Education et savoirs

Une école de l’innovation innovante aux Arts et Métiers Bordeaux

arts et métiers Bordeaux
Les Arts et Métiers créent une école unique de l’innovation à Bordeaux. L’ENSAM qui a formé plus de 85 000 ingénieurs depuis sa création en 1780, propose depuis quelques jours un tout nouveau cursus à ses étudiants, totalement atypique : l’école de l’innovation et de l’entrepreneuriat. Objectif ? Manager l’innovation et le développement de l’entrepreunariat.
 
La première mission d’Arts et Métiers a toujours été de développer les compétences indispensables pour relever les défis de l’industrie de demain et participer aux évolutions technologiques, en phase avec les attentes des entreprises. Or l'innovation est conditionnée à un succès sur le marché.
Avant son déploiement, une nouveauté, un produit ou un service nouveau peuvent donc être qualifiés d’inventions mais pas d’innovations, car l’innovation est avant tout un fait économique. Pour innover, les porteurs d’idées nouvelles doivent donc mettre en œuvre tout d’abord un processus de conception, puis un processus de développement d’activité afin d’accéder au marché. Pour augmenter leur compétitivité, les entreprises se doivent aussi de miser sur la différenciation et la diversification de leurs activités. La conjoncture et la concurrence internationale obligent donc à la création d’activités nouvelles d’une manière permanente.
 
A l’heure de l’industrie 4.0 et de la révolution numérique, le directeur de l’Ensam Bordeaux, Philippe Viot, s’est rendu compte des limites du modèle d’enseignement actuel dans les grandes universités françaises. Il propose alors un rapport à la direction de l’école, mettant en avant un choix de modules libre : robotique, réalité virtuelle, chaîne numérique… qui n’impose plus de s’implanter géographiquement dans une ville. En clair, si un étudiant de Bordeaux s’intéresse à la robotique, il n’a plus besoin de partir à Arts et métiers à Lille", explique Philippe Viot. "Ceci casse les obstacles spatiaux et coûte moins cher à l’étudiant et à l’école".
 
Comme expliqué par le journal Sud-Ouest, concrètement, étudiants et experts se retrouvent toutes les six semaines pour des séminaires, où ils apprennent à gérer leur business, leur plan de communication… Une partie du travail se fera à distance, en salle de réunion "virtuelle". Le reste du temps, les étudiants travaillent sur leur projet d’entreprise et sont hébergés dans des pépinières. Ici, à Bordeaux, ils sont accueillis à Bordeaux Unitec et Cap Sciences. Le Centre de formation d’apprentis de la région, l’UIMM et la Région sont également partenaires du projet.
Pour l’heure, l’école compte douze étudiants (de Bordeaux, Angers, Paris, Cluny…) et onze professeurs-experts issus des différents campus de l’Ensam en France, ainsi que cinq coachs pour les aider à faire émerger leur entreprise. Tous les élèves sont issus d’Arts et Métiers – qui finance le projet – et ont, au moins, validé leur première année.
Le premier séminaire s’est déroulé le 7 septembre à Cap Sciences à Bordeaux. Au total, l’enseignement dispensé est de 1 420 heures sur l’année scolaire, dont 120 heures de séminaire et 600 heures dédiées au projet personnel. A noter, que les frais de scolarité sont les mêmes que pour les autres étudiants de l’Ensam, à savoir ceux d’une école publique.
 
Le numérique constitue aujourd’hui le troisième secteur d’activité de la région Aquitaine, avec une cinquantaine d’entreprises dotées d’un chiffre d’affaires supérieur à 5 millions d’euros et plus de 23 000 emplois recensés.
L’Aquitaine se situe par ailleurs en première position dans l’Hexagone pour la croissance du nombre d’entreprises créées : sur les trois dernières années, 600 sociétés digitales ont notamment été créées sur la métropole bordelaise.
Ceci expliquant sans doute cela.
 
 

 

Articles en relation
Bâtissons l'enseignement supérieur du XXIe siècle

Après un été marqué par les dysfonctionnements de la plateforme Admission Post Bac (APB), "Mi-août, 6.000 jeunes étaient toujours à la recherche d’une affectation…" : l'Enseignement supérieur semble...