Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

Glyphosate : une évaluation européenne biaisée au profit des industriels de l’agrochimie

Glyphosate : une évaluation européenne biaisée au profit des industriels de l’agrochimie

Commencez

Le glyphosate fait de la résistance. Dans un rapport publié ce 16 novembre, l’association de défense de l’environnement Générations Futures démontre que le travail de réévaluation du glyphosate en vue de sa réautorisation au niveau européen l’année prochaine a été « gravement biaisé » pour privilégier les études de l’industrie agrochimique au détriment de celles des scientifiques.

 L’Europe se prononcera dans quelques mois sur la réautorisation du glyphosate, cet herbicide largement controversé et faisant l’objet, depuis des années, d’âpres assauts des défenseurs de la santé humaine et de l’environnement. Quatre États membres de l’Union européenne ont été nommés pour mener cette évaluation : la France, la Hongrie, les Pays-Bas et la Suède. Les rapporteurs ont rendu un rapport préliminaire en juin dernier qui considère que le glyphosate remplit les critères d’approbation définis par la réglementation européenne. Ce rapport est un épais volume de plus de dix mille pages qui a été publié dans le cadre d’une consultation publique. L’ONG de lutte contre les pesticides Générations Futures a fait un examen approfondi de ce rapport et son bilan est accablant.

Le rapport de l’association Générations Futures, publié ce mardi 16 novembre, met en cause l’expertise européenne sur la toxicité du produit qui servira de base pour une possible réautorisation du produit sur cinq ans. « Nous avons mis en évidence de nombreuses failles dans le processus de sélection des études universitaires », résument les auteurs du rapport.

92% des études universitaires écartées

L’ONG a procédé à une analyse bibliométrique qui conclut que des centaines d’études scientifiques sur la toxicité du glyphosate auraient été écartés « d’emblée » du processus d’évaluation. Sur les 7188 études publiées dans des revues scientifiques ces dix dernières années, 6644 (soit 92 %) ont ainsi été écartées par les experts européens comme « non pertinentes » – et sur les études restantes, seulement 211 (soit 3%) ont été jugées « utiles pour l’évaluation », expliquent les auteurs du rapport. Un chiffre qui s’est encore réduit comme peau de chagrin, car la plupart de ces études aura finalement été classée comme « non fiables » ou « fiables avec restrictions ». Seulement 30 études scientifiques, soit 0,4 % du nombre total, auront ainsi été prises en compte par les évaluateurs européens comme étant pertinentes et fiables – et pas une seule d’entre elles aura servi comme « étude clé » dans le travail européen de réévaluation, révèle l’association.

 

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

 

 

En cause, selon Générations Futures : de nombreuses « failles » à toutes les étapes de la sélection des études. De nombreux travaux auront notamment été exclus sur la base de leurs titres ou leurs résumés uniquement. L’évaluation de la fiabilité des études aurait en plus été menée « de manière totalement non transparente et non équitable entre les études universitaires et celles de l’industrie ». Ces dernières se retrouvent au contraire en grand nombre parmi les travaux sur lesquels se sont appuyés les évaluateurs européens, révèle l’association. Et ce alors que les études de l’industrie, « en particulier les études de génotoxicité, montrent des failles méthodologiques importantes ».

Une situation au bénéfice des industriels

En résumé, les évaluateurs européens auront « tout fait » pour que « le minimum d’études de la littérature soit considéré », que « les études de la littérature soient jugées moins fiables que celles fournies par les industriels » et que « les défauts des études de l’industrie soient occultés ».

Avec, pour résultat, une expertise européenne qui nie tout risque de toxicité du glyphosate – alors même que ce dernier a été classé comme « cancérogène probable » par l’Organisation mondiale de la santé en 2015 et qu’une expertise collective de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a conclu, cette année, à une « présomption moyenne » de lien entre l’exposition au pesticide et le développement d’un cancer.

Face à cette situation « totalement anormale », Générations Futures exige « que le gouvernement français intervienne rapidement pour que la méthode de prise en compte des différentes études utilisées dans le cadre de l’évaluation du glyphosate au niveau communautaire soit d’urgence réformée ». Pointant également le risque que des biais méthodologiques se retrouvent dans « bien d’autres dossiers d’évaluation de pesticides au niveau communautaire », l’association demande en outre une « réforme méthodologique profonde des procédures d’évaluation des pesticides dans l’Union européenne ». « Il y a urgence à élaborer et mettre en œuvre une méthode garantissant la prise en compte de toutes les connaissances scientifiques disponibles », soutient l’association, et cela « de manière équitable et transparente ».

Il y a un an, le président Macron avait déclaré vouloir interdire le glyphosate à l’échelle européenne d’ici 2022. Dans quelques semaines, celui-ci exercera la présidence tournante du Conseil européen. La France fait partie des quatre auteurs du rapport controversé qui aboutit à une réautorisation du glyphosate. Que fera le président ? Les promesses n’engageant que ceux qui les écoutent, il est fort probable que l’autorisation de l’herbicide soit encore renouvelée en Europe.

Avec Euractiv

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Les lobbies arcboutés contre l’agriculture verte de l’Europe
Article précédent

Les lobbies arcboutés contre l’agriculture verte de l’Europe

En Espagne il n’y a plus d’eau pour l’irrigation
Prochain article

En Espagne il n’y a plus assez d’eau pour l’irrigation

Derniers articles de Sécurité alimentaire et agrostratégies

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez53
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email