Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Des trains de déportés ukrainiens seraient envoyés dans des « camps de filtration » en Russie
/

Des trains de déportés ukrainiens seraient envoyés dans des « camps de filtration » en Russie

Commencez

Le régime de Poutine semble ne jamais rechigner face à l’escalade dans la sauvagerie humanitaire, même si elle nous rappelle un très sombre passé. Non contents de raser des villes entières et de tuer des milliers de civils sous les bombes, et sous prétexte d’organiser des « corridors humanitaires » pour évacuer les villes assiégées de leurs habitants, les Russes seraient en train de mettre en place une véritable opération de déportation massive.

Les passagers descendent du train en serrant dans leurs bras des sacs contenant des objets personnels, des enfants hébétés et des animaux domestiques désorientés. Jusqu’à récemment, ils avaient été pris dans la dévastation de la ville de Marioupol. Aujourd’hui, ils débarquent à des centaines de kilomètres de là, dans la ville russe de Iaroslavl, au nord de Moscou.

L’agence de presse russe TASS a rapporté samedi 19 mars que 13 bus se déplaçaient vers la Russie, transportant plus de 350 personnes, dont une cinquantaine devait être envoyée par voie ferroviaire dans la région de Iaroslavl et les autres dans des centres de transition temporaires à Taganrog, une ville portuaire de la région russe de Rostov. Le ministère russe de la Défense a déclaré que la Russie avait préparé 200 bus pour « évacuer » les citoyens de Marioupol. L’agence RIA Novosti, citant les services d’urgence, a indiqué la semaine dernière que près de 300 000 personnes, dont quelque 60 000 enfants, sont arrivées en Russie depuis les régions de Louhansk et de Donbas, y compris depuis Marioupol, au cours des dernières semaines. Ces informations citées par Reuters n’ont pu être vérifiées.

Les autorités russes affirment que ces trains sont affrétés pour « venir au secours » de centaines d’ukrainiens pris sous les bombes de Marioupol. Les médias d’Etat diffusent ainsi des vidéos montrant des voyageurs ukrainiens remercier les troupes russes de leur venir en aide.

Mais le gouvernement ukrainien voit les choses différemment : ces voyageurs font partie des milliers d’habitants de Marioupol « emmenés de force » de l’autre côté de la frontière, dans des villes russes éloignées, alors que les armées du Kremlin renforcent leur emprise sur le port assiégé.

Vadym Boichenko, le maire de Marioupol, a affirmé que les déportations faisaient écho à des transports tragiquement gravés dans les mémoires : « Ce que les occupants font aujourd’hui est familier à l’ancienne génération, qui a vu les événements horribles de la Seconde Guerre mondiale, lorsque les nazis capturaient des gens par la force », a-t-il déclaré dans un communiqué. « Il est difficile d’imaginer qu’au XXIe siècle, des personnes puissent être emmenées de force dans un autre pays ».

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

La Russie tente de s’emparer de cette ville portuaire de près d’un demi-million d’habitants en la détruisant sous les bombes et en privant ses habitants d’eau, d’électricité, de nourriture et de médicaments depuis maintenant trois semaines. Au cours du week-end du 20 mars, les forces russes sont entrées dans le centre de la ville et ont semblé prendre le contrôle de cette ville meurtrie mais stratégiquement importante. La mairie de Marioupol a immédiatement déclaré que les habitants des quartiers sous contrôle russe étaient « déportés illégalement en territoire ennemi ».

Pavlo Kyrylenko, un fonctionnaire local, a déclaré à des journalistes du quotidien britannique The Telegraph : « Les occupants envoient les habitants de Marioupol dans des camps de filtration, vérifient leurs téléphones et saisissent leurs documents d’identité ukrainiens. »

Le processus de déportation serait toujours le même : les habitants des quartiers de la ville tenus par les forces russes, désemparés et désorientés ne demandent qu’une chose : quitter cette ville. Ce qu’ils ne savent pas c’est qu’ils vont certes partir, mais vers la Russie.  Les forces russes les font monter dans des convois de voitures portant des rubans blancs ou des morceaux de tissu blanc attachés à la poignée de la portière. Nombreux sont les véhicules portant des panneaux en papier proclamant que le véhicule contient des enfants. Les hommes sont fouillés aux points de contrôle à la recherche de tatouages compromettants portant des symboles nationalistes ou militaires. Ces files de voitures se dirigent toutes vers un camp de transit géré par le ministère des situations d’urgence dans une partie de l’Ukraine orientale contrôlée par les séparatistes, près de la frontière russe.

L’ambassadrice des États-Unis aux Nations unies a déclaré que les rapports sur les déportations étaient « horribles » et « inadmissibles » s’ils étaient vrais. Linda Thomas-Greenfield poursuit : « Forcer des personnes d’Ukraine à aller en Russie est absolument inacceptable ; c’est inadmissible. Et encore une fois, c’est quelque chose que nous devons confirmer, mais je ne pense pas que les Russes puissent entreprendre une action aussi horrible. « Il s’agirait certainement d’une nouvelle escalade, mais ce n’est pas impossible, étant donné la façon dont les Russes ont essayé de faire pression sur le peuple ukrainien. » Selon les autorités locales, les soldats russes transportent de nombreux habitants de Marioupol vers la Russie, les privant de leur passeport ukrainien – un possible crime de guerre.

Lyudmyla Denisova, commissaire aux droits de l’homme de l’Ukraine, a déclaré à la télévision ukrainienne que les personnes évacuées vers la Russie ont été emmenées dans des « camps de filtration où les forces d’occupation vérifiaient les téléphones et les documents des gens ».  Elle a ajouté qu’ils ont été emmenés à Taganrog, la ville russe la plus proche de Marioupol, et que certains ont ensuite été envoyés par train vers des « villes russes économiquement déprimées ».

Elle a affirmé que ces personnes devaient signer des documents les obligeant à rester au même endroit en Russie pendant au moins deux ans et y accepter le travail qu’on leur donnera. En général, toute personne arrivant en Russie et souhaitant demander l’asile doit rester à la même adresse pendant le traitement de sa demande. « Nos citoyens ont reçu des documents qui les obligent à rester dans une ville particulière, ce qui signifie qu’ils n’ont pas le droit de la quitter pendant au moins deux ans et qu’ils doivent y chercher un emploi », a-t-elle déclaré sur la chaîne ukrainienne Channel 24.

La ministre des Affaires étrangères britannique Liz Truss a condamné « l’enlèvement et la déportation » d’Ukrainiens de la ville assiégée de Marioupol, à la suite d’informations faisant état d’un mouvement qui a été comparé à ce que pratiquait l’Allemagne nazie. Une députée ukrainienne a affirmé que ses compatriotes étaient contraints de déménager dans des « régions éloignées de la Russie » pour travailler dans des conditions proches de l’esclavage.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Les autorités de Marioupol estiment que près de 40 000 personnes ont fui la ville au cours de la semaine écoulée, soit près d’un habitant sur dix. Pourtant, des centaines de milliers de personnes restent piégées sous les bombardements, dans une situation de plus en plus critique. Les autorités locales ont recensé plus de 2 500 morts, mais estiment que le véritable bilan pourrait être plus proche de 20 000, car de nombreux corps ne sont pas enterrés et ne sont pas comptés dans les ruines de la ville.

Volodymyr Zelensky, président de l’Ukraine, a déclaré dimanche que le siège entrerait dans l’histoire pour ce qu’il a qualifié de crimes de guerre commis par les troupes russes. « Faire cela à une ville paisible… est une terreur dont on se souviendra pendant des siècles », a-t-il déclaré.

 

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
La justice russe condamne Facebook et Instagram pour extrémisme
Article précédent

La justice russe condamne Facebook et Instagram pour extrémisme

Prochain article

Guerre juridique déclarée contre la Russie

Derniers articles de Géopolitique

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez48
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email