Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé : plus grands pollueurs plastique au monde

Commencez

Les marques Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé sont désignées les plus grands pollueurs plastique au monde pour la troisième année consécutive. C’est le résultat du troisième Brand Audit international du mouvement Break Free From Plastic, de l’association No Plastic In My Sea qui vient de sortir aujourd’hui. Un échec pour ces multinationales qui annonçaient en 2018 vouloir lutter pour augmenter la part de plastique recyclé dans leurs emballages.

Pour la troisième année consécutive, Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé constituent les principaux pollueurs mondiaux en termes de déchets plastiques, selon le rapport du mouvement Break Free From Plastic, intitulé « BRANDED Vol III : Demanding Corporate Accountability for Plastic Pollution » publié aujourd’hui (1).

L’audit de marques organisé par Break Free From Plastic est une initiative annuelle d’actions citoyennes qui consiste à compter et à documenter les marques sur les déchets plastiques collectés dans les communautés du monde entier. Ce mouvement, créé aux Philippines en 2016 pour unir les voix des personnes du monde entier, milite pour mettre fin à la pollution du plastique à chaque étape de son cycle de vie. Il rassemble plus de 11 000 organisations et sympathisants individuels du monde entier pour apporter un changement systémique grâce à une approche holistique qui s’attaque à la pollution du plastique tout au long de la chaîne de valeur du plastique – de l’extraction à l’élimination – en se concentrant sur la prévention plutôt que sur la guérison, et en apportant des solutions efficaces. Les organisations membres de la BFFP et les particuliers partagent les valeurs communes de la protection de l’environnement et de la justice sociale.

Cette année, 346 494 morceaux de plastique ont été collectés dans 55 pays, grâce à 14 734 volontaires. Cette année, l’audit, qui a recensé 575 marques, s’est concentré plus particulièrement sur le travail essentiel des ramasseurs informels de déchets, principalement dans les pays du Sud. Cela a mis en lumière l’impact financier négatif qu’a le plastique à usage unique de faible valeur sur les moyens de subsistance de ces ramasseurs.

L’audit des déchets plastiques sur le terrain à travers le monde

Selon Abigail Aguilar, coordinatrice régionale de la campagne sur les plastiques de Greenpeace Asie du Sud-Est, « Il n’est pas surprenant que pendant trois années consécutives ce soient les mêmes grandes marques sur le podium. Ces entreprises prétendent qu’elles affrontent la crise du plastique, mais elles continuent d’investir dans de fausses solutions et s’associent avec les sociétés pétrolières pour produire encore plus de plastique. Les entreprises multinationales comme Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé doivent cesser leur dépendance aux emballages plastique à usage unique et s’éloigner des combustibles fossiles afin de mettre fin à cet abus, et lutter contre le changement climatique ».

Le dernier rapport de la Fondation Ellen MacArthur, sorti le 10 novembre 2020, a clairement indiqué que ces entreprises n’ont fait aucun progrès dans la lutte contre la crise de la pollution plastique, malgré une progression constatée au cours de la première année suivant la signature de l’Engagement. Et on reste loin des objectifs prévus pour 2025 : « Les progrès réalisés pour passer à des emballages réutilisables sont limités et les efforts d’élimination restent concentrés sur un ensemble relativement restreint de matériaux et de formats », déplore le rapport.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Le plastique à usage unique a des effets dévastateurs, non seulement sur la planète, mais aussi sur les communautés les plus impactées du monde. Les ramasseurs de déchets, ainsi que les membres de leurs communautés, voient une augmentation alarmante des emballages en plastique à usage unique de faible qualité. Ces emballages font l’objet d’une stratégie agressive de mise sur le marché par les grandes entreprises multinationales.

De « fausses solutions » pour répondre au problème

Les groupes Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé ont été sollicités par l’AFP mais n’ont pas souhaité, à ce jour, commenter ce rapport. Alors que les marques reconnaissent généralement leur rôle dans la propagation de cette pollution, le rapport juge qu’elles « s’acharnent à promouvoir de fausses solutions pour répondre au problème« . La promotion du recyclage est leur manière de faire porter la responsabilité aux consommateurs, dénonce le rapport, précisant qu’à peine 9% de la totalité des matières plastiques produites depuis les années 1950 ont été recyclées. « Les entreprises continuent de tirer profit de l’abondante production de plastique à usage unique, tandis que partout dans le monde les collectivités sont obligées d’en supporter le fardeau« , a regretté Break Free from Plastics, qualifiant cette situation d' »inacceptable« .

Selon Lakshmi Narayan, cofondatrice de SWaCH Waste Picker Cooperative situé à Pune en Inde, « Les entreprises multinationales comptent sur les ramasseurs informels de déchets pour récupérer leurs emballages, ce qui leur permet de respecter leurs engagements en matière de développement durable et de justifier l’utilisation d’emballages plastique à usage unique à grande échelle. Pourtant, cette évolution vers des emballages en plastique de moindre valeur menace les moyens de subsistance des ramasseurs de déchets, qui ne peuvent pas faire de profit avec ces articles de qualité inférieure. Le système dans lequel les ramasseurs de déchets travaillent aujourd’hui doit changer. »

Il est impératif que les multinationales prennent l’entière responsabilité des coûts externes de leurs produits plastiques à usage unique, tels que les coûts de collecte, coûts de traitement, ainsi que les dommages environnementaux qu’ils causent. Si nous continuons à maintenir ce statu quo, la production de plastique pourrait doubler d’ici 2030 et même tripler d’ici 2050. Nous n’avons plus de temps à perdre.

Selon Anna Cummins, cofondatrice de 5 Gyres, « Ces pollueurs sont complices des dommages faits à nos communautés de première ligne, en continuant à produire et à vendre des emballages néfastes pour leur santé, leurs subsistances et pour l’environnement. Nous avons besoin d’une transition juste, vers une économie circulaire, sans combustibles fossiles ».

Selon Emma Priestland, coordinatrice globale des campagnes de Break Free From Plastic visant les entreprises , «Les multinationaux  les plus polluantes au monde prétendent travailler jour et nuit pour résoudre la pollution plastique, mais en réalité, elles continuent à déverser une quantité faramineuse d’ emballages plastiques nocifs dans l’environnement. Nous devons arrêter la production plastique, éliminer progressivement les emballages à usage unique et mettre en place  des systèmes de réutilisation robustes et standardisés. Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé devraient montrer la voie vers l’implémentation de vraies solutions ».

Les audits de marque, qui fonctionnent comme des organismes de sondages, sont un outil tangible pour pousser les entreprises et les décideurs politiques à construire de meilleurs systèmes pour un avenir sans plastique. L’audit de marque de Break Free From Plastic (BFFP) est une initiative d’action citoyenne qui consiste à compter et à documenter les marques trouvées sur les déchets plastiques collectés lors d’un nettoyage afin d’identifier les entreprises responsables de la pollution du plastique. En collectant des données sur les déchets plastiques, on remet en question le discours de l’industrie sur les responsables de la crise du plastique et sur la manière de la résoudre. Ces audits permettent donc de recentrer l’attention sur les entreprises qui sont à l’origine du problème et donnent ainsi les moyens d’exiger qu’elles cessent de produire des plastiques jetables à usage unique inutiles.

Le rapport annuel d’audit des marques tient les entreprises les plus polluantes pour responsables de l’alimentation de la crise de la pollution plastique. Leurs efforts reposent sur le pouvoir du peuple pour s’opposer à ces multinationales.

(1) Top 10 des premiers pollueurs mondiaux en 2020 : The Coca-Cola Company ; PepsiCo ; Nestlé ; Unilever ; Mondelez International ; Mars, Inc. ; Procter & Gamble ; Philip Morris International ; Colgate-Palmolive ; et Perfetti Van Melle

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Pour aller plus loin :

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Pollution de l’air : non seulement elle tue, mais elle coûte une fortune
Article précédent

Pollution de l’air : non seulement elle tue, mais elle coûte une fortune

La pollution de l’air va entraîner des migrations massives de population
Prochain article

La pollution de l’air va entraîner des migrations massives de population

Derniers articles de Pollutions

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez313
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print