Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Les microplastiques remontent dans toute la chaîne alimentaire
/

Les microplastiques remontent dans toute la chaîne alimentaire

Commencez

Une étude démontre comment les microplastiques peuvent facilement remonter dans la chaîne alimentaire. Tout commence par l’aspiration par les plantes des contaminants synthétiques présents dans le sol. Ensuite, les insectes qui grignotent ces légumes verts reçoivent leur lot de nanoplastiques, suivis par tout ce qui les mange. Faut-il s’inquiéter ?

Tout comme pour les métaux lourds dans l’océan, il s’avère que les nanoplastiques — des particules de plastique de moins d’un micromètre — peuvent également remonter la chaîne alimentaire. Ces morceaux de plastiques issus de l’agriculture comme de notre consommation se retrouvent dispersés sur les sols et finissent par se décomposer en microplastiques sous terre. Ces particules se retrouvent dans les plantes et les animaux, microscopiques ou grands, qui les ingèrent.  

Des chercheurs européens, dirigés par le biologiste Fazel Monikh de l’université de Finlande orientale, ont démontré ce processus en laboratoire en faisant manger à des laitues (Lactuca sativa) de minuscules particules de 250 nm de polystyrène et de chlorure de polyvinyle. Leur recherche a été publiée dans Nano Today.

De la laitue au poisson de la rivière

Après 14 jours, les chercheurs ont donné cette laitue à des larves de mouches soldats noires (Hermetia illucens), puis ont donné ces larves à des gardons affamés (Rutilus rutilus) après 5 jours supplémentaires. Une fois que les poissons se sont nourris des insectes pendant 5 jours, l’équipe a disséqué et imagé les tissus de chaque niveau de la chaîne alimentaire.

Comme ces particules sont difficiles à détecter et peuvent être altérées au cours de leur voyage physiologique, les chercheurs ont enfermé un élément rare, le gadolinium, dans les minuscules plastiques afin de les suivre plus facilement. L’équipe a utilisé un microscope électronique à balayage (MEB) pour s’assurer que le plastique recouvrait complètement le métal afin de réduire son influence biologique.

La bonne nouvelle est que la bioamplification ne semble pas se produire avec ces types de nanoplastiques chez les espèces étudiées. On parle de bioamplification lorsque les substances chimiques absorbées aux niveaux trophiques inférieurs deviennent plus concentrées au fur et à mesure qu’elles remontent la chaîne alimentaire ; c’est un problème courant causé par des polluants comme le mercure et les polychlorobiphényles.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Mais les images ont révélé la présence de nanoplastiques dans les branchies, le foie et les intestins des poissons, dans la bouche et les viscères des insectes, et leur accumulation dans les feuilles de laitue.

En outre, les deux plastiques se sont comportés différemment au cours de leur parcours dans la chaîne alimentaire. La laitue a absorbé un peu moins de polystyrène, de sorte que présence de ce plastique a été moins transmise que celle du chlorure de polyvinyle.

Les chercheurs expliquent que des propriétés telles que la taille, la forme et la chimie de surface des particules pourraient toutes influencer les différents impacts qu’elles ont sur la vie. Par exemple, certains vers de terre pourraient être plus susceptibles de décomposer le polyéthylène dans le sol avant qu’il ne soit absorbé par une plante.

Risque potentiel pour la santé des herbivores et des humains

« Nos résultats montrent que les laitues peuvent absorber les nanoplastiques du sol et les transférer dans la chaîne alimentaire », déclare Fazel Monikh. « Cela indique que la présence de minuscules particules de plastique dans le sol pourrait être associée à un risque potentiel pour la santé des herbivores et des humains si ces résultats s’avèrent généralisables à d’autres plantes et cultures et à des situations de terrain. »

Les microplastiques, y compris les plus petits nanoplastiques, sont désormais omniprésents dans tous les environnements, des fosses océaniques les plus profondes aux montagnes les plus hautes, en passant par l’isolement lointain de l’Antarctique. Ils sont présents dans les aliments que nous mangeons, l’eau que nous buvons et l’air que nous respirons.

LIRE DANS UP' : LIRE DANS UP' :

Les microplastiques traversent notre corps tous les jours, mais les chercheurs affirment qu’il n’y a pas lieu de paniquer, car il n’y a manifestement pas d’impact immédiat et à court terme sur nous ; c’est l’exposition à long terme et les niveaux de concentration élevés qui restent préoccupants.

Ce qui est particulièrement préoccupant avec ces minuscules particules, c’est qu’elles sont suffisamment petites pour franchir un plus grand nombre de barrières physiologiques, contrairement aux particules plus grosses dont elles sont issues. Il a déjà été démontré que certaines d’entre elles présentent une toxicité potentielle pour les plantes, les invertébrés et les vertébrés.

Fazel Monikh et ses collègues démontrent également comment ces plastiques peuvent attirer une couverture protéique à leur surface lorsqu’ils traversent diverses formes de vie. La manière dont cela modifie leur impact est totalement inconnue. « Il est encore urgent de poursuivre les recherches sur ce sujet », concluent les biologistes.

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

Environnement sonore : l’enfer, c’est le bruit des autres

Les abeilles ont enfin gagné
Prochain article

Les abeilles ont enfin gagné

Derniers articles de Pollutions

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email