Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

La Patagonie défigurée par le dérèglement climatique

Un siècle de changement climatique en Patagonie 

Commencez

L’explorateur et photographe chilien, Cristian Donoso, a passé plus de deux décennies à parcourir les étendues sauvages de la Patagonie, de l’Antarctique et de l’Arctique pour capturer des images montrant les impacts du changement climatique. Dans le cadre de l’initiative mondiale « Call to Earth » pour créer un avenir durable, CNN met à l’honneur cet explorateur de l’extrême qui consacre pleinement sa vie à nous sensibiliser à travers son art pour mieux communier avec la nature, mais aussi pour nous alerter et nous faire prendre conscience des conséquences du changement climatique, même dans les lieux les plus reculés de notre planète.

La carrière d’explorateur de Cristian Donoso a débuté en 1996 dans les montagnes accidentées, les glaciers imposants et les fjords balayés par les vents de Patagonie, où le défi de survivre lui a donné un amour profond du paysage.

« Lorsque vous êtes en expédition, vous devez être en contact étroit avec la nature, ouvrir vos sens au maximum, car votre survie en dépend« , explique Cristian Donoso. « Et dans cette survie, vous êtes profondément conscient du monde naturel, vous vous émerveillez, et votre âme vous dit que c’est extraordinaire« .

Cristian Donoso à Bahia Blanca en Patagonie lors de sa récente expédition retraçant le voyage de l’artiste et explorateur américain Rockwell Kent.

Navigateur, alpiniste et cinéaste primé, Donoso a monté plus de 50 expéditions dans certains des endroits les plus reculés et les plus intacts de la planète. Il minimise les émissions de carbone et l’impact environnemental de ses voyages en utilisant des moyens de transport humains et éoliens, comme le voilier, le kayak et les skis.

En janvier, Donoso s’est embarqué sur « Forgotten Footsteps », une expédition retraçant le voyage de l’explorateur et artiste Rockwell Kent (1882-1971) (1) du début du XXe siècle en Terre de Feu, en Patagonie. Les peintures américaines des montagnes enneigées et des majestueux glaciers de la région contrastent fortement avec les images de Donoso sur les mêmes paysages aujourd’hui, où le réchauffement climatique a considérablement modifié les pics et fjords glacés.
Les champs de glace de la Patagonie, qui s’étendent sur des centaines de kilomètres à travers les montagnes andines, au Chili et en Argentine, constituent la plus grande masse de glace de l’hémisphère sud, en dehors de l’Antarctique. Selon la NASA, elles fondent rapidement, ce qui contribue à l’élévation du niveau des mers : Les forêts, les prairies, les déserts et les montagnes font tous partie du paysage patagonien, qui s’étend sur plus d’un million de kilomètres carrés (environ 386 000 miles carrés) d’Amérique du Sud. Vers l’ouest, des étendues de glace dense et compacte – les champs de glace de Patagonie – s’étendent sur des centaines de kilomètres au sommet de la cordillère des Andes, au Chili et en Argentine.


Les lobes nord et sud du champ de glace de Patagonie sont ce qui reste d’une couche de glace beaucoup plus importante qui a atteint sa taille maximale il y a environ 18 000 ans. Bien qu’ils ne représentent qu’une fraction de leur taille précédente, les champs de glace modernes restent la plus grande étendue de glace de l’hémisphère sud en dehors de l’Antarctique. Mais des changements rapides sont en cours. « En fait, ils fondent à un rythme parmi les plus élevés de la planète », déclare le glaciologue Eric Rignot, du Jet Propulsion Laboratory de la NASA et à l’Université de Californie-Irvine.
Les eaux de fonte du champ de glace de Patagonie contribuent à l’élévation du niveau de la mer. Cette contribution est inférieure à celle qui viendra du Groenland et de l’Antarctique, mais les scientifiques prévoient de continuer à étudier la région depuis l’espace, depuis les airs et depuis le sol. Selon Eric Rignot, « Comprendre l’évolution de ces glaciers nous aide à comprendre à quoi pourraient ressembler les glaciers du Groenland et de l’Antarctique dans un climat beaucoup plus chaud à l’avenir« .

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

La glace qui disparaît

En 2018, la série des « cartes postales de glace » de Donoso l’a emmené dans certains des endroits les moins accessibles de Patagonie. Il a suivi les traces du pionnier missionnaire italien Alberto Maria de Agostini (1883 – 1960), un explorateur prolifique qui a documenté les glaciers de la Cordillère Darwin (une chaîne de montagnes nommée d’après le biologiste britannique Charles Darwin) en Terre de Feu, il y a plus d’un siècle. Les archives de De Agostini contiennent plus de 11 000 photographies de la Patagonie.
Donoso et Alfredo Pourailly, partenaire de l’expédition, ont retrouvé les emplacements exacts de 10 des images de De Agostini et les ont reproduites à la même époque de l’année afin de saisir les mêmes conditions saisonnières. Ils ont choisi des images d’endroits particulièrement éloignés que très peu de gens auraient visités depuis les expéditions de De Agostini.

L’image du glacier Marinelli prise par Donoso en 2018 montre que la glace a reculé de plus de 10 kilomètres depuis que de Agostini a pris la même photo, à la même époque de l’année, en 1914.

Ce qu’ils ont trouvé était au-delà de leurs pires craintes. « C’était beaucoup plus dramatique que ce que nous pensions« , alerte Donoso.

« Des lieux que nous n’avons pas encore vraiment compris, que nous n’avons pas explorés, que nous n’avons pas photographiés ou que nous n’avons pas encore cartographiés ont été profondément marqués par l’homme« , précise-t-il. « Le monde est beaucoup plus petit que nous ne le pensons. »

Photos avant-après : Il y a un siècle, De Agostini a pris cette photo du glacier Negri lors de l’une de ses nombreuses expéditions dans les régions sauvages de Patagonie
Images avant-après : Donoso et son équipe ont navigué à travers les fjords de Patagonie, atteignant leur destination finale à pied pour retrouver les images d’Agostini
Ce paysage panoramique pris en 1914 par De Agostini montre le glacier Reina Isabel II en Terre de feu. Agostini a passé des années à documenter des parties de la Patagonie jusqu’alors inexplorées
Le glacier Reina Isabel II n’est plus qu’une fraction de sa taille d’antan

Communion avec la nature

Donoso affirme que le fait d’accéder à des endroits éloignés avec des moyens minimaux lui permet de se sentir « libre et immensément heureux ». Ces voyages sont des prouesses d’endurance physique, mais ils suscitent une profonde communion spirituelle avec la nature. « Tout dans notre conformation physique et cognitive a été déterminée par notre contact avec la nature« , souligne Donoso. « Le retour à la nature nous permet de découvrir qui nous sommes vraiment. »

Donoso reconnaît qu’il partage la même passion que les naturalistes des XIXe et XXe siècles qui ont inspiré son travail. Mais le monde qu’il étudie est très différent. Son objectif est de sensibiliser et d’éduquer les gens sur l’impact du réchauffement climatique dans des endroits éloignés : « Par l’art, par la vision de la photographie, nous offrons une perspective plus claire, avec un message très direct et sensible« .

Le message des « cartes postales de glace » semble clair : les calottes glaciaires de Patagonie fondent à une vitesse alarmante. Donoso et Pourailly ont l’intention d’achever la deuxième partie du projet dans le courant de l’année. Donoso espère qu’en révélant les destructions causées par le changement climatique dans des régions reculées du monde, il pourra catalyser le changement. « Personne ne se battra pour protéger des choses dont il n’est pas conscient« , dit-il.

 

Hazel Pfeifer, CNN
Stefanie Blendis, Vidéo CNN

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’


Cet article est publié dans le cadre de l’initiative Call to Earth de CNN International dont UP’ est partenaire média. Cette initiative est destinée à rendre compte des défis environnementaux auxquels notre planète est confrontée, ainsi que des solutions.


(1) Auteur notamment de « Wilderness, a journal of quiet aventure in Alaska » 

 

Pour aller plus loin

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

António Guterres : s'unir face au changement climatique, ou "nous sommes perdus"

Prochain article

Environnement et droits de l'homme : le temps presse !

Derniers articles de Climat

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
43 Partages
Partagez43
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print