Regardez le monde
avec les yeux ouverts

Inscrit ou abonné ?
CONNEXION

UP', média libre
grâce à ses lecteurs
Je rejoins

rejoignez gratuitement le cercle des lecteurs de UP’

En Espagne il n’y a plus d’eau pour l’irrigation

En Espagne il n’y a plus assez d’eau pour l’irrigation

Les agriculteurs creusent leur propre tombe

Commencez

Poivrons, tomates, concombres, melons y prospéraient. C’était le jardin maraîcher de l’Europe. Mais la soif insatiable d’eau de l’agriculture intensive espagnole a transformé les zones humides en friches, asséché les rivières et pollué les eaux souterraines.

Les poissons sont morts, les oiseaux envolés et un silence sans vie plane sur ce paysage aride. « Tout ce que vous voyez autour de vous devrait être sous l’eau », montre Rafa Gosálvez, d’Ecologists in Action, depuis le belvédère du parc national de Las Tablas de Daimiel. Le parc est asséché depuis trois ans et là où l’on trouvait autrefois des espèces aquatiques telles que des canards, des hérons, des aigrettes et des écrevisses d’eau douce, ainsi que des grenouilles arboricoles et le putois d’Europe, la faune a pratiquement disparu.

Las Tablas de Daimiel est une zone humide unique située dans les vastes plaines presque sans arbres de Castilla-La Mancha, dans le centre de l’Espagne. Mais le parc a été vidé de sa vie pour étancher la soif insatiable de l’agriculture intensive. Selon l’OCDE, 67 % de l’eau utilisée en Espagne va à l’agriculture, mais ce chiffre atteint 85 à 90 % dans le sud-est du pays, explique Julia Martínez-Fernández, directrice technique de la Fondation Nouvelle culture de l’eau, qui promeut l’utilisation durable de l’eau.

L’écosystème de Las Tablas dépend de l’eau provenant des précipitations, du fleuve Guadiana et d’un énorme aquifère, mais la crise climatique a eu pour effet d’allonger les périodes de sécheresse en Espagne. Le Guadiana s’assèche, tandis que l’agriculture a épuisé l’aquifère et pollué les eaux souterraines avec des phosphates et d’autres engrais chimiques. En 2009, la zone humide était si sèche que des feux de tourbe souterrains ont éclaté. Les 3 000 hectares de Las Tablas sont tout ce qui reste de ce qui, selon le Fonds mondial pour la nature, était autrefois un système de 50 000 hectares de zones humides en Castille-La Manche.

Nous devons nous réveiller à la réalité, il n’y a tout simplement pas assez d’eau pour répondre à la demande d’irrigation. Selon Rafa Gosálvez, l’eau nécessaire pour irriguer les vignes, les olives, les pistaches, les oignons et les melons de Castilla-La Mancha dépasse les ressources disponibles et, à moins d’une série de pluies abondantes pendant plusieurs années, la zone humide ne peut être sauvée qu’en transférant de l’eau du Tage – sauf que le fleuve est surexploité et s’est presque asséché il y a quatre ans.

Une grande partie du problème remonte aux années 1970, lorsque le gouvernement espagnol s’est lancé dans un plan visant à faire de Murcie et d’Almería, dans le sud-est du pays, le jardin maraîcher de l’Europe. Ce plan avait un défaut majeur : il n’y avait pas d’eau.

Pourquoi ne pas profiter d’une lecture illimitée de UP’ ? Abonnez-vous à partir de 1.90 € par semaine.

Le sud-est de l’Espagne est aride et aucun des trois grands fleuves du pays ne coule à proximité. Le Douro et le Tage prennent tous deux leur source dans le centre-nord de l’Espagne et se jettent à l’ouest dans l’Atlantique, respectivement à Porto et à Lisbonne, tandis que l’Èbre prend sa source dans le nord-ouest et se jette dans la Méditerranée à près de 400 km au nord de Murcie. La solution consistait à transférer l’eau des eaux d’amont du Tage à travers près de 300 km de canalisation pour irriguer le sud aride. Cependant, plutôt que de satisfaire la demande, le transfert a servi à encourager une agriculture intensive non durable qui a conduit à l’exploitation des eaux souterraines, avec des conséquences environnementales désastreuses.

Le spectacle, cet été, de milliers de poissons morts flottant dans la Mar Menor, une lagune salée de Murcie autrefois connue pour ses eaux cristallines, est le résultat de la pollution par les engrais des eaux souterraines qui se jettent dans la mer. Les nitrates déclenchent de vastes proliférations d’algues qui privent les poissons d’oxygène. « La catastrophe de Mar Menor est le résultat de l’agriculture intensive qui continue à se développer de manière non durable, tant en Murcie que dans de nombreuses autres régions d’Espagne », déclare M. Martínez-Fernández.

La ville voisine d’Almería, où les serres qui forment la célèbre « mer de plastique » sont visibles depuis l’espace, produit environ 3,5 millions de tonnes de poivrons, de tomates, de concombres et de melons par an. Avec Grenade, elle fournit environ 50 % du marché européen. Chaque année, Almería produit également des milliers de tonnes de déchets plastiques, dont une grande partie finit dans la mer.

Le transfert d’eau du Tage ne suffit cependant pas à répondre à la demande croissante de l’agriculture d’Almería. Au cours des 40 dernières années, la quantité d’eau qui atteint les sources du Tage a diminué d’environ 40 % selon les estimations, et cette baisse se poursuit. Almería est donc de plus en plus dépendante de l’eau de mer dessalée pour l’irrigation.

Pour tenter de résoudre le problème, le gouvernement espagnol a adopté en 1985 une nouvelle loi sur l’eau afin de réglementer son utilisation. Mais il a été contraint de concéder que toute personne disposant d’un puits ou d’un accès à l’eau avait le droit de l’exploiter. Aujourd’hui, le gouvernement reconnaît que la situation est insoutenable. Teresa Ribera, ministre de la transition écologique, est sous pression pour que l’Espagne se conforme aux normes européennes en matière de qualité et de quantité d’eau qui entreront en vigueur en 2027, et elle sait que cela ne peut se faire qu’en réduisant l’irrigation.

En présentant le plan quinquennal pour l’eau du pays, Mme Ribera a reconnu que les ressources en eau sont en déclin et que certaines régions d’Espagne sont menacées de désertification. « Dans ce contexte, les plans d’eau ne peuvent continuer à soutenir le type de pratiques qui ont conduit à la surexploitation des aquifères, à la contamination des eaux souterraines et à la détérioration de nos rivières », a-t-elle déclaré.

Bien que l’agriculture ne représente qu’environ 3 % du PIB et 4 % des emplois, le secteur agricole a un poids politique considérable. Lorsque Teresa Ribera a annoncé la réduction de la quantité d’eau pouvant être transférée du Tage, les agriculteurs ont déclenché un tollé. Lucas Jiménez, président d’une association d’agriculteurs qui dépendent du transfert, a prévenu que Mme Ribera « risque une bataille devant les tribunaux et dans la rue ».

« Le problème est que la solution à la question de l’eau mettra tout gouvernement en conflit avec de nombreux secteurs tels que l’agriculture, l’hydroélectricité et les promoteurs immobiliers », déclare Miguel Ángel Sánchez, porte-parole de la Plate-forme de défense du Tage. « Madrid sait que cela ne peut pas durer, mais ils ne veulent pas prendre le taureau par les cornes et ce sont les gouvernements régionaux qui ont l’autorité sur l’eau », ajoute M. Gosálvez.

Selon lui, la politique agricole commune de l’UE est en partie responsable de l’encouragement à l’agriculture intensive, qui est à la fois dommageable pour l’environnement et source de gaspillage, et qui pousse les agriculteurs à vendre leurs produits au rabais pour maintenir les prix. « L’Union européenne paie les agriculteurs pour qu’ils plantent davantage, ce qui entraîne une surproduction dont le résultat est que le prix du marché couvre à peine le coût de production », explique-t-il. « Nous devons nous réveiller à la réalité, il n’y a tout simplement pas assez d’eau pour répondre à la demande d’irrigation. Les agriculteurs sont en train de creuser leur propre tombe. »

Cet article paru la première fois dans The Guardian est publié dans le cadre du partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de plus de 400 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique du changement climatique.

Pour lutter contre la désinformation et privilégier les analyses qui décryptent l’actualité, rejoignez le cercle des lecteurs abonnés de UP’

Nous avons un message pour vous…

En octobre dernier nous avons pris l’engagement que UP’ Magazine accordera au dérèglement climatique, à l’extinction des espèces sauvages, à la pollution, à la qualité de notre alimentation et à la transition écologique l’attention et l’importance urgentes que ces défis exigent. Cet engagement s’est traduit par le partenariat de UP’ Magazine avec Covering Climate Now, une collaboration mondiale de 250 médias sélectionnés pour renforcer la couverture journalistique des enjeux climatiques.

Nous promettons de vous tenir informés des mesures que nous prenons pour nous responsabiliser à ce moment décisif de notre vie. La désinformation sur le climat étant monnaie courante, et jamais plus dangereuse qu’aujourd’hui, il est essentiel que UP’ Magazine publie des rapports précis et relaye des informations faisant autorité – et nous ne resterons pas silencieux.

Notre indépendance éditoriale signifie que nous sommes libres d’enquêter et de contester l’inaction de ceux qui sont au pouvoir. Nous informerons nos lecteurs des menaces qui pèsent sur l’environnement en nous fondant sur des faits scientifiques et non sur des intérêts commerciaux ou politiques. Et nous avons apporté plusieurs modifications importantes à notre expression éditoriale pour que le langage que nous utilisons reflète fidèlement, mais sans catastrophisme, l’urgence environnementale.

UP’ Magazine estime que les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le cadre de la crise climatique sont systémiques et qu’un changement sociétal fondamental est nécessaire. Nous continuerons à rendre compte des efforts des individus et des communautés du monde entier qui prennent courageusement position pour les générations futures et la préservation de la vie humaine sur terre. Nous voulons que leurs histoires inspirent l’espoir.

Nous espérons que vous envisagerez de nous soutenir aujourd’hui. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à offrir un journalisme de qualité, ouvert et indépendant. Chaque abonnement des lecteurs, quelle que soit sa taille, est précieux. Soutenez UP’ Magazine à partir d’1.90 € par semaine seulement – et cela ne prend qu’une minute. Merci de votre soutien.

Je m’abonne →

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Glyphosate : une évaluation européenne biaisée au profit des industriels de l’agrochimie
Article précédent

Glyphosate : une évaluation européenne biaisée au profit des industriels de l’agrochimie

Prochain article

Un antidote pour l'agriculture et la reforestation, face au dérèglement climatique

Derniers articles de Sécurité alimentaire et agrostratégies

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS. ET AGIR.
logo-UP-menu150

Déjà inscrit ? Je me connecte

Inscrivez-vous et lisez trois articles gratuitement. Recevez aussi notre newsletter pour être informé des dernières infos publiées.

→ Inscrivez-vous gratuitement pour poursuivre votre lecture.

REJOIGNEZ

LE CERCLE DE CEUX QUI VEULENT COMPRENDRE NOTRE EPOQUE DE TRANSITION, REGARDER LE MONDE AVEC LES YEUX OUVERTS ET AGIR

Vous avez bénéficié de 3 articles gratuits pour découvrir UP’.

Profitez d'un accès illimité à nos contenus !

A partir de 1.70 € par semaine seulement.
Partagez97
Tweetez
Partagez
WhatsApp
Email