Les réservoirs de stockage de gaz doivent être pleins en hiver. C’est la priorité absolue », a déclaré M. Habeck dans un communiqué.

Les Pays-Bas ont déclaré lundi qu’ils allaient activer une phase d' »alerte précoce » d’un plan de crise énergétique et supprimer un plafond de production dans les centrales à charbon pour préserver le gaz, selon Reuters. L’Italie et l’Autriche ont également fait part de leur intention d’envisager de brûler davantage de charbon pour compenser la forte baisse des approvisionnements en gaz russe.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Rationnement énergétique cet hiver ?

Henning Gloystein, directeur de l’énergie, du climat et des ressources au cabinet de conseil en risques politiques Eurasia Group, a déclaré que la solution à court terme pour l’Allemagne et de nombreux autres gouvernements européens est d’accéder à toute forme d’énergie qu’ils peuvent qui n’est pas russe – « et malheureusement, cela inclut … le charbon ».

Selon M. Gloystein, les décideurs européens devraient être en mesure d’éviter le rationnement de l’énergie en hiver. Toutefois, il a averti que « les choses pourraient devenir vraiment désagréables » si le gaz russe cesse d’être acheminé lorsqu’il fait particulièrement froid. « Le pire scénario est le rationnement de l’énergie. Cela signifierait que les industries non essentielles seraient invitées dans un premier temps à réduire leur consommation en échange d’une compensation. C’est un plan que le gouvernement allemand a publié ce week-end », a déclaré M. Gloystein.

« L’étape suivante consisterait à rationner les industries et les ménages et à leur demander de consommer beaucoup moins et c’est quelque chose en Europe que la plupart des gens n’ont jamais connu », a-t-il poursuivi. « Cela signifie qu’en hiver les gens auront froid et, dans certaines régions, si l’hiver est froid, certaines personnes mourront et c’est politiquement vraiment toxique et bien sûr, c’est une situation désagréable à vivre. »

Les gouvernements européens se démènent actuellement pour remplir les stockages souterrains avec des réserves de gaz naturel afin de fournir aux ménages suffisamment de carburant pour garder les lumières allumées et les maisons chaudes pendant l’hiver.

Il est essentiel de s’assurer que les nouvelles mesures sont temporaires.

Lauri Myllyvirta, analyste principal au Centre de recherche sur l’énergie et l’air pur, a déclaré qu’il était important de comprendre les délais dans lesquels l’Europe a décidé de se tourner vers le charbon. « L’Europe a été prise au dépourvu par la crise et de nombreuses mesures seront nécessaires pour passer le prochain hiver sans gaz russe », a-t-elle déclaré.

« Dans le même temps, l’UE et de nombreux pays de l’UE ont réagi à la crise en accélérant le déploiement des énergies propres, ce qui signifie que nous réduirons la construction de combustibles fossiles beaucoup plus rapidement au cours des prochaines années que prévu avant la crise. » Cette analyste ajoute que l’UE peut faire davantage pour réduire la demande de combustibles fossiles à court terme, notamment dans les bâtiments et les transports. « Mais il est important de ne pas perdre de vue que la transition vers une énergie propre est déjà considérablement accélérée en raison de la crise. »

L’UE a déclaré vouloir accélérer les plans visant à accroître la production à partir de sources d’énergie renouvelables, comme l’éolien et le solaire, tout en trouvant des moyens de diversifier ses approvisionnements en gaz dans le sillage de la guerre de la Russie en Ukraine.

« Des décennies d’échec des politiques énergétiques et d’infrastructure ont conduit à un point où nos gouvernements (ré)envisagent le charbon, un combustible qui est responsable de millions de morts ainsi que de dommages climatiques irréversibles », fait observer Mahi Sideridou, directeur général d’Europe Beyond Coal, à CNBC. « L’essentiel est maintenant de s’assurer que toute nouvelle mesure est temporaire et que nous sommes sur la voie de l’abandon total du charbon en Europe d’ici 2030 au plus tard », a-t-elle ajouté.

Mme Sideridou a souligné que des investissements importants dans les énergies renouvelables – en particulier l’éolien et le solaire – les solutions de stockage d’énergie, les mesures d’efficacité et plus encore étaient nécessaires. « C’est le seul moyen de faire face au coût de la vie et aux crises climatiques, et de contribuer à la paix », a-t-elle ajouté.

Avant cette crise, le charbon représentait encore 11 % de la consommation d’énergie de l’Union européenne. En France, il ne pesait plus que 3 % servant essentiellement à la production de fonte. Reste qu’en raison du retard de l’EPR de Flamanville et du programme de maintenance des centrales nucléaires, une centrale au charbon est toujours en activité à Cordemais (Loire-Atlantique). Tandis que le gouvernement n’excluait pas de remettre en activité, l’hiver prochain, la centrale à charbon de Saint-Avold (Moselle).

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Image d’en-tête : La centrale électrique de Cordemais est l’une des deux dernières en France à produire encore de l’énergie grâce au charbon. © AFP – Loïc Venance

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Malgré les interdictions, la Russie explore l'Antarctique à la recherche d'énormes gisements de pétrole
Article précédent

Malgré les interdictions, la Russie explore l'Antarctique à la recherche d'énormes gisements de pétrole

Abracadabra : Le gaz et le nucléaire deviennent verts par la magie du parlement européen
Prochain article

Abracadabra : Le gaz et le nucléaire deviennent verts par la magie du parlement européen

Derniers articles de Ressources

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez12
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email