Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Le découvreur d’Omicron au Botswana raconte …

Commencez

Le scientifique du Botswana qui pourrait bien avoir découvert le variant Omicron du coronavirus dit avoir vécu des « montagnes russes d’émotions », la fierté de l’accomplissement d’une découverte collective, suivie de la consternation face aux interdictions de voyager immédiatement imposées aux pays d’Afrique australe.

« C’est ainsi que vous récompensez la science ? En mettant des pays sur liste noire ? » a déclaré le Dr Sikhulile Moyo, virologue au Botswana Harvard AIDS Institute Partnership, dans une interview accordée jeudi soir à l’Associated Press.

« Le virus ne connaît pas les passeports, il ne connaît pas les frontières », a-t-il ajouté. « Nous ne devrions pas faire de la géopolitique à propos du virus. (…) Nous devrions collaborer et nous comprendre. »

Il y a deux semaines, le Docteur Moyo procédait au séquençage génomique d’échantillons de COVID-19 dans son laboratoire du Botswana et a remarqué trois cas qui semblaient très différents, avec un schéma inhabituel présentant de multiples mutations. Il a continué à analyser les résultats et, au début de la semaine dernière, a décidé de publier les données sur Internet.

Rapidement, des scientifiques d’Afrique du Sud ont déclaré avoir fait les mêmes constatations. Et un cas identique à Hong Kong a également été identifié.

Un nouveau variant du coronavirus avait été découvert, et l’Organisation mondiale de la santé lui a rapidement donné le nom d’Omicron. Il a maintenant été identifié dans 38 pays, dont une grande partie de l’Europe occidentale et des États-Unis. Les États-Unis et de nombreux autres pays ont imposé des restrictions de vol pour tenter de contenir la menace émergente.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

S’exprimant depuis son laboratoire de Gaborone, la capitale du Botswana, le Dr Moyo s’est offusqué d’être décrit comme l’homme qui a été le premier à identifier l’Omicron : « Les scientifiques devraient travailler ensemble et le syndrome du « qui a fait ça en premier » devrait disparaître. Nous devrions tous pouvoir être fiers d’avoir contribué d’une manière ou d’une autre », a déclaré le scientifique de 48 ans.

En fait, il a fait remarquer que le variant s’est révélé être quelque chose d’entièrement nouveau uniquement en le comparant à d’autres virus en ligne dans une base de données publique partagée par les scientifiques.

« La seule façon de voir réellement que vous voyez quelque chose de nouveau est de le comparer avec des millions de séquences. C’est pourquoi on le dépose en ligne », a-t-il déclaré.

Né au Zimbabwe, Sikhulile Moyo, qui est également chercheur associé à l’école de santé publique de Harvard, marié et père de trois enfants, ainsi que chanteur de gospel, s’est dit fier de la manière dont lui et ses collègues internationaux ont fait preuve de transparence dans leurs découvertes et ont tiré la sonnette d’alarme pour le reste du monde.

« Nous sommes ravis d’avoir probablement donné un signal d’alarme qui a pu éviter de nombreux décès et de nombreuses infections », a-t-il déclaré.

Omicron a surpris les scientifiques car il présentait plus de 50 mutations. « Il s’agit d’un grand saut dans l’évolution du virus, qui comporte beaucoup plus de mutations que prévu », a déclaré Tulio de Oliveira, directeur du Centre pour la réponse et l’innovation en matière d’épidémies en Afrique du Sud, qui a enseigné à Moyo lorsqu’il obtenait son doctorat en virologie à l’Université Stellenbosch d’Afrique du Sud.

On sait peu de choses sur ce variant, et le monde entier l’observe nerveusement. On ne sait pas encore si il rend les gens plus gravement malades ou si il peut échapper au vaccin. Mais les premières données suggèrent qu’il pourrait être plus contagieux et plus efficace pour réinfecter les personnes qui ont déjà été atteintes par le COVID-19.

Dans les semaines à venir, les laboratoires du monde entier s’efforceront de déterminer ce que l’on peut attendre de l’Omicron et à quel point il est dangereux.

« Ce qui est important, c’est la collaboration et la contribution », a déclaré le Docteur Moyo. « Je pense que nous devrions valoriser ce type de collaboration car elle générera une grande science et de grandes contributions. Nous avons besoin les uns des autres, et c’est le plus important. »

Sur cette photo de septembre 2015 fournie par le Partenariat Botswana-Harvard, le Dr Sikhulile Moyo, virologue au Partenariat Botswana-Harvard AIDS Institute, s’exprime lors d’une réunion de l’équipe d’étude pour le Projet de prévention combinée du Botswana (BCPP) au Botswana.
Crédit : Dominic Chavez/Botswana-Harvard Partnership via AP.

L’Afrique du Sud connaît une augmentation spectaculaire des infections qui pourraient être dues à l’Omicron. Le pays a signalé plus de 16 000 nouveaux cas de COVID-19 vendredi, contre environ 200 par jour à la mi-novembre. Le nombre de cas d’Omicron confirmés par séquençage génétique au Botswana est passé à 19, tandis que l’Afrique du Sud en a enregistré plus de 200. Jusqu’à présent, la plupart des cas concernent des personnes qui n’ont pas été vaccinées.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

« J’ai beaucoup d’espoir d’après les données que nous voyons, que les personnes vaccinées devraient être en mesure d’avoir une grande protection », a déclaré Moyo. « Nous devrions essayer d’encourager autant de personnes que possible à se faire vacciner ».

Le Docteur Moyo a averti que le monde « doit se regarder dans un miroir » et s’assurer que les 1,3 milliard d’Africains ne sont pas laissés pour compte dans la campagne de vaccination.
Il a attribué à la recherche et aux investissements antérieurs dans la lutte contre le VIH et le sida le développement des capacités du Botswana en matière de séquençage génétique. Cela a permis aux chercheurs de passer plus facilement à l’étude du coronavirus, a-t-il ajouté.

Au milieu de la crise du COVID-19, Sikhulile Moyo trouve quelques raisons d’être optimiste : « Ce qui me donne de l’espoir, c’est que le monde parle désormais le même langage », expliquant que la pandémie a suscité un nouvel engagement mondial en faveur de la recherche scientifique et de la surveillance.
Il a ajouté que la pandémie a également été un signal d’alarme pour l’Afrique : « Je pense que nos décideurs politiques ont réalisé l’importance de la science, l’importance de la recherche ». « Je pense aussi que le COVID a amplifié, nous a fait prendre conscience que nous devons nous concentrer sur les choses importantes et investir dans nos systèmes de santé, investir dans nos soins de santé primaires. »

Il a ajouté : « Je pense que c’est une grande leçon pour l’humanité. « 

Photo d’en-tête : Docteur Sikhulile Moyo /Credit : Botswana-Harvard Partnership via AP

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Perte de l’odorat : on commence à mieux comprendre pourquoi
Article précédent

Perte de l’odorat : on commence à mieux comprendre pourquoi

Prochain article

Un chewing-gum pourrait réduire la propagation du coronavirus

Derniers articles de Santé -Médecine

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez30
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email