Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Jusqu'à 20 % des ressources cruciales en eaux souterraines risquent de disparaître

Jusqu’à 20 % des ressources cruciales en eaux souterraines risquent de disparaître

Commencez

Les eaux souterraines fournissent de l’eau potable à la moitié du monde, constituant notamment l’unique source d’eau potable pour 2,5 milliards de personnes. Elle fournit également près de la moitié de l’eau utilisée pour l’irrigation agricole dans le monde. Mais une nouvelle étude, publiée jeudi dans la revue Science, montre que jusqu’à 20 % de cette eau est en danger.

Des décennies de mauvaise utilisation, de mauvaise gestion, de surextraction des eaux souterraines et de contamination des réserves d’eau douce ont exacerbé le stress hydrique. Dans le même temps, la demande en eau augmente en raison de la croissance rapide de la population, de l’urbanisation et de l’accroissement des besoins en eau de toute une série de secteurs. Le changement climatique et les phénomènes météorologiques extrêmes aggravent le stress hydrique.

En raison principalement de la surutilisation et de la sécheresse, les réserves de cette source d’eau cruciale stockée dans les crevasses de la roche, du sable et du sol dans le monde entier s’amenuisent. La pression qui en résulte sur l’eau destinée à la consommation, à l’agriculture, et à l’industrie, entre autres activités, est visible dans le monde entier, de l’Inde à la Californie.

Des données gigantesques rassemblées pour quantifier la crise de l’eau

« Comme les eaux souterraines sont une ressource pérenne qui fournit une eau fiable pendant les sécheresses, le surpompage et la réduction de la recharge sont souvent tous deux en jeu ; c’est-à-dire que les deux ont un impact simultané sur les niveaux des eaux souterraines », écrit Debra Perrone, professeur adjoint d’études environnementales à l’Université de Californie, Santa Barbara, co-autrice de l’étude publiée dans Science.

Pour quantifier la gravité de la situation, les auteurs du rapport ont évalué les données de près de 39 millions de puits d’eau souterraine dans 40 pays du monde, en compilant les données locales sur l’emplacement des puits, leur profondeur, les utilisations prévues et les dates de construction. Projet singulièrement ambitieux : il a fallu cinq années aux chercheurs pour collecter cette masse gigantesque d’informations.

En compilant ces données, les auteurs ont découvert que jusqu’à 20 % des puits d’eau souterraine du monde ne sont pas plus de 5 mètres plus profonds que leur nappe phréatique locale. Cela suggère que des millions de puits pourraient s’assécher si les niveaux des eaux souterraines diminuent de quelques centimètres seulement en raison d’une baisse du niveau des précipitations, d’une augmentation de l’extraction, ou des deux.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Pour aggraver les choses, les auteurs ont également constaté que les puits nouvellement creusés ne sont pas beaucoup moins vulnérables que les anciens puits pompés sur une période beaucoup plus longue. Cela suggère que la simple construction de nouveaux puits n’est pas une véritable solution à l’épuisement des ressources.

Les chercheurs affirment que le simple fait de creuser plus profondément dans le sol ne résoudra pas non plus le problème. L’exploitation de ces aquifères profonds entraîne des coûts beaucoup plus élevés, et même si les communautés parviennent à obtenir un financement, la qualité de l’eau provenant des nappes phréatiques plus profondes tend à être considérablement moins bonne, car l’eau a tendance à être plus ancienne et plus affectée par les minéraux du sol environnant.

La crise climatique aggrave la question de l’eau

Ce problème ne fera que devenir plus urgent dans les décennies à venir. La crise climatique annonce davantage de sécheresse et de temps sec dans de nombreuses régions du monde, ce qui signifie que les aquifères perdront une source clé de réapprovisionnement, alors même que les conditions sèches en surface font grimper la demande. En fait, dans certains endroits, la crise est déjà là. On estime que 1,8 milliard de personnes vivent déjà dans des zones de stress hydrique dans le monde, en partie à cause de la disparition des eaux souterraines.

« Il existe de nombreux endroits où les puits sont déjà à sec, comme certaines parties de la vallée centrale du sud de la Californie », écrit Scott Jasechko, professeur adjoint de ressources en eau à l’Université de Californie, Santa Barbara, qui a dirigé l’étude. « Pour certains, le problème des puits à sec c’est ici et maintenant ».

Dans un article de perspective connexe publié simultanément dans Science, des scientifiques de l’Université de l’Arizona et de l’Université de Saskatoon expliquent que si l’on ne prend pas de mesures urgentes pour conserver l’eau, celle-ci deviendra une denrée des plus rares et que seuls les « relativement riches » pourront l’obtenir. Cela pourrait également exacerber le risque d’éclatement de tensions violentes. Les recherches vont dans ce sens : en effet, dans une étude réalisée en 2020, des chercheurs ont analysé les conflits dans 50 pays pauvres, vulnérables à la sécheresse et connaissant un nombre élevé de conflits ethniques en cours. Ils ont constaté qu’au cours des 25 dernières années, près d’une guerre sur trois a éclaté dans la semaine suivant des perturbations climatiques telles que des vagues de chaleur ou des sécheresses. « Éviter un tel scénario est clairement primordial pour la sécurité humaine », conclut l’étude.

La bonne nouvelle est qu’il existe des politiques qui pourraient aider à faire face à cette crise des eaux souterraines. « Il existe de nombreuses possibilités qui, ensemble, nous mettront sur la voie d’une gestion durable des eaux souterraines », affirme Debra Perrone. Cela inclut la réduction de la demande d’eau en encourageant et en incitant les gens à l’utiliser plus efficacement, et aussi en adoptant des « technologies d’économie d’eau », conseille-t-elle. De nombreuses approches pourraient s’avérer efficaces, allant de l’installation de dispositifs permettant de fermer les systèmes d’irrigation lorsqu’il pleut à l’incitation des agriculteurs à pratiquer des cultures moins gourmandes en eau. Ces stratégies devraient être associées à des réglementations strictes sur l’utilisation de l’eau par l’agriculture et l’industrie, et ces réglementations devraient également donner la priorité à l’équité plutôt qu’aux grandes entreprises agroalimentaires.

En outre, les auteurs appellent à une surveillance plus attentive des niveaux des eaux souterraines. Bien sûr, une surveillance accrue ne suffira pas à résoudre le problème, mais elle pourrait certainement permettre aux chercheurs de trouver plus facilement des solutions. « Les données en elles-mêmes ne sont pas la solution, mais elles nous aident à comprendre les processus — les comportements humains qui influencent la demande ou les processus physiques qui informent l’offre — et peuvent fournir des indications sur la meilleure façon de gérer les eaux souterraines », fait valoir Debra Perrone.

Le pic de l’eau

La plupart des régions du monde ont déjà dépassé ce que le climatologue Peter Gleick appelle « pic de l’eau ».  « Les gens vivent dans des lieux où ils utilisent toute l’eau renouvelable, ou encore pire, vivent en sursis en pompant excessivement des eaux souterraines non renouvelables ».

Certains experts estiment qu’en 2025, les deux tiers de la population humaine seront affectés par le manque d’eau et que cinq des huit milliards d’êtres qui vivent sur notre planète souffriront de maladies causées par la pollution de l’eau.

D’après les données de la FAO, 45 pays comme l’Afrique du Sud, Chypre ou le Maroc sont en situation de pénurie (moins de 1 000 mètres cube par habitant par an), dont 29 comme l’Algérie, Israël ou le Qatar en situation de pénurie extrême (moins de 500 mètres cubes).

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Des experts s’inquiètent d’une possible disparition, d’ici quelques dizaines d’années, des réserves aquifères dans une partie du bassin du Gange en Inde, dans le sud de l’Espagne et de l’Italie, ou encore dans la vallée centrale de la Californie.

« Un demi-milliard de personnes dans le monde font déjà face à des pénuries toute l’année », dont plus d’un tiers en Inde, indique de son côté Arjen Hoekstra, de l’université de Twente aux Pays-Bas. Et « le changement climatique s’ajoute à tout ça », met-il en garde.

La planète s’est déjà réchauffée depuis l’ère préindustrielle, et rien n’indique que le mouvement est près de s’arrêter. Or, selon les experts du climat de l’ONU (Giec), à chaque degré supplémentaire, environ 7% de la population mondiale perdrait au moins 20% de ses ressources en eau renouvelable.

D’ici 2030, le monde devra ainsi faire face à un déficit en eau de 40% si rien n’est fait pour contenir le réchauffement. Et dans le même temps, la demande mondiale d’eau devrait s’accroître de 55%, sous la pression des métropoles des pays en développement.

Les modes de consommation doivent aussi changer et notamment dans l’agriculture. Cette activité consomme, au niveau mondial, 70 % de l’eau douce avec des disparités importantes par pays. Ainsi en Afrique du Nord, c’est 85 % de l’eau qui est prise par l’agriculture alors que la proportion est de 30 % dans l’Union européenne.

Enfin, le bon sens doit être rappelé à la rescousse. Les années d’insouciance où l’on a bétonné les cours d’eau par des barrages, où l’on a vidé jusqu‘à la dernière goutte des nappes phréatiques millénaires où l’on a pollué sans vergogne sols et cours d’eau, ces temps doivent être révolus. Le changement climatique nous pousse dans le dos et nous oblige.

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

Des peintures biosourcées à la rescousse de l'océan

Derniers articles de Ressources

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
35 Partages
Partagez35
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print