Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Les écoliers aident l’UNESCO à améliorer le suivi des espèces océaniques

Commencez

Alors que se termine la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité (COP15), l’UNESCO entame un recensement des espèces marines au sein de 25 zones marines protégées uniques au monde. Cette analyse les aidera à comprendre comment les points névralgiques de la biodiversité se déplacent en raison du dérèglement climatique et à savoir où concentrer leurs efforts de conservation à l’avenir.

Les aires marines protégées contribuent à la sauvegarde d’espèces vitales. Toutefois, la hausse des températures de l’océan contraint de plus en plus les espèces à fuir leur habitat naturel à la recherche d’eaux plus fraîches. À long terme, les aires protégées pourraient ne plus coïncider avec les lieux de vie des espèces. Une analyse régulière de la situation est donc nécessaire.

« Il est crucial de recueillir davantage de données et de partager ces connaissances de façon plus rapide et plus ouverte pour faire face à la crise existentielle à laquelle l’humanité est confrontée en raison du dérèglement climatique. Pour relever ce défi, l’UNESCO mobilise son vaste réseau de partenaires dans les sites naturels marins qu’elle protège », déclare Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO.

Seule organisation des Nations Unies à avoir pour mandat l’éducation, les sciences et la culture, l’UNESCO développe et coordonne des normes et des programmes mondiaux en mettant en relation la nature et la culture pour conserver la biodiversité et en assurer l’utilisation durable.

Une initiative mondiale qui allie science et éducation

L’Organisation des Nations Unies pour les sciences a décidé d’accélérer la cartographie des espèces marines dans certains des sites océaniques les plus exceptionnels au monde. Combinée aux projections de hausse des températures, cette initiative aidera à visualiser et à détecter les changements. Pour y parvenir, l’Organisation utilise la technique la plus avancée : les expéditions d’ADN environnemental (ADNe).

De même que les tests ADN médico-légaux permettent d’obtenir des données à partir d’un seul cheveu, un échantillon d’ADN environnemental permet d’identifier les espèces qui vivent dans une zone à partir de l’analyse de quelques litres d’eau. Cet outil permet une détection précoce des changements, n’est pas invasif pour la faune locale et s’avère abordable financièrement.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

La méthode de l’UNESCO allie la science et l’éducation, en travaillant avec des écoles locales. Des centaines d’élèves sont formés pour participer aux expéditions d’ADN environnemental et recueillir eux-mêmes des données sur l’océan. Cette participation active des citoyens est essentielle pour sensibiliser le public à la perte de biodiversité et donner aux leaders de demain le goût de la science.

Une phase pilote avec 25 sites du patrimoine mondial

Une fois prélevés, les échantillons sont analysés en laboratoire par des scientifiques, sur la base d’une méthodologie commune établie par l’UNESCO sous la supervision d’un conseil consultatif d’experts de haut niveau. Dans le cadre de l’engagement de l’UNESCO en faveur de la science ouverte, tous les résultats obtenus grâce à ce programme sont mis à la disposition du public par le biais du Système d’information sur la biodiversité des océans (OBIS, en anglais).

L’UNESCO a sélectionné 25 sites marins du patrimoine mondial issus du monde entier pour la phase pilote de ce programme. L’échantillonnage a commencé en septembre 2022. Il a déjà eu lieu dans des sites situés en Allemagne, en Australie, au Brésil, au Costa Rica, au Danemark et aux Pays-Bas. D’autres prélèvements sont prévus dans les mois à venir au Bangladesh, au Belize, aux États-Unis, en France, en Mauritanie, au Mexique, au Panama, au Soudan, ou encore au Yémen.

Éducation à l’environnement : former les générations actuelles tout en préparant les générations futures

La  Directrice  générale  de  l’UNESCO s’est  fixé pour objectif que les 193 États membres de l’Organisation intègrent l’éducation à l’environnement dans leurs programmes scolaires d’ici 2025. L’éducation à l’environnement vise  à  assurer  que  tous  les  élèves  acquièrent  les  connaissances, les compétences et la mentalité nécessaires pour agir en faveur de notre planète. Pour mettre en œuvre ce projet ambitieux, l’UNESCO a lancé en février 2022 un référentiel commun de contenus pédagogiques à destination des décideurs politiques et des concepteurs  de  programmes. Il  leur donne  toutes  les  clefs  pour  intégrer l’éducation à la nature à chaque niveau de la chaine éducative : de la rédaction des programmes scolaires nationaux jusqu’à la préparation des leçons par les enseignants. L’UNESCO a également lancé des activités dans le domaine de  la  formation  des  enseignants  et  du  développement  de  supports  d’apprentissage  dans  le  contexte  des  réserves  de  biosphère, des  sites  du  patrimoine  mondial  et  des  géo‑parcs  mondiaux  UNESCO,  avec  la  participation  du  Réseau  des  écoles  associées  de  l’UNESCO  (réSEAU)  et des chaires UNESCO.

Placer les jeunes au cœur de la gestion des écosystèmes

L’UNESCO s’engage à impliquer plus directement les jeunes dans  ses  programmes, notamment  à  travers  les  réseaux  de  jeunes.  Des  Forums  des  jeunes  du  MAB  sont  régulièrement organisés depuis 2017. Par ailleurs, le programme MAB soutient  la  participation  des  jeunes  du  Réseau  mondial  des  jeunes  pour  la  biodiversité  (GYBN)  aux  réunions  de  la  Convention sur la diversité biologique.

Photo d’en-tête : ©UNESCO / Raw Visuals RTD

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Biodiversité : Alerte sur les biotechnologies à la COP15
Article précédent

Biodiversité : Alerte sur les biotechnologies à la COP15

Prochain article

L'appel des scientifiques pour une protection urgente des eaux profondes

Derniers articles de Biodiversité

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez2
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email