Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Jeff Bezos et le climat

Jeff Bezos, le patron d’Amazon donne 10 milliards pour le climat. Mais comment les dépenser ?

Commencez

Covering Climate NowCet article a été publié à l’origine dans Wired et est republié ici dans le cadre de Covering Climate Now, une collaboration journalistique mondiale visant à renforcer la couverture de la crise climatique, dont UP’ Magazine est membre.


 

Jeff Bezos, le milliardaire patron d’Amazon a annoncé il y a quelques jours qu’il donnait 10 milliards de dollars de sa fortune personnelle pour sauver la planète. Une annonce spectaculaire qui a immédiatement fait le tour du monde. Pourtant les détails de cet investissement sont pour le moment très rares ; la seule chose que l’on sache est que cette somme irait dans les caisses d’un « Fonds Bezos pour la Terre » et qu’elle servirait à financer des recherches scientifiques, des activistes pour le climat et des ONG. L’homme le plus riche du monde dit vouloir « trouver de nouvelles façons de lutter contre l’impact dévastateur du changement climatique sur cette planète que nous partageons tous ». Si Jeff Bezos est à court d’idées, nous pouvons lui en proposer des palanquées. Le magazine Wired s’est prêté à ce jeu et présente dans cet article quelques pistes pour lesquelles Bezos pourrait apporter sa manne. Des idées qui changeraient radicalement la face du monde.

Le 17 février dernier, le PDG d’Amazon et l’homme le plus riche du monde, Jeff Bezos, a annoncé qu’il consacrait près de 8 % de la valeur nette de sa fortune à la lutte contre le changement climatique. Cet argent, connu sous le nom de Fonds Bezos pour la Terre, sera utilisé pour soutenir « tout effort qui offre une réelle possibilité d’aider à préserver et à protéger le monde naturel », a écrit M. Bezos dans un post sur Instagram. Qu’un milliardaire dicte seul la manière dont la communauté mondiale va lutter contre le changement climatique pose évidemment de nombreux problèmes. Mais il est également vrai qu’il existe une multitude de technologies climatiques prometteuses qui ne disposent pas des ressources nécessaires pour être mises à l’échelle assez rapidement afin d’atteindre efficacement les objectifs climatiques de l’Accord de Paris. Bezos n’a pas précisé comment il allait allouer les ressources du Fonds pour la Terre, mais si vous lisez ceci, Jeff, nous avons quelques idées.

L’énergie solaire venue de l’espace

Actuellement, 173 000 milliards de milliards de watts d’énergie solaire baignent la Terre. Si nous n’en capturions que 1 %, cela suffirait à répondre aux besoins énergétiques de la planète. Mais absorber les rayons est plus difficile qu’il n’y paraît. La couverture nuageuse limite l’efficacité des panneaux solaires, les cellules photovoltaïques haut de gamme ne sont pas très efficaces pour convertir la lumière du soleil en électricité, et l’énergie solaire n’est pas une option pour la moitié de la planète à un moment donné.

Pourtant, si vous deviez construire une ferme solaire géante dans l’espace et transmettre cette énergie à la Terre, l’énergie du soleil serait disponible 24 heures sur 24. Isaac Asimov a lancé l’idée de l’énergie solaire dans l’espace dans les années 1940. Une poignée d’entreprises comme Solaren et Solar Space Technologies ont essayé de créer des entreprises autour de l’énergie solaire spatiale, mais n’avaient pas les capitaux nécessaires pour mener à bien leur technologie.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

L’année dernière, le laboratoire de recherche de l’armée de l’air, le DARPA, a annoncé un programme de 100 millions de dollars pour développer un satellite qui acheminerait l’énergie solaire vers la Terre. Si Bezos ne consacrait qu’un pour cent du Fonds pour la Terre au développement de l’énergie solaire spatiale, cela doublerait effectivement le financement disponible aux États-Unis. S’il voulait être encore plus sympa, il pourrait offrir aux satellites d’énergie solaire une mise en orbite sur une de ses fusées. Bien que Blue Origin, la société spatiale de Bezos, n’ait pas encore envoyé de fusée en orbite, elle prévoit de le faire d’ici l’année prochaine.

Énergie géothermique améliorée

L’énergie géothermique utilise de l’eau super chaude tirée des profondeurs de la Terre pour entraîner des turbogénérateurs à la surface. C’est une source prometteuse d’électricité propre et inépuisable qui pourrait répondre plusieurs fois aux besoins de la planète. Mais à l’heure actuelle, elle représente bien moins de 1 % de l’approvisionnement mondial en électricité. Le problème est que l’énergie géothermique est limitée aux régions qui disposent de sources naturelles dont l’eau est suffisamment chaude pour faire tourner les turbines avec leur vapeur.

Les systèmes géothermiques améliorés sont des technologies qui promettent de rendre l’énergie de la Terre disponible presque partout. Au lieu de s’appuyer sur des sources naturelles, ces systèmes empruntent des techniques à l’industrie de la fracturation en forant profondément dans la roche sèche chaude et en pompant l’eau dans la chambre nouvellement créée. L’eau est chauffée à plusieurs centaines de degrés et ramenée à la surface, où elle est utilisée pour alimenter un turbogénérateur. La roche chaude nécessaire à ces systèmes est disponible partout dans le monde. Ce qui manque, c’est la technologie de forage et les connaissances techniques nécessaires pour y accéder : si vous forez au mauvais endroit, vous risquez de déclencher un tremblement de terre massif.

Bien qu’un certain nombre d’entreprises développent des systèmes géothermiques améliorés, elles ont du mal à réunir les fonds nécessaires à leur construction. Le forage des puits est un processus à très forte intensité de capital et, comme il s’agit d’une nouvelle technologie, elle comporte beaucoup de risques pour les investisseurs. En janvier, le ministère de l’énergie américain a annoncé qu’il consacrerait 25 millions de dollars à la recherche sur les systèmes géothermiques améliorés, ce qui est à peine suffisant pour faire démarrer l’industrie. Les seuls intérêts produits sur le compte bancaire du Fonds pour la Terre seraient déjà une aubaine énorme pour cette industrie naissante.

Des petits réacteurs nucléaires modulaires

Depuis 2011, Bezos investit dans General Fusion, une entreprise canadienne qui tente de construire la première centrale de fusion nucléaire au monde. C’est un pari de longue haleine que de créer une source illimitée d’énergie propre en construisant un soleil artificiel. La fusion fonctionne en faisant se percuter les atomes les uns sur les autres de sorte que leurs noyaux fusionnent et libèrent une énorme quantité d’énergie. Une centrale de fusion serait capable de produire plusieurs fois plus d’énergie qu’une centrale nucléaire traditionnelle, sans générer de déchets toxiques à long terme dans le processus.

Aujourd’hui, les centrales à fusion sont loin d’être commercialisées. Il est peu probable que nous voyions l’énergie de fusion arriver sur le réseau dans les vingt prochaines années en raison des défis que représente le maintien de la réaction qui rend la fusion possible. Mais en attendant, le fonds Bezos pourrait investir dans l’énergie de fission nucléaire avancée comme les petits réacteurs modulaires. Contrairement aux centrales nucléaires d’autrefois, les petits réacteurs modulaires sont minuscules et peuvent être enchaînés en marguerite pour répondre à des besoins énergétiques qui varient selon la région, l’heure de la journée ou la saison. La conception des petits réacteurs modulaires réduit le risque de fusion, ce qui signifie qu’ils peuvent être placés plus près des villes et des localités qui en ont besoin. Ils peuvent également être fabriqués sur une chaîne de montage, ce qui réduit considérablement leur coût.

Bien que le mot « nucléaire » déclenche de l’urticaire dans certains milieux environnementaux, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations unies (GIEC) a reconnu qu’il jouera un rôle essentiel dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Pourtant, le développement des technologies nucléaires est incroyablement coûteux et il faut des années pour surmonter les obstacles réglementaires liés à la mise en place d’un système. Pour accélérer ce processus, le Fonds pour la Terre pourrait diversifier le portefeuille nucléaire de Bezos en injectant de l’argent dans l’industrie nucléaire avancée naissante.

Production durable d’hydrogène

La promesse éternelle d’une économie de l’hydrogène consiste à utiliser l’élément le plus abondant de l’univers pour chauffer nos maisons, stocker notre énergie et alimenter nos voitures. Les partisans de cette technologie affirment qu’elle sauvera le monde en mettant fin à notre dépendance aux combustibles fossiles comme le gaz naturel et le pétrole. Il y a juste un problème : nous ne pouvons pas encore produire de l’hydrogène de manière durable à l’échelle. Ce qui est sûr, c’est que nous savons comment produire beaucoup d’hydrogène. Mais en général, le processus implique la consommation de gaz naturel. Si nous voulons utiliser l’hydrogène pour décarboniser durablement le monde, nous devons exclure les combustibles fossiles de l’équation.

Energie nucléaire au thorium

Mais les petits réacteurs ne sont guère la seule technologie nucléaire avancée en développement. Les réacteurs au sel fondu de thorium, par exemple, n’utilisent pratiquement pas d’uranium. Cela permet de réduire à la fois les déchets nucléaires et le risque de prolifération des armes nucléaires en limitant la quantité d’uranium enrichi en circulation. Les réacteurs surgénérateurs de la prochaine génération peuvent utiliser les déchets nucléaires comme combustible et sont dotés de mécanismes de refroidissement sophistiqués qui limitent les risques de fusion. Si d’autres technologies nucléaires avancées sont prometteuses, beaucoup d’entre elles doivent encore surmonter de nombreux obstacles technologiques et réglementaires avant d’être prêtes à entrer en service. Cela limite leur capacité à lutter contre le changement climatique à court terme.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

L’une des meilleures façons d’y parvenir serait de diviser l’eau, ce qui implique de décomposer le H~2~O en ses éléments constitutifs – l’hydrogène et l’oxygène – en utilisant de grandes quantités d’électricité ou de chaleur. Mais diviser l’eau à l’échelle nécessite une énorme quantité d’énergie, et comme le monde fonctionne encore principalement avec des combustibles fossiles, ceux-ci finissent souvent par fournir l’énergie. Pour favoriser une économie durable de l’hydrogène, un rapport du ministère américain de l’énergie de 2017 a appelé à ce que les efforts de partage de l’eau soient alimentés par des énergies renouvelables comme le vent et le soleil. Le rapport a également lancé l’idée d’utiliser la chaleur des réacteurs nucléaires avancés pour augmenter la production d’hydrogène des États-Unis sans contribuer davantage au changement climatique.

Mais la création d’un approvisionnement géant en hydrogène ne servira pas à grand-chose s’il n’y a pas de moyen de l’utiliser. Aujourd’hui, les constructeurs automobiles développent des piles à combustible à hydrogène, de sorte que lorsque l’économie de l’hydrogène arrivera enfin, ils seront prêts à en tirer parti. Pourtant, pour l’instant, personne ne veut acheter une voiture à hydrogène parce qu’il n’y a pas d’approvisionnement en hydrogène. C’est le classique problème de la poule et de l’œuf. Le Fonds pour la Terre pourrait sortir de l’impasse en s’engageant à augmenter rapidement la production durable d’hydrogène, donnant enfin à l’industrie des piles à combustible à hydrogène l’approvisionnement dont elle a besoin.

Le temps est l’ennemi dans un monde qui se réchauffe rapidement, et il est impératif de décarboner notre énergie le plus rapidement possible. Si Jeff Bezos n’investissait qu’une petite fraction du Fonds pour la Terre dans ces technologies climatiques, cela accélérerait considérablement leur déploiement. Mais si la technologie est un remède, elle peut aussi être un poison. Selon les propres statistiques d’Amazon, la société rejette 44 millions de tonnes de carbone dans l’air chaque année à partir de ses véhicules de livraison, de ses centres de données et d’autres sources indirectes, bien plus que Microsoft, Google ou Apple. Si Bezos veut vraiment lutter contre le changement climatique, sa propre entreprise est peut-être le meilleur endroit pour commencer.

Daniel Oberhaus est rédacteur chez WIRED, où il couvre l’exploration spatiale et l’avenir de l’énergie. Il est l’auteur de Extraterrestrial Languages (MIT Press, 2019) et était auparavant le rédacteur en chef de Motherboard.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

Centrales solaires : du nouveau sous le soleil pour une nouvelle révolution énergétique et urbaine

Les énergies renouvelables pourraient nous sortir de la mégacrise économique qui s’annonce
Prochain article

Les énergies renouvelables pourraient nous sortir de la mégacrise économique qui s’annonce

Derniers articles de Transition écologique et énergétique

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print