Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je soutiens

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Sortons l’agriculture du salon

Commencez

Paysans, cuisiniers, artisans, intellectuels, scientifiques, artistes, …, tous acteurs de la démocratie alimentaire, ou plus simplement citoyens-mangeurs, sont invités à se retrouver en marge du Salon de l’agriculture officiel. Sur l’initiative de Alimentation Générale, KissKissBankBank, la Ruche qui dit Oui !, comme pour les autres éditions, le festival Sortons l’Agriculture du Salon souhaite créer les conditions d’un dialogue collectif autour de rencontres conviviales – voire tout à fait informelles et sans prétention – dans différents lieux qui s’engagent pour une agriculture et une alimentation plus durable, plus respectueuse des hommes et de la planète.

Sortons l’Agriculture du Salon est l’idée d’un collectif de chercheurs, philosophes, juristes, journalistes qui s’est constitué en 2017 autour du Manifeste pour une exception agricole de Michel Serres et dont le magazine Alimentation Générale est partie prenante. Il leur a paru nécessaire alors de constituer un espace de dialogue pour les acteurs de la démocratie alimentaire afin d’échanger et de penser collectivement des actions sur le long terme. Avec un souhait : que Sortons l’Agriculture du Salon permette d’aller tous dans le sens du changement nécessaire et de mettre en place des actions concertées et complémentaires les unes des autres.

Edition 4 : Les citoyens passent à table

Pendant plus de soixante ans, les citoyens ont laissé le soin de leur alimentation aux « professionnels ». Agriculteurs, éleveurs, industriels de l’agroalimentaire et distributeurs ont ainsi surfé sur une domination de l’offre sur la demande, en profitant de l’essor de techniques de marketing et de publicité où le consommateur était réduit au seul rôle d’acheteur au meilleur prix. La passivité lui allait bien à ce consommateur ! Avoir de tout, tout le temps pour pas trop cher, avait ainsi progressivement émoussé son sens critique, l’avait éloigné de son rapport à la terre pour la plus grande joie des acteurs de l’alimentation.

Et puis plusieurs petits maillons de la chaîne alimentaire ont commencé à se fissurer et à lui mettre le doute, à commencer à travers ses interrogations sur les conséquences de ce qu’il avalait sur sa santé. L’augmentation constante de diverses maladies, les incertitudes sur les pesticides, les OGM, les conservateurs, l’inconsistance de l’information sur les produits transformés, sur les provenances, la mise à jour des conséquences de l’élevage intensif sur le traitement des animaux et les divers scandales alimentaires, ont, en quelques années, transformé notre consommateur passif et content en un citoyen actif et en colère. Certes la colère qui pousse à saccager des boucheries ou des exploitations agricoles n’est pas de celle à faire avancer les choses, bien au contraire, mais elle est un signe de l’exaspération, de la fin d’une époque.

Les citoyens reprennent le pouvoir sur leur assiette et c’est tant mieux pour l’humain. Néanmoins, soixante ans de politique agroalimentaire extensive ne peuvent s’effacer d’un coup de baguette magique et l’heure est encore au chaos d’un monde ancien en train de disparaître sans qu’une nouvelle organisation soit advenue.

Pour cette quatrième édition de Sortons l’agriculture du Salon, les organisateurs ont ainsi voulu mettre en avant les nombreuses initiatives citoyennes, celles qui prises individuellement ont l’air de gouttes d’eau dans une liste trop longue de nouvelles politiques à mettre en œuvre, mais qui, cumulées, commencent à faire masse critique et à esquisser ce que pourrait être l’économie générale d’une alimentation saine et durable de citoyens actifs et vigilants.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

La programmation de cette édition est vaste : une simple rencontre citoyenne avec débat dans un café, la projection d’un film, la visite de fermes ou de jardins partagés, une exposition, la présentation d’initiatives et de startups inspirantes, un marché de producteurs, des ateliers cuisines avec vos grand-mères, une fête avec vos voisins agriculteurs, une rencontre dans votre salon … etc. tout est prétexte à Sortir l’agriculture du Salon !

Une édition nationale – Un festival collectif

La manifestation qui fut dans ses premières éditions centralisée à Paris en miroir du Salon de la Porte de Versailles n’a aucune vocation à rester parisienne. Sortons l’agriculture du Salon est un festival collectif qui s’appuie sur un ensemble de structures, d’idées, d’initiatives qui vont vers une transition alimentaire. Son rôle est de fédérer, de centraliser les informations et de communiquer toutes les initiatives en faveur d’une transition alimentaire développée lors de la semaine du Salon de l’Agriculture de la Porte de Versailles.

Le Manifeste pour une exception agricole

La première édition de Sortons l’Agriculture du Salon a été réalisée sur la base de l’écriture du Manifeste pour une exception agricole et écologique. Ce Manifeste reste leur base de réflexion. Il leur permet de se fédérer, malgré leurs différences, autour d’idées qui leur rassemblent.Il est possible de signer ce manifeste sur le site internet d’Alimentation Générale.

Souviens toi, l’agriculteur est ton père nourricier.

Sans paysans, aucun humain ne survivrait. Le paysan est le père nourricier de l’humanité. Il occupe, en cela, une position exceptionnelle dans la condition humaine. Aucun professionnel ne lui est comparable. Or, une injustice, (…), accule aujourd’hui la paysannerie à la ruine, alors que nul ne pourrait se passer d’elle.
(Extraits du Manifeste de Michel Serres).

Comme le précise Michel Serres, « Il devient nécessaire de repenser l’exception agricole. Cela ne peut probablement se faire qu’en repensant l’agriculture elle-même, c’est-à-dire en ouvrant plus largement le panorama d’agricultures diverses écologiquement orientées et en incorporant l’économie agricole dans un complexe environnemental et social politiquement gouverné dans l’intérêt général depuis l’échelle locale jusqu’à l’échelle internationale. L’exception agricole est la première étape dans l’avènement de sociétés plus équitables et faisant plus globalement symbiose avec la nature (contrat naturel et civilisationnel). »

Voir toute la programmationDu 22 février au 1er mars 2020

Voir la liste de tous les événements

Journée d’ouverture à l’Entrepôt, Paris (14e) le 22 février

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire

Article précédent

Révolution(s) en cuisine(s) : les futurs de la restauration durable en mutation

Prochain article

Le boum du bio ferait-il pschitt ?

Derniers articles de Sécurité alimentaire et agrostratégies

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Afin de contribuer à l’effort d’information sur la crise actuelle du coronavirus, UP’ propose à ses lecteurs un accès gratuit aux derniers articles publiés relatifs à cette thématique.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print