Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

manger bio

Le Sénat freine l’introduction du bio dans les cantines

Commencez
Alors que le Sénat vient de censurer un article de loi permettant l’introduction du bio dans les cantines, la Fédération des Conseils de Parents d’Elèves des Ecoles Publiques (FCPE), les acteurs de la filière bio (FNAB) et Agir pour l’Environnement se mobilisent pour rappeler aux sénateurs leur volonté de garantir un égal accès des enfants à une alimentation saine et de qualité. En pleine 27ème édition de la Semaine du goût, les députés ont raté là l’occasion de répondre aux 76 % de Français qui se disent favorables au vote d’une loi imposant l’introduction d’aliments issus de l’agriculture biologique, locaux et de saison dans la restauration collective publique (1).
Photo ©Fotolia
 
A partir du mardi 4 octobre au Sénat, dans le cadre du projet de loi Egalité et Citoyenneté, les sénateurs auraient dû se prononcer sur l’introduction de 20 % d’aliments bio dans la restauration collective publique. Cela passait par le rétablissement de l’article 47 septies supprimé en Commission spéciale au Sénat le 14 septembre dernier. En 48h, plus de 45 000 citoyens ont interpellé le président du Sénat lui demandant de rétablir les amendements censurés par cette Commission sénatoriale.
Malheureusement à ce jour, une majorité de sénateurs refuse obstinément de voter l’introduction d’un seuil de 20 % d’aliments bio et locaux dans la restauration collective en 2020. Déjà en mars dernier, lors du rejet de la proposition de loi de la députée écologiste Brigitte Allain sur le bio dans les cantines collectives, la Fondation Nicolas Hulot (FNH) dénonçait : « Les sénateurs ont fait preuve d’un manque de vision et de courage politique, alors même qu’une meilleure alimentation est plébiscitée par les consommateurs et que la France continue de s’embourber dans ses objectifs de réduction des pesticides » (20 minutes.fr – 11 mars 2016).

88 % des parents voudraient que leurs enfants se voient proposer du bio à l’école (2) 

A ce jour, la part du bio en restauration collective ne représente que 2,7 % du contenu des assiettes, rappelle l’association Agir pour l’environnement. Aussi, plus de 175 000 citoyens ont signé les pétitions de l’association pour que les choses changent. 
Leur prochaine campagne nationale « Crèches et cantines scolaires : Voir la vie en bio ! », en partenariat avec la FNAB et la FCPE, est à destination des maires pour les encourager à introduire des produits bio et locaux dans les cantines gérées par leurs communes.
Assurer l’égal accès des enfants à une nourriture saine et de haute qualité gustative et nutritionnelle devrait être une priorité. Ceci est d’autant plus important que, pour de nombreux enfants d’origine modeste, le repas à la cantine constitue le seul repas équilibré qu’ils seront susceptibles de recevoir dans la journée.
 
L’Etat et les collectivités ont les moyens d’agir sans attendre pour permettre d’une part aux agriculteurs/trices d’approvisionner des marchés rémunérateurs, leur assurant ainsi des débouchés réguliers et des revenus équitables et d’autre part d’assurer des repas sains et de qualité aux enfants.
20 % de bio et local dans la restauration collective en 2020 c’est réaliste et ce n’est pas plus cher ! Mais, d’après les derniers chiffres de l’Agence BIO, en 2014, seuls 5% des établissements scolaires proposaient 15% ou plus de produits bio à leur carte. Comme aucune réglementation n’existe en la matière, la démarche dépend avant tout de la bonne volonté des élus. « C’est un choix politique, » confirmait Samy Kefy-Jérôme, adjoint au maire de Saint-Etienne, dans une interview à l’Express en aôut dernier.
Pourtant, selon la FNAB,  400 000 ha sur les 29 millions d’ha de terres agricoles françaises suffisent pour approvisionner en bio les cantines à hauteur de 20 %. Or l’agriculture bio représente actuellement 1,3 million d’hectares en France et chaque année de nouvelles terres obtiennent la certification.
 
 
(1) sondage IFOP du 7 janvier 2016
(2) sondage CSA 2015
 

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
ferme sundrop
Article précédent

Des légumes en plein désert grâce au soleil et l’eau de mer

tribunal Monsanto
Prochain article

Ouverture du Tribunal Monsanto à La Haye

Derniers articles de Sécurité alimentaire et agrostratégies

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email
Print