Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Les efforts paient : la couche d’ozone est en voie de reconstitution

Commencez

Selon une étude de l’ONU, la couche d’ozone continue de se reconstituer, ce qui est essentiel pour la santé, la sécurité alimentaire et la planète. Pour les scientifiques, les progrès réalisés dans la réduction du « trou d’ozone » ouvrent la voie à la lutte contre le réchauffement climatique. Les efforts de la communauté internationale pour réduire les gaz destructeurs de la couche d’ozone ont donc payé. Les bonnes nouvelles étant rares, il est agréable de partager celle-ci.

Une nouvelle évaluation de l’appauvrissement de la couche d’ozone de la Terre, publiée ce lundi 9 janvier, montre que les efforts déployés pour réparer ce bouclier atmosphérique vital sont efficaces, selon un groupe de scientifiques soutenus par l’ONU, alors que les émissions mondiales de substances chimiques nocives pour l’ozone continuent de diminuer. En conséquence, la couche d’ozone, qui empêche les rayons ultraviolets du soleil d’atteindre la surface de la Terre, continue de s’épaissir lentement. « Si les politiques actuelles restent en place, la couche d’ozone devrait retrouver les valeurs de 1980 (avant l’apparition du trou) d’ici environ 2066 au-dessus de l’Antarctique, 2045 au-dessus de l’Arctique et 2040 dans le reste du monde« , indique l’ONU Environnement dans son estimation quadriennale.

Sa restauration est essentielle pour la santé humaine, la sécurité alimentaire et la planète. Les rayons UV-B provoquent des cancers et des lésions oculaires chez l’homme. Ils endommagent également les plantes, inhibant leur croissance et réduisant leur capacité à stocker le dioxyde de carbone qui réchauffe la planète.

Les scientifiques ont déclaré que la reconstitution de l’ozone devrait également servir de preuve que les sociétés peuvent s’unir pour résoudre les problèmes environnementaux et lutter contre le changement climatique.
« L’action sur l’ozone crée un précédent pour l’action sur le climat », a déclaré le secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale, Petteri Taalas, dans un communiqué. « Notre succès dans l’élimination progressive des produits chimiques destructeurs d’ozone nous montre ce qui peut et doit être fait – de toute urgence – pour assurer la transition vers l’abandon des combustibles fossiles, réduire les gaz à effet de serre et ainsi limiter l’augmentation de la température.« 

À ce rythme, la couche d’ozone pourrait retrouver les niveaux des années 19/80 sur la majeure partie du globe d’ici les années 2040, et d’ici 2066 en Antarctique, conclut le rapport. La perte d’ozone est la plus spectaculaire au-dessus du pôle Sud, où un « trou » d’ozone apparaît chaque printemps.

Ces améliorations ne seront pas constantes, ont souligné les scientifiques, compte tenu des fluctuations naturelles des niveaux d’ozone et de l’influence inhibitrice sur l’ozone des éruptions volcaniques, comme celle, massive, du volcan sous-marin Hunga Tonga, dans l’océan Pacifique, il y a un an.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Mais les scientifiques estiment que les dernières données et projections relatives à l’ozone constituent néanmoins une preuve supplémentaire du succès du protocole de Montréal, l’accord mondial de 1987 visant à éliminer progressivement la production et l’utilisation de substances appauvrissant la couche d’ozone. Meg Seki, secrétaire exécutive du Secrétariat de l’ozone du Programme des Nations unies pour l’environnement, a qualifié ces résultats de « nouvelles fantastiques ».

La baisse récente des niveaux observés du produit chimique connu sous le nom de CFC-11, en particulier – qui, jusqu’en 2018, avait été observé à des niveaux plus élevés que prévu et tracé en Chine – est la preuve que les sociétés peuvent collaborer pour résoudre un problème environnemental confondant, a déclaré Martyn Chipperfield, professeur à l’Université de Leeds qui fait partie du groupe scientifique. « Cela s’est avéré être une autre histoire à succès« , a-t-il déclaré. « Les communautés se sont réunies et le problème a été résolu ».

L’ozone est une molécule composée de trois atomes d’oxygène, qui prolifère dans une couche de la stratosphère située à une altitude de 15 à 20 km. Il peut également exister au niveau du sol, où il est un produit de la pollution atmosphérique pendant les chaudes journées d’été et considéré comme un danger pour la santé. Mais dans l’atmosphère, il sert de bouclier essentiel pour protéger la vie sur Terre des rayons ultraviolets nocifs.

De la même manière que les rayons UV éradiquent les agents pathogènes tels que le virus responsable du covid-19, le rayonnement solaire rendrait impossible toute forme de vie sur Terre sans la protection de la couche d’ozone. Les UV-B, une forme de rayonnement solaire à haute énergie, endommagent l’ADN des plantes et des animaux, perturbant divers processus biologiques et réduisant l’efficacité de la photosynthèse.

Le protocole de Montréal, qui a été approuvé par tous les pays du monde, protège l’ozone en interdisant la fabrication et l’utilisation de substances qui le détruisent lorsqu’elles entrent en contact avec lui dans l’atmosphère. Cela inclut en grande partie une classe connue sous le nom de chlorofluorocarbones ou CFC, qui contiennent du chlore destructeur d’ozone et étaient utilisés dans les réfrigérateurs, les climatiseurs et les bombes aérosols.

Le traité a été élargi en 2016 par l’amendement de Kigali pour inclure les hydrofluorocarbones ou HCFC, un remplacement des CFC qui ne nuit pas à l’ozone mais qui est un type de gaz à effet de serre qui réchauffe la planète plus puissamment que le dioxyde de carbone.

Le rapport, qui a été présenté lundi matin lors de la réunion annuelle de l’American Meteorological Society à Denver, indique que le monde fait également des progrès dans la réduction de ces émissions qui réchauffent la planète.
« Nous pouvons déjà constater que les HCFC n’augmentent pas aussi rapidement que nous le pensions, car les pays commencent à mettre en œuvre leurs propres contrôles« , a déclaré Paul Newman, l’un des quatre coprésidents du groupe d’évaluation scientifique du protocole de Montréal.

Néanmoins, il est possible que les données à venir sur les niveaux d’ozone suscitent des inquiétudes quant au fait que la couche d’ozone ne se reconstitue pas aussi rapidement que le rapport le conclut, a-t-il ajouté. M. Newman a déclaré qu’il s’attendait à ce que cela soit dû au fait que l’éruption du Hunga Tonga a projeté une énorme quantité de matériaux dans l’atmosphère. Les éruptions volcaniques sont connues pour accélérer l’appauvrissement de la couche d’ozone.

Selon M. Newman, les progrès seraient également ralentis si l’homme poursuivait la géo-ingénierie pour inverser le réchauffement climatique en injectant des particules réfléchissant la lumière du soleil dans la haute atmosphère. Le groupe d’experts qui s’est penché pour la première fois sur l’impact potentiel de cette pratique pour le rapport de lundi a constaté que, selon le moment, la fréquence et la quantité de ces injections, les particules pourraient modifier les aspects de la chimie atmosphérique qui sont importants pour le développement de l’ozone.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Le monde est assis sur une bombe à retardement
Article précédent

Le monde est assis sur une bombe à retardement

Comment la loi entend accélérer les énergies renouvelables en France
Prochain article

Comment la loi entend accélérer les énergies renouvelables en France

Derniers articles de Transition écologique et énergétique

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez11
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email