Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Les dérives du plan français de plantation d’arbres devant la Commission européenne

Commencez

Dans un courrier juridique de 38 pages envoyé à la Commission européenne (1), l’association Canopée pointe les entorses du volet forestier du plan de relance vis-à-vis des objectifs européens de préservation de la biodiversité et de lutte contre les changements climatiques.

Pour Bruno Doucet, chargé de campagnes de l’association Canopée : « Derrière la symbolique de la plantation d’arbres, le gouvernement s’est en réalité lancé dans une vaste opération de soutien aux coupes rases et à l’enrésinement de nos forêts ».
La promesse du Président de la République, Emmanuel Macron, de planter « deux arbres par français », soit 140 millions d’arbres, pourrait conduire à la destruction de 46 000 hectares de forêts en bonne santé si ces plantations sont réalisées dans les mêmes conditions que le plan de relance. En effet, 42% des projets financés par le plan de relance portent sur des projets dans des forêts en bonne santé et 87% des opérations sont des coupes rases. La plantation de 50 millions d’arbres représente 45 000 hectares, celle de 140 millions d’arbres, 126 000 hectares. Si l’on applique le même ratio, ce sont donc 46 040 hectares de forêts en bonne santé qui pourraient être rasées (126 000 * 42% * 87%).

Financé à hauteur de 40% par l’Union Européenne, le plan de relance français, adopté en 2020, est censé garantir qu’aucune mesure ne cause de préjudice important aux objectifs environnementaux.

Or, comme le démontre le rapport « Planté ! Le bilan caché du plan de relance forestier », les financements accordés au secteur forestier pour planter une première tranche de 50 millions d’arbres ont déjà eu de nombreux impacts néfastes :

  • 87% des projets financés fin 2021 par le plan de relance impliquent des coupes rases (2). Il s’agit d’opérations lourdes, qui fragilisent les écosystèmes et entraînent un déstockage immédiat de carbone ;
  • Aucune étude d’impact environnemental n’a été réalisée, notamment en zone Natura 2000 qui concentre 25% des projets ;
  • Les plantations réalisées sont essentiellement constituées de monoculture ou sont très faiblement diversifiées. Avec un peu plus de 6000 hectares, le Douglas est l’arbre le plus planté alors que cet arbre n’est pas particulièrement bien adapté au changement climatique.

La France s’est également engagée auprès de la Commission européenne à intégrer des critères relatifs à la biodiversité dans les plans de gestion forestière d’ici à 2021. Un engagement non respecté. Dans le cadre de la révision en cours des règles encadrant la gestion en forêt privée, cet engagement a été délibérément écarté par le gouvernement.

Ce courrier est une nouvelle alerte auprès de la commission européenne qui a constaté les faiblesses du volet forestier du plan national stratégique français pour la PAC 2023-2027. Dans un courrier adressé au Ministre de l’Agriculture et des Forêts, Julien Denormandie, elle pointe le besoin de clarifier « la stratégie de sylviculture durable », le mauvais état de conservation des forêts françaises et la baisse du puits de carbone forestier.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Canopée demande à la Commission européenne de suspendre ses soutiens à la France tant que le gouvernement n’aura pas intégrer de solides critères environnementaux dans sa politique forestière.

(1) https://www.canopee-asso.org/wp-content/uploads/2022/05/Canopee_Lettre-manquement-FranceRelance-engagement-europeen.pdf
(2) Ces chiffres sont issus d’un bilan intermédiaire à la fin de l’année 2021.

Photo d’en-tête : Exemple de coupe rase (Crédit photo : Jean-Luc Pillard pour Canopée)

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Comment solaire et éolien rapportent des milliards à l’Etat
Article précédent

Comment solaire et éolien rapportent des milliards à l’Etat

Prochain article

Boycott sur la prochaine AG de TotalEnergies

Derniers articles de Transition écologique et énergétique

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez11
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email