Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Le patrimoine culturel mondial face au changement climatique

Commencez

Pour répondre aux grands enjeux qui menacent l’humanité et le patrimoine culturel à travers le monde, l’ONG internationale World Monuments Fund (WMF) dévoile aujourd’hui une liste ambitieuse de projets. Ainsi, grâce à la création d’une Climate Heritage Initiative (Initiative Patrimoine & Climat), une action sera menée pour lutter contre les dérèglements alors que les derniers chiffres de l’UNESCO révèlent qu’un site culturel sur six serait menacé par le changement climatique.

Le WMF annonce 15 millions de dollars de budget pour un nouveau programme de recherches de solutions patrimoniales face au changement climatique. Priorité sera donnée aux sites historiques dont la préservation permettra de lutter contre les effets du dérèglement climatique.

Le programme de cette Climate Heritage Initiative pour l’année 2024 portera notamment sur l’adaptation des jardins historiques, y compris les serres, face au changement climatique. En outre, un réseau international de sites historiques côtiers sera créé afin de faciliter le partage d’expériences liées à la montée des eaux, au risque de tempêtes et à l’érosion. La priorité sera aussi donnée aux monuments historiques qui peuvent aider à pallier les pénuries d’eau douce, à travers la réhabilitation des infrastructures hydrauliques traditionnelles en Inde, au Népal et au Pérou.

Des stratégies de conservation innovantes pour renforcer la résilience des jardins historiques

De la montée des eaux aux sécheresses prolongées, des nuisibles envahissants aux plantes rongées par des maladies nouvelles, les parcs et jardins sont tout particulièrement soumis aux effets du réchauffement climatique. Identifier et cibler les risques immédiats qui menacent les jardins historiques permettra de conserver et transmettre ces jardins aux futures générations, de préserver des espaces verts précieux pour contrer l’effet d’îlot de chaleur urbain, réduire la pollution et offrir des espaces de loisir favorisant une bonne hygiène de vie.

Le WMF a lancé une étude sur la gestion des jardins historiques face au changement climatique. En plus de son soutien au Chantier du Siècle, vaste programme de restauration du Potager du Roi à Versailles mené par l’École Nationale Supérieure de Paysage (ENSP), le WMF constituera aux côtés de l’ENSP un centre international de référence sur les bonnes pratiques et les savoir-faire et les partagera avec des grands parcs et jardins historiques partenaires à travers le monde.

Photo aérienne du Potager du Roi-Photo : Arnauld Duboys Fresney-2018

Le travail du World Monuments Fund au Potager du Roi est rendu possible notamment grâce au soutien de la Gerard B. Lambert Foundation, du Robert W. Wilson Charitable Trust, d’American Express et de Tianaderrah Foundation/Nellie and Robert Gipson.

« Coastal Connections » : un réseau de sites côtiers

Les zones côtières, particulièrement cruciales, abritent certains des sites les plus exceptionnels au monde. Le partage efficace d’expériences et de connaissances permettra aux communes devant faire face aux mêmes menaces de s’adapter, d’apprendre et de renforcer leur résilience.
Créé en partenariat avec English Heritage, « Coastal Connections » cherche à développer une base de ressources fiables pour les sites côtiers menacés par le changement climatique, et à créer un réseau international de professionnels du patrimoine confrontés à des enjeux communs.

Le programme inclura des séminaires, des études de cas, des guides pratiques, des publications et des bibliographies scientifiques. Hurst Castle au Royaume-Uni, inscrit sur la World Monuments Watch de 2022, sert de cas d’étude et de centre de partage de connaissances. Le travail de Coastal Connections est rendu possible entre autres par le Paul Mellon Fund for Architectural Preservation in Great Britain.

« Greener Greenhouses » : des serres plus vertes

Chef-d’œuvre artistique et technique de l’époque victorienne, la Palm House des Jardins botaniques royaux de Kew possède un système de chauffage datant du XIXe siècle, à la fois inefficace et coûteux. Le bâtiment doit impérativement réduire son empreinte carbone, pour être en conformité avec sa vocation environnementale. Atteindre la neutralité carbone pour un monument historique d’une telle ampleur serait une réussite majeure qui ferait de Palm House un modèle de transition énergétique pour des édifices semblables, bien au-delà du Royaume-Uni.

  • Palm House, Jardins botaniques royaux de Kew, Royaume-Uni – Pour réduire l’empreinte carbone de la Palm House, plusieurs stratégies sont déployées : la structure de la serre sera améliorée, et des systèmes de chauffage plus efficaces à énergie géothermique durable permettront d’atteindre la neutralité carbone de l’édifice. Ce projet pilote sera l’occasion d’expérimenter des techniques reproductibles sur d’autres bâtiments historiques à Kew et dans le monde. Le travail du WMF à Kew est rendu possible notamment grâce au soutien d’Hélène Marie et Jake Shafran, du Robert W. Wilson Charitable Trust, du Nora McNeely Hurley and Manitou Fund, et de James et Clare Kirkman.

Les systèmes traditionnels de gestion et de stockage des eaux

L’ONU estime que le besoin en eau dans les villes aura augmenté de 80 % d’ici à 2050, avec 2,4 milliards de citadins potentiellement confrontés à des pénuries. Dans les campagnes, le dérèglement des précipitations saisonnières et la surexploitation des nappes phréatiques pèsent sur les réserves d’eau traditionnellement utilisées pour l’irrigation et le bétail. Certains modèles historiques de traitement de l’eau peuvent aider les sociétés à répondre à ces défis :


Rajon Ki Baoli, Mehrauli, New Delhi, India.
Photo reproduite avec l’aimable autorisation d’Ajadeep Singh Jamwal.
  • Les réservoirs d’eau historiques en Inde – Pendant des siècles, d’innombrables réservoirs et citernes traditionnels ont garanti à la population indienne l’accès à l’eau, mais ces systèmes ont fini par tomber en désuétude. Le WMF a entrepris en 2023 un état des lieux national de ces infrastructures historiques, avant d’identifier 5 sites – Rajaon ki Baoli, Taj Bawdi, Kundvav, Jaipur Bawadis, et les temples et Ghats du fleuve Krishna – dont la réhabilitation pourra avoir un impact positif sur la communauté locale, créant des réservoirs ouverts à usage collectif. Le principal soutien de ce projet est Tata Consultancy Services Ltd (TCS).
  • Les Hitis, fontaines à eau de la vallée de Katmandou au Népal – Des systèmes complexes d’approvisionnement en eau formés de canaux et de becs souvent minutieusement sculptés continuent de fournir de l’eau potable aux communautés locales de la vallée de Katmandou. L’accès limité et incertain à l’eau courante dans la région font des Hitis une ressource d’autant plus précieuse pour une grande partie de la population. Mais l’urbanisation désordonnée a détruit les Hitis ou bouché les canalisations, tandis que les méthodes traditionnelles d’entretien ont été perdues au cours des dernières années. Le WMF cartographiera et documentera les Hitis sélectionnés, renforcera leur capacité à fournir une eau de qualité, et élaborera pour le gouvernement local un protocole clair pour garantir le bon fonctionnement des infrastructures. Le travail du World Monuments Fund sur les Hitis de la vallée de Katmandou au Népal est rendu possible en partie par le soutien du U.S. Ambassadors Fund for Cultural Preservation, l’Ambassade américaine à Katmandou, le Watch Committee du World Monuments Fund, American Express, Iron Mountain, et Tianaderrah Foundation/Nellie and Robert Gipson.
  • Le paysage culturel de Yanacancha-Huaquis au Pérou – Un système traditionnel de barrages, de canaux et de bassins permettant de retenir les eaux de pluie pour la saison sèche existait dans les Andes dès avant l’époque inca. Cependant, l’arrivée des Espagnols a interrompu l’entretien régulier du système, mettant fin à une importante source d’eau. Afin de garantir l’accès à l’eau sur le long terme, le WMF travaille avec des partenaires locaux pour réhabiliter ces systèmes et former les communautés autochtones aux savoir-faire traditionnels nécessaires à leur entretien. Le travail du World Monuments Fund dans le paysage culturel de Yanacancha-Huaquis est rendu possible en partie par le soutien du Robert W. Wilson Charitable Trust et American Express.

Climate Heritage Initiative

La lutte contre le réchauffement climatique est depuis longtemps une priorité du WMF. À travers cette nouvelle Climate Heritage Initiative, l’institution, grâce à sa dimension internationale, offre un levier pour étendre son impact, identifier les besoins et intégrer le développement durable à tous ses nouveaux projets. Pour cela, une évaluation des menaces liées au changement climatique sera réalisée sur chaque site, et des recommandations seront formulées pour trouver des méthodes et des solutions satisfaisantes – énergies vertes, gestion des eaux de pluie, intégration d’espaces verts, climatisation naturelle…

Pour renforcer cette stratégie, le WMF a recruté Meredith Wiggins, archéologue et spécialiste des environnements naturel et bâti. La nouvelle directrice des initiatives liées au développement durable prendra ses fonctions en février 2024 et supervisera l’ensemble des actions mises en œuvre à l’échelle mondiale.

« Alors que l’ampleur de la menace que fait peser le réchauffement climatique sur les sociétés est bien connue, ses effets sur le patrimoine culturel n’ont pas encore été assez étudiés », déclare Bénédicte de Montlaur, présidente-directrice du WMF. « Nos équipes travaillent dur pour affronter les dangers auxquels font face certains sites historiques extraordinaires, et explorer des solutions dont les monuments traditionnels ont parfois la clef. À l’heure où les changements climatiques et les catastrophes naturelles frappent les sociétés de plein fouet et mettent le patrimoine à rude épreuve, nous avons, en tant que professionnels du patrimoine, une expertise unique et décisive en matière de résilience par la préservation qu’il nous semble crucial de partager ».

« Il y a aussi une sagesse ancestrale transmise de génération en génération », déclare Dr. Rohit Jigyasu, chef de projet au Centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM), à l’occasion d’une table-ronde sur le patrimoine face au changement climatique organisée par le WMF. « Les sociétés se sont toujours adaptées à leur environnement, et celui-ci les a toujours confrontées à des conditions climatiques changeantes… Si vous regardez l’architecture vernaculaire, vous vous apercevrez qu’elle est bien souvent déjà conçue pour contrôler la température, et ce de façon très esthétique ».

Plaider pour approfondir les recherches sur les conséquences patrimoniales du réchauffement climatique était l’un des principaux objectifs de la récente participation de Bénédicte de Montlaur à la Conférence des Nations unies sur le changement climatique de 2023, ou COP28. Avant cette conférence, le WMF s’était associé à un appel mondial aux parties à la COP28 pour mettre le secteur culturel au cœur des politiques environnementales.

Autres grands projets pour 2024

Outre cette nouvelle Climate Heritage Initiative, le WMF lancera plusieurs autres projets majeurs en 2024, autour des priorités stratégiques du WMF : réponse aux situations de crise et promotion d’un patrimoine inclusif.
Le WMF poursuivra également son travail sur deux projets hérités du Global Heritage Fund (GHF) à la suite de l’affiliation stratégique du GHF au WMF l’an passé. Kuanghan Li et Santiago Giraldo, qui travaillaient au GHF, ont rejoint les équipes du WMF où ils poursuivront ces projets.

Réponse aux situations de crise :

Antioch Greek Orthodox Church, Turkey, December 2023. Courtesy World Monuments Fund
  • Les sites d’Antakya touchés par le séisme – Antakya, Turquie – L’ancienne ville d’Antakya (autrefois Antioche) compte parmi les zones les plus affectées par le séisme qui a frappé de plein fouet la Turquie et la Syrie en février 2023. À la suite d’une mission scientifique qui a permis de mieux comprendre les besoins du bâti historique en termes de conservation, le WMF a identifié deux monuments – l’église Saint-Paul et la synagogue d’Antioche –, où seront concentrés les efforts de restauration. La diversité religieuse de ces sites est étroitement liée à la longue histoire de pluralisme et de tolérance qui fait la fierté d’Antakya depuis toujours. Le travail du WMF sur les sites d’Antakya atteints par le séisme est rendu possible en partie par le U.S. Ambassadors Fund for Cultural Preservation (AFCP) et l’Ambassade américaine à Ankara.
  • Le musée de la Révolution ukrainienne – Kiev, Ukraine – Parmi les nombreux efforts déployés par le WMF pour préserver le patrimoine ukrainien contre les attaques russes, le WMF restaurera le dôme en verre du musée de la Révolution ukrainienne, monument emblématique de Kiev, où le premier parlement de la République ukrainienne siégea en 1917. Lorsqu’une frappe russe toucha un carrefour à quelques centaines de mètres du monument en octobre 2022, l’onde de choc fit exploser les portes et fenêtres du musée, ainsi que le fameux dôme de verre. Le WMF et ses partenaires ont d’ores et déjà installé une bâche protectrice pour isoler l’intérieur de l’édifice de la pluie, et s’apprêtent désormais à remplacer les 500 m2 de verrière détruite. Le travail du WMF au musée de la Révolution ukrainienne est rendu possible en partie par le U.S. Ambassadors Fund for Cultural Preservation (AFCP) et l’Ambassade américaine à Kiev.
  • Phnom Bakheng – Siem Reap, Cambodge – Les historiens estiment que Phnom Bakheng était le principal temple d’Angkor, construit deux siècles avant Angkor Wat. Depuis 2007, le WMF travaille main dans la main avec l’autorité nationale cambodgienne APSARA et l’UNESCO pour créer et déployer un plan de conservation du site. Il a entrepris de grands travaux de restauration pour protéger le site des dégâts causés par les précipitations et veiller à la stabilité de l’édifice. La nouvelle phase de travaux poursuivra le chantier de restauration en cours dans la moitié ouest du temple et comprendra un nouveau programme de formation certifiante pour les chefs de projet expérimentés. Le travail du WMF à Phnom Bakheng a été rendu possible notamment par le U.S. Department of State, le U.S. Ambassadors Fund for Cultural Preservation (AFCP), l’Ambassade américaine à Phnom Penh, le Robert W. Wilson Charitable Trust, Denise Gwyn Ferguson, Wendy et Robert Brandow, le Nora McNeely Hurley and Manitou Fund, et un donateur anonyme.

Patrimoine inclusif

  • La synagogue de Fabric et le patrimoine juif de Timișoara – Timișoara, Roumanie – Abritant autrefois une communauté juive nombreuse et prospère, la ville de Timișoara cherche à faire mieux connaître cet aspect méconnu de son histoire, après avoir été nommée Capitale européenne de la culture en 2023. La communauté juive locale veut transformer la Synagogue de Fabric, lieu de prière exceptionnel mais longtemps laissé à l’abandon, en un centre culturel permettant de redynamiser le quartier. Le projet intervient alors que le WMF et l’UNESCO ont annoncé en septembre 2023 un programme de grande ampleur pour répertorier les sites du patrimoine juif du monde entier. Le travail du WMF à la Synagogue de Fabric de Timișoara est rendu possible entre autres par la David Berg Foundaiton et la dotation Jewish Heritage Program du WMF.
  • Le monument national de Bears Ears – Utah, États-Unis – Paysage époustouflant composé d’habitations, de sites funéraires, de représentations rupestres et d’artefacts vieux de plusieurs milliers d’années, la région, dont fait partie le monument national de Bears Ears, a longtemps été une terre sacrée pour plusieurs tribus locales. Le WMF soutient les efforts des communautés autochtones pour améliorer la gestion du site, garantir des visites respectueuses des lieux, et informer les visiteurs de l’importance de ce paysage riche et vivant. Une nouvelle étape du projet s’appuiera sur les méthodes et les récits locaux pour mettre en place une gestion plus durable des visiteurs sur le site des pétroglyphes de Sand Island, ensemble de représentations rupestres qui couvre 100 mètres de falaises escarpées et compte parmi les éléments les plus visités du site. Le travail du WMF au monument national de Bears Ears est rendu possible en partie par le soutien de Butler Conservation et du Nora McNeely Hurley and Manitou Fund.
  • L’ancienne université de Fourah Bay – Freetown, Sierre Leone – Créée en 1827, l’ancienne université de Fourah Bay fut la première université occidentale d’Afrique subsaharienne et forma de nombreux chefs de file des mouvements décoloniaux d’Afrique de l’Ouest. Le bâtiment historique, très abimé suite aux guerres et aux incendies, est resté hors d’usage. Le WMF est engagé dans sa protection depuis 2021 et débutera prochainement la deuxième phase du projet, qui comprend d’importants travaux de stabilisation tout en conservant la structure historique afin de rendre le bâtiment à nouveau fonctionnel. Le travail du WMF sur l’ancienne université de Fourah Bay est rendu possible notamment par le U.S. Ambassadors Fund for Cultural Preservation (AFCP) et l’Ambassade américaine à Freetown.

Projets du GHF

  • Ciudad Perdida – Colombie – Quatre siècles durant, les vestiges d’une impressionnante cité préhispanique construite par la civilisation des Tayronas disparurent sous la jungle épaisse et tombèrent dans l’oubli avant d’être redécouverts par des pilleurs dans les années 1970. En 2019, le GHF acheva un scan LiDAR de la zone qui fournit aux archéologues des informations cruciales pour mieux comprendre les anciennes structures. Le GHF s’est aussi associé à la communauté autochtone pour mettre en place une gestion du site viable et développer des infrastructures de visite gérées localement, veillant ainsi à la durabilité du tourisme à Ciudad Perdida. En 2023, Ciudad Perdida est venu s’ajouter au portefeuille de projets du WMF après l’annonce de l’affiliation stratégique du GHF au WMF. Le projet sera poursuivi sous la responsabilité du WMF.
  • Le village de Dali – Province de Guizhou, Chine – Habité surtout par des membres du peuple Dong, le village de Dali est un exemple remarquable d’urbanisme et d’architecture vernaculaire traditionnelle. L’exode rural des jeunes, accru par le manque d’opportunités économiques locales, mettait en péril la survie du village et la transmission des savoir-faire nécessaires à la préservation des édifices emblématiques. En 2012, le GHF a entrepris de préserver et de documenter les singulières constructions en bois, et continuera ce travail sous l’égide du WMF. Un autre élément clef du projet consiste à perpétuer les traditions textiles locales en créant une coopérative féminine de tissage, initiative qui allie préservation culturelle et développement économique.

 

A propos du WMF
World Monuments Fund (WMF) est la principale ONG internationale dédiée à la protection de lieux exceptionnels par leur architecture ou par leur histoire. Depuis 1965, notre équipe internationale d’experts a mené plus de 700 projets dans 112 pays, en partenariat avec des acteurs de la société civile, les bailleurs de fonds et gouvernements internationaux. À travers nos projets, nous cherchons à répondre à certains des défis les plus importants de notre époque : la résilience face au réchauffement climatique, l’élaboration de modèles de tourisme durable et la promotion d’une vision inclusive du patrimoine. Le WMF répond également aux situations de crises, qu’il s’agisse de catastrophes naturelles ou de conflits. Nous sommes convaincus que la protection du patrimoine, placée au service de la communauté, peut contribuer à l’avènement de sociétés plus résilientes et inclusives et à une meilleure compréhension mutuelle entre les cultures.
France@wmf.org

Photo d’en-tête : Intérieur de la Palm House, Kew Gardens. Ines Stuart-Davidson © Board of Trustees, RBG Kew

0 Commentaires
Retour d'information sur Inline
Voir tous les commentaires
Article précédent

Bijoy Jain / Studio Mumbai ou Le souffle de l'architecte

Prochain article

Corps à corps, un voyage en photographie

Derniers articles de ARTS & CULTURES

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez12
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email