Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

La guerre en Ukraine va semer la famine en Afrique et au Moyen-Orient
/

La guerre en Ukraine va semer la famine en Afrique et au Moyen-Orient

Commencez

L’augmentation du prix du blé et d’autres denrées alimentaires de base dont la Russie et l’Ukraine sont de gros exportateurs pourrait entraîner des répercussions dévastatrices dans plusieurs pays africains et moyen-orientaux. L’invasion de l’Ukraine par Vladimir Poutine, qui a provoqué une flambée des prix des matières premières, entraînera des difficultés généralisées. Le prix élevé du blé fera exploser les budgets au Moyen-Orient, ce qui laissera les citoyens affamés. En Afrique subsaharienne, la hausse des prix du pétrole mettra à rude épreuve des économies déjà fragiles.

Cette crise qui pointe est de nature explosive. Elle ne peut que mener à des troubles graves au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et dans le continent sub-saharien. Un bref retour arrière historique laisse présager le pire. Le président Anouar el-Sadate a tenté de supprimer la subvention du pain en Égypte en 1977 ; il est revenu sur sa décision quelques jours plus tard, après des émeutes qui ont dû être réprimées par l’armée. La révolution éthiopienne de 1974 a suivi un choc pétrolier. La hausse des prix des denrées alimentaires en 2008 et 2009 a contribué à déclencher les révoltes du printemps arabe, ainsi que les protestations qui ont conduit au renversement d’Omar el-Béchir au Soudan en 2019. À Rabat, la capitale du Maroc, la police anti-émeute est déjà dans les rues. « La hausse du prix du pain est depuis longtemps un élément déclencheur d’émeutes en Afrique du Nord », explique Amin Rboub, un journaliste marocain. De nombreux gouvernements arabes et africains ont refusé d’exprimer leur soutien à l’un ou l’autre camp dans le conflit russo-ukrainien, arguant que ce n’est pas leur guerre. Ils en ressentiront néanmoins les effets.

Une crise de denrées alimentaires de base

La Russie et l’Ukraine sont, respectivement, les premier et cinquième exportateurs mondiaux de blé. La guerre a interrompu les expéditions depuis la mer Noire. C’est une mauvaise nouvelle pour l’Égypte, le plus grand acheteur de blé au monde. Elle a besoin de 21 millions de tonnes par an pour nourrir ses 102 millions d’habitants, mais n’en produit que la moitié. La Russie et l’Ukraine fournissent 86 % de ses importations.

De nombreux voisins de l’Égypte sont dans une situation similaire. Fadhila Rabhi, la ministre tunisienne du commerce, affirme que les baguettes subventionnées qui se vendent 190 millimes (six cents) coûtent déjà 420 millimes à produire. Le pays a un déficit budgétaire d’environ 9% du pib et des paiements annuels du service de la dette à peu près au même niveau. Au Liban, embourbé depuis 2019 dans une crise financière, le prix d’un sac de pain plat avait déjà augmenté de plus de 400% au cours des deux années précédant la guerre. Les principaux silos à grains du Liban ont été détruits par une explosion dans le port de Beyrouth en 2020, le pays ne pouvant plus stocker qu’un mois de blé.

Une baisse des expéditions de maïs en provenance d’Ukraine pourrait nuire à l’Égypte, qui en tire 26 % de ses importations. Comme il est utilisé pour l’alimentation animale, la hausse des prix du maïs entraînera une augmentation du prix de la viande en Égypte, ainsi que du prix de la bouillie de maïs en Afrique australe, où il constitue un aliment de base. L’Ukraine est également le premier exportateur d’huile de tournesol. La flambée des prix se répercute sur les produits de substitution tels que l’huile de palme, très prisée en Afrique de l’Ouest. En janvier, l’indice des huiles végétales de l’ONU a atteint son niveau le plus élevé. Le directeur d’une conserverie au Sahara occidental affirme que les coûts de l’huile de tournesol et de l’aluminium dont il a besoin pour mettre les sardines en conserve ont augmenté de 40 % en une semaine.

En Afrique subsaharienne, les denrées alimentaires représentent environ 40 % du panier de la ménagère. L’inflation alimentaire, qui était d’environ 9 % par an en 2019-20, a commencé à augmenter il y a un an pour atteindre 11 % en octobre, en raison de la hausse des prix des transports, du pétrole et des engrais, et des perturbations de l’agriculture dues à la pandémie. Les premiers à être touchés par la hausse des prix du blé seront des pays comme le Ghana et le Kenya, où le blé représente environ un tiers de la consommation de céréales, ou le Nigeria, où les familles urbaines pauvres consomment beaucoup de nouilles instantanées.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

La hausse des prix des denrées alimentaires touche surtout les citadins pauvres, qui ont tendance à ne pas cultiver leurs propres produits. Cette situation est importante pour la stabilité politique. Les citadins sont plus densément peuplés et plus proches du siège du gouvernement que leurs cousins ruraux. Les émeutes dans les villes peuvent donc renverser les gouvernements.

Le pétrole, une bénédiction ?

Le renchérissement du pétrole brut est une bénédiction mitigée pour le Moyen-Orient. Aux prix actuels, tous les exportateurs de pétrole de la région, à l’exception de l’Algérie, devraient être en mesure de dégager des excédents budgétaires et de la balance courante. De nombreux gouvernements du Golfe ont réduit les subventions aux carburants ces dernières années – les automobilistes des Émirats arabes unis paient 3,23 dirhams (88 cents) le litre ce mois-ci, un record – ce qui atténuera le coup porté aux budgets des États.

La situation est pire en Afrique subsaharienne, où 38 des 45 pays sont des importateurs nets de pétrole. La hausse des prix sera un choc négatif « très important », prévient Abebe Aemro Selassie, qui dirige le département Afrique du FMI. Même dans les meilleures périodes, la plupart des pays africains peinent à exporter suffisamment pour pouvoir couvrir le coût de leurs importations. Une hausse vertigineuse du prix du pétrole entraînera des problèmes de balance des paiements sur tout le continent. Bien avant que les prix ne commencent à augmenter, l’essence représentait déjà environ 20 % des importations au Kenya et au Ghana.

Les prix des transports étaient déjà la principale cause de l’inflation globale (qui comprend les denrées alimentaires et l’énergie) au Kenya, au Ghana et au Rwanda l’année dernière. Au Nigeria, où l’inflation annuelle avoisine les 15 %, les coûts des transports et de l’alimentation représentent environ 57 % de l’indice d’inflation.

Les quelques pays africains qui produisent du pétrole, comme le Nigeria et l’Angola, devraient en profiter. Toutefois, même eux pourraient s’en sortir moins bien que prévu. Ces deux pays subventionnent l’essence pour les consommateurs. Les subventions aux carburants pourraient désormais coûter aux gouvernements de l’Angola et du Nigeria l’équivalent d’environ 2 % du PIB, contre 1,4 % prévu en Angola et 0,8 % l’année dernière au Nigeria.

Le spectre de la faim dans le monde

A la crise géopolitique faisant risquer une guerre généralisée, la question des difficultés d’accès aux ressources alimentaires de base se trouve exacerbée par une autre crise, celle du climat. Les sécheresses à répétition généralisent la faim dans certains des pays les plus pauvres de la planète. Le sud de Madagascar connaît sa pire sécheresse depuis quatre décennies. Selon le directeur exécutif du Programme alimentaire mondial, David Beasley, la crise alimentaire à Madagascar se développe depuis des années : « Il y a eu des sécheresses consécutives qui ont poussé les communautés au bord de la famine. » Plus d’un million de Malgaches se sont retrouvés en situation d’ « insécurité alimentaire », sans accès à « une nourriture suffisante, sûre et nutritive », a-t-il déclaré. Il est catégorique quant à la raison : « Ce n’est pas à cause d’une guerre ou d’un conflit ; c’est à cause du changement climatique. »

Alors que les catastrophes se succèdent, certains évoquent les récits des 10 fléaux de l’Ancien Testament, envoyés par Dieu pour punir l’humanité de son mal. Même le fléau des sauterelles ne manque pas à l’appel : Il y a tout juste un an, la Grande Corne de l’Afrique et le Yémen ont connu la plus grande invasion de criquets pèlerins depuis 25 ans, déclenchée par des pluies record. Rien qu’en Éthiopie, plus de 356 000 tonnes de céréales ont été perdues, laissant près d’un million de personnes en situation d’insécurité alimentaire.

Avec des millions de pauvres frappés par les catastrophes climatiques, les gouvernements des pays en difficulté financière doivent fournir une aide alimentaire. « L’inflation alimentaire est la dernière chose dont les gouvernements ont besoin en ce moment », a déclaré Carlos Mera, analyste chez Rabobank, au Financial Times. La hausse des prix des denrées alimentaires génère des troubles politiques, même dans les pays où la dissidence est fermement réprimée. Début juillet 2021, des manifestants sont descendus dans les rues du sud-ouest de l’Iran, scandant des slogans hostiles au régime et réclamant un meilleur accès à l’eau pour la consommation, pour les terres agricoles et pour leur bétail.

En 1997, le journaliste visionnaire Ross Gelbspan mettait en garde le monde contre le perpétuel « état d’urgence à venir », un abîme de changement climatique de plus en plus profond et perturbateur – un maelström météorologique extrême dans lequel les systèmes de production alimentaire, des populations entières, des gouvernements et des pays tomberaient et échoueraient, entraînant la faim, la misère humaine, les troubles civils et la guerre. » Il n’avait pas prévu une éventualité de nouvelle guerre mondiale.

Source : The Economist

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Tchernobyl ne répond plus
Article précédent

Tchernobyl ne répond plus

Poutine s’apprête-t-il à utiliser des armes biologiques et chimiques en Ukraine ?
Prochain article

Poutine s’apprête-t-il à utiliser des armes chimiques en Ukraine ?

Derniers articles de Géopolitique

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez8
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email