Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

« Pour la transition énergétique, la mise en réseau est le défi stratégique »

Commencez

Le projet de loi « de programmation de la transition énergétique pour la croissance verte », adopté en Conseil des ministres le 30 juillet 2014, est mis en discussion au Parlement depuis le 1er octobre 2014 (voir l’analyse de Futuribles et les 5 avis publiés). Soixante quatre articles organisés en huit chapitres apparaissent truffés d’ambition mais sans moyens. Un groupement d’associations a par ailleurs lancé le « Transitiomètre » afin de mesurer l’effort visé, en relation avec les objectifs que la France s’est fixés (voir l’article paru dans Novethic à ce sujet). Avec la loi actuelle, on plafonne à 30% révèle l’outil.
Pour le député UDI Bertrand Pancher, vice président de la Commission spéciale pour l’examen du projet de loi, et président de l’association Décider ensemble, nous assistons au « triomphe de la cupidité ». Explications

Pourquoi êtes vous sceptique au sujet des ambitions du projet de loi ?

Bertrand Pancher : Les objectifs affichés ont d’autant plus d’exigence qu’ils sont lointains ! Cà ne coûte rien d’annoncer et je crois qu’il vaudrait mieux voter des moyens pour être crédible. On voit mal comment nous pouvons atteindre un objectif de 32% d’énergie renouvelables en 2030, alors que la France n’arrivera pas à tenir l’engagement communautaire de 23% en 2020.
Deux domaines seront déterminants notamment pour parvenir à la baisse de 20% de nos consommations d’énergie d’ici 2020 : l’habitat (qui constitue 44% de notre consommation énergétique) et le transport.
Aujourd’hui nous réhabilitons 260 000 logements par an alors que les objectifs du Grenelle sont de 500 000 rénovations thermiques par an. Développement des prêts à taux zéro, incitations fiscales tardent à doper la dynamique.
Pour les transports, l’abandon de la taxe poids lourds conduit à une perte de ressource pour de nouvelles infrastructures (même si les péages envisagés peuvent récupérer 600 millions d’euros soit la moitié de ce qu’aurait collecté l’écotaxe).

Quelles sont les mesures qui vous semblent toutefois positives ?

BP : Le ciblage des collectivités – qui sont un levier de cohérence essentiel – est une bonne chose. La reconnaissance des tiers financeurs sur le modèle autrichien est encourageante. Des sociétés (d’économie mixte) de service en économie d’énergie peuvent ainsi accompagner les travaux (diagnostic, calcul d’investissement, recherche de financement et aides) et garantir des réductions de consommation énergétique. Plus les territoires pourront être à la manœuvre, plus on trouvera des solutions adaptées et pertinentes. On ne peut pas déconnecter la loi de transition énergétique de la réforme des collectivités…

Comment sortir de la centralisation française en matière d’énergie ?

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

BP : La mise en réseau des ressources énergétiques est le défi stratégique. L’Etat doit arrêter de penser qu’il peut arriver à tout faire. Si les collectivités ont leur autonomie en matière d’eau, d’assainissement, de déchets, elles peuvent aussi avoir la compétence de la production d’énergie (voir l’exemple de la ville de Montdidier qui est parvenue à une autonomie énergétique presque complète et les projets du Pays de Mené).
Pour obtenir un niveau de 23% d’énergie renouvelable, on sait que la moitié viendra de la production de chaleur. Or, l’ADEME n’a pas les moyens de financer ce développement et il n’y a pas de tarif de rachat de la chaleur renouvelable. Certes les appels d’offre « Territoires à énergie positive », « territoire zéro gaspillage, zéro déchets » ou l’initiative pour la mise en place de 1 500 méthaniseurs (en 3 ans) vont accélérer la mobilisation.
Le défi sera de mettre de la cohérence en donnant les signaux fiscaux clairs et non ambivalents.

Propos recueillis par Dorothée Browaeys

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Article précédent

Les Nouvelles Energies rentrent à l'ESILV

Prochain article

Projet de loi sur la transition énergétique pour la croissance verte : vers une mutation environnementale ?

Derniers articles de Transition écologique et énergétique

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print