Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

épandage de glyphosate
/

Glyphosate : les autorités européennes ont repris mot pour mot les rapports de Monsanto pour autoriser le pesticide

Commencez
Du plagiat pur et dur. En matière de littérature, ce n’est pas très joli, mais en matière de santé publique, c’est gravissime. En 2017, l’Union européenne a prolongé de 5 ans l’utilisation du glyphosate, le célèbre herbicide de la firme Monsanto/Bayer. Cette autorisation résulte d’un rapport d’expertise qui a plagié quasiment l’intégralité d’un document rédigé par Monsanto pour l’occasion.
 
Le journal Le Monde révèle en effet que l’Institut fédéral d’évaluation des risques allemand (Bundesinstitut für Risikobewertung, ou BfR), mandaté par l’Union européenne pour produire une expertise sur le glyphosate a commis un plagiat d’une extrême gravité. Il a copié souvent mot pour mot plus de 4000 pages du dossier d’homologation du glyphosate transmis aux autorités européennes par Monsanto et ses alliés industriels Or c’est sur la base de ce rapport du BfR que l’autorité européenne de sécurité des aliments, l’EFSA, a conclu contre toute attente que le produit n’était pas un danger pour la santé humaine et a recommandé la prolongation de son autorisation.
 
Le plagiat a été mis à jour par deux chercheurs allemands Stefan Weber et Helmut Burtscher. Ceux-ci affirment que le rapport du BfR est le fruit de plagiats à plus de 50 % et de copiés-collés à plus de 70 % des documents émis par Monsanto. Une copie servile qui a permis de mettre sur la touche toutes les études indépendantes mettant en évidence la nocivité du glyphosate. 72 % du chapitre consacré à l’état de la recherche et aux études indépendantes publiées dans la littérature scientifique provient de Monsanto. De plus, le Bfr a recopié intégralement toutes les données statistiques et les tableaux fournis par la firme phytosanitaire, désormais filiale de Bayer, présentant ainsi et ne varietur, des informations parfaitement contradictoires avec les standards d’expertise recommandés par l’OCDE notamment.
 
Une tricherie grave qui a permis à l’industriel controversé et à ses lobbies d’obtenir un sursis, le temps de mettre au point, fabriquer et distribuer de nouveaux pesticides. C’est le cas du dicamba de Monsanto qui commence à faire des ravages aux Etats-Unis en attendant de s’implanter en Europe. On comprend mieux comment, en trichant et en corrompant les autorités sanitaires, les industriels véreux du phytosanitaire s’implantent et se rendent indispensables auprès des agriculteurs, dans le plus absolu mépris de la santé du public.
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Bruno Lemaire
Article précédent

Le gouvernement français se défausse sur l’interdiction du dioxyde de titane (E171)

alimentation
Prochain article

Dioxyde de titane E171 : suppression prévue mi-avril

Derniers articles de Pollutions

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print