Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Danone assigné en justice pour addiction au plastique

Commencez

Le plastique présente des menaces tout au long de son cycle de vie : sa production basée sur les énergies fossiles accélère le réchauffement climatique, les déchets qu’il génère polluent les océans et contribuent à l’effondrement de la biodiversité marine, sa collecte et son recyclage dans les pays en voie de développement mettent en péril la santé de millions d’individus. Des ONG veulent donc qu’un juge contraigne la multinationale française des yaourts et bouteilles d’eau Danone à s’affranchir de sa dépendance au plastique, dans une assignation déposée ce lundi 9 janvier devant le tribunal judiciaire de Paris.

Les trois ONG ClientEarth, Surfrider Foundation Europe et Zero Waste France demandent que Danone soit condamné à planifier une « trajectoire de déplastification », ou sortie du plastique, jugeant ses efforts insuffisants. « On est bien conscients que cela ne peut pas se faire du jour au lendemain mais cela doit commencer aujourd’hui« , a plaidé auprès de l’AFP Antidia Citores, porte-parole de la coalition d’ONG.

Devoir de vigilance

Les trois ONG de protection de l’environnement lancent en France cette procédure sur la base d’une loi de 2017, sur le « devoir de vigilance« , qui oblige les grandes entreprises françaises à s’assurer du respect des droits humains fondamentaux et de l’environnement jusque chez leurs fournisseurs du monde entier.
Ce « devoir de vigilance » est de plus en plus utilisé par les associations pour attaquer en justice des grands groupes et médiatiser des activités controversées : TotalEnergies pour un projet pétrolier en Ouganda et en Tanzanie, EDF pour un projet éolien au Mexique, Suez en 2021 pour sa gestion de l’eau dans une ville au Chili, BNP Paribas pour son financement de nouveaux projets pétroliers et gaziers…

Danone avait d’abord été mis en demeure fin septembre par la coalition d’ONG, en même temps que huit mastodontes de l’agroalimentaire et de la distribution (Auchan, Carrefour, Lactalis…) La coalition n’a assigné que Danone, étape ultérieure de la procédure qui ouvre la voie à une audience devant le tribunal judiciaire de Paris. « Le dialogue est toujours en cours avec les autres (entreprises). Il n’est pas exclu qu’elles doivent aussi rendre des comptes devant la justice française« , a déclaré à l’AFP l’un des avocats des ONG, Sébastien Mabile.

Danone ouvre le bal, disent les ONG, notamment parce que le groupe ne mentionne pas la pollution plastique dans son « plan de vigilance » alors qu’il figure parmi les dix plus gros « pollueurs plastiques » au monde, derrière Coca Cola, Pepsico ou Nestlé, selon le mouvement « Break free from plastic ».

Danone se dit « très surpris » par la démarche, dans une réaction à l’AFP. La société, qui produit notamment les yaourts du même nom et des eaux en bouteille (Volvic, Evian ou Aqua en Indonésie), s’estime « depuis longtemps reconnue comme une entreprise pionnière dans la gestion des risques environnementaux ».

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

La société affirme mettre en œuvre un « cadre complet d’actions visant à réduire l’utilisation de plastique, développer le réemploi, contribuer au renforcement des filières de collecte et de recyclage pour que le plastique reste en dehors de la nature et développer la recherche sur les matériaux alternatifs ».

Éliminer le plastique à la source

Danone (100.000 salariés, plus de 24 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel) a utilisé près de 751.000 tonnes de plastique en 2021, d’après son dernier rapport annuel. Le groupe s’est fixé comme objectif de concevoir des emballages « 100% recyclables, réutilisables ou compostables » d’ici à 2025.

Les ONG lui reprochent de miser sur le recyclage de ses emballages plutôt que de traiter le problème à la source en réduisant son recours au plastique, au profit de bouteilles consignées par exemple.

« Le plastique recyclé n’empêche pas d’avoir des plastiques au fond de l’océan« , résume Mme Citores. Elle déplore aussi que le groupe achète – par exemple pour les repas bébé Blédina – des légumes qui ont poussé sous des serres en plastique, paillés à l’aide de polypropylène.

Plus largement, les militants demandent que cessent les « atteintes environnementales extrêmement graves » qui découlent de ses activités, souligne Me Mabile. L’objectif, ajoute-t-il, est « de faire monter la question du plastique à l’agenda des entreprises au même niveau que la question du climat », afin qu’elles réduisent leur empreinte plastique au même titre que leur empreinte carbone.

La communauté internationale, sous l’égide de l’ONU, a entamé des négociations visant à élaborer d’ici à 2024 un traité pour lutter contre la pollution plastique, des discussions très difficiles. Danone précise soutenir la mise en place d’un « traité global contraignant sur le plastique à l’échelle mondiale », évoquant un « défi systémique impossible à résoudre par une entreprise seule ».

Avec AFP

Nous avons un message pour vous…

Dès sa création, il y a plus de dix ans,  nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit, en 2020, par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 300 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques. En septembre 2022, UP’ Magazine a adhéré à la Charte pour un journalisme à la hauteur de l’urgence écologique.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence écologique.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Il pleut du plastique
Article précédent

Il pleut du plastique

Prochain article

Environnement sonore : l’enfer, c’est le bruit des autres

Derniers articles de Pollutions

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez2
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email