Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

David contre Goliath : ces 30 opérateurs de drones qui ont arrêté l’invasion de Kiev
/

David contre Goliath : ces 30 opérateurs de drones qui ont arrêté l’invasion de Kiev

Commencez

Tout le monde se souvient de cette image prise dans les premiers jours de la guerre en Ukraine : un convoi de 60 km de blindés et camions militaires russes se dirigeant vers Kiev pour y mener une attaque écrasante. Les experts militaires s’interrogeaient sur sa lenteur et finalement son enlisement. On sait aujourd’hui ce qui a ralenti puis arrêté sa progression : une force de trente jeunes soldats, montés sur quads et armés de drones.

L’immense convoi de véhicules blindés et de camions de ravitaillement russes s’est arrêté en quelques jours, et l’offensive visant à prendre Kiev, la capitale ukrainienne, a lamentablement échoué. Un échec causé en grande partie à cause d’une série d’embuscades nocturnes menées par une équipe de 30 membres des forces spéciales ukrainiennes et des opérateurs de drones sur des quads.

Selon le quotidien britannique The Guardian, les opérateurs de drones provenaient d’une unité de reconnaissance aérienne, Aerorozvidka, qui a vu le jour il y a huit ans sous la forme d’un groupe d’informaticiens et d’amateurs bénévoles concevant leurs propres machines et qui est devenue un élément essentiel de la résistance ukrainienne de type David et Goliath.

Cependant, alors que les bailleurs de fonds occidentaux de l’Ukraine ont fourni des milliers de missiles antichars et antiaériens et d’autres équipements militaires, Aerorozvidka a dû recourir au crowdfunding et à un réseau de contacts personnels pour continuer à fonctionner, en se procurant des composants tels que des modems avancés et des caméras thermiques, malgré les contrôles à l’exportation qui interdisent leur envoi en Ukraine.

Le commandant de l’unité, le lieutenant-colonel Yaroslav Honchar, a raconté l’embuscade tendue près de la ville d’Ivankiv, qui a permis de stopper net la vaste et lourde offensive russe. Il a expliqué que les combattants ukrainiens, montés sur des quads, ont pu s’approcher de nuit de la colonne russe qui avançait, en traversant la forêt de part et d’autre de la route menant au sud de Kiev depuis la direction de Tchernobyl. Les soldats ukrainiens étaient équipés de lunettes de vision nocturne, de fusils de sniper, de mines détonantes à distance, de drones équipés de caméras thermiques et d’autres capables de larguer des petites bombes de 1,5 kg. « Cette petite unité a détruit dans la nuit deux ou trois véhicules à la tête de ce convoi » explique Yaroslav Honchar. A partir de ce moment, les véhicules de têtes étant détruits et bloquant ceux qui arrivaient derrière, le convoi s’est retrouvé arrêté.

« Le premier échelon de la force russe était coincé sans chauffage, sans pétrole, sans bombes et sans gaz. Et tout cela est arrivé grâce au travail de 30 personnes », se félicite le lieutenant-colonel. Tous les détails de ces affirmations n’ont pas pu être vérifiés de manière indépendante, mais les responsables de la défense américaine ont déclaré que les attaques de drones ukrainiennes avaient contribué à l’arrêt de la colonne blindée autour d’Ivankiv.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

De jeunes diplômés de l’université

L’unité a été créée par de jeunes Ukrainiens diplômés de l’université qui avaient participé au soulèvement de Maïdan en 2014 et s’étaient portés volontaires pour mettre leurs compétences techniques au service de la résistance contre la première invasion russe en Crimée et dans la région du Donbas. Son fondateur, Volodymyr Kochetkov-Sukach, était un banquier d’affaires qui a été tué au combat en 2015 dans le Donbas. Yaroslav Honchar est un ancien soldat devenu consultant en marketing informatique, qui a réintégré l’armée après la première invasion russe. Taras, qui a demandé à ne pas utiliser son nom de famille, est un consultant en gestion, qui s’est spécialisé dans la collecte de fonds pour l’unité et n’a rejoint l’armée à plein temps en tant que combattant qu’en février.

À ses débuts, l’unité utilisait des drones de surveillance commerciaux, mais son équipe d’ingénieurs, de concepteurs de logiciels et de passionnés de drones a ensuite développé ses propres modèles. Ils ont ainsi construit une gamme de drones de surveillance, ainsi que de grands engins à huit rotors de 1,5 mètre, capables de larguer des bombes et des grenades antichars propulsées par fusée, et ont créé un système appelé Delta, un réseau de capteurs le long des lignes de front qui alimente une carte numérique afin que les commandants puissent voir les mouvements de l’ennemi au moment où ils se produisent. Elle utilise désormais le système satellitaire Starlink, fourni par Elon Musk, pour transmettre des données en direct aux unités d’artillerie ukrainiennes, ce qui leur permet de viser les cibles russes.

L’unité a été dissoute en 2019 par le ministre de la Défense de l’époque, mais elle a été relancée à la hâte en octobre de l’année dernière, alors que la menace d’invasion russe se profilait. Toutefois, les efforts d’Aerorozvidka pour se développer ses équipements nt été entravés par une offre limitée de drones et de composants, et les efforts pour les obtenir par le biais de marchés publics du ministère de la défense n’ont pas donné grand-chose, en partie parce que les drones ne font pas encore totalement partie de la culture militaire. En outre, certains modems et caméras thermiques de pointe fabriqués aux États-Unis et au Canada sont soumis à des contrôles à l’exportation. L’équipe d’Aerorozvidka a donc eu recours au crowdfunding et a sollicité un réseau mondial d’amis et de supporters pour les aider à trouver du matériel sur eBay ou d’autres sites web.

Marina Borozna, qui était étudiante en économie à l’université avec Taras, s’est concentré sur l’étude des moyens d’acheter ce dont l’unité avait besoin et de trouver des itinéraires pour faire passer les fournitures par la frontière. « Je sais qu’il y a des gens qui veulent les aider à se battre, des gens qui veulent faire un peu plus que de l’aide humanitaire », déclare-telle. « Si vous voulez vous attaquer à la cause profonde de cette souffrance humaine, vous devez vaincre l’invasion russe. Aerorozvidka fait une énorme différence et ils ont besoin de notre soutien. »

Son partenaire, Klaus Hentrich, biologiste moléculaire à Cambridge, participe également à l’effort, en s’appuyant sur son expérience de conscrit dans l’armée allemande. « J’ai moi-même fait partie d’une unité de reconnaissance d’artillerie et j’ai immédiatement compris l’impact considérable d’Aerorozvidka. Ils donnent effectivement des yeux à leur artillerie », fait-il observer. « Là où nous pouvons faire la différence, c’est en ralliant le soutien international, qu’il s’agisse de contributions financières, d’aide pour obtenir des composants techniques plus difficiles à trouver ou de dons de drones civils courants. »

L’unité étudie également les moyens de surmonter le brouillage russe, qui fait partie de la guerre électronique menée en Ukraine parallèlement aux bombes, obus et missiles. Actuellement, Aerorozvidka attend généralement que les Russes désactivent leur matériel de brouillage pour lancer leurs propres drones, puis elle envoie ses machines au même moment. L’unité concentre ensuite sa puissance de feu sur les véhicules de guerre électronique.

Yaroslav Honchar décrit ces batailles technologiques, et la façon dont Aerorozvidka se bat, comme l’avenir de la guerre, dans laquelle des essaims de petites équipes mises en réseau par une confiance mutuelle et des communications avancées peuvent submerger un adversaire plus grand et plus lourdement armé. « Nous sommes comme une ruche d’abeilles », a-t-il déclaré. « Une abeille n’est rien, mais si vous êtes confrontés à un millier, cela peut vaincre une grande force. Nous sommes comme des abeilles, mais nous travaillons la nuit ».

Source The Guardian

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Comment l’Ukraine utilise la reconnaissance faciale sur le champ de bataille
Article précédent

Comment l’Ukraine utilise la reconnaissance faciale sur le champ de bataille

Un Français sur deux croit aux thèses de Poutine
Prochain article

Un Français sur deux croit aux thèses de Poutine

Derniers articles de Géopolitique

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez24
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email