Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

L’UE interdit l’importation de produits issus de la déforestation

Commencez

L’importation de produits issus de la déforestation est désormais interdite dans l’Union européenne. Le Parlement européen et les Etats membres de l’UE ont trouvé un accord ce mardi 6 décembre 2022 pour interdire l’importation dans l’Union européenne de plusieurs produits, comme le cacao, le café ou le soja, lorsqu’ils contribuent à la déforestation.

Entre 1990 et 2020, une superficie plus grande que celle de l’UE a été perdue à cause de la déforestation, la consommation de l’UE étant responsable d’environ 10 % de ces pertes. Pour exemple, la déforestation de l’Amazonie brésilienne qui s’est accélérée et a atteint des records historiques. Depuis l’arrivée au pouvoir de Bolsonaro en janvier 2019, on estime que la déforestation moyenne annuelle a augmenté de 75 % par rapport à la décennie précédente.

Source : Libération, septembre 2022

Mais, désormais, le bétail, le cacao, le café, l’huile de palme, le soja, le bois, le caoutchouc, le charbon de bois et les produits en papier imprimé sont concernés par de nouvelles règles avec des exigences supplémentaires pour le respect des droits humains et des droits des populations autochtones. Une nouvelle loi contribuera à protéger la biodiversité et le climat en obligeant les entreprises à garantir que certains produits vendus dans l’UE ne proviennent pas de terres déboisées.

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime que 420 millions d’hectares de forêts – une superficie plus grande que celle de l’UE – ont été perdus à cause de la déforestation entre 1990 et 2020. La consommation de l’UE serait responsable d’environ 10 % de la déforestation mondiale. L’huile de palme et le soja en représentent plus des deux tiers.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Ce mardi 6 décembre, les députés sont parvenus à un accord préliminaire avec les gouvernements de l’UE sur une nouvelle loi sur les produits sans déforestation qui obligera les entreprises à vérifier et à publier une déclaration de « diligence raisonnable » selon laquelle leurs marchandises vendues dans l’UE n’ont pas contribué à la déforestation ou à la dégradation des forêts où que ce soit dans le monde, après le 31 décembre 2020.

Rappelons qu’en octobre 2020, le Parlement a fait usage de la prérogative que lui confère le Traité pour demander à la Commission de présenter une législation visant à mettre un terme à la déforestation mondiale imputable à l’UE.

Selon le texte convenu, si aucun pays ou produit en tant que tel ne sera interdit, les entreprises ne seront pas autorisées à vendre leurs produits dans l’UE sans cette déclaration. Comme l’ont demandé les députés, les entreprises devront également vérifier la conformité avec la législation du pays de production, notamment en matière de droits de l’homme, et s’assurer que les droits des populations autochtones ont été respectés.

La nouvelle loi garantirait aux consommateurs européens que les produits qu’ils achètent ne contribuent pas à la destruction ou à la dégradation des forêts, notamment des forêts tropicales irremplaçables, et réduirait ainsi la contribution de l’UE au changement climatique et à la perte de biodiversité au niveau mondial.

Champ d’application

Les produits concernés par la nouvelle législation sont : le bétail, le cacao, le café, l’huile de palme, le soja et le bois, ainsi que les produits qui contiennent ou ont été fabriqués à l’aide de ces produits de base (tels que le cuir, le chocolat et les meubles), comme suggéré dans la proposition initiale de la Commission.
Au cours des discussions, les députés ont réussi à ajouter le caoutchouc, le charbon de bois, les produits en papier imprimé et un certain nombre de dérivés de l’huile de palme. Le Parlement a également obtenu une définition de la dégradation des forêts plus large, prenant en compte la conversion de forêts primaires ou de forêts qui se régénèrent naturellement en forêts de plantation ou en d’autres terres boisées et la conversion de forêts primaires en forêts plantées.

La Commission évaluera, au plus tard un an après l’entrée en vigueur de la législation, l’opportunité d’étendre le champ d’application à d’autres terres boisées.
Au plus tard deux ans après l’entrée en vigueur, la Commission évaluera également l’extension du champ d’application à d’autres écosystèmes et d’autres produits de base, y compris aux terres présentant des stocks de carbone élevés et une grande valeur en terme de biodiversité. Dans le même temps, la Commission évaluera la nécessité d’obliger les institutions financières de l’UE à ne fournir des services financiers à leurs clients que si elles estiment qu’il n’existe qu’un risque négligeable que ces services n’entraînent pas de déforestation.

Contrôles fondés sur le risque

Les autorités compétentes de l’UE auront accès aux informations fournies par les entreprises, telles que les coordonnées géographiques, et effectueront des contrôles. Elles pourront, par exemple, utiliser des outils de surveillance par satellite et des analyses d’ADN pour vérifier la provenance des produits.

La Commission classera les pays, ou une partie d’entre eux, en évaluant le risque faible, standard ou élevé dans les 18 mois suivant l’entrée en vigueur du présent règlement, et la proportion des contrôles des opérateurs sera effectuée en fonction du niveau de risque du pays : 9 % pour le risque élevé, 3 % pour le risque standard et 1 % pour le risque faible. Pour les pays à haut risque, les États membres devront également contrôler 9 % des volumes totaux.
Les sanctions pour non-conformité seront proportionnées et dissuasives et le montant maximum d’une amende est fixé à au moins 4% du chiffre d’affaires annuel total dans l’UE de l’opérateur ou du négociant qui ne respecte pas la législation.

À l’issue de l’accord, le rapporteur Christophe Hansen (PPE, LU) a déclaré : « Ce n’était pas facile mais nous avons obtenu un résultat ambitieux avant la COP15 sur la biodiversité à Montréal. Ce nouvel outil important protégera non seulement les forêts du monde entier et concernera également le caoutchouc, le papier imprimé et le charbon de bois. En outre, nous avons veillé à ce que les droits des populations autochtones, nos premiers alliés dans la lutte contre la déforestation, soient effectivement protégés. Nous avons également obtenu une définition plus large de la dégradation des forêts, qui concernera une vaste zone forestière. J’espère que ce règlement novateur donnera un élan à la protection des forêts dans le monde entier et inspirera d’autres pays lors de la COP15. »

Le Parlement et le Conseil devront encore approuver formellement l’accord. La nouvelle loi entrera en vigueur 20 jours après sa publication au Journal officiel de l’UE, mais certains articles entreront en application 18 mois plus tard.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
L'océan devrait-il avoir des droits légaux ?
Article précédent

L'océan devrait-il avoir des droits légaux ?

Biodiversité : Alerte sur les biotechnologies à la COP15
Prochain article

Biodiversité : Alerte sur les biotechnologies à la COP15

Derniers articles de Biodiversité

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez1
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email