Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

designculinaire1

Grand Banquet scientifique sur le thème « Pillage et gaspillage »

Commencez

Vendredi 12 avril 2013 – 11h au CENTQUATRE, Paris • Le Banquet scientifique® va offrir le partage des savoirs et des saveurs en un même temps et un même lieu sur le thème « Pillage et gaspillage »

Alors que de nombreuses recherches universitaires questionnent la place du sensible, le rôle de l’apprentissage et de la sensorialité dans un milieu technologique de plus en plus complexe, les étudiants de post-diplôme design culinaire de lESAD de Reims et les doctorants en ethnoscénologie de la MSH-Paris Nord organisent un « banquet scientifique ».

banquetscientifique3

Ce projet relève d’une réflexion sur les dispositifs favorables à la transmission des savoirs et les formes que prend la pensée dans les domaines de l’ethnoscénologie, l’histoire et la culture de l’alimentation, les arts et le design culinaire. Il interroge la perception organoleptique, l’éducation au goût et les comportements alimentaires.

Le premier aboutissement de cette recherche commune entremêle colloque et performance de manière à immerger public et participants dans une même expérience sensible : plasticiens, designers, performeurs de multiples obédiences, essayistes, musiciens, philosophes et poètes se rencontreront pour parler, chanter, théoriser ou danser, donner à voir et à renifler dans la liberté que donnent les saveurs d’un festin. La première édition de cet événement inédit de Banquet Scientifique ® aura lieu aux Grandes Tables, le restaurant du CentQuatre à Paris et s’appuiera dans le cadre du Festival A voir et à manger. Cinq heures de table « savante », en dehors des poncifs et des stéréotypes du sensible.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Des enseignants-chercheurs en Histoire et Culture de l’Alimentation de l’Université François Rabelais de Tours participeront également à ce projet et les actes seront publiés en partenariat avec la MSH Paris Nord.

« Seul animal à pratiquer l’excès sans retenue, l’Humain pille et gaspille autant ce qu’il reçoit que ce qu’il produit. Entre famine et boulimie, création et destruction, naufrage et sauvetage, pollution et lessivage, déprédation et restauration, empoisonnement et protection, dilapidation et rénovation, notre espèce n’en finit pas de jouer à la balançoire au risque de se rompre les os. S’avance-t-elle vers de définitives décharges d’immondices, ou ce point idéal qui serait son destin ? » (Jean-Marie Pradier)

Comité scientifique :

Marc Brétillot, designer culinaire et enseignant à l’ESAD
Marc de Ferrière, professeur, Université François Rabelais de Tours
Fabrice Lextrait, opérateur culturel et directeur des Grandes Tables
Claire Peillod, directrice, ESAD de Reims
Pierre Philippe-Meden, doctorant ATER, Université d’Artois
Jean-Marie Pradier, professeur émérite, Université Paris 8
Patricia Ribault, docteur, responsable de la recherche, ESAD de Reims
Jean-Pierre Williot, professeur, Université François Rabelais de Tours

Objet de la recherche

Ce projet a pour but d’opérer un rapprochement entre des disciplines appartenant à des champs d’étude, de pratiques et de recherche distincts – l’ethnoscénologie et le design culinaire – et liés par une certaine approche de la pensée du corps, les uns et les autres ayant pour objet la perception et la performance au sens large.

Design culinaire

designculinaire2Le design culinaire se définit par l’application des problématiques du design au domaine alimentaire. Si le matériau est l’alimentation, ses outils et son environnement, le design culinaire pose également des questions sociologiques, psychologiques, anthropologiques, historiques, industrielles très importantes. Il offre donc cette triple ouverture sur les sciences humaines, la création et la production industrielle qui caractérise le design, et alimente un programme de recherche dans ce domaine.

L’atelier de design culinaire est né il y a une douzaine d’années à l’ESAD autour de Marc Brétillot, figure majeure de la discipline, et reste un laboratoire unique en son genre, en France et en Europe, inscrit dans un cursus d’enseignement supérieur.

La recherche en design culinaire s’organise autour du post-diplôme, en partenariat avec l’Université François Rabelais de Tours, l’IEHCA et la MSH de Paris Nord (laboratoire d’Ethnoscénologie). La manifestation « Les 400 goûts » a été organisée par l’ESAD à l’occasion du lancement de son post-diplôme en design culinaire à la rentrée 2010 et le colloque international Cuisine et Design : la question du geste, du corps et de la représentation a permis de poser des bases théoriques à cette jeune discipline du design et d’entendre des théoriciens et des praticiens s’exprimer sur ces questions.
Les actes de ce colloque ont été publiés en 2011 sous le titre « Les quatre cents goûtsDesign, Cuisine et Geste. » Ils rassemblent également des articles issus des recherches effectuées par la première promotion d’étudiants en post-diplôme. Outre leurs projets personnels, les étudiants de post-diplôme sont désormais amenés à élaborer un travail théorique en lien avec les étudiants de L’Equipe Alimentation de l’Université de Tours, avec laquelle le post-diplôme s’est construit.
Un ou plusieurs thème(s) commun(s) aux deux équipes sont défini(s) et approfondi(s) du point de vue des historiens d’une part, et des designers d’autre part. Ce(s) thème(s) fait/font aussi l’objet de l’enseignement théorique des enseignants-chercheurs de Tours qui viennent enseigner à l’ESAD. Ainsi, en 2011-2012 et en 2012-2013, le thème de l’enseignement théorique est celui de la soupe, correspondant à un colloque international organisé par L’Equipe Alimentation en Juillet 2012 en Mongolie, dont les actes seront composés des interventions du colloque, mais aussi d’une sélection d’articles écrits par les étudiants de post-diplôme design culinaire de l’ESAD et les étudiants en Master de Tours.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

L’ethnoscénologie

ethnoscenologieElle se définit comme « l’étude interdisciplinaire de l’esthétique des incarnations de l’imaginaire » (Pradier 2006). Les trois composantes du néologisme (1995) renvoient : à l’anthropologie du sensible (Laplantine) pour l’élément « ethno », qui désigne l’importance de l’étude des contextes, tandis que l’élément « scéno » – du Grec skènos – renvoie au corps dans le corpus hyppocratique. Enfin, le troisième élément « logie » introduit l’idée d’étude scientifique (« logie »). Par son rattachement institutionnel, l’ethnoscénologie émerge du champ disciplinaire de l’esthétique, des sciences et des technologies des arts, spécialement des études théâtrales. 

Des spécificités propres à ces deux disciplines naîtront des sujets et des projets de recherche élaborés au cours de séances de travail entre les étudiants de post-diplôme design culinaire de l’ESAD et les doctorants d’ethnoscénologie (EA 1573) de Paris 8.

Une première rencontre s’est déroulée en novembre 2010 à la MSH Paris Nord entre Marc Brétillot, Patricia Ribault, Claire Peillod (directrice de l’ESAD de Reims), JeanMarie Pradier, Cécile Vallet et Pierre Philippe-Meden, les étudiants de post-diplôme et les doctorants en ethnoscénologie, pour définir une perspective de recherche commune. Dans le cadre de cet échange, une doctorante et responsable du réseau des doctorants en ethnoscénologie (ReDE) hébergé à la MSH Paris Nord, Eléonore Martin, a participé à la « Semaine folle » de l’ESAD du 24 au 28 octobre 2011. En Janvier 2013, le post-diplôme design culinaire sera impliqué dans les prochaines Journées d’étude internationales en Ethnoscénologie par la présentation de communications sur le travail commun ou les recherches personnelles des étudiants en post-diplôme et la tenue d’ateliers pratiques dont les modalités restent à inventer.

Les premiers résultats de ces séances de travail seront présentés sous la forme d’un banquet scientifique, qui permettra de donner un contenu artistique, esthétique et scientifique à ce projet, et de débattre des problématiques qui en émergent.

 Lieu : Le  CENTQUATRE, 5 rue Curial (entrée du public) 75019 Paris – M° Riquet

Billetterie : www.104.fr

En partenariat avec :

– Le CENTQUATRE, établissement artistique de la Ville de Paris
– Le Laboratoire d’ethnoscénologie (EA 1573) – Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord
– Les Grandes Tables (au 104, Paris)
– L’institut Européen d’Histoire et culture de l’Alimentation (Tours)
– L’Equipe Alimentation (LEA – EA 6294) – Université François Rabelais (Tours)
– Ferrandi – l’Ecole française de gastronomie (Paris)

esad(Sources : ESAD Reims  / Fabula.org– 2012)

{jacomment on}

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

Réinventer l'"abondance", selon Terra Nova

Prochain article

Eco partage : Food Swap = mes légumes contre ta pâtisserie

Derniers articles de Sécurité alimentaire et agrostratégies

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email