Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Des solutions concrètes pour l’accès à l’eau

Commencez

Aujourd’hui, 800 millions de personnes n’ont pas accès à l’eau potable. Comment y remédier ? C’est l’une des questions à laquelle les participants du 6e Forum mondial de l’eau qui a eu lieu début mars à Marseille ont tenté de répondre : le village des solutions, dans lequel une des tentes regroupe des entrepreneurs sociaux et des ingénieurs présentant des solutions innovantes pour le transport, l’assainissement ou le captage de l’eau, présentait des innovations techniques pour faciliter l’accès à l’eau. Nous avons fait un tour d’horizon et avons regroupé ici des solutions favorisant cet accès à l’eau.

Une méthode de désinfection solaire de l’eau 

Aussi étonnant que cela puisse paraître, il suffit de remplir une bouteille d’eau non traitée (de 3 litres au maximum), et de la laisser au soleil. « En 6 heures, les rayons UV nettoient l’eau des principales bactéries comme celle du choléra », explique Martina Podeprel de la société Sodis.

Cette entrepreneuse sociale autrichienne profite du Forum mondial de l’eau pour présenter un complément à la méthode de désinfection solaire: un petit appareil qui indique le temps d’attente avant la désinfection totale de l’eau de la bouteille. Il s’agit d’un petit boîtier à placer sur le bouchon. « Quand il y a du soleil, le temps d’attente pour la désinfection est de 6h, mais il peut aller jusqu’à 48h si le temps est nuageux ».

Cette méthode gratuite permet de se débarrasser des bactéries, virus et parasites présents dans les eaux, et qui font des ravages : 3,6 millions de personnes meurent chaque année à cause de l’insalubrité de l’eau qu’ils consomment.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Inventée dans les années 1980 par un ingénieur libanais, la méthode de désinfection solaire a été perfectionnée par un centre de recherche suisse qui l’a popularisée dans les pays pauvres du monde entier.

« Aujourd’hui, la méthode est utilisée dans 23 pays et par des ONG », note Martina Podeprel. Pour perfectionner le système, son entreprise a mis en place ce minuteur, encore à l’état de prototype. Il coûte actuellement 10 dollars américains, mais le coût pourrait baisser. « Il faut diffuser cette méthode ! Elle est gratuite… On a juste besoin de soleil », rappelle Martina.

hippowaterrollerFaire rouler l’eau pour la transporter

Dans de nombreux pays où l’accès à l’eau est difficile, femmes et enfants doivent parfois parcourir plusieurs kilomètres, plusieurs fois par jour, un seau d’eau sur la tête. Le transport de ces litres d’eau au quotidien comporte des risques sur la santé. Deux Sud-Africains ont ainsi développé, en 1991, un concept de « rouleau à eau »: le Hippo Water Roller.

L’idée est simple: avec une capacité de 90 litres, le Hippo Water Roller permet aux femmes et enfants de transporter jusqu’à quatre fois la quantité d’un seau d’eau sans difficulté, en le faisant rouler. Le concept est déjà utilisé dans près de 17 pays d’Afrique, profitant directement à plus de 250.000 personnes. Face à la demande, plusieurs implantations locales sont également en projet.

Vivre de l’eau des pluies

Les meilleures solutions sont souvent les plus simples. La preuve, au Vénézuela, avec un système de récupération des eaux des pluies. Expérimenté dans la région semi-aride de l’Etat de Lara depuis 2007, cette alternative vise à créer une provision d’eau potable pour les communautés rurales et pauvres de cet état.

L’eau est interceptée et récupérée depuis le toit, pour éviter toute pollution, et ensuite stockée dans des réservoirs, qui permettent une meilleure gestion. De plus, les maladies sont réduites et l’agriculture facilitée.

Créer de l’eau à partir de l’air

Plus innovant mais encore expérimental, le Aquaplenty ou « l’eau venue des airs » ! L’entreprise néerlandaise H2OnSite B.V. a développé l’idée de créer de l’eau fraîche et potable en utilisant uniquement l’humidité de l’air. Conçu comme une éolienne, le dispositif n’a besoin que de vent et peut produire jusqu’à 1000 litres d’eau potable par jour, même en plein désert. Les premiers tests sur le terrain sont prévus au printemps.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Sur le site solutionsforwater, des membres d’ONG, de gouvernements ou d’entreprises du secteur de l’eau du monde entier peuvent partager et faire connaître leurs solutions pour garantir à tous un accès à l’eau ou encore économiser et préserver cette ressource limitée. Plus de 1200 solutions sont d’ores et déjà enregistrées sur le site. 

Le droit à l’accès à l’eau est l’un des grands enjeu du développement.

Dans un récent rapport, l’ONU prévoit qu’il faudra nourrir 9 milliards d’être humains à l’horizon 2050. Or 70% de l’eau douce que nous consommons est dédiée à l’agriculture (22% par l’industrie et 8% pour nos besoins quotidiens personnels). La consommation d’eau devrait donc augmenter de 19%.

Par ailleurs, 800 millions d’êtres humains n’ont toujours pas accès à l’eau potable. Les institutions internationales veulent donc tirer la sonnette d’alarme. « Il faut parler de merde! », s’exclame Catarina de Albuquerque, chargée du droit à l’eau à l’ONU.

Si les objectifs du millénaire en terme d’accès à l’eau sont sur le point d’être atteints, le travail reste immense en matière d’assainissement. Car oui, dans le monde, 2,5 milliards de personnes n’ont pas accès à des toilettes propres.

La communauté mondiale semble avoir pris conscience du problème en faisant de l’accès à l’eau un droit fondamental (en 2010). Création d’un tribunal de l’eau, d’une agence onusienne de l’eau, accélération de l’application du droit… lors du Forum de l’eau, chacun y est allé de sa proposition ou de son engagement.

L’accès à cette ressource sera d’ailleurs au cœur des discussions de la conférence internationale sur l’environnement et l’économie verte à Rio de Janeiro (Rio+20) en juin prochain.

Enfin, si la responsabilité de la gestion de l’eau incombe avant tout aux autorités, chacun peut aussi faire un geste au quotidien!

(Source : Raphaël Moran / Youphil / Mars 2012)

 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

Des innovations très attendues pour l'accès à l'eau

Prochain article

La conquête de l'eau au Proche-Orient

Derniers articles de Ressources

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print