Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Biodiversité : Alerte sur les biotechnologies à la COP15

Biodiversité : Alerte sur les biotechnologies à la COP15

Commencez

En pleine 15e Conférence des Nations unies sur la biodiversité (COP15), plusieurs dizaines de scientifiques et experts du monde entier appellent les dirigeants internationaux à interdire la diffusion dans la nature d’organismes modifiés par des biotechnologies génétiques, 

Depuis le 6 décembre, la COP15 réunit à Montréal près de 5.000 délégués de 193 pays pour tenter de finaliser d’ici le 19 décembre « un pacte de paix avec la nature », prévoyant une vingtaine d’objectifs clés pour stopper la destruction des milieux naturels d’ici la fin de la décennie. C’est dans ce contexte qu’une tribune, rédigée à l’initiative de l’ONG française Pollinis a été présentée à Montréal ce vendredi.

Les scientifiques de renom dans les domaines de la biologie moléculaire, de la génétique, de l’écologie des pollinisateurs et de l’agroécologie, ainsi que des experts de la protection des pollinisateurs, de l’environnement, de la conservation et des apiculteurs signataires demandent le « respect du principe de précaution » à l’échelle mondiale « tant que les preuves n’auront pas été réunies établissant l’innocuité des effets directs et indirects d’une application de ces nouvelles biotechnologies génétiques, et de leurs produits, organismes et composants ».

« Ces biotechnologies pourraient nuire aux populations d’insectes pollinisateurs et précipiter leur déclin » alors même qu’ils sont « essentiels à la biodiversité, aux fonctions écosystémiques, et augmentent le rendement des cultures », argumentent-ils. Parmi les signataires figurent notamment le spécialiste de l’agroécologie et de la pollinisation Lucas Garibaldi, le biologiste Dave Goulson ou encore le spécialiste mondial des abeilles Thomas Seeley.

Les négociations de la COP15, qui dureront jusqu’au 19 décembre, portent notamment sur ce sujet. Leur issue pourrait mener soit vers une plus grande régulation soit au contraire vers une facilitation de leur usage.

Controverse

Indifféremment appelées NGT (new genomic techniques), ou NBT (new breeding techniques pour « nouvelles techniques de sélection »), une kyrielle de nouveaux outils d’édition génomique (Crispr-Cas9, Talen etc.) modifiant le matériel génétique d’êtres vivants ont émergé ces dernières années et ciblent en priorité les insectes et les plantes.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

À la différence des OGM dits « transgéniques » qui introduisent un gène extérieur dans une plante ou un animal, ces nouvelles techniques permettent de modifier le génome d’un être vivant, sans ajout extérieur. Leurs détracteurs parlent d' »OGM cachés » ou de « nouveaux OGM » et craignent des effets néfastes sur la biodiversité. Mais leurs partisans les voient comme des solutions pour la santé humaine, l’agriculture ou la conservation des espèces.

L’un des projets-phares est développé par la Fondation Bill & Melinda Gates pour rendre les moustiques femelles stériles au moyen de la technique du « forçage génétique » qui consiste à insérer une modification génétique sur les deux allèles d’un chromosome pour s’assurer que la modification soit transmise à l’ensemble des descendants. L’objectif est d’éradiquer le paludisme, dont les moustiques sont le vecteur, en Afrique.

Les NGT permettent également le « silençage génétique » qui inhibe certaines expressions génétiques chez les animaux ou les plantes. Les principaux poids lourds de l’agro-industrie, Bayer-Monsanto ou Syngenta, travaillent à l’élaboration de pesticides en spray d’ARN dit « interférent » qui iront neutraliser l’expression de certains gènes d’insectes. Cela permettrait de lutter contre des ravageurs de cultures tels que le doryphore qui décime les cultures de pommes de terre ou la drosophile asiatique qui s’attaque aux arbres fruitiers.

Du labo au champ

En ce qui concerne les plantes, l’utilisation des NBT permettrait d' »améliorer les plantes » en « les rendant résistantes à des virus, aux herbicides, ou de réduire leur stress hydrique », explique Christophe Robaglia, professeur en biologie à l’université Aix-Marseille et expert OGM auprès de l’Autorité européenne de sécurité des aliments.

Les défenseurs de ces NBT réclament l’autorisation de sortir ces technologies des laboratoires et de mener des essais en plein champ, notamment en Europe où ils tombent sous le coup de la règlementation des OGM dits transgéniques.

Dans l’Union européenne, le maïs MON810 de Monsanto résistant aux insectes est le seul OGM autorisé à la culture. Les produits issus des biotechnologies bénéficient d’un cadre beaucoup plus souple aux Etats-Unis, au Canada, en Argentine, au Brésil, au Japon et en Inde, notamment.

« La question n’est pas d’être pour ou contre, ce sont de simples techniques. Ce qui compte c’est l’application que l’on peut en faire et qu’il faut encadrer », ajoute M. Robaglia qui dénonce des règlements européens « obsolètes » sur les OGM et les NBT.

Moratoire

C’est l’utilisation de ces techniques sur les insectes qui est la plus controversée. Les scientifiques signataires de l’appel craignent la propagation et en particulier des « transferts horizontaux de gènes » vers des espèces non-cibles, déséquilibrant les interactions entre espèces et donc l’ensemble de la biodiversité. « Il est impossible d’intervenir sur le génome d’un individu sans interagir avec l’ensemble de son espèce, des autres espèces et plus largement avec l’ensemble du vivant », prévient Nicolas Laarman, délégué général de Pollinis.

Les délégués de la COP15 n’ont plus que quelques jours pour discuter d’un éventuel moratoire.

Avec AFP

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

L'UE interdit l'importation de produits issus de la déforestation

Prochain article

Les écoliers aident l’UNESCO à améliorer le suivi des espèces océaniques

Derniers articles de Biodiversité

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez9
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email