/

Production de cacao : Les petits producteurs pris dans le piège de la pauvreté

Livelihoods lance un projet sans précédent au Ghana pour aider les agriculteurs à sortir de la pauvreté

Start

Le cacao, principal ingrédient du chocolat, est apprécié par les consommateurs du monde entier. La demande mondiale de fèves de cacao a explosé depuis les années 1990, pour atteindre 5,6 millions de tonnes de production mondiale en 2019 [1]. Cultivé sur des terres situées autour de l’équateur, ce fruit est produit par près de 6 millions de petits exploitants, dont les moyens de subsistance en dépendent. Pourtant, paradoxalement, la plupart des producteurs de cacao sont coincés dans un piège de pauvreté, notamment en Afrique de l’Ouest qui représente plus de 70% de la récolte mondiale.

Le vieillissement des arbres, le manque d’accès à des compétences techniques de qualité et à des moyens financiers durables pour régénérer les sols et accroître la productivité en sont les principales raisons. Au Ghana, deuxième plus grand producteur de cacao, le secteur privé et le secteur public ont déployé des efforts considérables au cours des dernières décennies pour s’approvisionner en cacao de manière durable. Mais ces initiatives n’ont montré qu’une amélioration limitée du revenu des petits exploitants de cacao, notamment dans le contexte d’un revenu de subsistance. Quelles solutions pratiques pourraient aider les agriculteurs à subvenir aux besoins de leur famille grâce au cacao ? Les agriculteurs peuvent-ils associer la restauration des terres à l’augmentation des revenus ?

Après le karité, Livelihoods lance une nouvelle initiative au Ghana pour découvrir et résoudre les problèmes sociaux, économiques et environnementaux auxquels sont confrontés les petits exploitants de cacao. Le projet a un objectif spécifique : identifier les leviers qui peuvent aider les petits exploitants de cacao à restaurer durablement leurs exploitations et à améliorer leurs revenus. Cette initiative, d’une durée de trois ans, est lancée par le Livelihoods Fund for Family Farming (L3F) qui a rassemblé Mars Incorporated (entreprise mondiale qui produit certaines des marques les plus célèbres de confiseries, de produits alimentaires et de produits pour animaux de compagnie), Touton (acteur majeur du commerce mondial du cacao depuis une décennie et principal fournisseur de cacao de Mars), Solidaridad West Africa (organisation de la société civile ayant une grande expérience de travail avec les petits exploitants de cacao en Afrique de l’Ouest) et Institute for Development Impact (I4DI) (partenaire chargé du suivi, de l’évaluation et de l’apprentissage pour évaluer les impacts du projet).

Le projet est mis en œuvre dans trois districts cacaoyers, à savoir Nkrankwanta, Kasapin et Sunyani, situés dans les régions de Bono et Ahafo au Ghana. L’objectif principal du projet est de trouver un modèle d’approvisionnement durable qui accélérera la transition des agriculteurs vers un revenu décent [2] dans une approche de test et d’apprentissage, avec la possibilité de reproduire les bons résultats dans le secteur cacaoyer ghanéen après la phase actuelle.

Au Ghana, le cacao est la principale source de revenus des petits exploitants indépendants

Au Ghana, deuxième producteur mondial après la Côte d’Ivoire, le cacao est la principale source de revenus de 800 000 familles de cacaoculteurs du pays. Mais les défis auxquels elles sont confrontées au niveau de l’exploitation sont nombreux, et le revenu qu’elles tirent de la récolte de cacao n’est pas assez élevé pour permettre à une grande majorité d’entre elles de répondre aux besoins fondamentaux de leur famille : nourriture, vêtements, logement décent, soins de santé et éducation. Cela les prive des revenus nécessaires pour investir dans une production durable dans leurs exploitations cacaoyères.

En effet, dans les régions de Bono et d’Ahafo où le projet Livelihoods est mis en œuvre, près de 80 % des 1 000 agriculteurs identifiés pour le projet n’atteignent pas un revenu décent qui leur permettrait de répondre à leurs besoins fondamentaux et d’investir dans leurs exploitations cacaoyères. En d’autres termes, les petits exploitants de cacao sont pris au piège de la pauvreté malgré les efforts déployés depuis des décennies par les principaux acteurs (privés et publics) du secteur du cacao pour sortir les petits exploitants de la pauvreté de manière durable et responsable.

Why not enjoy unlimited reading of UP'? Subscribe from €1.90 per week.

Des sols pauvres après des décennies de monoculture

Au Ghana, les agriculteurs cultivent des cacaoyers sur des exploitations de 1 à 4 hectares en moyenne, qu’ils ont héritées de leurs familles. Outre le cacao, les familles de petits exploitants cultivent généralement des aliments de base comme le maïs, la banane plantain et le manioc, mais le cacao reste la principale activité économique permettant de nourrir des familles de cinq membres en moyenne (les parents et 3 frères et sœurs ou enfants). Les cacaoculteurs étant âgés de 55 ans en moyenne, le secteur doit relever le défi de concevoir des conditions attrayantes pour la nouvelle génération d’agriculteurs qui héritera des exploitations cacaoyères.

Visite de terrain avec une agricultrice, sur une parcelle située dans la zone du projet (Photo : I4DI)

Le premier défi majeur auquel les petits exploitants indépendants sont confrontés est la fertilité des sols, qui a diminué ces dernières années en raison d’une utilisation permanente des terres qui ne laisse pas le temps au sol de se régénérer. Des décennies de déforestation et de monoculture de cacao pour répondre à une demande mondiale en croissance rapide, sans compensation de la nutrition du sol, ont affecté la santé du sol. Avec le temps, les cacaoyers ont été retirés de leurs conditions naturelles et de leur écosystème (le cacao est une culture qui aime l’ombre) : aujourd’hui, l’absence d’arbres d’ombrage adéquats dans les exploitations cacaoyères fait place à un ensoleillement direct qui contribue à l’infertilité des sols. L’utilisation excessive d’herbicides et les effets du changement climatique ont encore aggravé la fertilité des sols.

Manque de main-d’œuvre au niveau de l’exploitation

Au niveau de l’exploitation, les petits exploitants de cacao sont également confrontés à un manque de main-d’œuvre qualifiée qui affecte leur capacité de production. Un mari et sa femme peuvent s’occuper efficacement d’une exploitation cacaoyère de 2 hectares, mais au-delà, ils ont besoin d’une main-d’œuvre qualifiée supplémentaire qu’ils ne peuvent généralement pas trouver ni se permettre. Aujourd’hui, la productivité des exploitations cacaoyères stagne à moins de la moitié de leur potentiel : le rendement moyen du cacao au Ghana est actuellement de 450 kilogrammes par hectare, alors qu’une exploitation cacaoyère bien gérée pourrait produire entre 1 et 1,5 tonne par hectare [3]. Le cacao est une culture à forte intensité de main d’œuvre pendant les activités de récolte et de post-récolte (principalement de septembre à février), et pour l’entretien des parcelles (de janvier à juillet) dans lesquelles les agriculteurs sont directement impliqués. C’est l’une des rares cultures au Ghana qui est encore cultivée et récoltée purement à la main.

Les agriculteurs doivent protéger leurs cacaoyers du vent et du soleil. L’élagage, qui est essentiel pour augmenter les rendements et réduire la pression des parasites et des maladies, est une pratique ardue et technique. Les petits exploitants doivent également investir du temps pour éliminer les mauvaises herbes, fertiliser le sol et protéger les fèves de cacao des ravageurs et des maladies. Pendant la saison des récoltes, les cabosses de cacao sont ouvertes à l’aide de machettes pour en extraire les fèves, avant qu’on les laisse fermenter, qu’on les sèche, qu’on les mette en sac, qu’on les pèse et qu’on les vende à des sociétés d’achat agréées par l’intermédiaire de leurs commis aux achats.

Dans la zone du projet, 30 % des cacaoyers ont plus de 35 ans : la replantation des parcelles les plus anciennes est essentielle pour les exploitations traditionnelles dont la productivité ne peut être restaurée par les seules pratiques agricoles durables. Une quantité croissante d’arbres pourrait en outre être affectée par des maladies, en particulier un virus appelé « CSSV » (Cocoa Swollen-Shoot Virus) qui infecte principalement les cacaoyers et diminue les rendements dès la première année d’infection. Le virus, transmis d’arbre en arbre par les cochenilles, peut se propager encore plus rapidement dans une exploitation en monoculture et tue généralement les arbres en quelques années. Des modèles agroforestiers plus durables, reposant sur des parcelles diversifiées, mais aussi sur des sols plus sains et riches en micro-organismes, pourraient aider les arbres à mieux résister aux parasites et aux maladies.

Le paradoxe du cacao : pourquoi les petits exploitants sont-ils pris au piège de la pauvreté ?

Les agriculteurs sont pris dans un cercle vicieux où, d’une part, des modèles de production non durables basés sur la monoculture axée uniquement sur la productivité ont conduit à l’épuisement de la fertilité des sols. D’autre part, les agriculteurs n’ont pas les compétences techniques, les moyens financiers, l’accès à la main-d’œuvre ou les infrastructures de base pour passer à des modèles diversifiés durables qui leur permettraient de tirer un meilleur parti de la terre qu’ils cultivent. Dans ce contexte, il reste complexe pour eux de prendre la décision d’investir dans l’adoption de pratiques agricoles durables et/ou dans les activités de replantation nécessaires sur leurs parcelles.

Au cours des dernières décennies, le secteur du cacao a défini des techniques appelées  » bonnes pratiques agricoles  » qui visent à maximiser la productivité et la résilience des exploitations. Ces pratiques, (telles que définies par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture – FAO) répondent à un ensemble de principes qui visent à assurer une production sûre et durable des cultures (et du bétail), tout en maximisant le potentiel de rendement.

Les bonnes pratiques agricoles sont censées minimiser les coûts de production pour l’agriculteur et l’impact environnemental des activités agricoles. L’application de ces pratiques à la ferme renforce les modèles d’agriculture responsable, qui se traduisent par des sols sûrs et sains et des cultures de qualité. Avec l’intention générale de respecter le cycle naturel des cultures et le milieu environnant, les BPA comprennent des techniques telles que l’élagage des arbres, la fertilisation des sols, le traitement et la gestion des maladies potentielles et la garantie de la santé des sols en soutenant les organismes vivants dans le sol. En outre, la restauration des terres dégradées, la préservation des ressources naturelles environnantes, la réduction des déchets et l’utilisation durable de l’eau sont des domaines d’action supplémentaires. Une fois adoptées à la ferme, ces pratiques peuvent garantir des sols sains et fertiles, ce qui permet de doubler la productivité.

Pourtant, il semble qu’au cours des deux dernières décennies, de nombreux agriculteurs ont été formés aux pratiques susmentionnées, mais le constat sur le terrain est que seuls 30% des agriculteurs les adoptent actuellement. L’adoption des Bonnes Pratiques Agricoles sur leurs parcelles demande un travail intensif et un investissement financier dans le temps, ce qui nécessite souvent des prêts bancaires, qui ne sont pas accessibles à de nombreux petits exploitants, en particulier aux agricultrices. De plus, avec les taux d’intérêt actuels qui peuvent atteindre 50 %, les faibles récoltes dues aux maladies et à la dégradation des conditions météorologiques peuvent laisser les agriculteurs avec des dettes qu’ils ne peuvent pas rembourser. Ils ne prennent donc pas le risque. De plus, les prêts à long terme pour la replantation ne sont pas disponibles pour eux.

Agriculteur interviewé dans la zone du projet (crédit photo : I4DI).

Plusieurs programmes m’ont demandé par le passé de mieux planifier et gérer mon exploitation. Je sais ce que je dois faire mais je n’ai pas les moyens d’acheter les intrants de qualité et la main d’œuvre pour y parvenir. Il est trop risqué pour moi maintenant d’emprunter de l’argent et les prix ne cessent d’augmenter ! » explique un agriculteur.

To fight against disinformation and to favour analyses that decipher the news, join the circle of UP' subscribers.

Dans l’ensemble, les agriculteurs devraient, au minimum, tripler leurs coûts de production pour appliquer ces pratiques par rapport à leur faible base actuelle. Cela implique l’embauche de main-d’œuvre supplémentaire, l’achat d’intrants et d’équipements, l’accès à des engrais de qualité et l’organisation de leur transport. Mais à ce jour, l’accès aux semis et aux engrais de qualité reste complexe. Les semis ne sont pas toujours disponibles, les coûts de transport sont élevés, l’accès à la main-d’œuvre est désorganisé et coûteux. De plus, lorsque les petits exploitants investissent dans des activités de replantation, ils doivent traverser les 3 à 4 premières années avec des revenus encore plus faibles, avant que les arbres nouvellement plantés ne commencent à produire des fèves de cacao en quantités commerciales.

Dans un contexte général où le prix du cacao est fixé annuellement par le gouvernement et où la productivité est en déclin, le revenu de la plupart des agriculteurs reste faible, décourageant la génération suivante. Le prix d’achat du cacao au Ghana est défini annuellement par le Ghana Cocoa Board (COCOBOD) qui contrôle toutes les exportations et protège les agriculteurs de la volatilité des prix. En 2021, le prix d’un kilogramme de fèves de cacao a été fixé à l’équivalent d’un dollar. Dans la zone du projet, le revenu annuel moyen de la production de cacao est d’environ l’équivalent de 1 275 dollars, ce qui est bien inférieur au revenu de vie décent calculé à environ 2 200 dollars par an, ce qui rend les petits exploitants incapables d’investir dans le développement de leurs exploitations.

Comment le secteur privé peut-il contribuer à l’amélioration du revenu des agriculteurs ? Devrait-il verser des primes pour l’adoption de bonnes pratiques agricoles ? Doit-il aider à améliorer la productivité des exploitations pour répondre à la qualité et à la demande croissante du marché ? Comment le secteur privé peut-il aider les agriculteurs à coupler productivité et durabilité en passant à un modèle où les exploitations deviennent plus résilientes ?

Femme agricultrice interviewée dans la zone du projet (crédit photo : I4DI).

« Il est difficile pour une jeune femme de générer un revenu suffisant et de devenir financièrement indépendante dans le couple car elles n’ont pas souvent accès à la terre. Et quand elles y ont accès, et surtout pour les ménages dirigés par une femme, le défi auquel nous sommes confrontés est de trouver des travailleurs dans le voisinage qui sont qualifiés et savent comment restaurer les sols et prendre soin des nouvelles plantations ».

Existe-t-il un moyen de sortir de ce cercle vicieux ?

Livelihoods et ses partenaires soulèvent ces questions cruciales : quel modèle durable peut contribuer à sortir les cultivateurs de cacao de la pauvreté ? Et comment pouvons-nous aider la transition vers des modèles agroforestiers plus durables où les agriculteurs peuvent gagner plus d’une terre prospère ?

Livelihoods, Mars, Touton, Solidaridad West Africa et I4DI lancent donc une initiative sans précédent sur trois ans pour identifier les leviers qui pourraient aider à réaliser cette transition vers une cacaoculture plus résiliente et prospère au Ghana. Le projet répond à l’ensemble des besoins des agriculteurs (y compris les compétences agricoles, les moyens financiers et la main-d’œuvre externe) pour stimuler l’adoption de bonnes pratiques agricoles et investir dans les activités de replantation nécessaires. Il s’agit d’une approche agile qui permettra à la coalition de partenaires de tester différents paramètres dans des groupes indépendants d’agriculteurs et de les adapter ou de les peaufiner si nécessaire. Leur objectif commun est d’aider les agriculteurs à atteindre progressivement un revenu de subsistance décent.

L’approche « tester et apprendre » permettra de répondre à certaines questions clés telles que :

Dans quelle mesure le coaching intensif affecte-t-il les taux d’adoption des bonnes pratiques agricoles ?
Mille agriculteurs indépendants de la chaîne d’approvisionnement de Mars-Touton participeront à cette initiative et bénéficieront d’un ensemble d’interventions pour réaliser cette transition. Ils bénéficieront d’une formation technique et d’un accompagnement individuel pour stimuler l’adoption de pratiques agricoles améliorées qui aideront à restaurer les sols dégradés (élagage, techniques pour remettre du carbone dans le sol, engrais adaptés, etc.) Le projet prévoit un accompagnement intensif à la ferme pour soutenir les agriculteurs dans l’adoption à long terme de pratiques agricoles adaptées à leurs parcelles. Avec des sols plus sains et fertiles, les agriculteurs pourraient doubler leur productivité et, à terme, leurs revenus.

Fèves de cacao en cours de séchage, avant d’être vendues à des commerçants locaux ou à des usines de transformation. Crédit photo : I4DI.

Les agriculteurs sont-ils prêts à payer pour des services agricoles (travail, intrants) ? Existe-t-il un modèle intéressant pour mettre en place davantage de prestataires de services ?
Tous les agriculteurs bénéficieront de l’organisation de groupes de cacaoculteurs renforcés qui les aideront à évaluer leurs besoins, qu’il s’agisse de formation, d’intrants agricoles, de mécanismes financiers, mais aussi à renforcer l’apprentissage entre pairs. Le projet évaluera les besoins des agriculteurs et, à long terme, facilitera potentiellement l’accès aux programmes gouvernementaux qui les aideront à acquérir des compétences techniques, à régénérer leur exploitation, etc. Le projet vérifiera également si les agriculteurs bénéficient d’un accès facilité aux prestataires de services qui leur fourniront des services spécifiques (intrants et main-d’œuvre) pour soutenir la gestion de leurs exploitations.

Quelles solutions de financement à court terme favoriseraient l’adoption de pratiques agricoles durables ? Les prêts à long terme feraient-ils une différence dans l’engagement des activités de replantation ? Quel type de compensation stimulerait la replantation ?
Le projet facilitera l’accès à des prêts à court terme abordables pour les cacaoculteurs participants à des taux d’intérêt annuels de 24% et 12% au lieu des 50% actuels sur le marché. Ceci afin de s’assurer que les agriculteurs disposent de ressources financières adéquates pour investir dans la production durable de cacao. Lorsque la replantation est nécessaire, les petits producteurs de cacao bénéficieront d’un accès à des prêts à long terme (qui ne leur sont pas accessibles aujourd’hui) à un taux d’intérêt annuel de 12 % sur la monnaie locale. Les agriculteurs qui investiront dans la replantation bénéficieront également d’une compensation financière pour les aider à traverser les 4 à 5 premières années pendant lesquelles les arbres nouvellement plantés ne produisent pas de fèves en quantités commerciales.

L’initiative déploiera une méthodologie dans laquelle différentes variables seront testées dans de petits groupes d’agriculteurs (groupes de 100 agriculteurs). Les résultats seront mesurés en ce qui concerne l’adoption de pratiques agricoles et la replantation, avant d’être reproduits dans un groupe plus important au sein des agriculteurs du projet si cela s’avère fructueux. Des retours d’information brefs et fréquents de la part des agriculteurs seront recueillis par les coaches sur le terrain afin d’ajuster les efforts en conséquence.

Une attention particulière aux femmes dans le cacao

Le projet adaptera les interventions pour permettre aux femmes, qui représentent 30 % des agriculteurs du projet (un chiffre supérieur à la moyenne nationale), de participer pleinement et de bénéficier de toutes les activités. L’analyse des résultats sera également réalisée en tenant compte du genre afin d’identifier les obstacles spécifiques aux femmes et de structurer des solutions pour elles, notamment dans la gestion des besoins de leur foyer.

À la fin du projet, l’objectif est d’aboutir à la sélection la plus efficace des interventions qui ont effectivement aidé les agriculteurs à améliorer leurs revenus.

Ce projet de test et d’apprentissage sans précédent contribuera à clarifier les voies réalistes vers un revenu agricole décent pour les agriculteurs et, à terme, vers des exploitations résilientes, diversifiées, rentables et qui ne contribuent pas à la déforestation ou à des pratiques de production agricole non durables. Si ce projet s’avère efficace, il sera étendu aux chaînes d’approvisionnement en cacao de toute l’Afrique de l’Ouest, en collaboration avec une coalition de fournisseurs clés de cacao (secteur privé, organisations non gouvernementales, institutions financières…).

[1] Selon l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) – une agence spécialisée des Nations unies qui dirige les efforts internationaux pour vaincre la faim.
[2] 332 dollars par mois pour une famille de cinq personnes en 2018.
[3] Source : Farmgrow, 2020 : https://www.farmgrow.org/. Le revenu de subsistance est le revenu annuel net dont a besoin un ménage dans un lieu donné pour s’offrir un niveau de vie décent pour tous les membres de ce ménage

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Notre agriculture et notre alimentation ne comptent que pour 0,2% des émissions de gaz à effet de serre de la planète : est-ce une raison pour ne rien changer ?
Previous article

Notre agriculture et notre alimentation ne comptent que pour 0,2% des émissions de gaz à effet de serre de la planète : est-ce une raison pour ne rien changer ?

Latest articles from FOOD

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT.
logo-UP-menu150

Already registered? I'm connecting

Inscrivez-vous et lisez three articles for free. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Register for free to continue reading.

JOIN

THE CIRCLE OF THOSE WHO WANT TO UNDERSTAND OUR TIME OF TRANSITION, LOOK AT THE WORLD WITH OPEN EYES AND ACT

You have received 3 free articles to discover UP'.

Enjoy unlimited access to our content!

From $1.99 per week only.
Share
Tweet
Share
WhatsApp
Email