Biodiversité

Un tiers des réserves naturelles du monde gravement menacées par l’homme

Réserve naturelle
La bonne nouvelle, c’est que quinze pour cent de la masse continentale de la planète est désignée comme une aire protégée, espace où les espèces sauvages menacées devraient pouvoir vivre à l'abri des perturbations. La mauvaise nouvelle, c’est que plus d'un tiers des terres officiellement désignées comme protégées est confronté à une "activité humaine intensive", selon des recherches publiées dans Science. Cela signifie que des zones prétendument préservées - ainsi désignées pour leur rôle crucial en tant qu'habitats d'espèces menacées ou en voie de disparition - sont endommagées. Par des touristes, des bûcherons, des promoteurs, des mineurs, des agriculteurs et toutes sortes d'autres inconscients qui ont décidé de laisser leur marque sur notre planète.
 
Au cours des 146 années qui se sont écoulées depuis que le parc national de Yellowstone, dans le nord-ouest des États-Unis, est devenu la première aire protégée au monde, les pays du monde entier ont créé plus de 200 000 réserves naturelles terrestres. Ensemble, elles couvrent plus de 20 millions de km², soit près de 15% de la surface terrestre de la planète. Cela représente une superficie considérable, plus grande que l'Amérique du Sud. Les gouvernements établissent des aires protégées pour que les plantes et les animaux puissent vivre sans pressions humaines qui pourraient les conduire vers l'extinction. Ce sont des lieux spéciaux, des cadeaux aux générations futures et à toute la vie non humaine sur la planète.
 
Mais dans une étude publiée le 17 mai dans Science, nous montrons qu'environ un tiers de l'aire protégée mondiale (6 millions de km²) est sous une pression humaine intense. Les routes, les mines, l'exploitation forestière industrielle, les fermes, et les villes menacent tous ces lieux supposés protégés.
 
Il est bien établi que ces types d'activités humaines sont à l'origine du déclin et de l'extinction d'espèces dans le monde entier. Mais nos nouvelles recherches montrent à quel point ces activités sont répandues dans les zones désignées pour protéger la nature.
 
Nous avons évalué l'étendue et l'intensité de la pression humaine à l'intérieur du domaine mondial de l'aire protégée. Notre mesure de la pression humaine était basée sur l'"empreinte humaine" - une mesure qui combine des données sur les environnements bâtis, l'agriculture intensive, les pâturages, la densité de population humaine, les lumières nocturnes, les routes, les chemins de fer et les voies navigables.
 
Étonnamment, près des trois quarts des pays ont au moins 50 % de leurs terres protégées encore sous une pression humaine intense - c'est-à-dire modifiées par l'exploitation minière, les routes, les villes et leurs banlieues, l'exploitation forestière ou l'agriculture. Le problème est plus aigu en Europe occidentale et en Asie du Sud où seulement 42 % des terres protégées se sont révélées exemptes de pressions humaines mesurables.
 
Les images satellites révèlent la pression humaine dans de nombreux parcs nationaux. B : Kamianets-Podilskyi, une ville à l'intérieur du parc national de Podolskie Tovtry, Ukraine ; C : Principales routes dans le parc national de Mikumi en Tanzanie ; D : Agriculture et bâtiments dans le parc national de Dadohaehaehaesang, Corée du Sud.
 

Une empreinte croissante

Dans le monde entier, il y a de nombreux exemples d'infrastructures humaines à grande échelle à l'intérieur des limites des aires protégées. Les principaux projets comprennent des chemins de fer à travers les parcs nationaux de Tsavo East et Tsavo West au Kenya, qui abritent les rhinocéros noirs de l'est, en danger critique d'extinction, et les lions célèbres pour leur étrange manque de crinières. Malgré ces risques pour la biodiversité, un important projet d’autoroute à six voies le long de la voie ferrée est en cours de réalisation.
 
Construction d'une voie ferrée à écartement normal dans les parcs nationaux de Tsavo Est et Ouest, Kenya. Tsavo Trust, document fourni par l'auteur
 
De nombreuses aires protégées à travers les Amériques, y compris la Sierra Nevada de Santa Marta en Colombie et le Parque Estadual Rio Negro Setor Sul au Brésil, sont soumises à la pression de villes voisines densément peuplées et d'un tourisme effréné. Aux États-Unis, Yosemite et Yellowstone souffrent également de la construction d'infrastructures touristiques de plus en plus sophistiquées à l'intérieur de leurs frontières.
 
Dans les pays très développés et très diversifiés comme l'Australie, l’intégrité des parcs naturels est en danger. Un exemple classique est le parc national de Barrow Island, en Australie-Occidentale, qui abrite des mammifères en voie de disparition tels que le mur-liège à lunettes, le bettong creusant des terriers, le bandicoot doré et le mur-liège à flancs noirs, mais qui abrite également de grands projets pétroliers et gaziers.
 
Bien que les projets de développement initiés par le gouvernement et financés à l'échelle internationale, comme ceux de Tsavo et de Barrow Island, soient déjà trop fréquents, les aires protégées sont de surcroît touchées par des activités illégales. Le parc national de Bukit Barisan Selatan à Sumatra - un site du patrimoine mondial de l'UNESCO qui abrite le tigre de Sumatra, l'orang-outan et le rhinocéros, en danger critique d'extinction - abrite maintenant plus de 100 000 personnes qui se sont installées illégalement et ont converti environ 15 % de la superficie du parc en plantations de café.
 

Tenir la promesse des aires protégées

Les aires protégées sous-tendent une grande partie de nos efforts de conservation de la nature. À l'heure actuelle, 111 pays ont atteint la norme mondiale de 17% pour les terres protégées définie dans le Plan stratégique des Nations Unies pour la biodiversité. Mais si l'on ne tient pas compte des terres supposément protégées qui sont en fait soumises à une pression humaine intense, 74 de ces 111 nations n'atteindraient pas la cible. De plus, la protection de certains types d'habitats spécifiques - tels que les mangroves et les forêts tempérées - diminuerait de 70 % après déduction de ces zones fortement sollicitées.
 
Les gouvernements du monde entier prétendent que leurs aires protégées sont réservées à la nature, tout en approuvant d'énormes projets de développements à l'intérieur de leurs frontières ou en n'empêchant pas les dommages illégaux. C'est probablement l'une des principales raisons pour lesquelles la biodiversité continue de décliner malgré l'augmentation massive et récente de la superficie des terres protégées.
 
Nos résultats ne racontent pas une histoire agréable. Mais ils fournissent une occasion opportune d'être honnête au sujet de l'état réel des aires protégées du monde. Si nous ne pouvons pas soulager la pression sur ces lieux, le sort de la nature dépendra de plus en plus d'un mélange de stratégies de conservation anarchiques, en grande partie non testées, soumises à des caprices politiques et difficiles à mettre en œuvre à grande échelle. Nous ne pouvons pas nous permettre d’échouer face à cet enjeu.
 
Nous savons indiscutablement que les aires protégées peuvent fonctionner. Lorsqu'elles sont bien financées, bien gérées et bien situées. Elles sont extrêmement efficaces pour mettre fin aux menaces qui causent la disparition des espèces. Il est temps que la communauté mondiale de la conservation se lève et demande des comptes aux gouvernements pour qu'ils prennent enfin ce défi au sérieux.
 
James Watson, Professeur, Université de Queensland, Australie, directeur scientifique de la Wildlife Conservation Society
et James Allan, PhD candidate, School of Earth and Environmental Sciences, The University of Queensland -  Kendall Jones, PhD candidate, Geography, Planning and Environmental Management, The University of Queensland -  Pablo Negret, PhD candidate, School of Earth and Environmental Sciences, The University of Queensland, The University of Queensland - Richard Fuller, Professor in Biodiversity and Conservation, The University of Queensland,  Sean Maxwell, PhD candidate, The University of Queensland
 
La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation, partenaire éditorial de UP'.
 

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

 

Articles en relation
Les lanceurs d'alerte ont enfin leur Maison

Parce que les lanceurs d’alerte sont les vigies de notre démocratie et qu’il est de notre devoir de les protéger, un collectif de 17 organisations initié par Transparency France et Sciences...

Médias génétiquement manipulés

Risques biotechnologiques, accès et partages des avantages de la biodiversité, tels sont les enjeux de la Conférence des Nations unies sur la biodiversité  (COP14, COPMOP3 et COPMOP9 ) qui se tient...

Plus d'articles
Plan biodiversité Hulot : « L’homme est une arme de destruction massive du vivant »
Si vous voulez vraiment sauver la planète, son climat et sa biodiversité, mangez moins de viande.
Une fleur connectée pour lutter contre le déclin des abeilles
L’homme pèse 0.01 % du vivant sur Terre et il en est le plus grand destructeur
« Récifs coralliens, un enjeu pour l'humanité »: l'expo photo qui alerte !
Des oasis au sommet des Andes : coup de projecteur sur la mise en danger des relations millénaires entre la Nature et l'Homme