Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Le « métaver sanitaire » ou la recette d’une épidémie sans fin
/

Le « métaver sanitaire » ou la recette d’une épidémie sans fin

TRIBUNE LIBRE

Commencez

Léviathan fait courir ses mille pattes ; il avance en colonne serrée. Ceux qui le composent n’en sont point maîtres ; au contraire ils reçoivent avec enthousiasme les signes de ce grand corps, et s’accordent à ses mouvements. Honte si l’on ne les devine ; honte si l’on commence à les rompre.

Alain, Contre le Léviathan (1928)


 5ème vague, 3ème dose en attendant la suivante dans quatre mois, variant Delta, variant Omicron, 200 000 contaminations quotidiennes, explosion des cas-contacts avec menace de paralysie du pays, passe vaccinal en urgence… Une épidémie sans fin ? L’humanité n’a pas de chance et les Français en particulier ! Impossible de se débarrasser d’un coronavirus par la stratégie vaccin/confinement/dépistage !… Belle découverte en vérité ! Dès le printemps 2020, cela était une évidence, et les deux mensonges sur l’extinction et la durée prévisible de l’épidémie ont été dénoncés depuis longtemps.

« Infectiologues et épidémiologistes savent très bien que l’on n’éteint pas une épidémie virale : le seul but de la stratégie « Dépister, Tracer, Isoler » (DPI) est d’éviter la saturation des urgences en attendant la vaccination de la population. De même que nombre d’experts ont menti lors du confinement général, sachant les inévitables rebonds à venir, ils mentent à nouveau avec la stratégie DPI en n’indiquant pas clairement que ce semi-confinement durera au minimum jusqu’en 2022, sous réserve d’une vaccination générale efficace (fort hypothétique), avec des sacrifices terribles imposés à toute la population. » (28 septembre 2020)[1] 

À vrai dire, il ne s’agissait que du début d’une longue liste de « mensonges de la peur », tous confirmés depuis, notamment quant aux conséquences sanitaires et sociales désastreuses des mesures de (semi-) confinement, jamais appréhendées par une évaluation sérieuse bénéfices/risques de la stratégie engagée. Relevons aussi deux mensonges originels qui ont saboté toute idée de stratégie alternative ciblant la protection des personnes vulnérables[2] : celui des risques supposés du Covid-19 pour les plus jeunes, qui n’a cessé d’être brandi au mépris de toutes les données, et celui du risque de réinfection sévère après avoir été atteint une première fois, constamment réaffirmé lui aussi, au mépris de la science immunologique la plus élémentaire.

Aujourd’hui, l’on avoue enfin que les enfants ne risquent rien, mais c’est pour mieux les désigner comme vecteurs de transmission et forcer leur vaccination, en jetant aux orties les bases de l’éthique des soins, de la solidarité internationale et de la réalité élémentaire d’une pandémie mondiale[3]. Aujourd’hui, il est devenu trivial que seule l’immunisation naturelle confère une protection durable, d’au moins 1,5 à 2 ans contre la réinfection[4] et donc réduit efficacement la contagion. Et, aujourd’hui, avec la stratégie vaccinale à tout prix, nous en sommes à plus de 120 000 morts en France, outre toutes les morts indirectes par (semi)-confinement, soit peut-être davantage de victimes à déplorer que si l’on n’avait rien fait.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Pourtant, nos experts officiels semblent incapables de modifier leurs modes de raisonnement avec cette volonté farouche d’exterminer le Covid-19 par une vaccination totale. À la 5ème vague, nous nous accoutumons donc au jargon du « schéma vaccinal » : tous les 4 ou 5 mois, un nouveau variant dominant est sélectionné, encore plus contaminant ; tous les 4 ou 5 mois une dose de rappel est présentée comme nécessaire, ce qui pointe surtout la médiocre efficacité des vaccins disponibles — certes, indispensables pour les personnes vulnérables aux formes sévères — ; tous les 4 ou 5 mois, des mesures de restriction sociale sont à nouveau prises, prolongeant l’épidémie. Cependant, l’évidence criante dès que l’on sort des vieux pays riches, a été rappelée par le Directeur Général de l’OMS :

Des programmes de rappel sans discernement ont toutes les chances de prolonger la pandémie, plutôt que d’y mettre fin, en détournant les doses disponibles vers les pays qui ont déjà des taux de vaccination élevés, offrant ainsi au virus plus de possibilités de se répandre et de muter.

Telle est bien en effet la recette d’une épidémie sans fin : l’usage massif de vaccins peu efficaces sur la contamination, mais aussi de mesures de (semi-) confinement, alors que ces dispositifs devraient être limités aux personnes vulnérables — et s’accompagner d’une vraie solidarité vis-à-vis de celles-ci — sélectionne des variants davantage contaminants, tout en empêchant l’immunisation naturelle de tous ceux qui ne risquent rien et donc une réelle protection durable des personnes vulnérables.

Aujourd’hui encore l’on raisonne puérilement en termes de nombre de contaminations et non de ratio contaminations/formes sévères ; aujourd’hui encore l’on instaure des protocoles courtelinesques de tests pour des millions de cas-contacts après avoir dû reconnaître l’absurdité délétère de leur isolement  ; aujourd’hui encore des talibans sanitaires arrachent la mise en place de protocoles supplémentaires dans les écoles et universités, indifférents aux conséquences tragiques pour ceux qui portent l’avenir, qu’il s’agisse de leur mémoire immunitaire que l’on empêche de se forger, des bases de leur vie sociale ou de leurs raisons fondamentales de vivre.

Univers virtuel et cerveau reptilien

Deux ans après le début de l’épidémie, et bien qu’ayant avalé leur chapeau dix fois, les mêmes acteurs-experts d’une mauvaise série s’agitent dans les médias en prétendant faire face à l’épidémie, médiocres porte-paroles de la technostructure sanitaire — directions du ministère de la Santé, Agences Régionales de Santé (ARS), Haute Autorité de la Santé, etc. Et les décideurs officiels s’apprêtent sans états d’âme à radicaliser le « passe » sanitaire — pourtant présenté comme provisoire et limité lors de son instauration — en le transformant en passe vaccinal : non seulement les récalcitrants au vaccin n’auront plus d’échappatoire, mais d’un clic on pourra désactiver les retardataires de la n-ième dose, autrement dit d’un clic on anéantira la vie sociale de millions de gens.

En fait, il est symptomatique que toute la stratégie sanitaire se focalise aujourd’hui sur le développement d’un pass informatisé, les individus étant réduits à des QR-codes entièrement contrôlés par la technostructure sanitaireEn fait, il est symptomatique que toute la stratégie sanitaire se focalise aujourd’hui sur le développement d’un pass informatisé, les individus étant réduits à des QR-codes entièrement contrôlés par la technostructure sanitaire, même si l’on exige une collaboration de tous les métiers recevant du public, au mépris de la confidentialité et du droit élémentaire de la santé.

Ces derniers temps, les projets de métavers ont le vent en poupe, promus par les géants californiens du net[5]. Annoncé comme la nouvelle génération du web, le métavers permettra d’interagir en réalité virtuelle, ou plutôt de simuler en 3D des relations entre avatars, offrant donc enfin une panacée pour échapper aux contraintes du réel lorsqu’il s’agit de rencontrer Autrui. Cependant, il n’y a pas besoin de nouveaux développements technologiques pour s’immerger dans un univers virtuel. De fait, seul un affranchissement profond de la réalité peut expliquer la stratégie sanitaire qui s’est imposée depuis deux ans dans un pays comme la France. Les mesures de confinement et la stratégie du tout-vaccin auraient d’ailleurs été inconcevables sans le télétravail, les vidéo-conférences, les chaînes d’information continues avec leurs « télé-experts », les réseaux sociaux, les plateformes en tout genre, les pass à QR-codes…

La technostructure sanitaire elle-même fonctionne depuis longtemps dans le virtuel : la crise du Covid-19 ne fait que mettre en lumière les ravages d’un tel fonctionnement dès lors qu’il s’agit de l’autre côté des écrans, dans le monde réel, de la santé de personnes en chair et en os, dotés de surcroît d’une vie psychique. Depuis plus d’une décennie, chaque soignant s’est habitué à recevoir des injonctions quotidiennes issues d’organismes mis en place pour « rationaliser » la gestion des ressources de santé, Agences Régionales de Santé en tête. Ces organismes dont la justification étaient à l’origine la maîtrise du coût des soins, n’ont pas résisté à la tentation de s’en approprier le contenu, s’arrogeant le pouvoir de définir une médecine officielle en s’appuyant sur la mise en place d’« autorités » présentées comme indépendantes. En réalité, agences, comités, autorités et conseils en tout genre fonctionnent en circuit clos selon un moule uniforme : leurs dirigeants sont recrutés parmi les haut-fonctionnaires énarcoïdes et ne font confiance qu’à leurs réseaux, même s’ils ont appris à s’appuyer sur les ambitions d’« experts » médicaux opportunistes. La novlangue en usage dans le champ sanitaire en est le reflet, avec ses mots-clés devenus vides de sens : « démarche-qualité », « culture de l’évaluation », « traçabilité », « outils de pilotage », « socles d’indicateurs », « certification », « accréditation », « recommandations de bonnes pratiques », « contrats d’objectif et de moyens », etc.

Tous ces beaux vocables déterminent aujourd’hui des procédures chronophages qui absorbent les forces vives du personnel soignant, au détriment du temps passé auprès des personnes soignées, ce jusqu’à l’épuisement[6] ; or ces procédures ne sont possibles que par l’usage massif des outils numériques.

Pour donner un exemple presque comique, plusieurs fois par semaine des courriels « urgent », aussi comminatoires qu’abscons, sont envoyés en principe à tous les professionnels de santé de France — peu importe la pollution électronique engendrée — par la Direction Générale de la Santé : un million de praticiens peut-être reçoit des injonctions sans rapport avec leur réalité de soignant — ainsi, les psychiatres ont droit à des pages entières de détails techniques relatifs à la commande pharmaceutique de flacons de vaccins, et les médecins généralistes semblent eux aussi en être excédés[7].  Plus grave, les responsables d’unités sanitaires ou médico-sociales ne cessent de recevoir des litanies de protocoles à respecter et de batteries d’indicateurs à fournir. De même, toute la chaîne de l’accompagnement des personnes en situation de handicap est commandée par le souci d’alimenter des « plateformes » de services, comme il faut nourrir un monstre, qu’il s’agisse de candidatures de personnes à un accueil ou d’orientation vers des soins.

L’univers sanitaire officiel n’est plus qu’un espace virtuel de recommandations, impersonnelles et inapplicables en pratique, émises par des organismes sans points de rencontre avec le monde réel.L’univers sanitaire officiel n’est plus qu’un espace virtuel de recommandations, impersonnelles et inapplicables en pratique, émises par des organismes sans points de rencontre avec le monde réel. Lorsque l’on parvient à franchir les portails de sécurité du siège d’un de ces organismes, on se croit plongé dans le film Brazil[8]  : des agents administratifs débordés, dévoués, mais le dos cassé derrière leurs écrans, harcelés par quelque quota à remplir, transmis par des supérieurs eux-mêmes harcelés, lorsqu’ils ne pallient pas un bug informatique, répercutent les marottes en vogue dans la haute administration biberonnée au New Public Management.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

En temps d’épidémie, le recours au virtuel devient sans limite puisque le confinement nourrit ce mode de fonctionnement, et les agences sanitaires se sont empressées début 2020 d’annoncer qu’elles passaient au fonctionnement « dématérialisé ». En réalité, il était depuis belle lurette devenu impossible pour les responsables sur le terrain clinique d’avoir le moindre échange sérieux relatif à la gestion de leurs ressources avec des personnes et non des écrans.

L’immersion de la technostructure dans le virtuel éclaire la fascination pour les solutions technologiques depuis le début de l’épidémie, dont le pass sanitaire n’est que le symbole le plus choquant aujourd’hui. En France, tout semble se décider depuis deux ans sur la base de simulations mathématiques hors-sol, toujours démenties par les faits, produites par une poignée de « scientifiques » penchés sur des écrans — Pasteur doit se retourner dans sa tombe en assistant au spectacle donné par ses épigones.

Toujours en retard d’une vague et d’une mesure à prendre, terrorisés à l’idée que des images de saturation des urgences soient diffusées sur les chaînes d’information continue, ou pire encore sur les « réseaux sociaux », les responsables de la technostructure sanitaire, au lieu d’amender leurs modèles de réduction des coûts par fermeture de lits, concentrent désormais les ressources de leurs agences dans le montage de centres provisoires de vaccination. Plutôt que de mettre en place les 1500 lits de réanimation supplémentaires nécessaires en hiver pour faire face aux pics d’épidémie virale — le Covid, mais tout aussi bien la grippe – ou d’organiser les visites à domicile pour vacciner les personnes vulnérables isolées, on vaccinera tous les quatre mois 40 millions de personnes qui n’en ont pas besoin, et l’on s’en prendra même aux enfants de 6 ans ! Quel gaspillage d’énergie, en particulier des jeunes qui font tourner en pratique ces centres de vaccination, pour de maigres salaires en CDD, avec une formidable efficacité, attestant par là même de la confiance à leur accorder pour porter la solidarité intergénérationnelle d’une protection ciblée au lieu de les sacrifier à l’idéal confiniste, c’est-à-dire à la peur panique de la mort[9] ! Que n’a-t-on composé le Conseil Scientifique avec de jeunes savants de trente ans ayant l’audace d’explorer des stratégies nouvelles ! 

Le Léviathan est une métaphore classique depuis Hobbes (1651)[10] pour caractériser la forme monstrueuse que prend l’Etat lorsqu’il est sur une pente totalitaire. Aujourd’hui, cette menace du Léviathan se concrétise dans notre démocratie par ce métavers sanitaire — disons plutôt, en nous permettant d’user d’une analogie rampante entre annélidés et squamates, un « métaver », car cet univers virtuel est commandé par un cerveau reptilien, tout au plus capable de répéter un schéma archaïque programmé, et incapable de s’adapter à une situation inédite pour faire émerger des solutions nouvelles.

Simulation et simulacre

Le métaver sanitaire est par définition simulation, ou plutôt simulacre — car l’on peut relire avec étonnement Baudrillard qui, il y a 40 ans, annonçait la « précession des simulacres »[11]. Les professionnels de santé se sont habitué à dupliquer leur travail réel dans le virtuel — la seule traçabilité prend plusieurs heures par jour à un(e) soignant(e) — et à faire semblant de développer des « démarches qualité », à faire semblant de respecter des « indicateurs », à faire semblant de nourrir des « plateformes de ressources » à valeur opérationnelle nulle.

Pour le Covid, on fait semblantPour le Covid, on fait donc semblant aussi. On a fait semblant de croire aux mesures d’isolement général contre un virus de type grippal (i. e., reculer pour mieux sauter), on a fait semblant de croire que la stratégie vaccinale serait efficace avant deux ans, on a fait semblant de croire que les enfants étaient vulnérables et que l’immunité post-Covid était incertaine…

Aujourd’hui, les simulacres s’enrichissent tous les jours : on fait semblant d’écouter la détresse des jeunes générations (doublement des tentatives de suicide chez les jeunes adolescents), on fait semblant de ne pas avoir d’addition économique à payer (deux cents milliards d’euros), on fait semblant de croire à l’intérêt des autotests en pratique de masse (quelques milliards de plus pour les firmes privées), on fait semblant d’attendre l’avis d’une autorité indépendante sur la n-ième dose ou la vaccination des enfants, on fait semblant de consulter des comités d’éthique qui font semblant de froncer les sourcils, on fait semblant de barrer le virus aux frontières (comme l’on arrêtait naguère le nuage de Tchernobyl), on fait semblant de croire aux parades magiques (jauges-mystère, interdiction de se tenir debout dans les bars ou de se restaurer dans les trains…). Et des dizaines de millions de Français font semblant tous les jours de porter des masques un peu partout, même si l’on voit avec un sourire chacun craquer tour à tour[12].  

De la négation des personnes à la perversion

Le métaver sanitaire ignore tout des situations singulières et a fortiori des personnes qui ne sont plus que des n. La médecine officielle est commandée par le mythe scientifique de l’evidence-based, c’est-à-dire de la fondation des décisions de soin sur des données éprouvées, mythe typiquement anglo-saxon et radicalisé en France comme toujours lorsqu’on mimétise un mode de pensée[13]. Dans l’esprit de ses fondateurs, l’evidence-based medicine devait aller à l’encontre des arguments d’autorité, mais ce paradigme est devenu à l’inverse le fer de lance des « autorités » de santé pour infléchir les politiques sanitaires comme elles l’entendent. Les seules recherches valorisées sont des études populationnelles en double insu, ce qui demande en règle des années, d’où la défaillance frappante de réactivité des autorités de santé lors de la crise sanitaire[14], voire leurs recommandations absurdes[15].

Pire encore, le métaver sanitaire ne tolère plus la moindre entorse à ses exigences : la liberté de prescription des médecins, fondamentale pour l’adaptation aux situations cliniques singulières, est en pratique abolie sous prétexte de conformité « aux données actuelles de la science ». Sans que le public en ait conscience, un médecin n’a plus aucune initiative possible, et prend un risque judiciaire s’il sort des recommandations officielles. De fait, lors de la crise sanitaire, une néo-Inquisition scientiste s’est mise en place, et ceci semble spécifique à la France.

Bien pire encore sans doute, les personnes soignées (les « usagers » dans la novlangue), bien qu’officiellement associées aux décisions, sont traitées absolument comme des enfants, comme d’ailleurs toute la population aujourd’hui, un des mensonges de la peur étant de mettre en avant l’irresponsabilité des Français pour mieux les confiner. Dans ce métaver sanitaire qui lamine les personnes, soignantes ou soignées, la protection ciblée des personnes vulnérables au Covid-19, ne peut qu’être incompréhensible, inconcevable, et n’a donc jamais été sérieusement envisagée.

Mais le métaver a un envers plus sombre encore hélas : dans un univers virtuel, les personnes n’étant que des n, sont réduites à l’état d’objets manipulables, ce qui ouvre la voie à la perversion. Aujourd’hui, d’un clic on pourra prononcer la mort sociale de millions de personnes, et l’on ne peut que redouter des dérives plus tyranniques encore.  Or, il ne faut pas s’y tromper, parfois l’on se venge de n’être que le rouage d’un monstre en jouissant de sa puissance destructrice. Serait-ce une revanche pour certains confinés derrière leur écran, et surtout confinés mentalement, d’enfermer à leur tour les autres et d’interdire les rapports sociaux ? Y aurait-t-il un plaisir mortifère pour certains, ayant abrasé la vie en eux-mêmes, à contraindre une population entière à se vacciner — symboliquement à intégrer le métaver et ses QR-codes —, y compris et surtout les enfants (d’emblée ciblés par les confinistes les plus enragés) ? Suivant une propension ancienne, cette jouissance primitive à enfermer et à contraindre, que même Foucault n’avait osé évoquer nettement[16], mais décelable dans certains replis du métaver à l’occasion de la crise sanitaire, s’est surtout donné libre cours envers les personnes dites vulnérables, c’est-dire les personnes âgées dans les EHPAD, longtemps odieusement privées de tout réconfort affectif[17], mais aussi envers toutes les personnes en situation de handicap dans les établissements médico-sociaux, qui ne risquaient rien en règle, et pourtant bel et bien enfermées de longs mois durant[18]  .

Un compte à rebours pour 2100 ?

Bien sûr, les formes modernes du Léviathan ne se manifestent pas seulement dans le domaine sanitaire. Par exemple, le métaver de l’Éducation Nationale est devenu une puissance terrifiante pour les directeurs et directrices d’établissement, de l’École Élémentaire au Lycée. Il en est de même à l’Université pour laquelle le Ministère met au point la dernière plateforme qui enfermera ceux qui portent l’avenir dans des « parcours »[19], depuis le collège jusqu’au master, tandis que doctorants et chercheurs sont depuis longtemps traités eux aussi comme des infantes pueri, soumis à la folie évaluationniste des agences et autres instances rejetées par tous les chercheurs[20].

De façon générale, le tout numérique dans les services publics peut devenir un monstre aveugle qui broie les personnes derrière ses écrans, et déjà broie socialement ceux qui ne peuvent se connecter, comme s’en sont inquiétés à de multiples reprises les Défenseurs des Droits successifs[21].

Il ne s’agit plus de numérique, même en vision 3 D, lorsque tous les sens entrent en jeu dans la relation avec quelqu’un/quelqu’une qui souffre dans sa chair et son esprit.Cependant, le domaine de soins met en évidence de façon paradigmatique les limites du tout numérique dès lors que ce qui fonde l’attention à autrui, donc le (prendre-)soin (care), est la rencontre. Ceux qui soutiennent le quotidien le plus intime des personnes soignées ne peuvent ignorer la réalité humaine telle qu’elle s’incarne avec une puissance sensorielle mettant en exergue les limites de la réalité virtuelle : il ne s’agit plus de numérique, même en vision 3 D, lorsque tous les sens entrent en jeu dans la relation avec quelqu’un/quelqu’une qui souffre dans sa chair et son esprit. Il n’est donc guère étonnant qu’un point de rupture soit atteint lors des tensions induites par une crise sanitaire qui démultiplie la « dématérialisation ».

La dissolution au plus vite des ARS, fer de lance de la dépossession des soignants quant à leurs missions, s’impose comme une évidence, de pair avec la restauration du pouvoir des élus locaux dans les instances de direction, mais il faudra aller beaucoup plus loin pour que le métaver sanitaire se métamorphose et intègre des modèles de soins authentiquement centrés sur la personne[22].

De même, il ne suffira pas de supprimer l’ENA pour mettre fin aux passions énarcoïdes. De toute façon, bien au-delà des idiosyncrasies de la haute administration française, l’emprise du virtuel s’étend chaque jour pour le meilleur et pour le pire, ce dont témoigne notre addiction universelle aux écrans d’ordinateurs, tablettes, télévisions, consoles, téléphones portables, etc.

La réalité virtuelle du métavers annoncé ne modifiera guère cette évolution profonde qui en elle-même peut se révéler porteuse de formidables progrès, libertés, et nouveaux horizons pour naviguer dans les mondes possibles[23]. Nous ne reviendrons pas en arrière, fort heureusement ! La façon dont un enfant s’empare de la navigation sur le web, même en situation de handicap sévère, n’atteste-t-elle pas d’une merveilleuse créativité, quels que soient les dangers du virtuel ? Que l’on étende le Pass Culture aux enfants et non le Pass vaccinal !

Cependant, la crise sanitaire est une alerte montrant que nous ne sommes guère parés face à ces nouveaux dangers, et ceci ne peut que nous inciter à approfondir notre lucidité écologique[24]. Pas plus que le Dr Frankenstein, nous ne maîtrisons la chaîne de la vie forgée au cours de milliards d’années et notre créature est susceptible de nous échapper[25]. À l’occasion de l’épidémie, le métaver sanitaire manifeste l’ampleur aujourd’hui du déni du biologique et par là même de la vie psychique.

Un compte à rebours s’est enclenché en 2020 pour notre espèce, en raison de ce cercle vicieux de dégradation immunitaire induit par les mesures de confinement et d’excès vaccinaux.Le biologique commence à prendre sa revanche, comme annoncé par les Cassandre[26] : aujourd’hui, outre la sélection de variants, nous devons faire face à davantage de bronchiolites sévères, de grippes, etc. Et le déni de la vie psychique se reflète dans le doublement des dépressions graves, surtout chez les jeunes pour lesquels les contacts sociaux réels sont vitaux. Un compte à rebours s’est enclenché en 2020 pour notre espèce, en raison de ce cercle vicieux de dégradation immunitaire induit par les mesures de confinement et d’excès vaccinaux. Certes, il n’y a plus grand-chose à craindre du Covid-19 : O-micron aura sans doute disparu dans six semaines comme c’est le cas déjà en Afrique du Sud, et grâce aux processus d’immunité naturelle, nous ne craindrons plus bientôt cette forme de coronavirus, comme nous ne craignons plus tant d’autres depuis des millions d’années. Cependant, chacun le sait, quelque virus nouveau apparaîtra dans dix à vingt ans, peut-être bien plus mortel, ou quelque bactérie destructrice échappera définitivement à nos antibiotiques surconsommés, et « la peste réveillera ses rats »[27].

Reverra-t-on alors la folie du confinement et de la sélection de variants ? Sabotera-t-on encore toutes les règles de vaccination jusqu’alors en vigueur[28] ? À moins que l’humanité, au moins sa frange occidentale ou les peuples écrasés sous la botte de dictatures imbéciles, ne s’habitue à vivre masquée et confinée dans un métavers totalitaire ? Subirons-nous une rétraction de notre espace réel parallèle à notre expansion virtuelle ou martienne, un abandon aux délices de la fiction comme au temps du Décaméron[29], une involution dopée par quelque élixir d’oubli à l’occasion d’une régression mérovingienne[30] ? L’espèce humaine pourrait-elle même s’éteindre lors d’une pandémie en 2100, en accord avec une prophétie attribuée à la Sybille de Cumes[31] ? Heureusement, c’est impossible, même au sens métaphorique d’une transformation psychique reptilienne : non seulement l’espèce humaine bénéficie d’extraordinaires ressources immunitaires forgées par l’Évolution, mais ses ressources néoténiques mentales et spirituelles qui lui sont essentielles déborderont toujours les puissances de l’enfermement.

              And if, with infirm hand, Eternity,

                Mother of many acts and hours, should free

               The serpent that would clasp her with his length;

               These are the spells by which to reassume

               An empire o’er the disentangled doom.[32]

                 Percy B. Shelley, Promethus Unbound, Act IV, 565-569

Arnaud Plagnol, psychiatre, professeur de psychologie à l’Université Paris 8, docteur en sciences cognitives et en philosophie. Il a notamment coordonné l’ouvrage Nouveaux modèles de soins aux éditions Doin (2018) et contribué à introduire en France la clinique fondée sur les valeurs. 


Notes

[1] Plagnol A., UP’ Magazine 28 septembre 2020, https://up-magazine.info/le-vivant/sciences/67255-covid-19-les-12-mensonges-de-la-peur/.

[2] Plagnol A., UP’ Magazine 23 novembre 2020, https://up-magazine.info/decryptages/analyses/74612-sortir-de-la-crise-sanitaire-par-la-protection-ciblee/

[3] Depuis mai 2021, l’OMS exhorte en vain les pays riches à faire des dons de vaccins aux pays qui en ont réellement besoin au lieu de vacciner leurs enfants :  https://news.un.org/fr/story/2021/05/1096032

[4] Wey J. et al., Nature Communications, 29 octobre 2021, https://www.nature.com/articles/s41467-021-26479-2

[5] Bourliataux-Lajoinie S., UP’ Magazine 20 octobre 2021, https://up-magazine.info/societe/societe-information/94877-metavers-nouvelle-generation-dinternet-et-eldorado-des-gafa/

[6] Voir la tribune signée par 1376 médecins de l’AP-HP, le Monde, 9 décembre 2021, https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/12/09/l-appel-de-670-medecins-de-l-ap-hp-la-culture-du-chiffre-du-blabla-et-des-process-sape-le-moral-des-personnels-hospitaliers_6105255_3232.html

[7] Tout au moins selon leur principal syndicat : « C’en est risible tellement c’est bête. On nous parle comme à des gosses mal dégrossis ». (https://www.mgfrance.org/publication/infoexpress/3013-dgs-urgent-l-overdose). Comme souvent dans l’univers virtuel, nul ne sait ou ne se souvient comment il a bien pu être inscrit sur la liste de diffusion « DGS-urgent », mais il est impossible d’en sortir : la désinscription n’est pas prévue ou est inaccessible en pratique.

[8] T. Gilliam, Brazil (1985).

[9] Plagnol A., UP’ Magazine 19 avril 2021, https://up-magazine.info/decryptages/analyses/86444-ideal-confiniste-et-neotenie/

[10] Hobbes of Malmesbury T., 1651, Leviathan, or The Matter, Forme, & Power of a Common-wealth Ecclesiasticall and Civil (Ed. Andrew Crooke).

[11] Baudrillard J., 1981, Simulacres et Simulation (Ed. Galilée).

[12] Rappelons les quatre mesures-barrières efficaces : lavage des mains, aération des pièces, port du masque dans une pièce close en présence d’une personne vulnérable, respect d’une distance d’1,5 mètre vis-à-vis d’une personne vulnérable. Tout le reste, en particulier les masques à l’extérieur, n’est que simulacre.

[13] L’épistémologie anglo-saxonne sécrète ses propres antidotes, et le mythe scientifique des données pures avait été mis en lumière bien avant l’émergence de l’evidence-based medecine.(Voir Sellars P., 1956, Empiricism and the Philosophy of the Mind, University of the Minnesota Press).

[14] Plagnol, A., Quotidien du Médecin 21 avril 2020, https://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/infectiologie/la-peste-grise-au-temps-du-coronavirus

[15] Par exemple, en mars 2020, les autorités sanitaires françaises, contredites d’ailleurs par l’Agence Européenne du Médicament (https://www.apmnews.com/depeche/0/348631/usage-des-anti-inflammatoires-dans-covid-19-l-ema-contredit-olivier-veran ), ont mis en garde contre les anti-inflammatoires non stéroïdiens, telle l’aspirine, recommandant le seul paracétamol (pourtant lui-même toxique en cas d’ abus), alors que la prise ciblée à faible dose anti-aggrégante d’aspirine lors des infections au Covid-19 aurait permis d’éviter bien des thromboses.

[16] Foucault M., 1961, Folie et Déraison. Histoire de la Folie à l’Âge Classique (Ed. Plon).

[17] Déjà, sur incitation de certaines ARS, des EHPAD referment leurs portes comme des prisons, malgré l’expérience désastreuse et traumatique du printemps-été 2020 (Le Monde, 9 décembre 2021).

[18] Au mépris de l’article 66 de la Constitution. Voir Plagnol A. Psychiatrie, Sciences Humaines, Neurosciences, 18(2), 9-25, https://www.cairn.info/revue-psn-2020-2-page-9.htm

[19] Le Monde, 6 décembre 2021,  https://www.lemonde.fr/societe/article/2021/12/06/enseignement-superieur-inquietudes-autour-du-futur-algorithme-destine-a-fluidifier-l-entree-en-master_6104880_3224.html

[20] Plagnol A., UP’ Magazine, 31 janvier 2021, https://up-magazine.info/decryptages/analyses/80499-covid-19-et-science-officielle-un-desastre-evidence-based/

[21] Voir https://www.defenseurdesdroits.fr/fr/communique-de-presse/2021/10/acces-au-droit-des-personnes-vulnerables-deplacement-de-la-defenseure. Un nouveau rapport sur ce thème est attendu pour février 2022.

[22] Plagnol A., Pachoud, B., Granger B., 2018, Les Nouveaux modèles de soins (Ed. Doin).

[23] Plagnol A., 2019. Principes de navigation dans les mondes possibles – Tome 1 : Fondations. (Ed.Terra Cotta). 

[24] Plagnol, A., UP’ Magazine 30 août 2021, https://up-magazine.info/decryptages/analyses/92643-une-crise-sanitaire-et-lecologie-cest-fini/

[25] Shelley M., 1818, Frankenstein or The Modern Prometheus (Ed. Lackington et al.).

[26] Voir note 1.

[27] Albert Camus, La Peste, 1947 (Ed. Gallimard).

[28] Par exemple pour la grippe, pour laquelle la vaccination n’était recommandée que pour les personnes vulnérables.

[29] Boccace, Il Decameron, 1349-1353.

[30] Voir Wachowski L. & L., 2003, The Matrix reloaded.

[31] Shelley M., 1826, The Last Man (Ed. Henry Colburn), peut-être le premier roman d’anticipation « épidémique ».

[32] Et si, d’une main infirme, l’Éternité,/Mère de tant d’actes et d’heures, devait libérer/Le serpent qui la serrerait de son long/Tels sont les sortilèges par lesquels reprendre/Un empire sur le destin désarticulé. Percy Shelley était l’époux de Mary Shelley. Noyé à 29 ans dans le golfe de Livourne, il a inspiré le personnage d’Adrian dans The Last Man. Leur couple avait perdu trois enfants en bas-âge. Mary Shelley est morte à 53 ans d’une tumeur au cerveau. Sa mère, Mary Wollstonecraft, est morte à 38 ans 10 jours après l’avoir mise au monde ; sa demi-sœur, Fanny Imlay, s’est suicidée à 22 ans ; Mary Shelley a dû affronter durant sa vie la pauvreté, les créanciers, la petite vérole… Plaignons notre misère !

1 Commentaire
Les plus anciens
Les plus récents Le plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
Annick L
7 mois

Bien vu ! Mais que faire ?

Peut-on espérer la fin du Covid avec Omicron ?
Article précédent

Peut-on espérer la fin du Covid avec Omicron ?

Omicron proviendrait d’une souris. Mais d’une souris naturelle ou de labo ?
Prochain article

Omicron proviendrait d’une souris. Mais d’une souris naturelle ou de labo ?

Derniers articles de Analyses

Désoublier

Désoublier

Les crises qui s’accumulent nous poussent à l’oubli. Simplement pour ne pas

Le dilemme de Gaïa

Gaïa s’inquiète. Gaïa nous guette. Notre mère nature observe son dernier rejeton,

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez136
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email